Extinction et angoisse: Qu'est-ce que l'épuisement professionnel et que pouvons-nous faire à ce sujet?

Extinction et angoisse: Qu'est-ce que l'épuisement professionnel et que pouvons-nous faire à ce sujet? L'épuisement professionnel n'affecte pas que les travailleurs. de www.shutterstock.com

Se sentir «épuisé» est une expression assez courante dans le langage quotidien, mais nous commençons à en savoir plus sur ses effets destructeurs à long terme. Les victimes décrivent souvent un sentiment d'épuisement et de déconnexion, et comme si elles «passaient à l'action» sans motivation ni sens.

L'épuisement peut avoir des conséquences sérieuses, y compris une diminution du rendement au travail et de la satisfaction à l’égard de la vie, et a été associée à d’autres problèmes de santé mentale. Par exemple, il a été lié à la dépression, car les deux affections partagent un certain nombre de symptômes tels que la fatigue, le retrait social et une diminution des performances au travail.

L’épuisement professionnel est généralement perçu comme une conséquence d’un environnement de travail chronique stressant, devenant une préoccupation des lieux de travail chez les 1970 lorsque: Des chercheurs américains ont trouvé de nombreux travailleurs des services sociaux ne travaillaient pas avec leur travail et se sentaient «épuisés».

Les ouvriers ont rapporté:

• épuisement émotionnel: devenir émotionnellement épuisé et fatigué

• dépersonnalisation: perte d’empathie envers les clients

• accomplissement personnel réduit: se sentir incompétent et inapte au travail.

Depuis, la recherche sur l'épuisement professionnel s'est étendue d’autres professions et sa définition modifiée pour inclure le cynisme à l’égard du travail.

Cependant, la plupart des recherches se concentrent toujours sur l'épuisement professionnel. Mais les gens de tous les horizons peuvent connaître l'épuisement professionnel, et pas seulement au travail. Par exemple, l'épuisement professionnel peut aussi être vécu par des étudiants dépassés par leurs obligations d'études ou par une mère (ou un accompagnant) prenant soin d'un enfant gravement handicapé.

Le risque d'épuisement professionnel des soignants n'est pas un phénomène nouveau. Records de moines chrétiens du 4th Century décrivez ce qu'ils appellent «acedia» (un mot grec qui se traduit par «non attentionné»), un état proche de l'épuisement professionnel. Après des décennies consacrées à soigner les autres, les moines auraient eu des doutes quant à savoir s'ils faisaient quelque chose d'utile et jugés chaque jour comme «gris».

L’épuisement professionnel semble se produire dans divers contextes, mais nous n’en savons pas assez sur ses causes et sur la façon de le diagnostiquer et de le gérer avec succès.

Causes

Nous savons l'épuisement professionnel peut être déclenché par exposition à des facteurs de stress multiples et continus au travail. Bien que ces facteurs de stress puissent différer selon les professions, ils sont liés à la nature exigeante et implacable d'un travail, combinée à un mélange toxique de manque de ressources et de soutien.

L'épuisement professionnel peut également être provoqué par certains traits de personnalité. Par exemple, la recherche a lié l'épuisement professionnel à l'évaluation d'une personne d'elle-même et de ses capacités, caractéristique connue sous le nom d'auto-évaluation fondamentale.

Extinction et angoisse: Qu'est-ce que l'épuisement professionnel et que pouvons-nous faire à ce sujet? Les soignants à plein temps peuvent connaître l'épuisement professionnel. de www.shutetrstock.com

L'autoévaluation de base est basse lorsque quelqu'un a des opinions négatives sur ses propres compétences et sa capacité à contrôler des situations. Les personnes peu auto-évaluées sont sujettes à l'épuisement professionnel, car elles considèrent probablement les tâches difficiles comme une menace ou une tâche accablante, plutôt que comme des défis réalisables.

Les perfectionnistes sont aussi à un plus grand risque d'épuisement professionnelcomme ils ont tendance à fixer des normes de performance excessivement élevées, ils ne parviennent pas forcément à satisfaire, ce qui diminue leur sentiment d'accomplissement personnel.

Mesure et diagnostic

Le principal outil utilisé dans les études de recherche pour mesurer l'épuisement professionnel est appelé l'inventaire de l'épuisement professionnel de Maslach (MBI), une enquête qui oblige les individus à répondre à plusieurs questions relatives à l'épuisement émotionnel, à la dépersonnalisation / au cynisme et à la réduction des réalisations personnelles.

Mais ça a été largement critiquée en raison de préoccupations, il ne rend pas compte avec exactitude du concept d'épuisement professionnel, n'est pas sensible à la culture pour une utilisation en dehors des États-Unis et a été conçu pour mesurer l'épuisement professionnel chez les personnes toujours actives - et non pour celles qui ont cessé de travailler en raison de: épuisement clinique.

Outre les problèmes liés à la mesure de l'épuisement professionnel dans un contexte de recherche, il est également difficile de diagnostiquer en milieu clinique. C’est parce que la condition n’est pas reconnue dans le Manuel diagnostique et statistique, utilisé internationalement pour diagnostiquer les troubles de santé mentale. Il n’existe donc aucun ensemble de critères indicatifs que les professionnels de la santé mentale peuvent utiliser pour diagnostiquer les personnes souffrant d’épuisement clinique significatif.

Cela influe à son tour sur le traitement, car sans diagnostic concret, il est difficile pour les professionnels de la santé mentale et leurs patients de prendre des décisions concernant le traitement approprié.

La gestion

Les stratégies de gestion restent assez floues, mais elles devraient être ciblées sur chaque patient. Cela signifie s'attaquer aux facteurs de stress uniques qui contribuent à l'épuisement professionnel de chaque personne.

Les stratégies de gestion doivent également tenir compte du style de personnalité de la personne. Des stratégies efficaces pour éliminer les facteurs de stress externes (prendre un mois de congé et s'allonger sur une plage, par exemple) peuvent aider certaines personnes atteintes, mais peuvent également stresser d'autres personnes dont la personnalité ne leur permet pas de «s'éteindre» à l'extérieur du bureau.

Les styles de personnalité sont généralement considérés comme étant immuables au cours de la vie d'une personne. Donc, pour ceux qui ont des traits de personnalité qui les exposent à un risque supplémentaire d'épuisement professionnel, il a été suggéré On leur enseignera des techniques qui les aideront à faire face plus efficacement aux facteurs de stress externes, plutôt que d'essayer de changer leur personnalité.

Les interventions réussies pour prévenir et traiter l’épuisement professionnel dépendent d’une compréhension plus complète de la maladie. Notre équipe au Black Dog Institute est mène actuellement une étude cela devrait aider à définir et à mesurer l'épuisement professionnel et ses causes principales. Vous pouvez participer à notre étude ici .La Conversation

A propos de l'auteur

Gabriela Tavella, assistante de recherche, UNSW School of Psychiatry, UNSW et Gordon Parker, professeur Scientia, UNSW

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}