Pour se souvenir davantage, obtenir un sommeil plus consistant

Pour se souvenir davantage, obtenir un sommeil plus consistant

Selon une nouvelle étude, les temps de sommeil changeants et la qualité réduite du sommeil ont un effet négatif sur la capacité des personnes âgées à se rappeler des informations sur des événements passés.

L'étude a également mis en évidence des différences raciales inattendues dans le type de structure du sommeil associé à une performance de mémoire plus faible chez les participants afro-américains de recherche plus jeunes et plus âgés.

Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour confirmer les résultats de l’étude pilote, les résultats pourraient aider à ouvrir un nouveau domaine de recherche visant à comprendre le lien potentiel entre le manque de sommeil et les pertes de mémoire associées au vieillissement. Et l'étude, qui inclut des adultes de 50 dans la région d'Atlanta, souligne également l'importance du sommeil pour maintenir un bon fonctionnement cognitif.

«La variabilité nocturne des participants à l'étude plus âgés a eu un impact majeur sur leurs performances dans les tests d'évaluation de la mémoire épisodique», déclare Audrey Duarte, professeure agrégée à la faculté de psychologie du Georgia Institute of Technology et chercheuse principale. dans le laboratoire de la mémoire et du vieillissement. "L'association entre sommeil et mémoire est connue, mais la nouveauté de cette étude montre que le lien est particulièrement évident chez les adultes plus âgés et les participants noirs, quel que soit leur âge."


 Recevez le dernier par courriel

Magazine hebdomadaire Daily Inspiration

Les chercheurs estiment que l’étude est la première du lien entre sommeil et mémoire, à la fois en fonction de l’âge et des différences raciales.

Une bonne nuit de sommeil

Duarte et Emily Hokett, étudiante au doctorat à la faculté de psychologie, ont recruté des volontaires 81 dans la région d’Atlanta. Ils ont soigneusement évalué les volontaires pour dépister ceux qui présentaient une déficience cognitive légère ou d’autres facteurs de confusion potentiels. Les chercheurs ont recruté de jeunes adultes dans la tranche d’âge des années 18 à 37, tandis que des adultes plus âgés ont été recrutés dans une plage allant de 56 à 76. En fin de compte, les chercheurs ont sélectionné 50 adultes pour l’étude.

«Nous voulions examiner les facteurs de style de vie pour voir comment les gens dorment normalement et comment leurs habitudes de sommeil évoluent avec le temps», explique Hokett. «Nous voulions savoir dans quelle mesure le sommeil affectait les performances de la mémoire: à quel point ils se souvenaient de certaines choses et que leur cerveau fonctionnait bien en fonction de leur qualité de sommeil.»

Les participants portaient des accéléromètres aux poignets pour mesurer la durée et la qualité du sommeil sur une période de sept nuits. Bien qu'ils n'aient pas mesuré les ondes cérébrales, les appareils ont permis de mesurer le sommeil chez les participants. Les chercheurs ont cherché à fournir une mesure plus réaliste que les tests effectués en laboratoire, qui ne dure généralement qu'une nuit.

Les participants ont été invités à se rendre dans un laboratoire pour un test de mémoire mesurant l'activité des ondes cérébrales électroencéphalographiques (EEG), alors qu'ils tentaient de rappeler des paires de mots qui leur avaient été présentées auparavant. Il n’est pas surprenant que les performances soient corrélées à un meilleur sommeil chez la plupart des personnes âgées.

Mais Duarte et Hokett ont été surpris de constater que la relation entre un sommeil médiocre et une activité cérébrale liée à la mémoire s’étendait aux participants noirs plus âgés et plus jeunes, dont certains étaient des étudiants. Pour comprendre les causes potentielles du manque de sommeil, ils ont administré un questionnaire standardisé conçu pour mesurer les niveaux de stress chez ces participants.

«Le principal facteur en corrélation avec une mauvaise qualité de sommeil chez les participants noirs était le stress lié à la race», a déclaré Hokett. «Lorsque les participants avaient des valeurs plus élevées pour cette mesure de stress, la fragmentation du sommeil était également plus importante, en moyenne. Nous avons trouvé une relation très significative ici. "

L'étude a révélé que les adultes noirs dormaient moins de minutes 36 que les autres adultes, ce qui se traduit par une diminution, en XNX, de l'activité cérébrale liée à la mémoire. En moyenne, les adultes noirs participant à l'étude ont passé plus de minutes 12 plus de temps après s'être endormis que les autres participants.

L'étude a également révélé une variation significative entre les sujets de chaque groupe d'âge. «Certains de nos sujets âgés de 70 ressemblaient à nos étudiants de 20», dit Duarte. "De nombreux facteurs contribuent aux différences individuelles."

Obtenez votre repos

Dans leurs recherches futures, Duarte et Hokett espèrent élargir leur étude à un groupe plus large de participants, étudier la relation entre sommeil et mémoire chez d’autres minorités sous-représentées et examiner si des variations dans les habitudes de sommeil pourraient prédire le risque de souffrir de maladies telles que: Alzheimer.

Le message à retenir de l'étude peut être que le sommeil régulier est important à tout âge pour la meilleure performance cognitive.

«Vous pouvez imaginer que de nombreuses personnes, parmi lesquelles des étudiants, peuvent avoir des habitudes de sommeil variables, qui consistent à rester éveillé tard pour étudier et à dormir le week-end pour se rattraper», explique Duarte. "Ces données montrent que ce n'est peut-être pas la meilleure stratégie pour optimiser la capacité de mémoire."

Cependant, l'amélioration du sommeil peut être un domaine où les personnes préoccupées par une déficience cognitive peuvent avoir la possibilité d'apporter des améliorations.

«Pour comprendre le vieillissement normatif, les facteurs de style de vie sont un bon domaine à cibler car ils sont potentiellement des facteurs que nous pouvons contrôler», déclare Duarte. «On sait depuis des décennies que des choses importantes se produisent pendant votre sommeil en ce qui concerne la consolidation de la mémoire et le renforcement des souvenirs. Parce que nous savions que la qualité du sommeil diminuait généralement avec le vieillissement normal, il s'agissait d'une cible d'étude principale. "

La recherche apparaît dans le journal Frontières de la neuroscience humaine.

Cette étude a bénéficié du soutien du programme de bourses de recherche pour chercheurs diplômés de la National Science Foundation. Les opinions, conclusions et conclusions ou recommandations exprimées dans ce document sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la National Science Foundation.

La source: Georgia Tech

books_health

Vous aimeriez aussi

LANGUES DISPONIBLES

Anglais afrikaans Arabe Chinois simplifié) Chinois (traditionnel) Danois Hollandais Philippin Finnois Français Allemand Grec Hébreu Hindi Hongrois Indonésien Italien Japonais Coréen Malaisien Norvégien Persan Polonais Portugais Roumain Russian Espagnol Swahili Swedish Thaï Turc Ukrainien Ourdou Vietnamien

suivez InnerSelf sur

Icône facebooktwitter iconyoutube iconicône Instagramicône pintresticône rss

 Recevez le dernier par courriel

Magazine hebdomadaire Daily Inspiration

Nouvelles attitudes - nouvelles possibilités

InnerSelf.comClimateImpactNews.com | InnerPower.net
MightyNatural.com | WholisticPolitics.com | InnerSelf Marché
Copyright © 1985 - 2021 InnerSelf Publications. Tous les droits sont réservés.