Pourquoi le motif du profit échoue principalement dans l'éducation

Pourquoi le motif du profit échoue principalement dans l'éducation L'expérience désastreuse de l'enseignement et de la formation professionnels en Australie recèle de nombreuses leçons sur la manière d'intégrer l'éducation dans un modèle de marché à but lucratif. www.shutterstock.com

La renonciation du gouvernement Morrison à près de 500 millions de dollars australiens dans les dettes douteuses de l'enseignement et de la formation professionnels contient de nombreuses leçons sur la nature de l'éducation et des services publics fournis par les entreprises à but lucratif.

Les dettes ont été recouvrées par environ 38,000 XNUMX étudiants, enfermés à leur insu dans des prêts fédéraux VET FEE-HELP par des fournisseurs d'éducation à but lucratif douteux. Des milliers d'autres plaintes demandent l'annulation des dettes doivent encore être traitées.

L'une des leçons de la combinaison désastreuse de financements publics et de bénéfices privés dans le secteur de la FEP est que les décideurs politiques passionnés par le dogme de la «réforme» sont incapables d'apprendre de l'expérience.

C'est vrai des deux côtés de la politique.

Réformes victoriennes

Une brève histoire du «le rort éducatif le plus désastreux de l'histoire de l'Australie»Illustre ce point.

L'histoire commence vers 2008.

Historiquement, l'enseignement et la formation professionnels étaient le domaine des collèges d'enseignement technique et d'enseignement supérieur (TAFE) gérés par le gouvernement. Pour créer un secteur élargi axé sur la demande, le gouvernement travailliste de John Brumby à Victoria a procédé à deux «réformes» clés.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


L'une consistait à ouvrir le système TAFE à la concurrence du secteur privé. L'autre était de déplacer les coûts aux étudiants, grâce à un système de prêts à frais similaire à celui instauré par le gouvernement fédéral pour financer l'expansion de l'enseignement universitaire.

Ces réformes ont été adoptées par le successeur libéral de Brumby, Ted Baillieu, qui sévèrement réduit le financement TAFEet par les gouvernements fédéral libéral et travailliste.

Comment ne pas réformer

Mais ce que Victoria a fourni, selon les mots de la chercheuse en politique de l'éducation Leesa Wheelahan, était «un excellent modèle comment ne pas réformer la formation professionnelle ».

Comme Wheelahan l'a noté en 2012, des problèmes sont apparus presque immédiatement. Les fournisseurs à but lucratif ont attiré les étudiants (et donc l'argent provenant du gouvernement) avec des édulcorants tels que des iPads «gratuits». Les diplômes exigeant 600 heures de travail ont été accordés sur la base de 60 heures. Etc.

In un essai publié en 2013, j'écrivais: «Les tentatives des entreprises à but lucratif pour pénétrer (ce qu'elles perçoivent comme) les marchés de l'éducation se sont presque invariablement soldées soit par un échec, soit par une exploitation frauduleuse des subventions publiques.»

Mais le modèle victorien a été adopté au niveau fédéral d'abord par le gouvernement de John Howard, qui a étendu le programme de prêts à l'enseignement supérieur à l'EFP, puis ceux des Kevin Rudd et Julia Gillard.

Il a augmenté encore plus sous Tony Abbott, augmentant à des taux à trois chiffres entre 2012 et 2015, jusqu'à ce que des problèmes évidents contraignent le gouvernement à agir. Australian National Audit Office's évaluation cinglante du programme en 2016 y a conduit être mis au rebut.

Exemples d'échec

Les décideurs politiques auraient pu non seulement tirer des enseignements des échecs initiaux de la réforme de l'EFP, mais aussi d'exemples d'éducation à but lucratif à tous les niveaux.

Les universités australiennes ont essayé sans succès le modèle tertiaire à but lucratif illustré par l'Université de Phoenix. Elle et d'autres universités à but lucratif ont été accusées de rorter le financement fédéral de l'éducation fourni aux anciens combattants, en dépensant 15% ou moins des frais perçus sur instruction.

C'est peut-être une bonne chose que les universités australiennes ancrées dans les traditions de l'enseignement public aient régulièrement échoué avec des entreprises à but lucratif telles que Melbourne University Private. Il a fermé ses portes en 2005 après avoir perdu environ Un million $ 20 au cours des sept dernières années.

Au niveau de l'enseignement scolaire, les États-Unis ont de nombreuses expériences ratées. L'un est Écoles Edison, qui à son apogée au début des années 2000 avait des centaines de contrats scolaires. Il a depuis perdu la grande majorité en raison de tenir ses promesses.

Dans le domaine de l'éducation de la petite enfance, les opérateurs de services de garde d'enfants à but lucratif d'Australie financés par des subventions publiques ont un bilan tout aussi problématique. Les similitudes incluent l'utilisation des types de leurres mis au point par les opérateurs shonky dans le secteur de l'EFP - incitant les parents (et leurs subventions fédérales) avec des offres de «gratuit» iPads et cartes-cadeaux.

Les limites du libéralisme de marché

Les échecs de l'enseignement à but lucratif reflètent à la fois les caractéristiques spécifiques de l'éducation qui rendent un modèle de marché inapproprié et les échecs plus fondamentaux du libéralisme de marché.

Les étudiants, par définition, n'en savent pas assez pour être des consommateurs avertis. Que le cours soit bon ou mauvais, il est peu probable qu'ils soient des clients réguliers. Dans ces circonstances, s'appuyer sur le choix du consommateur et la concurrence entre les prestataires est une recette pour des cours et une exploitation superficiels et de mauvaise qualité.

Comme des siècles d'expérience l'ont montré, seuls le dévouement et l'éthique professionnelle des enseignants peuvent garantir une éducation de haute qualité. Le recours aux incitations et aux marchés est contraire à cette philosophie.

Le problème plus large du programme de réforme est que les entreprises à but lucratif rémunérées pour fournir des services publics sont plus tentées de réaliser des bénéfices en exploitant les failles du système de financement qu'en innovant ou en fournissant de meilleurs services.

Ce point n'est apparemment pas encore au point avec des agences telles que la Commission de la productivité, qui reste enthousiaste à l'idée d'appliquer "concurrence accrue, contestabilité et choix éclairé des utilisateurs«Aux services humains» pour améliorer les résultats pour les utilisateurs et la communauté dans son ensemble ».La Conversation

A propos de l'auteur

John Quiggin, professeur, École d'économie, L'Université du Queensland

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

Livres recommandés:

Le Capital au XXIe siècle
par Thomas Piketty. (Traduit par Arthur Goldhammer)

Capitale dans la couverture rigide du XXIe siècle par Thomas Piketty.In Capitale au XXIe siècle, Thomas Piketty analyse une collection unique de données provenant de vingt pays, qui remonte au XVIIIe siècle, pour mettre au jour les principaux modèles économiques et sociaux. Mais les tendances économiques ne sont pas des actes de Dieu. Selon Thomas Piketty, l'action politique a réduit les inégalités dangereuses dans le passé, et pourrait le faire à nouveau. Un travail d'ambition, d'originalité et de rigueur extraordinaire, Le Capital au XXIe siècle réoriente notre compréhension de l'histoire économique et nous confronte à des leçons qui donnent à réfléchir aujourd'hui. Ses découvertes vont transformer le débat et établir le programme de la prochaine génération de réflexion sur la richesse et l'inégalité.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature
par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.

Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.Quelle est la nature vaut la peine? La réponse à cette question, qui a traditionnellement été encadrée dans l'environnement des termes est en train de révolutionner la façon dont nous faisons des affaires. Dans Fortune NatureMark Tercek, PDG de The Nature Conservancy et ancien banquier d'investissement, et l'écrivain scientifique Jonathan Adams soutiennent que la nature n'est pas seulement le fondement du bien-être humain, mais aussi l'investissement commercial le plus intelligent que puisse faire une entreprise ou un gouvernement. Les forêts, les plaines d'inondation et les récifs d'huîtres, souvent considérés simplement comme des matières premières ou comme des obstacles à franchir au nom du progrès, sont en fait aussi importants pour notre prospérité future que la technologie ou le droit ou l'innovation commerciale. Fortune Nature offre un guide essentiel pour le bien-être économique et environnemental du monde.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Au-delà Outrage: Qu'est-ce qui a mal tourné avec notre économie et de notre démocratie, et comment y remédier -- par Robert B. Reich

Au-delà de OutrageDans ce livre, en temps opportun, Robert B. Reich affirme que rien de bon ne se passe à Washington si les citoyens sont sous tension et organisé pour s'assurer que les actes de Washington dans l'intérêt public. La première étape consiste à voir la grande image. Au-delà Outrage relie les points, en montrant pourquoi la part croissante des revenus et des richesses allant vers le haut a entravé emplois et de croissance pour tout le monde, mine notre démocratie, provoquée Américains à devenir de plus en plus cynique de la vie publique, et se tourna de nombreux Américains contre l'autre. Il explique également pourquoi les propositions du «droit régressive» sont tout à fait tort et fournit une feuille de route claire de ce qui doit être fait à la place. Voici un plan d'action pour tous ceux qui se soucie de l'avenir de l'Amérique.

Cliquez ici pour plus d'information ou pour commander ce livre sur Amazon.


Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99%
par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.

Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99% par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.Cela change tout montre comment le mouvement Occupy change la façon dont les gens se perçoivent eux-mêmes et le monde, le type de société qu'ils croient possible, et leur propre implication dans la création d'une société qui fonctionne pour le 99% plutôt que le 1%. Les tentatives pour classer ce mouvement décentralisé et en évolution rapide ont conduit à la confusion et à la perception erronée. Dans ce volume, les éditeurs de OUI! Magazine rassembler des voix de l'intérieur et de l'extérieur des manifestations pour transmettre les problèmes, les possibilités et les personnalités associées au mouvement Occupy Wall Street. Ce livre comprend des contributions de Naomi Klein, de David Korten, de Rebecca Solnit, de Ralph Nader et d'autres, ainsi que des militants d'Occupy qui étaient là depuis le début.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.



enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}

DES ÉDITEURS

InnerSelf Newsletter: Septembre 6, 2020
by Personnel InnerSelf
Nous voyons la vie à travers les lentilles de notre perception. Stephen R. Covey a écrit: «Nous voyons le monde, non pas tel qu’il est, mais tel que nous sommes - ou tel que nous sommes conditionnés à le voir.» Alors cette semaine, nous jetons un coup d'œil à certains…
Bulletin d’InnerSelf: Août 30, 2020
by Personnel InnerSelf
Les routes que nous parcourons ces jours-ci sont aussi vieilles que le temps, mais sont nouvelles pour nous. Les expériences que nous vivons sont aussi anciennes que le temps, mais elles sont aussi nouvelles pour nous. Il en va de même pour le…
Quand la vérité est si terrible que ça fait mal, agissez
by Marie T. Russell, InnerSelf.com
Au milieu de toutes les horreurs qui se déroulent ces jours-ci, je suis inspiré par les rayons d'espoir qui brillent à travers. Des gens ordinaires qui défendent ce qui est juste (et contre ce qui ne va pas). Joueurs de baseball,…
Quand ton dos est contre le mur
by Marie T. Russell, InnerSelf
J'adore l'Internet. Maintenant, je sais que beaucoup de gens ont beaucoup de mauvaises choses à dire à ce sujet, mais j'adore ça. Tout comme j'aime les gens de ma vie - ils ne sont pas parfaits, mais je les aime quand même.
Bulletin d’InnerSelf: Août 23, 2020
by Personnel InnerSelf
Tout le monde peut probablement convenir que nous vivons des temps étranges ... de nouvelles expériences, de nouvelles attitudes, de nouveaux défis. Mais nous pouvons être encouragés à nous souvenir que tout est toujours en mouvement,…