Y a-t-il vraiment un lien entre l'immigration et la criminalité?

Y a-t-il vraiment un lien entre l'immigration et la criminalité?
Crédit photo: Elvert Barnes. flickr

Je suis un immigrant. Beaucoup de gens s'inquiètent pour ceux qui comme moi, et ceux d'autres pays qui pourraient suivre mes traces.

Les gros titres des journaux accusent les immigrants de une foule de problèmes or les représenter comme de saints assistants dans la lutte pour le bien-être économique.

Les partis politiques utilisent les politiques d'immigration comme points de vente clés, ce qui entraîne une division de l'opinion publique - soit avec la peur et l'hostilité envers les immigrants, soit avec des éloges inutiles. Les deux sont également non mérités.

Et dans cette atmosphère politiquement chargée, la discussion sur l'immigration est devenue l'enfant d'une époque où l'expertise est vilipendée et où les vérités dérangeantes deviennent de «fausses nouvelles». Et moins nous avons de faits, plus il y a d'indignation.

Une image mélangée

En réalité, en tant que chercheurs, nous savons peu de choses sur la relation, s'il y en a, entre l'immigration et le crime. C'est en partie parce que l'obsession journalistique de faible niveau de l'immigration et de la criminalité en a fait un sujet tabou pour la recherche. Comme en témoigne le littérature académique limitée disponible, un consensus n'existe tout simplement pas.

Aux États-Unis, on a constaté que les régions où la concentration d'immigrants récents est la plus élevée taux réduit d'homicide et de vol qualifié. À l'aide de données enregistrées par la police à Chicago, les chercheurs ont également constaté que les immigrants mexicains de première génération sont 45% moins susceptible de commettre une infraction avec violence que les Américains de troisième génération.

De même, un étude européenne à grande échelle Au sujet des effets de l'immigration sur la criminalité, on a conclu que même si une augmentation de l'immigration n'a généralement pas d'incidence sur les niveaux de criminalité, elle s'accompagne d'une anxiété publique accrue et de positions anti-immigration accrues.

Tout est une question de culture

La recherche montre également que les immigrants issus de milieux culturellement similaires à leur nouvelle région sont susceptibles de commettre moins de crimes que la population autochtone. Recherche sur Los AngelesPar exemple, ils ont constaté qu'un plus grand nombre d'immigrants latino-américains provenant de régions culturellement semblables à celles des résidents actuels réduisaient les taux de violence dans la région.

De même, la recherche en Espagne a montré que les immigrants hispanophones avaient un impact beaucoup plus bénin sur la criminalité que ceux d'autres origines. De tels immigrants ont sans doute plus de facilité à déménager dans un nouveau pays où la culture reflète quelque chose comme la leur.

Et pourtant, les gens de groupes ethniques minoritaires dans les pays occidentaux sont disproportionnellement susceptibles d'être arrêté et emprisonné pour la plupart des types de crimes. Et les demandeurs d'asile sont sur-représentés dans les chiffres de la criminalité dans Allemagne et Danemark.

De même au Royaume-Uni, l'impact de deux vagues d'immigration a été examiné par des chercheurs, specifically looking at the relationship between a rise in immigration and crime levels. The analysis found that when workers from Eastern European states (that joined the EU in 2004) came to the UK, the impact on crime was minimal. But the research also found that the wave of asylum seekers who came to the UK in the 1990s – mainly from war torn countries such as Iraq, Afghanistan, and Somalia – coincided with a slight increase in the total number of property crimes at the time. This was thought to be down to the fact that employment rates for this wave of immigrants was much lower than those of the average Briton.

What about multicultural areas?

Immigrant populations tend to be very concentrated, with people tending to reside in areas with existing communities. My recent research shows that throughout England and Wales, areas where immigrants from one single background make up a significant majority of the immigrant population, tend to be low in crime. Nearly as low in crime as the areas with small immigrant populations.

It doesn’t make a difference what the background of the immigrant population is, what appears to be key is that there is a cultural similarity among the immigrant population within an area. My research also found that areas with very high numbers of immigrants that are low in crime – or below the nation’s average – tend to be areas with either European or African immigrants.

But my research also showed that areas where two or more cultures (other than that of the indigenous population) are prevalent, tend to be very high in crime. This is specifically the case in areas with the highest proportions of immigrants from Asia and Europe. In these areas violent crime is 70% higher, property crime is 92% higher and vehicle crime increases by 19% compared to national average.

Que faire à ce sujet

The research I have carried out shows the need to view culture as invaluable in the examination of the impact immigration has on crime.

It must also be considered that immigrant communities are less inclined to contact police and more likely to “self police” – which inevitably can result in more crime. So, policing of immigrant communities, which are becoming increasingly more concentrated, needs to be done with cultural differences in mind.

La ConversationSocial housing and other affordable housing initiatives must also be thought through carefully to avoid creating cultural clashes where possible. Some recent advances such as the UK government’s Integrated Communities Strategy already try to address language barriers that preclude integration. But ultimately, more calm discussion with a view towards a safer and more cohesive world would not hurt either.

A propos de l'auteur

Dainis Ignatans, Senior Lecturer in Criminology, Université de Huddersfield

Cet article a été publié initialement le La Conversation. Lis le article original.

Livres connexes

Immigrant Voices, Volume 2
inégalitéAuteur: Gordon Hutner
Reliure: Broché
Editeur: Berkley
Liste Des Prix: $16.00

Acheter maintenant

Immigrant Voices 21st Century Stories
inégalitéReliure: Broché
Editeur: Great Books Foundation

Acheter maintenant

Immigrant Voices: Twenty-Four Narratives on Becoming an American
inégalitéReliure: Poche
Editeur: Cachet
Liste Des Prix: $7.95

Acheter maintenant

enzh-CNtlfrhiides

suivez InnerSelf sur

google-plus-iconfacebook-icontwitter-iconrss-icon

 Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}

suivez InnerSelf sur

google-plus-iconfacebook-icontwitter-iconrss-icon

 Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}