Sommes-nous prêts à augmenter les impôts des riches?

Sommes-nous prêts à augmenter les impôts des riches?

L'inégalité économique est haut et en hausse. À la fois, beaucoup de gouvernements luttent pour équilibrer les budgets tout en maintenant les dépenses consacrées aux programmes populaires.

Alors que les aspirants à la Maison-Blanche, d’autres politiciens et électeurs se demandent s’il est temps de laisser les riches s'imprégner de nouveau pour répartir leurs richesses, il est utile de réfléchir aux raisons qui ont incité les gouvernements passés - les nôtres et d’autres - à augmenter leurs impôts.

Nous avons étudié les débats et les politiques fiscales dans les pays 20, de 1800 à nos jours, pour notre livre, «Taxer les riches: une histoire d'équité fiscale aux États-Unis et en Europe. " Nos recherches montrent que ce sont les changements dans les convictions quant à l'équité - et non l'inégalité économique ou le seul besoin de revenus - qui ont entraîné les principales variations des impôts sur les hauts revenus et la richesse au cours des deux derniers siècles.

En général, les sociétés imposent les riches lorsque ceux-ci croient que l'État a privilégié les riches. L'équité exige donc que les riches soient taxés plus lourdement que les autres. Pour comprendre si les électeurs d'aujourd'hui sont prêts à taxer les riches, il faut identifier les conditions politiques et économiques qui sous-tendent ces convictions.

Débattre de la fiscalité

Les débats sur la fiscalité tournent généralement autour de l'intérêt personnel (personne n'aime payer des impôts), de l'efficacité économique (les politiques fiscales doivent être bonnes pour la croissance économique) et de l'équité (l'État doit traiter les citoyens comme des égaux).

Bien qu'il soit facile de voir comment l'intérêt personnel et les considérations relatives à la croissance économique influencent les modifications de la politique fiscale, il est plus difficile de déterminer en quoi l'équité se situe dans l'équation. En fait, nos recherches suggèrent que l'équité a joué un rôle clé en générant un consensus sur l'augmentation des impôts des riches ou en les réduisant.

Les politiciens et les autres ont tendance à utiliser trois arguments concernant l’équité pour soutenir ou s’opposer à l’imposition des nantis:


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


  1. Les arguments «d'égalité de traitement» prétendent que tout le monde devrait être taxé au même taux, tout comme chacun a une voix.

  2. Les arguments de «capacité de payer» affirment que les États devraient taxer les riches à des taux plus élevés, car ils peuvent se permettre de payer davantage par rapport à tous les autres.

  3. Les arguments «compensatoires» suggèrent qu'il est juste d'imposer les riches à un taux plus élevé lorsque cela compense l'inégalité de traitement de la part de l'État dans un autre domaine politique.

Au cours des dernières années 200, parmi tous les arguments variés utilisés pour soutenir la hausse des impôts des riches, nos recherches suggèrent que les revendications compensatoires, en particulier pendant les guerres de mobilisation de masse, ont été les plus puissantes.

Lorsque ces arguments sont crédibles, un consensus visant à taxer les riches contribue à l’élaboration des politiques.

Il est temps d'imposer les riches

Les arguments compensatoires ont joué un rôle important dans les débuts des systèmes d’imposition sur le revenu au XIIe siècle, lorsqu'il a été avancé que les impôts sur le revenu des riches étaient nécessaires pour contrebalancer les impôts indirects lourds (par exemple, les taxes de vente) qui frappaient de manière disproportionnée les pauvres et les classes moyennes.

Le graphique ci-dessous montre quand les pays augmentent ou diminuent les impôts des riches, en fonction du revenu moyen le plus élevé et des taux d'héritage enregistrés depuis 1800.

Sommes-nous prêts à augmenter les impôts des riches?

Comme vous pouvez le constater, le moment décisif pour taxer les riches dans de nombreux pays est arrivé à 1914. À l’époque des deux guerres mondiales et de leurs conséquences, les gouvernements taxaient les riches à des taux qui semblaient auparavant inimaginables.

En fait, comme le montrent nos recherches, la justification la plus importante de l’augmentation des impôts des riches a été de préserver un sacrifice égal dans les guerres de mobilisation de masse, telles que les Guerres mondiales I et II. C'était vrai pour les gouvernements de gauche et de droite.

Ces conflits ont forcé les États à créer de grandes armées par la conscription, et les citoyens et les hommes politiques ont tous soutenu qu'il devrait exister une conscription équivalente des richesses.

Le graphique suivant montre clairement cet effet en comparant les taux moyens des pays qui se sont mobilisés ou non pour la Première Guerre mondiale.

Sommes-nous prêts à augmenter les impôts des riches?

Richesse de conscription

Si la mobilisation en faveur d'une guerre de masse intervient au moment où d'importants changements d'imposition des riches ont eu lieu, comment savons-nous que l'effet de ces guerres était dû à des modifications des considérations d'équité?

Lorsque nous examinons en détail dans notre livre, lorsque les pays sont passés de la paix à la guerre, ou inversement, le type d’argumentation en matière d’équité fiscale a également changé. En temps de paix, des débats sur la question de savoir s'il est juste d'imposer aux riches un centre sur l'égalité de traitement par rapport à la capacité de payer des arguments. C’est principalement en temps de guerre que les partisans de la taxation des riches ont pu faire valoir des arguments compensatoires.

Voici un exemple de ce type d'argument: si les classes pauvres et moyennes se battent, il faudrait demander aux riches de payer davantage pour l'effort de guerre. Ou bien, si certaines personnes fortunées profitent des bénéfices de la guerre, cela crée un autre argument compensatoire pour imposer les riches.

Le graphique suivant montre comment la composition des arguments en faveur de l'équité a changé dans les débats parlementaires au Royaume-Uni avant et après la Première Guerre mondiale.

Sommes-nous prêts à augmenter les impôts des riches?

Nous avons également constaté que ces arguments compensatoires avaient le plus gros impact dans les démocraties, telles que le Royaume-Uni et les États-Unis, dans lesquelles l'idée selon laquelle les citoyens devaient être traités de manière égale était la plus forte.

Pourquoi les impôts sur les riches ont diminué

Bien que les taux d'imposition des riches soient restés élevés quelques décennies après les guerres majeures du 20e siècle, ils ont considérablement diminué au cours des dernières années 40. Ce déclin nous donne-t-il d'autres indices sur les déterminants à long terme des arguments qui permettent d'imposer des taxes plus élevées aux riches?

Le facteur le plus important a été que, à une époque où la technologie militaire privilégiait des formes de guerre plus limitées - missiles de croisière et drones plutôt que des bottes sur le terrain - les arguments de compensation d’antiquité datant de la guerre ne peuvent plus être utilisés dans les débats fiscaux nationaux. Sans conscription, ces arguments ne sont pas crédibles.

Dans cette nouvelle ère technologique, les partisans de la réduction des impôts des riches ont fait valoir que l'équité exigeait un traitement égal, tandis que les partisans de la taxation des riches ont été contraints de recourir à la capacité traditionnelle de payer des arguments, à savoir que les riches devraient payer davantage, car ils peuvent se permettre il. Les arguments compensatoires ayant disparu, dans la plupart des pays, le consensus en faveur de taxes élevées sur les riches s'est érodé au fil du temps.

Nous avons également examiné le rôle que les préoccupations changeantes concernant les incitations économiques et le rôle de la mondialisation ont pu jouer dans la baisse des taux, mais nous n’avons trouvé que peu de preuves en matière d’impôts sur le revenu et sur le patrimoine des personnes.

Qu'est-ce que cela signifie aujourd'hui

Que pouvons-nous conclure des débats fiscaux d'aujourd'hui à partir de tout cela?

Notre recherche suggère que nous ne devrions pas nous attendre à des augmentation de l'inégalité seuls à ramener les taux d’impôt les plus élevés d’après-guerre, lorsque les impôts américains atteignaient plus de X%. Telle est la leçon à tirer de l’histoire et elle correspond également à ce que beaucoup d’électeurs américains préfèrent aujourd’hui.

Lorsque nous avons mené une enquête pour notre livre sur un échantillon représentatif d’Américains, nous n’avions trouvé que l’appui minoritaire à la mise en place d’un barème d’imposition prévoyant des impôts beaucoup plus élevés pour les riches que celui en vigueur aujourd’hui.

Dans le même temps, les citoyens se soucient toujours beaucoup de l'équité. Comme dans d'autres époques non dominées par la mobilisation de guerre, leurs convictions quant à l'équité reposent principalement sur l'égalité de traitement et la capacité de payer, sans consensus sur des taux élevés.

Néanmoins, même s'il semble y avoir peu de place pour d'importants changements dans les taux légaux ou marginaux les plus élevés, les conceptions contemporaines en matière d'équité suggèrent que des réformes importantes seraient soutenues de manière à ce que les riches paient davantage. efficace taux.

Aux États-Unis, parfois les riches effectivement payer un taux d'imposition effectif inférieur que tout le monde à cause des échappatoires et autres privilèges du code des impôts. C’est le principal argument en faveur de la Règle Buffett, nommé d'après l'investisseur milliardaire Warren Buffett.

Les riches qui paient une part inférieure de leur revenu par rapport à tous les autres violent manifestement notre sens de l’équité, que vous soyez un partisan du traitement égal pour tous les contribuables ou que vous souteniez que les riches devraient payer plus, car ils sont mieux à même de le faire. Les réformes visant à remédier à ces privilèges devraient faire l’objet d’un accord entre les deux groupes.

À propos des auteurs

Kenneth Scheve, professeur de sciences politiques à l'Université de Stanford. Ses projets de recherche actuels comprennent des études comparatives portant sur le rôle des préférences sociales dans la formation de l’opinion sur la politique fiscale, la politique commerciale et la coopération environnementale internationale, ainsi que des travaux sur les origines politiques de l’évolution de l’inégalité de la richesse aux 19th et 20th siècle.

David Stasavage, Julius Silver Professeur, Département de politique, Université de New York. Ses travaux couvrent différents domaines et portent actuellement sur deux domaines: le développement à long terme des institutions de l’État et la politique en matière d’inégalité.

Cet article a été publié initialement le La Conversation. Lis le article original.

Livres recommandés:

Le Capital au XXIe siècle
par Thomas Piketty. (Traduit par Arthur Goldhammer)

Capitale dans la couverture rigide du XXIe siècle par Thomas Piketty.In Capitale au XXIe siècle, Thomas Piketty analyse une collection unique de données provenant de vingt pays, qui remonte au XVIIIe siècle, pour mettre au jour les principaux modèles économiques et sociaux. Mais les tendances économiques ne sont pas des actes de Dieu. Selon Thomas Piketty, l'action politique a réduit les inégalités dangereuses dans le passé, et pourrait le faire à nouveau. Un travail d'ambition, d'originalité et de rigueur extraordinaire, Le Capital au XXIe siècle réoriente notre compréhension de l'histoire économique et nous confronte à des leçons qui donnent à réfléchir aujourd'hui. Ses découvertes vont transformer le débat et établir le programme de la prochaine génération de réflexion sur la richesse et l'inégalité.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature
par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.

Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.Quelle est la nature vaut la peine? La réponse à cette question, qui a traditionnellement été encadrée dans l'environnement des termes est en train de révolutionner la façon dont nous faisons des affaires. Dans Fortune NatureMark Tercek, PDG de The Nature Conservancy et ancien banquier d'investissement, et l'écrivain scientifique Jonathan Adams soutiennent que la nature n'est pas seulement le fondement du bien-être humain, mais aussi l'investissement commercial le plus intelligent que puisse faire une entreprise ou un gouvernement. Les forêts, les plaines d'inondation et les récifs d'huîtres, souvent considérés simplement comme des matières premières ou comme des obstacles à franchir au nom du progrès, sont en fait aussi importants pour notre prospérité future que la technologie ou le droit ou l'innovation commerciale. Fortune Nature offre un guide essentiel pour le bien-être économique et environnemental du monde.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Au-delà Outrage: Qu'est-ce qui a mal tourné avec notre économie et de notre démocratie, et comment y remédier -- par Robert B. Reich

Au-delà de OutrageDans ce livre, en temps opportun, Robert B. Reich affirme que rien de bon ne se passe à Washington si les citoyens sont sous tension et organisé pour s'assurer que les actes de Washington dans l'intérêt public. La première étape consiste à voir la grande image. Au-delà Outrage relie les points, en montrant pourquoi la part croissante des revenus et des richesses allant vers le haut a entravé emplois et de croissance pour tout le monde, mine notre démocratie, provoquée Américains à devenir de plus en plus cynique de la vie publique, et se tourna de nombreux Américains contre l'autre. Il explique également pourquoi les propositions du «droit régressive» sont tout à fait tort et fournit une feuille de route claire de ce qui doit être fait à la place. Voici un plan d'action pour tous ceux qui se soucie de l'avenir de l'Amérique.

Cliquez ici pour plus d'information ou pour commander ce livre sur Amazon.


Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99%
par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.

Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99% par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.Cela change tout montre comment le mouvement Occupy change la façon dont les gens se perçoivent eux-mêmes et le monde, le type de société qu'ils croient possible, et leur propre implication dans la création d'une société qui fonctionne pour le 99% plutôt que le 1%. Les tentatives pour classer ce mouvement décentralisé et en évolution rapide ont conduit à la confusion et à la perception erronée. Dans ce volume, les éditeurs de OUI! Magazine rassembler des voix de l'intérieur et de l'extérieur des manifestations pour transmettre les problèmes, les possibilités et les personnalités associées au mouvement Occupy Wall Street. Ce livre comprend des contributions de Naomi Klein, de David Korten, de Rebecca Solnit, de Ralph Nader et d'autres, ainsi que des militants d'Occupy qui étaient là depuis le début.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.



enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}