Le système de retraite australien est pas parfait - mais pour un échec, Look To The US

Le système de retraite australien est pas parfait - mais pour un échec, Look To The US

Débat tourbillonne autour des forces et des faiblesses du système de retraite de l'Australie. Mais il y a un aspect où le changement ne doit pas être tolérée: son caractère obligatoire.

En tant que boursier Fulbright américaine étudier les régimes de retraite au travail, j'entreprends une analyse comparative de super avec l'American 401 (k) système de retraite en milieu de travail.

Il y a beaucoup de subtilités et de nuances à discuter concernant quel système de retraite professionnelle est le meilleur dans des domaines aussi variés que l'engagement des membres, la gouvernance d'entreprise et la meilleure façon pour les individus de dépenser leurs fonds à la retraite.

Une chose, cependant, est clair: le super régime obligatoire en Australie est nettement supérieure à la 401 (k) régime volontaire utilisé par les États-Unis. En conséquence, alors que le système de retraite américain est en pleine crise-out, le super régime australien est relativement tranquille et bien mis en place pour continuer à mûrir comme les généraux australiens population vieillit tout au long du 21st siècle.

Pour partager quelques-unes des statistiques les plus irritantes du monde des régimes de retraite américains volontaires 401 (k): 48% des travailleurs américains actuels entre 50 et 64 sont sur la voie d'être pauvres lorsqu'ils atteignent l'âge de la retraite; le nombre total de déficits nationaux de retraite est actuellement estimé à 4.13 billions de dollars pour tous les ménages américains où le chef de ménage se situe entre 25 et 64, et, en moyenne, une famille de travailleurs typique dans l'antichambre de retraite - dirigée par quelqu'un 55 pour 64 ans - a seulement environ $ 104,000 dans l'épargne-retraite, selon l'Enquête sur les finances des consommateurs de la Réserve fédérale américaine.

La plupart des experts en matière de retraite conviennent que les gens doivent remplacer quelque part entre 60% - 70% du revenu à la retraite pour vivre confortablement. Inutile de dire que la grande majorité des Américains ne sont même pas près de respecter cette norme.

Quelle est la situation de la retraite ne devient donc out-of-détraqué aux États-Unis? Tout simplement, les employeurs américains ne doivent pas parrainer des régimes de retraite en milieu de travail, et les employés des États-Unis ne sont pas obligés de participer à de tels régimes, même si leur employeur offre un. Le système de retraite en milieu de travail volontaire des États-Unis a conduit à seulement 40% de la population active participant à ces plans.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Il y a une perception erronée commune que de nombreuses personnes détiennent aux États-Unis et en Australie: plus le choix des individus en matière de finance est grand, mieux c'est. Bien que je souscrive normalement à cette maxime, dans le monde de l'épargne-retraite, ce n'est pas le cas.

Les individus les plus aisés, dotés d'un bon sens financier, ont tendance à comprendre ce que les autres n'ont pas: qu'un dollar mis de côté aujourd'hui équivaut à beaucoup plus d'argent quand cette personne prend sa retraite.

Nous appelons cela la «valeur temporelle de l'argent». Malheureusement, la plupart des gens n'épargnent pas volontairement pour la retraite, surtout dans leurs 20, 30 et 40. C'est logique.

Les personnes plus jeunes ont d'autres préoccupations urgentes à prendre en considération: la dette des étudiants, leur loyer / prêts hypothécaires, les frais de garde d'enfants, épicerie, etc. retraite est la dernière chose sur leur esprit et la dernière chose dont ils économisent.

Lorsque vous ajoutez à la tendance naturelle des individus à tergiverser, évitez les décisions financières complexes et surestimez leur capacité à épargner pour l'avenir, vous finissez là où se trouvent les États-Unis aujourd'hui: la personne moyenne de 22-48 a moins de $ 50,000 ranger dans des économies.

En outre, les super contributions obligatoires stimulent l'économie pendant les périodes de croissance économique lente. Les fonds super, en tant qu'investisseurs institutionnels, placent une grande partie de cet argent dans l'économie australienne par l'achat d'actions, d'infrastructures et d'obligations australiennes. Le pouvoir d'achat de tous les Australiens qui travaillent est multiplié par la possibilité de placer leur argent dans des véhicules d'investissement qui ne sont généralement pas disponibles pour les travailleurs à faible et moyen revenu sur une base individuelle.

Donc, étant donné le même montant d'argent en une somme forfaitaire, les super fonds sont nettement mieux en mesure d'épargner et d'investir cet argent de façon diversifiée et à faible coût, ce qui se traduit par de meilleurs résultats de retraite pour plus d'Australiens.

Les régimes obligatoires d'épargne-retraite sur le lieu de travail sont indispensables à tout régime de pension professionnel qui fonctionne bien. Mon espoir sincère est que les États-Unis choisissent d'imiter cet aspect du super système australien.

A propos de l'auteurLa Conversation

secunda paulPaul Secunda est Senior Fulbright Scholar en Droit (Travail et Super) à l'Université de Melbourne. Il est également professeur de droit aux États-Unis et directeur du programme de droit du travail et de l'emploi à la Marquette University Law School à Milwaukee, au Wisconsin.

Cet article a été publié initialement le La Conversation. Lis le article original.


Livre connexe:

{amazonWS: searchindex = Livres; mots-clés = 096941949X; maxresults = 1}