Il existe des milliers de décès excédentaires causés par les médicaments anti-brûlures courants

Il existe des milliers de décès excédentaires causés par les médicaments anti-brûlures courants

Une nouvelle étude établit un lien entre l'utilisation à long terme d'inhibiteurs de la pompe à protons et des cas mortels de maladie cardiovasculaire, d'insuffisance rénale chronique et de cancer de l'appareil gastro-intestinal supérieur.

Des recherches antérieures ont établi un lien entre l'utilisation prolongée de ces médicaments, qui traitent les brûlures d'estomac, les ulcères et le reflux acide, avec un risque accru de décès prématuré. Cependant, on sait peu de choses sur les causes spécifiques de décès attribuées à ces médicaments.

Plus de 15 millions d'Américains ont des prescriptions pour les IPP. En outre, des millions de personnes supplémentaires achètent les médicaments en vente libre et les prennent sans être soignés par un médecin et souvent indéfiniment.

Les IPP — en vente sous des marques telles que Prevacid, Prilosec, Nexium et Protonix — apportent un soulagement en réduisant l’acide gastrique. Les IPP sont parmi les classes de médicaments les plus couramment utilisées aux États-Unis.

Les chercheurs ont également constaté que ce risque augmente avec la durée d'utilisation des IPP, même lorsque les médicaments sont pris à faibles doses. L’étude apparaît dans BMJ.

«Prendre des IPP sur plusieurs mois ou plusieurs années n’est pas sûr, et nous avons maintenant une image plus claire des problèmes de santé associés à une utilisation prolongée des IPP», déclare l’auteur senior Ziyad Al-Aly, professeur adjoint de médecine à la Washington University School of Médecine à St. Louis. Il a dirigé plusieurs études associant les IPP à l'insuffisance rénale chronique et à un risque accru de décès.

D'autres chercheurs ont indépendamment lié les IPP à des problèmes de santé indésirables tels que la démence, les fractures osseuses, les maladies cardiaques et la pneumonie, entre autres.

'Des milliers de morts excédentaires'

Pour cette étude, les chercheurs ont examiné des dossiers médicaux non identifiés dans une base de données gérée par le département américain des anciens combattants. En examinant les données médicales acquises de juillet 2002 à juin 2004, les chercheurs ont identifié des personnes 157,625 - principalement des hommes de race blanche âgés de plus de 13 ans 65 - qui avaient reçu de nouvelles ordonnances pour des IPP, et des personnes 56,842 ayant reçu de nouvelles ordonnances pour une autre classe de médicaments antiacides, H2. bloqueurs. Ils ont suivi les patients - 214,467 au total - jusqu'à 10 années.

Plus de la moitié des personnes sous IPP l'ont fait sans besoin de soins médicaux.

Les chercheurs ont constaté une augmentation du pourcentage de 17 de risque de décès dans le groupe des IPP par rapport au groupe des antagonistes H2. Ils ont calculé les décès en excès 45 imputables à l'utilisation à long terme d'IPP par personne 1,000. Les taux de mortalité des IPP étaient de 387 par 1,000, et les taux de mortalité des inhibiteurs de H2 de 342 par 1,000.

«Compte tenu des millions de personnes qui prennent des IPP régulièrement, cela se traduit par des milliers de décès en excès chaque année», explique Al-Aly, néphrologue et épidémiologiste clinique.

L'utilisation des IPP était associée à des décès causés par une maladie cardiovasculaire, une maladie rénale chronique et un cancer de l'appareil gastro-intestinal supérieur. Plus précisément, 15 sur 1,000 des utilisateurs d'IPP est décédé d'une maladie cardiaque, quatre sur 1,000 d'une maladie rénale chronique et deux sur 1,000 d'un cancer de l'estomac. Les taux de décès dus aux maladies cardiovasculaires étaient 88 dans le groupe IPP et 73 dans le groupe H2. Pour le cancer de l'estomac, les taux de mortalité étaient de six dans le groupe IPP et de quatre dans le groupe H2. Les taux de mortalité par insuffisance rénale chronique étaient respectivement de huit et quatre dans les groupes des inhibiteurs de PPI et H2.

Surutilisation d'inhibiteurs de la pompe à protons

En outre, l'étude a révélé que plus de la moitié des personnes sous IPP le faisaient sans besoin médical, bien que les données n'indiquent pas pourquoi on avait prescrit des IPP aux patients. Dans ce groupe, les décès liés aux IPP étaient plus fréquents, près de 23 mourant de maladie cardiaque, près de cinq personnes sous 1,000 de maladie rénale chronique et trois de cancer de l'estomac.

«Ce qui me préoccupe le plus, c’est que les personnes sous IPP, mais qui n’en ont peut-être pas besoin, subissent un préjudice grave», explique Al-Aly. "La surutilisation n'est pas dépourvue de préjudice."

L'étude a également révélé que plus de 80 pour cent des utilisateurs d'IPP prenaient de faibles doses du médicament sur ordonnance ou équivalaient à des doses offertes en vente libre. "Cela suggère que le risque peut ne pas être limité aux IPP sur ordonnance, mais qu'il peut également survenir à des doses en vente libre", dit-il.

Action de la FDA?

La Food and Drug Administration américaine a exprimé son intérêt pour les données présentées par l'équipe de recherche d'Al-Aly. «Les IPP vendus au comptoir devraient comporter un avertissement plus clair concernant les risques potentiels pour la santé, ainsi qu’un avis plus clair quant à la nécessité de limiter la durée d’utilisation, généralement de ne pas dépasser 14 jours», dit-il. «Les personnes qui ressentent le besoin de prendre des IPP en vente libre plus longtemps que cela ont besoin de consulter leur médecin.»

L'équipe de recherche d'Al-Aly continuera d'étudier les effets néfastes sur la santé liés aux IPP, en particulier chez les patients les plus à risque.

«Beaucoup de gens prennent inutilement des IPP», ajoute Al-Aly. «Ces personnes peuvent être exposées à des risques potentiels lorsqu'il est peu probable que les médicaments soient bénéfiques pour leur santé. Notre étude suggère la nécessité d'éviter les IPP lorsque cela n'est pas médicalement nécessaire. Pour ceux qui ont des besoins médicaux, l'utilisation des IPP doit être limitée à la dose efficace la plus faible et à la durée la plus courte possible. ”

Les travaux ont été financés par le Département américain des anciens combattants et l’Institute for Public Health de la Faculté de médecine de l’Université de Washington.

La source: Université de Washington à St. Louis

books_health