Quand c'est intelligent d'être lent : les leçons d'un koala

ours koala "coincé" dans un arbrePhoto : Université du Queensland/AAP

Le koala s'accrochait à un vieux cerf d'arbre alors qu'il était échoué dans la rivière Murray, à la frontière entre la Nouvelle-Galles du Sud et Victoria. Une équipe d'étudiants de l'Université de La Trobe a remarqué sa situation difficile alors qu'ils pagayaient en canoë.

"C'était presque comme s'il cherchait à savoir s'il pouvait sauter dans le canoë", a déclaré l'un des étudiants. rapporté plus tard.

Le koala aurait pu nager jusqu'au rivage s'il l'avait voulu - c'était assez proche et les koalas ne sont pas particulièrement dérangés par la pluie ou l'eau. Ce sont des nageurs capables, sinon élégants, qui se lancent dans les rivières et nagent avec une pagaie de chien efficace de l'autre côté.

Si un bateau leur est offert, cependant, ils accepteront volontiers le mode de transport le plus confortable. Ils sont connus pour se hisser à bord de canoës de passage - se contentant de faire un tour gratuit de l'autre côté, sans se soucier de l'endroit où ils pourraient être emmenés.

Ce koala a opté pour l'option facile. Debout dans l'eau jusqu'aux genoux, les étudiants ont tourné une extrémité du canoë vers l'arbre, où le koala attendait sur une souche basse pour le transport.

Lorsque le bateau a touché l'arbre, le koala est immédiatement monté à bord. Les élèves ont lentement fait tourner le bateau, gardant leurs distances avec l'animal, jusqu'à ce que la proue touche la berge. Dès que le bateau a touché le sol, le koala est monté à l'avant avant de sauter et de se promener dans les arbres.

C'est incontestablement mignon vidéo. Le koala et les étudiants se sont vraisemblablement séparés très satisfaits du résultat, mais je me demande ce que le koala pensait – comment il pensait – de cette situation.

Si vous avez déjà dû sauver un animal de compagnie d'un endroit inconfortable - un chat dans un arbre, un chien coincé dans un drain ou un cheval coincé dans une clôture - vous saurez qu'ils montrent très rarement la moindre idée que vos actions pourraient aider. eux, sans parler de coopérer avec vous. Et pourtant ce koala semblait faire les deux.

Planifier à l'avance

J'ai envoyé un lien vers la vidéo à Mike Corballis, professeur de psychologie en Nouvelle-Zélande, qui a beaucoup travaillé sur la prévoyance et la capacité des animaux à "voyager mentalement dans le temps". Les humains le font régulièrement - nous passons une grande partie de notre vie à penser à ce qui s'est passé dans le passé et à planifier ce qui pourrait arriver dans le futur. Sans parler d'imaginer des choses qui pourraient ne jamais arriver du tout. Nous répétons constamment des scénarios dans notre esprit, révisons et affinons nos réponses aux interactions, aux événements et aux conflits, à tel point que toute une industrie de la « pleine conscience » a vu le jour pour nous aider à arrêter notre activité mentale tourbillonnante et à nous concentrer sur la vie du moment.

On pourrait penser que les koalas calmes et décontractés seraient le modèle parfait pour vivre dans l'instant, mais que se passerait-il s'ils prédisaient également ce qui va se passer ensuite, en fonction de ce qui s'est passé dans le passé, et font des plans pour l'avenir ? ? Le koala dans le canoë semblait certainement faire cela.


 Recevez le dernier par courriel

Magazine hebdomadaire Daily Inspiration

"L'exemple du koala inclut peut-être la résolution de problèmes ainsi qu'un élément de réflexion future", déclare Mike. "Ce serait sûrement intéressant de travailler un peu plus avec eux."

Le koala voulait se déplacer vers un autre arbre mais ne semblait pas vouloir se mouiller. Il a vu un moyen d'atteindre cet objectif (le canoë passant à la dérive) et a anticipé la possibilité que le canoë se rapproche suffisamment pour être utilisé comme pont, tout comme le koala pourrait utiliser une bûche flottante. Une fois à bord, il prévoyait que le canot s'approcherait suffisamment du rivage pour qu'il saute.

Il n'est pas clair d'après la vidéo si le koala a compris le rôle des humains dans cette activité, mais il n'a certainement pas été dérangé par eux non plus. La fréquence à laquelle les koalas approchent les humains lorsqu'ils ont besoin d'aide suggère qu'ils ont une certaine appréciation du fait que les humains peuvent apporter des solutions à des problèmes qu'ils ne sont pas capables de résoudre eux-mêmes.

Hormis les animaux domestiques – qui reconnaissent que les humains peuvent leur ouvrir des portes, leur fournir de la nourriture et effectuer d'autres tâches simples – très peu d'animaux sauvages semblent conscients du potentiel des humains à être utiles. Et ceux qui s'en rendent compte ont tendance à être intelligents - certains oiseaux, certains dauphins et épaulards, et d'autres primates. Mais personne n'a jamais prétendu que les koalas étaient intelligents. Loin de là. Ils sont largement considérés comme assez stupides.

"Je suis sûr que nous sous-estimons la cognition animale, en partie parce que nous devons croire que les humains sont largement supérieurs, et en partie parce que nous avons un langage et pouvons dire nos plans alors que les animaux ne le peuvent pas", déclare Mike. Mais ce n'est pas parce que les animaux n'ont pas de langage qu'ils n'ont pas la capacité mentale qui sous-tend notre évolution du langage complexe.

Nous devons arrêter de chercher des reflets de nous-mêmes chez les autres animaux. Il y a plus d'une façon d'être "intelligent". Et accepter un ascenseur de ces étudiants pour traverser la rivière était, quelle que soit la façon dont vous le regardez, une décision intelligente en effet.

Simple, lent et stupide ?

"Les marsupiaux sont nettement moins intelligents que les mammifères placentaires, en partie à cause de leur cerveau plus simple", déclare l'Encyclopaedia Britannica, dans un jugement impérial radical. C'est un croyance répandue cela a conduit à de nombreuses hypothèses particulières sur les koalas, leur écologie et la probabilité de leur survie.

ours joala sur un arbreLes koalas sont souvent considérés comme mignons mais stupides. Photo: Danielle Clodé

Dans la course évolutive à la suprématie, les koalas sont régulièrement accusés d'avoir fait de mauvais choix. Comme les pandas, ils sont considérés comme mignons mais stupides - bientôt relégués à la pile croissante d'échecs évolutifs, destinés à l'extinction. Ils sont décrits comme lents, stupides et souvent considérés comme incapables de changer. Leur régime alimentaire est souvent décrit comme si pauvre en nutriments et toxique qu'il les empoisonne presque et les empêche d'être aussi actifs ou aussi intelligents que les autres animaux. Si toutes ces croyances étaient vraies, c'est un miracle qu'elles ne soient pas déjà éteintes.

Quand je me plains à un ami de la négativité autour des koalas, il a l'air perplexe.

"Eh bien, ils sont stupides, n'est-ce pas ?" il dit. "N'est-ce pas ce que vous obtenez en mangeant des feuilles de gomme toxiques?"

Le cerveau marsupial

Le cerveau des marsupiaux est en effet bien différent de celui des euthériens, ou mammifères placentaires. D'une part, il lui manque un corps calleux, le super connecteur de fibres groupées qui relient l'hémisphère gauche du cerveau à l'hémisphère droit. Comme les connecteurs électriques interétatiques, cette autoroute est probablement plus un égaliseur qu'un transfert unidirectionnel - lissant le transfert global d'informations entre les hémisphères et permettant peut-être à un côté de prendre le relais si l'autre ne fonctionne pas.

Les cerveaux, cependant, ont plus d'une façon de faire la même chose. Ce qui manque aux marsupiaux dans un corps calleux, ils le compensent avec une commissure antérieure, une autoroute de l'information similaire qui relie les deux hémisphères du cerveau.

Les cerveaux marsupiaux sont également lisses. Les cerveaux des mammifères se caractérisent par un « second » cerveau – un néocortex qui recouvre les anciennes structures que nous partageons avec les reptiles et qui régulent les mouvements, les entrées sensorielles, les fonctions corporelles, les instincts et les réponses-stimulus simples.

Le néocortex est notre cerveau rationnel et conscient. Il remplit bon nombre des mêmes fonctions que l'ancien cerveau, mais traite les informations différemment. Plutôt que d'utiliser l'instinct, le néocortex est capable de réponses plus complexes aux changements de l'environnement en apprenant, en interagissant et en faisant des interprétations plus complexes du monde. Nous attribuons une grande partie de notre intelligence à notre trop grand néocortex tout en dénigrant les capacités cognitives des animaux qui n'en ont pas. Que cela soit vrai ou non n'est pas clair.

Les cerveaux sont des organes remarquablement flexibles. Ils ont besoin d'autant d'espace que possible, mais sont limités par les organes sensoriels du crâne - yeux, langues, tympans et autres - ainsi que par les dents.

La professeure agrégée Vera Weisbecker est une biologiste de l'évolution qui dirige le laboratoire Morphological Evo-Devo à l'Université Flinders. Elle est venue en Australie dans le cadre d'un échange avec l'Allemagne en tant qu'étudiante et était fascinée par les marsupiaux remarquables et sous-étudiés du pays. Vingt ans plus tard, elle est une experte locale et mondiale des cerveaux marsupiaux.

"Ils sont extrêmement sous-évalués en science", dit-elle. "Le problème est que la plupart des chercheurs vivent dans l'hémisphère nord, où il n'y a qu'une seule espèce de marsupial - l'opossum de Virginie. La plupart des marsupiaux vivent dans l'hémisphère sud, en Amérique du Sud, et plus particulièrement en Australie, mais il n'y a pas autant de chercheurs pour les étudier ici.

Vera est convaincue qu'il y a beaucoup à apprendre des marsupiaux.

"Premièrement, ils sont une ligne complètement différente de l'évolution des mammifères", explique-t-elle. "Ils ont divergé des autres mammifères il y a longtemps et ont évolué séparément depuis. Et ils sont également très divers en forme, régime alimentaire et locomotion - carnivores, herbivores, fourmis, nectaristes, spécialistes des feuilles, bipèdes, quadrupèdes, planeurs et grimpeurs. Cela nous donne une vaste gamme d'espèces, parallèles aux mammifères euthériens, pour étudier et comprendre ce qui sous-tend les différentes adaptations dont ils disposent.

Vera et ses collègues ont étudié les différentes tailles et formes de cerveaux de marsupiaux australiens. En utilisant les crânes d'espèces vivantes et éteintes, ils ont créé des endocasts du cerveau - des empreintes de l'intérieur de leur tête. Chez la plupart des mammifères, le cerveau est fortement pressé contre le crâne et pressé dans tous les espaces possibles. Dans le passé, la mesure de la taille du cerveau se faisait en remplissant la cavité crânienne de minuscules billes de verre, puis en la pesant. Désormais, les crânes sont scannés en 3D et les formes du cerveau peuvent être recréées dans les moindres détails.

Une image du cerveau d'un koala.Le cerveau d'un koala. cc-BY-NC

"Ainsi, les cerveaux des marsupiaux sont-ils plus petits que les cerveaux de tous les autres mammifères, les euthériens?" Je demande.

Vera pousse quelques graphiques sur le tableau - des groupes de nuages ​​de points avec des lignes de couleurs différentes ajustées, indiquant la relation entre la taille du cerveau et la taille du corps pour des centaines d'espèces, classés en groupes.

"Si vous regardez les lignes comparant les marsupiaux aux euthériens, ils suivent à peu près la même pente", dit-elle. "En moyenne, un marsupial a à peu près la même taille de cerveau qu'un euthérien de même taille."

"Qu'en est-il de ces points qui sont bien au-dessus ou bien en dessous de la ligne?" Je demande.

« Regardons les groupes auxquels appartiennent ces valeurs aberrantes », dit Vera, en passant à un autre graphique. «Ce groupe en haut sont les primates. Les primates en tant que groupe ont tendance à avoir un cerveau plus gros pour leur taille. Les cétacés aussi. Mais parfois, cette moyenne est influencée par une valeur aberrante. Les humains, tous les hominidés, sont vraiment inhabituels - ils ont un cerveau particulièrement gros pour leur taille corporelle. Ils augmentent la moyenne.

"Y a-t-il des valeurs aberrantes particulières parmi les marsupiaux?" Je demande.

Véra rit.

"Eh bien, il y en a un qui est assez bas", dit-elle. "Certainement en dessous de la moyenne sur les enjeux du cerveau - et c'est l'opossum de Virginie. Je pense donc que c'est peut-être la raison pour laquelle les chercheurs de l'hémisphère nord supposent que les marsupiaux sont stupides. Parce qu'ils travaillent avec la seule espèce qui n'a pas un très gros cerveau.

« Et qu'en est-il des koalas ? Je demande. "Où se situent-ils sur le graphique?"

« Allons voir », dit-elle en se tournant vers son écran d'ordinateur.

« Nous devrons chasser celui-là. Je dois revenir au code et activer toutes les étiquettes. Ça va être le bordel."

J'attends que Vera modifie le programme et relance le graphique. L'écran se remplit soudainement de centaines de noms d'espèces superposés les uns sur les autres.

"Maintenant, ça devrait être à peu près ici", dit Vera, agrandissant l'écran pour que les mots commencent à se séparer légèrement. "Ah oui - ça y est, je peux juste distinguer Phascolarctos. À peu près sur la ligne – complètement moyen pour un marsupial de cette taille, et complètement moyen pour un mammifère euthérien de cette taille.

Ce n'est ni dans les 10 % supérieurs ni dans les 10 % inférieurs pour les mammifères. Il n'y a rien d'extraordinaire à ce sujet. Les koalas ont un cerveau de taille tout à fait moyenne pour un mammifère de taille moyenne.

« Il y a ça argument, cependant, le cerveau de ce koala ne remplit pas la capacité de son crâne », je commente. "Qu'ils n'occupent que 60% de leur cerveau - ce qui est beaucoup moins de place que le cerveau de tout autre animal."

Vera secoue la tête.

«Il y a un peu de variation dans la façon dont les cerveaux sont serrés, mais pas tant que ça. L'évolution du corps n'est pas inutile. Pourquoi un animal construirait-il un gros crâne vide dont il n'aurait pas l'utilité ?

Il s'avère que la plupart des premières études utilisaient des cerveaux de koala qui avaient été préservés, mais les cerveaux marinés rétrécissent ou se déshydratent souvent avec le temps. De plus, les cerveaux sont souvent très imprégnés de sang pendant leur vie, de sorte qu'à la mort, leur volume peut ne pas refléter avec précision leur taille lorsqu'ils fonctionnent.

Ces deux facteurs ont probablement amené les anatomistes à penser que le cerveau des koalas vibrait dans leur crâne, flottant dans un liquide. En fait, la quantité de fluide entourant un le cerveau du koala vivant est sensiblement le même comme celle autour du cerveau de la plupart des autres mammifères.

Une étude plus récente utilisé l'imagerie par résonance magnétique pour scanner la taille des koalas vivants. Plutôt qu'une capacité crânienne de 60 %, cette étude a révélé que le cerveau des koalas remplissait 80 à 90 % du crâne, tout comme chez les humains et les autres mammifères.

Repenser le cerveau des koalas

Nous devons vraiment repenser radicalement nos hypothèses communes sur la taille du cerveau des koalas et leur fonctionnement.

Même si le cerveau des koalas était plus petit que la moyenne, cela ne signifierait pas nécessairement que les animaux sont stupides. La taille du cerveau est tout simplement trop "bruyante", dit Vera, pour prédire avec précision la cognition des mammifères.

« Cela ne reflète pas très bien l'infrastructure cérébrale », explique-t-elle. Les cerveaux des mammifères diffèrent grandement dans leur densité cellulaire et leur connectivité, et de toute façon il y a peu de lien entre performances cognitives et taille ou structure du cerveau entre les espèces ou au sein des espèces.

La taille du cerveau humain n'est pas en corrélation avec l'intelligence. Le cerveau d'Einstein était nettement plus petit que la moyenne, obligeant les scientifiques à rechercher des différences significatives dans ses lobes pariétaux et son corps calleux, ou l'existence de boutons et de rainures rares, pour expliquer son extraordinaire intelligence.

La relation entre la structure et la fonction du cerveau est compliquée et commence seulement à être comprise. L'intelligence n'est peut-être pas une simple question du nombre de neurones interconnectés dont vous disposez, mais de la manière dont ces connexions sont établies, taillées et façonnées par l'expérience. Le câblage cérébral peut concerner davantage les connexions inutiles que nous perdons avec l'âge que les précieuses que nous renforçons.

Certains oiseaux sont capables de résoudre des problèmes complexes et de formidables exploits de mémoire, et ont maîtrisé l'utilisation d'outils et le langage à leurs propres fins - rivalisant avec les compétences tant vantées de nombreux primates et cétacés à gros cerveau. Et pourtant, non seulement leur cerveau n'a pas de néocortex, mais il est beaucoup plus petit et plus lisse que celui des mammifères. Le vol ne permet pas aux oiseaux de développer de gros cerveaux lourds, ils en ont donc développé de petits et efficaces à la place. Ce n'est pas nécessairement combien vous avez qui compte, mais comment vous l'utilisez.

Les humains sont un peu obsédés par la taille du cerveau - avec tout, en fait, ce qui, selon nous, nous sépare des autres animaux, comme l'utilisation d'outils, le langage et la sociabilité. Nous sommes un peu sensibles, vraiment, à propos de notre relation avec le monde naturel, notre place dans celui-ci.

Nous préférons nous considérer différents, séparés, supérieurs, meilleurs. Nous admirons les animaux qui partagent avec nous des traits ou des habitudes : les prodigieuses compétences spatiales des pieuvres, la vie familiale des oiseaux socialement liés, la communication complexe des cétacés. Mais une intelligence qui ne ressemble pas à la nôtre, ou qui se traduit par un comportement ou des choix différents des nôtres, nous ne le reconnaissons pas toujours ou ne le remarquons même pas toujours.

Nous pensons que les animaux sont intelligents lorsqu'ils font des choix que nous ferions, même lorsque ces choix sont dictés par la sélection évolutive ou l'instinct, plutôt que par la réflexion. « L'intelligence » est la capacité de prendre des décisions avantageuses dans un monde changeant et variable, de résoudre des problèmes, d'adapter son comportement à des circonstances changeantes. Certaines espèces bénéficient de pouvoir le faire. D'autres espèces, comme de nombreux requins ou crocodiles, ont adopté une stratégie qui leur a permis de survivre sans changement pendant des millénaires dans des conditions changeantes. Être intelligent n'est pas toujours la meilleure stratégie.

Le Dr Denise Herzing suggère que nous devrions utiliser des méthodes plus objectives pour évaluer l'intelligence non humaine, y compris la mesure de la complexité de la structure cérébrale, des signaux de communication, des personnalités individuelles, des arrangements sociaux et des interactions interspécifiques. En fin de compte, je me demande si l'intelligence animale n'est pas davantage une question de flexibilité comportementale - la capacité de s'adapter et de réagir aux circonstances changeantes au cours de la vie d'un individu.

Cette adaptabilité est encore plus importante que la variation génétique pour la survie d'une espèce, en particulier dans un environnement qui change aussi rapidement qu'il le fait actuellement.

Peut-être ferions-nous mieux de passer moins de temps à classer les animaux sur une échelle où nous sommes toujours au sommet, et à les considérer selon leurs propres mérites et capacités - en termes de mode de vie et de ce qui fait leur succès dans ce qu'ils font.

Nous pourrions avoir une plus grande chance d'apprendre quelque chose d'eux de cette façon.

koala sur une bûchePeut-être ferions-nous mieux de considérer les animaux selon leurs propres mérites et capacités. Photo: Danielle Clodé

L'attirance humaine

Je pense encore au koala qui a fait du stop avec les étudiants sur la rivière Murray. Comme la plupart des animaux sauvages, les koalas préfèrent éviter de trop s'approcher des humains. Ils s'éloignent généralement, se balancent derrière un tronc d'arbre ou regardent simplement ailleurs. Mais pas toujours. En de rares occasions, les koalas tolèrent ou même recherchent la compagnie humaine. Ils descendent de leurs arbres et sollicitent de l'aide, ou apparaissent simplement pour satisfaire leur curiosité. Ce sont souvent des animaux plus jeunes qui manifestent cette curiosité – qui touchent les gens par le nez ou tendent la main vers eux. Parfois, ils semblent simplement vouloir de la compagnie, ce qui semble étrange pour un animal autrement solitaire.

Dans beaucoup de ces cas, le koala veut quelque chose – de l'eau ou un tour gratuit ou de la sécurité. Ce ne sont pas les seuls animaux à approcher les humains pour obtenir de l'aide, surtout en cas d'urgence, mais pour d'autres, c'est rare.

Les animaux utilisent par coïncidence les humains pour se protéger, comme un pingouin ou un phoque cherchant refuge sur un bateau qui passe pour échapper à la chasse aux épaulards, ou un kangourou blessé s'abritant près d'une maison. Les koalas n'acceptent pas non plus passivement l'aide, comme une baleine qui permet aux sauveteurs de la libérer des filets et des lignes emmêlés. Dans ces cas, l'animal tolère notre présence comme étant un risque plus faible que l'alternative.

Mais ces koalas n'évitent pas un plus grand risque ; les chances ne sont pas si immédiatement désastreuses. Dans certains cas, le koala peut être malade ou gravement déshydraté. Mais même ainsi, il est inhabituel que d'autres animaux recherchent activement des humains lorsqu'ils sont malades.

Une de mes amies s'est souvenue un jour d'un étrange grattement à sa porte d'entrée. Lorsqu'elle a enquêté, elle a trouvé un koala regardant à travers la vitre, essayant apparemment d'entrer. Les koalas, comme beaucoup d'animaux, trouvent le verre déroutant. C'est soit un obstacle invisible qu'ils tentent de franchir sans succès, soit le reflet d'arbres ou d'un rival importun.

Mon amie a ouvert la porte et a mis de l'eau pour le koala alors qu'il était assis sur son perron, apparemment incertain de ce qu'il fallait faire ensuite. Quand elle est revenue quelque temps plus tard, le koala avait disparu.

Est-ce que le koala est monté dans le voiture de fermier climatisée, alors que le fermier était dans le vignoble, voulant profiter de la fraîcheur par une chaude journée ? Ou la voiture était-elle simplement un obstacle intéressant à enquêter qui se présentait sur son chemin ? C'est difficile à savoir, mais même dans les voitures, le verre est un problème. Il n'est facile pour personne de comprendre comment contourner une nappe inattendue de néant invisible. Que voit un koala lorsqu'il s'approche d'une fenêtre, d'un humain ou d'un bâtiment ?

Je ne suis pas tout à fait sûr de ce qui pousse les koalas à approcher les humains quand ils en ont besoin. Ou ce qu'ils perçoivent lorsqu'ils tendent la main pour se cogner le nez avec vous. Mais lorsqu'un koala demande de l'aide, il le fait d'une manière intrinsèquement attrayante pour les humains. Leurs yeux tournés vers l'avant, leur visage rond et leurs expressions attentives déclenchent clairement le modèle facial auquel les humains sont programmés pour répondre et lire pour les signaux sociaux.

Le Dr Jess Taubert est un neuroscientifique cognitif à l'Université du Queensland qui a travaillé avec une gamme d'espèces sur des fonctions telles que la reconnaissance faciale, y compris au Yerkes National Primate Research Center aux États-Unis. Elle me dit que les gens, en particulier les enfants et les personnes souffrant de troubles affectifs, réagissent souvent plus fortement aux visages d'animaux qu'aux humains.

"Mon intuition est que les visages d'animaux ont des signaux plus faciles à lire que les visages humains adultes parce que nous ne sourions pas toujours quand nous sommes heureux ou ne regardons pas ce à quoi nous assistons", dit Jess. "Les gens avec des visages de bébé sont considérés comme plus chaleureux, naïfs, gentils et dignes de confiance et les koalas pourraient également bénéficier de ces préjugés."

Jess n'est ni sentimentale à propos des koalas ni à l'abri de leurs charmes. Elle raconte l'histoire d'avoir été mordue par un koala qu'elle transportait pour que les visiteurs la photographient lorsqu'elle travaillait dans un parc animalier.

"J'ai su que quelque chose était différent dès le moment où je l'ai récupéré. J'aurais dû simplement le rabaisser », raconte-t-elle. "Il était généralement très gentil et patient, mais après une ou deux photos, il m'a juste mordu l'épaule. J'ai dû reculer rapidement de l'exposition avant que quiconque ne voie ce qui s'était passé.

"Il n'était pas le seul animal à me mordre quand je travaillais dans des zoos", dit Jess, "mais il était le plus mignon et je lui ai tout de suite pardonné."

Ce ne sont pas seulement leurs visages qui rendent les koalas mignons. C'est aussi leur tendance à lever les bras vers les sauveteurs humains lorsqu'ils sont au sol.

C'est l'action d'un grimpeur d'arbres, un animal arboricole qui porte ses petits et a les bras libres pour les soulever. En tant que singes, nous, les humains, partageons cette réponse instinctive avec les koalas. Nos bébés s'accrochent à nous, tout comme les bébés des singes agrippent la fourrure de leur mère lorsqu'ils traversent les arbres. Nous nous sommes peut-être adaptés pour devenir des créatures aux pieds flottants vivant dans la savane, mais notre enfance trahit nos origines. Nous portons nos petits comme des arboriculteurs. Les nouveau-nés saisissent les doigts et les objets à portée de main dans un instinct vestigial dérivé de notre ascendance primate, mais partagé avec de nombreuses créatures arboricoles, y compris des marsupiaux comme le koala.

Peut-être que lorsque les koalas atteignent les humains, ils cherchent une évasion, l'objet le plus haut à escalader. Et quand on les voit lever les bras, on répond en les ramassant.

Là où ils voient un arbre, nous voyons un bébé demander de l'aide. Peut-être sommes-nous tous les deux victimes de nos propres instincts préprogrammés.

Fais de beaux rêves

Un koala dort dans un des arbres au bord de la route. Je vais le vérifier plusieurs fois, mais il ne bouge pas. Il dort encore le lendemain, mais il est maintenant sur une autre branche du même arbre. Il a dû bouger à un moment donné. Je ne l'ai tout simplement pas remarqué parce que je dormais.

J'envisage de faire une enquête d'activité comportementale où je le vérifie toutes les demi-heures et enregistre son comportement, mais je décide de ne pas le faire. Je suis censé écrire un livre, pas faire un article de zoologie, et en plus – les koalas ne font pas grand-chose, n'est-ce pas ?

Je retourne à mon bureau, où je m'occupe chaque jour des heures devant mon ordinateur. Je me demande à quoi ressemblerait mon propre cycle d'activité. De longues périodes de «rien» à mon bureau, interrompues par de brèves incursions dans la cuisine pour manger et peut-être une promenade occasionnelle à l'extérieur. Puis une autre période d'assise sur le canapé et une période prononcée d'inactivité complète pendant la nuit.

Je regarde le chien, endormi dans son panier, et le chat recroquevillé sur mon lit, et je leur envie leur vie tranquille. Ne rien faire, faire quelque chose, tout est relatif, n'est-ce pas ?

Il me vient à l'esprit que les koalas dorment toute la journée parce qu'ils le peuvent, pas parce qu'ils y sont obligés. Ce n'est certainement pas parce qu'ils sont défoncés ou qu'ils manquent d'esprit pour faire quelque chose de plus intéressant de leur temps. Ils dorment probablement jusqu'à 80 % de leur temps, tout comme les chats et les chiens, car ils ont tout ce dont ils ont besoin en termes de nourriture, d'abri et de sécurité.

Les animaux qui restent éveillés tout le temps le font parce qu'ils n'ont pas le choix - parce qu'ils doivent se déplacer constamment pour se nourrir (comme les colibris ou les musaraignes pygmées), pour voler (comme les oiseaux migrateurs océaniques) ou nager (comme les baleines), ou pour maintenir une vigilance constante pour les prédateurs (comme les cerfs et les moutons).

Loin d'être piégés dans une sorte de mauvaise adaptation, les koalas ont été libérés par leur alimentation remarquable des angoisses et des défis qui troublent tant d'autres espèces. Une fois qu'ils ont trouvé un endroit convenable, les koalas n'ont plus besoin de chercher de la nourriture. Ils n'ont qu'à tendre la main et l'arracher de l'arbre devant eux, comme un empereur cueillant des raisins dans un bol d'or.

Ils n'ont pas besoin de la vigilance constante exigée par les herbivores des plaines africaines, asiatiques ou américaines. Ils ont peu de prédateurs arboricoles pour se cacher et leur meilleure défense contre les chasseurs au sol est de rester immobiles et silencieux et de passer inaperçus, même en dormant pendant qu'ils le font. Même leur système social nécessite un engagement minimal. Ils signalent leur occupation avec leur odeur et respectent la présence de l'autre, presque sans contact. La saison des amours est le seul moment qui nécessite des efforts, et même dans ce cas, les choses restent simples.

Bref, ça m'a l'air d'être une belle vie.

Source de l'article:

couverture du livre Koala : Une vie dans les arbres de Danielle ClodeKoala : une vie dans les arbres
par Danielle Clode

Ceci est un extrait édité de Koala : une vie dans les arbres par Danielle Clode, publié par Black Inc.La Conversation

A propos de l'auteur

Danielle Clode, professeur agrégé (adjoint) en création littéraire, Flinders University

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

Livres connexes

 

L'essaim humain: comment nos sociétés se lèvent, prospèrent et tombent

0465055680par Mark W. Moffett
Si un chimpanzé s'aventure sur le territoire d'un groupe différent, il sera presque certainement tué. Mais un New-Yorkais peut se rendre à Los Angeles - ou à Bornéo - avec très peu de crainte. Les psychologues ont peu expliqué la situation: ils soutiennent depuis des années que notre biologie impose une limite supérieure stricte - concernant les 150 - à la taille de nos groupes sociaux. Mais les sociétés humaines sont en réalité beaucoup plus grandes. Comment pouvons-nous nous débrouiller ensemble? Dans ce livre bouleversant, le biologiste Mark W. Moffett s’appuie sur des découvertes en psychologie, en sociologie et en anthropologie pour expliquer les adaptations sociales qui lient les sociétés. Il explore comment la tension entre identité et anonymat définit la manière dont les sociétés se développent, fonctionnent et échouent. Surpassant Armes à feu, germes et acier et des tours Sapiens, L'essaim humain révèle comment l’humanité a créé des civilisations tentaculaires d’une complexité inégalée - et ce qu’il faudra pour les maintenir.   Disponible sur Amazon

 

Environnement: la science derrière les histoires

par Jay H. Withgott, Matthew Laposata
0134204883Environnement: la science derrière les histoires est un best-seller pour le cours d'introduction aux sciences de l'environnement, reconnu pour son style narratif adapté aux étudiants, son intégration d'histoires réelles et d'études de cas et sa présentation des dernières recherches et recherches scientifiques. le 6th édition présente de nouvelles opportunités pour aider les étudiants à voir les liens entre les études de cas intégrées et la science dans chaque chapitre, et leur donne la possibilité d'appliquer le processus scientifique aux préoccupations environnementales. Disponible sur Amazon

 

Planète réalisable: un guide pour une vie plus durable

par Ken Kroes
0995847045Êtes-vous préoccupé par l'état de notre planète et espérez-vous que les gouvernements et les entreprises trouveront un moyen de vivre durable pour nous? Si vous n'y pensez pas trop, cela peut marcher, mais est-ce que ça va? Laissés à eux-mêmes, avec des moteurs de popularité et de profits, je ne suis pas trop convaincu que ce sera le cas. La partie manquante de cette équation, c'est vous et moi. Des individus qui croient que les entreprises et les gouvernements peuvent faire mieux. Des personnes qui croient que grâce à l'action, nous pouvons gagner un peu plus de temps pour développer et mettre en œuvre des solutions à nos problèmes critiques. Disponible sur Amazon

 

De l'éditeur:
Les achats sur Amazon vont couvrir les frais de transport. InnerSelf.com, MightyNatural.com, et des tours ClimateImpactNews.com sans frais et sans annonceurs qui suivent vos habitudes de navigation. Même si vous cliquez sur un lien mais n'achetez pas ces produits sélectionnés, tout ce que vous achèterez lors de cette même visite sur Amazon nous rapportera une petite commission. Il n'y a pas de coût supplémentaire pour vous, alors contribuez à l'effort. Vous pouvez également utiliser ce lien d’utiliser Amazon à tout moment pour vous aider à soutenir nos efforts.

 

Plus d'articles de cet auteur

Vous aimeriez aussi

suivez InnerSelf sur

Icône facebooktwitter iconyoutube iconicône Instagramicône pintresticône rss

 Recevez le dernier par courriel

Magazine hebdomadaire Daily Inspiration

LANGUES DISPONIBLES

enafarzh-CNzh-TWdanltlfifrdeeliwhihuiditjakomsnofaplptroruesswsvthtrukurvi

LES PLUS LUS

propager la maladie à la maison 11 26
Pourquoi nos maisons sont devenues des hotspots COVID
by Becky Tustall
Tout en restant à la maison, beaucoup d'entre nous ont été protégés contre la COVID-XNUMX au travail, à l'école, dans les magasins ou…
un homme et une femme dans un kayak
Être dans le flux de votre mission d'âme et de votre objectif de vie
by Catherine Hudson
Lorsque nos choix nous éloignent de notre mission d'âme, quelque chose en nous souffre. Il n'y a aucune logique...
traditions de noël expliquées 11 30
Comment Noël est devenu une tradition de vacances américaine
by Thomas-Adam
Chaque saison, la célébration de Noël a des chefs religieux et des conservateurs publiquement…
rentrer chez soi n'est pas un échec 11 15
Pourquoi retourner à la maison ne signifie pas que vous avez échoué
by Rosie Alexandre
L'idée que l'avenir des jeunes est mieux servi en s'éloignant des petites villes et des zones rurales…
huile essentielle et fleurs
Utiliser les huiles essentielles et optimiser notre corps-esprit-esprit
by Heather Dawn Godfrey, PGCE, B.Sc.
Les huiles essentielles ont une multitude d'utilisations, des éthérées et cosmétiques aux psycho-émotionnelles et…
deuil pour animal de compagnie 11 26
Comment aider à pleurer la perte d'un animal de compagnie bien-aimé
by Mélissa Starling
Cela fait trois semaines que mon partenaire et moi avons perdu notre chien bien-aimé de 14.5 ans, Kivi Tarro. Son…
deux grimpeurs, l'un donnant un coup de main à l'autre
Pourquoi faire de bonnes actions est bon pour vous
by Michel Glauser
Qu'arrive-t-il aux auteurs de bonnes actions ? De nombreuses études confirment que ceux qui s'engagent régulièrement…
Comment la culture informe les émotions que vous ressentez en musique
Comment la culture informe les émotions que vous ressentez en musique
by George Athanasopoulos et Imre Lahdelma
J'ai mené des recherches dans des endroits comme la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Japon et la Grèce. La vérité est…

Nouvelles attitudes - nouvelles possibilités

InnerSelf.comClimateImpactNews.com | InnerPower.net
MightyNatural.com | WholisticPolitics.com | InnerSelf Marché
Copyright © 1985 - 2021 InnerSelf Publications. Tous les droits sont réservés.