Ce que l'économie américaine peut apprendre du modèle nordique

Ce que l'économie américaine peut apprendre du modèle nordique
L'usine Torslanda Works de Torslanda, en Suède, est l'une des plus grandes installations de production de Volvo. Photo par Anna Mutter / Fotogloria / Universal Images Group / Getty Images

La crise des opioïdes aux États-Unis se déroule depuis des années et ne montre aucun signe d'arrêt. Alors que nous recherchons des solutions, nous pouvons faire plus que réglementer les sociétés pharmaceutiques. De nouvelles recherches fournissent la clé: nous pouvons lutter contre une cause profonde des décès d'opioïdes tout en créant une économie plus verte et plus juste.

Une nouvelle étude de l'Université de Pennsylvanie rapportée par Washington Post en décembre 2019 montre que Opioïde surdose dopé dans les communautés où les usines automobiles ont fermé. Selon Atheendar Venkataramani, auteur principal de l'étude et professeur à la Perelman School of Medicine de l'université, l'instabilité économique peut affecter le bien-être mental des gens et augmenter le risque de toxicomanie.

"Nos résultats confirment l'intuition générale que la baisse des opportunités économiques peut avoir joué un rôle important dans la conduite de la crise des opioïdes", a écrit Venkataramani.

La nouvelle constatation pose un sérieux défi. Nos cœurs peuvent aller aux individus et aux familles pris dans cette tragédie. Mais comment faire face à une crise de santé publique ancrée dans l'économie moderne? Les fermetures d'usines ne sont-elles pas le résultat de la mondialisation et de l'accélération des changements technologiques? Que pouvons-nous faire que?

Le Danemark, la Norvège et la Suède ont des politiques économiques très efficaces qui réduisent la dépendance et le suicide.

J'ai trouvé de bonnes nouvelles en recherchant certains petits pays qui sont encore plus à la merci des forces du marché mondial que nous: le Danemark, la Norvège et la Suède. Ces pays ont des politiques économiques très efficaces qui réduisent la dépendance et le suicide. Bien qu'il soit difficile de croire que les Nordiques vivent des hivers longs et sombres, ils arrivent même en tête des palmarès en tant que «peuples les plus heureux du monde». comment font-ils ça?

Il y a un siècle, ils connaissaient des difficultés économiques telles qu'ils ont provoqué une hémorragie chez leur propre peuple, les Scandinaves fuyant vers le Canada et les États-Unis. Ceux qui sont restés ont décidé d'innover, grand temps. Ils ont essayé ce que les entrepreneurs d'aujourd'hui pourraient appeler la «destruction créatrice», réorganisant leurs économies pour mettre les gens au premier plan. Les étrangers qui considèrent les innovations scandinaves comme des «expériences de laboratoire» pourraient trouver des idées que nous pouvons utiliser.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Le Danemark, la Suède et la Norvège ont choisi dans les années 1920 et 30 d'inventer un modèle économique alternatif qui privilégie le bien-être des citoyens au lieu du bien-être du capital; les économistes l'appellent «le modèle nordique».

L'idée était que si les familles de travailleurs d'un pays étaient soutenues par des soins de santé assurés, une éducation gratuite, de bons logements abordables et des services de garde d'enfants, des environnements sains, du temps pour les loisirs et la sécurité de l'emploi, ils seraient des travailleurs productifs. L'argent pour payer cet investissement proviendrait de ceux qui ont beaucoup plus d'argent qu'ils n'en avaient besoin.

Le résultat a été une prospérité partagée.

Sur de nombreux indicateurs économiques, les démocraties sociales nordiques ont surpassé les pays qui adhéraient à une approche capitaliste de libre marché. Loin du stéréotype de devenir des «États nounous», les Nordiques ont eu une plus grande participation à la population active que les États-Unis et une productivité du travail plus élevée; La Norvège compte même plus de start-ups par habitant que les États-Unis

Si une économie ne fonctionne pas bien, changez-la!

Cette expérience a permis de produire de nombreux travailleurs «prêts à partir» qui, avec des taux élevés de syndicalisation et un soutien abondant pour l'enseignement technique, sont devenus «l'oie qui a pondu l'œuf d'or».

J'ai interviewé un PDG norvégien qui m'a dit à quel point il était satisfait du système: «Je peux compter sur mes travailleurs pour que je promette de respecter les délais, car nous sommes une équipe et ils sont bien traités et savent ce qu'ils fais. " Un Inc. Magazine Un journaliste a demandé à un PDG norvégien qui paie environ la moitié de son revenu annuel en impôts ce qu'il en pensait. "Le régime fiscal est bon - c'est juste," il a dit. «Ce que nous faisons lorsque nous payons des taxes, c'est l'achat d'un produit. La question n'est donc pas combien vous payez pour le produit; c'est la qualité du produit. »

Le principe de la sécurité de l'emploi était le fondement. La formation professionnelle gratuite et l'enseignement supérieur améliorent les compétences de la main-d'œuvre et soutiennent les travailleurs qui souhaitent passer à de nouveaux emplois. Les familles avaient de quoi compter et pouvaient planifier leur avenir. Les rêves brisés et les perspectives sinistres des travailleurs des États-Unis dans la Rust Belt ne se sont pas manifestés en Scandinavie.

Cependant, dans les années 1980, le monde changeait aussi pour la Scandinavie. Le développement technologique et la mondialisation se sont accélérés. Les marchandises fabriquées ailleurs sont devenues moins chères que les Scandinaves ne pouvaient les fabriquer. Les gouvernements nordiques se sont retrouvés à subventionner les industries locales afin d'éviter les fermetures d'usines. Oui, ils accordaient la priorité aux travailleurs avant le capital, comme le modèle l'avait promis, mais à un coût croissant pour la nation dans son ensemble.

Le Danemark a été le premier pays à essayer quelque chose de différent. Empruntant à une idée néerlandaise et la rendant plus solide, dans les années 1990, les Danois ont adopté la «flexicurité». Le gouvernement ne subventionnerait plus une usine pour la garder ouverte. Les propriétaires d'usine seraient libres de prendre leur capital et d'en faire autre chose. Le nouvel accord des Danois était que si une usine fermait, un soutien direct aux travailleurs proviendrait du gouvernement.

La flexicurité impliquait une formation professionnelle pour d'autres emplois, un niveau élevé de maintien des salaires pendant que les travailleurs étaient en formation et à la recherche de leur nouvel emploi, et une aide à la réinstallation s'ils devaient déménager. En d'autres termes, même pour les personnes de 50 ans, la perte d'emploi ne signifiait pas un chômage permanent pour le reste de la vie des travailleurs. Pour de nombreux travailleurs, cela signifiait un nouveau départ.

Cela me rappelle la pensée du président Franklin Delano Roosevelt dans les années 1930 avec son New Deal: si une économie ne fonctionne pas bien, changez-la!

Une fois que le Danemark a adopté la flexicurité, la Suède et la Norvège ont suivi. En 2007, le Conseil de l'Union européenne a examiné attentivement les résultats et a recommandé la flexicurité pour tous les pays membres de l'UE.

Bien que le Green New Deal tel qu'il a été proposé en 2019 ait été considéré comme un moyen de faire face à l'urgence climatique, il est suffisamment holistique pour être un pont possible vers la flexicurité pour les États-Unis. Le résultat est le même: espoir pour ceux qui risquent d'être laissé derrière.

L'épidémie d'opioïdes américaine et l'augmentation des taux de suicide nécessitent une réponse énergique.

Les États-Unis sont beaucoup plus riches que les pays nordiques lorsqu'ils ont décidé de restructurer leurs économies. Les Scandinaves avaient moins à se disperser pour leur vision de l'abondance partagée, mais ils ont décidé de voir grand et de risquer en agissant sur leurs valeurs les plus profondes.

Pouvons-nous être aussi audacieux?

A propos de l'auteur

George Lakey est professeur à la retraite au Swarthmore College et militant de longue date, sociologue et écrivain. Ses livres comprendre Comment nous gagnons: un guide pour les campagnes d'action directe non violente et L'économie viking: comment les scandinaves ont bien compris et comment nous pouvons, aussi.

Cet article a paru sur OUI! Magazine


N'oubliez pas votre avenir
le 3 novembre

Oncle Sam style Smokey Bear Only You.jpg

Découvrez les enjeux et les enjeux de l'élection présidentielle américaine du 3 novembre 2020.

Trop tôt? Ne pariez pas là-dessus. Les forces sont complices de vous empêcher d'avoir un mot à dire sur votre avenir.

Ceci est le grand et cette élection peut être pour TOUS les billes. Détournez-vous à vos risques et périls.

Vous seul pouvez empêcher le vol «futur»

Suivez InnerSelf.com
"N'oubliez pas votre avenir" couverture


Livres recommandés:

Le Capital au XXIe siècle
par Thomas Piketty. (Traduit par Arthur Goldhammer)

Capitale dans la couverture rigide du XXIe siècle par Thomas Piketty.In Capitale au XXIe siècle, Thomas Piketty analyse une collection unique de données provenant de vingt pays, qui remonte au XVIIIe siècle, pour mettre au jour les principaux modèles économiques et sociaux. Mais les tendances économiques ne sont pas des actes de Dieu. Selon Thomas Piketty, l'action politique a réduit les inégalités dangereuses dans le passé, et pourrait le faire à nouveau. Un travail d'ambition, d'originalité et de rigueur extraordinaire, Le Capital au XXIe siècle réoriente notre compréhension de l'histoire économique et nous confronte à des leçons qui donnent à réfléchir aujourd'hui. Ses découvertes vont transformer le débat et établir le programme de la prochaine génération de réflexion sur la richesse et l'inégalité.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature
par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.

Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.Quelle est la nature vaut la peine? La réponse à cette question, qui a traditionnellement été encadrée dans l'environnement des termes est en train de révolutionner la façon dont nous faisons des affaires. Dans Fortune NatureMark Tercek, PDG de The Nature Conservancy et ancien banquier d'investissement, et l'écrivain scientifique Jonathan Adams soutiennent que la nature n'est pas seulement le fondement du bien-être humain, mais aussi l'investissement commercial le plus intelligent que puisse faire une entreprise ou un gouvernement. Les forêts, les plaines d'inondation et les récifs d'huîtres, souvent considérés simplement comme des matières premières ou comme des obstacles à franchir au nom du progrès, sont en fait aussi importants pour notre prospérité future que la technologie ou le droit ou l'innovation commerciale. Fortune Nature offre un guide essentiel pour le bien-être économique et environnemental du monde.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Au-delà Outrage: Qu'est-ce qui a mal tourné avec notre économie et de notre démocratie, et comment y remédier -- par Robert B. Reich

Au-delà de OutrageDans ce livre, en temps opportun, Robert B. Reich affirme que rien de bon ne se passe à Washington si les citoyens sont sous tension et organisé pour s'assurer que les actes de Washington dans l'intérêt public. La première étape consiste à voir la grande image. Au-delà Outrage relie les points, en montrant pourquoi la part croissante des revenus et des richesses allant vers le haut a entravé emplois et de croissance pour tout le monde, mine notre démocratie, provoquée Américains à devenir de plus en plus cynique de la vie publique, et se tourna de nombreux Américains contre l'autre. Il explique également pourquoi les propositions du «droit régressive» sont tout à fait tort et fournit une feuille de route claire de ce qui doit être fait à la place. Voici un plan d'action pour tous ceux qui se soucie de l'avenir de l'Amérique.

Cliquez ici pour plus d'information ou pour commander ce livre sur Amazon.


Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99%
par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.

Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99% par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.Cela change tout montre comment le mouvement Occupy change la façon dont les gens se perçoivent eux-mêmes et le monde, le type de société qu'ils croient possible, et leur propre implication dans la création d'une société qui fonctionne pour le 99% plutôt que le 1%. Les tentatives pour classer ce mouvement décentralisé et en évolution rapide ont conduit à la confusion et à la perception erronée. Dans ce volume, les éditeurs de OUI! Magazine rassembler des voix de l'intérieur et de l'extérieur des manifestations pour transmettre les problèmes, les possibilités et les personnalités associées au mouvement Occupy Wall Street. Ce livre comprend des contributions de Naomi Klein, de David Korten, de Rebecca Solnit, de Ralph Nader et d'autres, ainsi que des militants d'Occupy qui étaient là depuis le début.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.



enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}

DES ÉDITEURS

InnerSelf Newsletter: Septembre 27, 2020
by Personnel InnerSelf
L'une des grandes forces de la race humaine est notre capacité à être flexible, à être créatif et à sortir des sentiers battus. Être quelqu'un d'autre que nous étions hier ou la veille. Nous pouvons changer...…
Ce qui fonctionne pour moi: "Pour le plus grand bien"
by Marie T. Russell, InnerSelf
La raison pour laquelle je partage «ce qui fonctionne pour moi» est que cela peut également fonctionner pour vous. Si ce n'est pas exactement la façon dont je le fais, puisque nous sommes tous uniques, une certaine variation de l'attitude ou de la méthode pourrait très bien être quelque chose ...
Avez-vous fait partie du problème la dernière fois? Ferez-vous partie de la solution cette fois?
by Robert Jennings, InnerSelf.com
Vous êtes-vous inscrit pour voter? Avez-vous voté? Si vous n'allez pas voter, vous ferez partie du problème.
InnerSelf Newsletter: Septembre 20, 2020
by Personnel InnerSelf
Le thème de la newsletter de cette semaine peut se résumer comme suit: «vous pouvez le faire» ou plus précisément «nous pouvons le faire!». C'est une autre façon de dire "vous / nous avons le pouvoir de faire un changement". L'image de…
Ce qui fonctionne pour moi: "Je peux le faire!"
by Marie T. Russell, InnerSelf
La raison pour laquelle je partage «ce qui fonctionne pour moi» est que cela peut également fonctionner pour vous. Si ce n'est pas exactement la façon dont je le fais, puisque nous sommes tous uniques, une certaine variation de l'attitude ou de la méthode pourrait très bien être quelque chose ...