Comment l'absentéisme chronique menace les écoles américaines

Comment l'absentéisme chronique menace les écoles américaines
Des millions d'étudiants américains manquent de gros morceaux de l'année scolaire.

Chaque année aux États-Unis, environ 5 à 7.5 millions d'étudiants dans les écoles K-12 de la nation manquent un mois ou plus d'école. Cela signifie que 150 à 225 millions de jours d'enseignement sont perdus chaque année scolaire.

Le problème est plus prononcé dans les communautés urbaines à faible revenu du pays. À l'école primaire, par exemple, les élèves qui vivent dans la pauvreté ont été trouvés jusqu'à cinq fois plus susceptible d'être chroniquement absent que leurs pairs favorisés.

Les raisons pour lesquelles les élèves manquent l'école peuvent varier, selon "L'importance d'être à l'école: un rapport sur l'absentéisme dans les écoles publiques de la nation»Les raisons vont des circonstances, telles que les responsabilités familiales ou les conditions de vie instables, ou le besoin de travailler, qui empêchent les élèves de fréquenter l'école, les conditions dangereuses ou l'intimidation qui conduisent les élèves à éviter l'école. Ou, les étudiants peuvent tout simplement ne pas voir la valeur d'aller à l'école, le rapport indique.

Les étudiants perdent le plus quand il s'agit d'être chroniquement absent, ce qui est souvent défini 10 manquant pour cent ou plus du total des jours d'école dans une année. Cela se traduit par des jours 18 ou plus dans une année scolaire typique 180.

Par exemple, les élèves ayant plus d'absences scolaires ont moins les résultats des tests et les notes, plus de chances de décrocher de lycée, et, par la suite, des cotes plus élevées du chômage futur.

Ces disparités sont importantes, d'autant plus qu'il y a déjà différences notables dans la performance basée sur le revenu familial, même au moment où les enfants entrent à l'école.

C'est pourquoi - en tant que chercheurs qui se sont concentrés sur l'absentéisme et de meilleurs moyens de garder les étudiants engagés - nous avons trouvé le rapport récent à propos d'étudiants diplômés de l'école secondaire de Ballou à Washington, DC, en dépit de manquer de grandes quantités d'école si préoccupante.

Pression pour laisser passer les étudiants

Le rapport - préparé par une société de conseil pour le Bureau du Surintendant de l'Education - a constaté que la pression institutionnelle contribuait à une «culture du dépassement». Cette culture était en partie créée par des «objectifs agressifs de promotion et de diplomation». bureau dans les écoles publiques du district de Columbia. C'était aussi une culture dans laquelle les étudiants de passage et les diplômés étaient «attendus, parfois en contradiction avec les normes de rigueur et d'intégrité académiques».

«Les chefs d'établissement de DCPS ont été évalués en partie sur la base de mesures de promotion et de [taux d'obtention de diplôme], tandis que les enseignants des écoles 10 ont été évalués sur la base d'un pourcentage de réussite». De plus, certains des objectifs «semblaient irréalisables» selon les résultats scolaires antérieurs des élèves en question.

Le rapport a également constaté que «l'empathie pour les besoins extrêmes» des élèves, en particulier ceux qui étaient pauvres, a également contribué à la culture du passage.

Ballou n'était pas la seule école qui devint sensible à cette culture du passage. En effet, le rapport a trouvé que 2,758 - 2016 - ou 2017 pour cent - des diplômés 937 District of Columbia Public Schools diplômés de l'année scolaire 34 - «diplômé avec l'aide de violations de la politique." Le rapport a constaté que les étudiants 572 avaient réussi au moins un cours avec 30 ou plus d'absences - une violation de la politique du district.

Une partie d'un problème plus vaste

Le scandale Ballou, qui la semaine dernière aurait provoqué une Enquête du FBI, est maintenant prêt à se joindre à une série de scandales de l'éducation similaires à travers le pays, y compris les scandales de falsification de test-score dans Atlanta et Philadelphie.

Si les tests ont été au centre des discussions sur les politiques d'éducation, l'absentéisme chronique est de plus en plus un point focal, aussi, et à juste titre. Cependant, le danger est que plus nous mettons un accent et un poids sur une seule mesure, comme la fréquentation ou l'obtention du diplôme, plus cette mesure est sujette à la corruption et à la manipulation. Au moins, c'est le principe central de ce qu'on appelle La loi de Campbell.

L'une des raisons majeures pour lesquelles le diplôme est considéré comme un indicateur important du succès scolaire est qu'un diplôme d'études secondaires est maintenant considéré. une qualification minimale entrer sur le marché du travail.

Ceci est en contraste frappant avec les 1970, quand avoir un diplôme d'études secondaires était suffisant pour vous aider à entrer dans une profession de classe moyenne.

À l'heure actuelle, le taux d'obtention d'un diplôme national est d'environ Pour cent 83. Cela signifie que près de 1 chez les étudiants 5 n'est pas diplômé et n'est pas susceptible d'entrer sur le marché du travail et gagner un salaire décent. Ceux qui ne sont jamais diplômés représentent un coût social croissant pour la société. Plus précisément, ils sont plus susceptibles de compter sur les services sociaux et de commettre des crimes à un taux plus élevé.

Augmenter le taux de diplomation est une solution naturelle à ce problème, mais seulement si le diplôme reflète effectivement les compétences minimales attendues par les employeurs. Sans politiques et pratiques qui améliorent les taux de diplomation grâce à de réelles améliorations dans l'apprentissage et l'acquisition de crédits, il est probable que nous continuerons d'entendre parler d'écoles comme Ballou. Ce seront des écoles où les éducateurs - confrontés à des exigences croissantes et à des défis structurels existants - choisiront de réussir plutôt que de rapporter les défis réels et parfois insurmontables de voir les jeunes d'âge scolaire arriver et terminer leurs devoirs.

Alors, que peut-on faire pour prévenir des scandales similaires à celui qui a actuellement englouti Ballou?

Les interventions fonctionnent

Premièrement, les éducateurs et les décideurs devraient reconnaître interventions à faible coût qui ont été montré pour réduire l'absentéisme. Cela comprend des choses aussi simples que d'envoyer aux parents un rappel de carte postale unique sur l'importance de fréquenter l'école. C'était montré augmenter la participation de 2.4%. UNE intervention similaire visant à corriger les malentendus des parents au sujet du nombre total d'absences accumulées par leurs enfants qui ont réduit l'absentéisme de 10%.

Deuxièmement, les décideurs doivent être prudents à l'égard des mesures punitives qui peuvent donner l'impression qu'ils répriment l'absentéisme mais n'ont aucun effet. Un étudePar exemple, aucun étudiant n'a fait l'objet de sanctions judiciaires - allant des amendes de 25 pour chaque jour d'école manqué au service communautaire et même à l'internement - qui ont été meilleurs ou moins bons à l'école que ceux qui n'ont pas été convoqués.

Troisièmement, plutôt que de se concentrer sur les politiques qui fixent un seuil arbitraire pour le nombre de jours qu'un étudiant peut manquer avant que l'étudiant ne perde son crédit pour un cours, les éducateurs et les décideurs doivent se concentrer sur plus efficaces façons de garder les étudiants engagé et se sentir en sécurité à l'école.

Quatrièmement, les leaders de l'éducation doivent s'attaquer à des situations réelles qui font en sorte que les élèves manquent l'école, comme «la pression de devoir s'occuper de leurs frères et soeurs plus jeunes», comme chancelier des écoles publiques DC Antwan Wilson témoigné récemment à la suite du scandale Ballou.

La ConversationLes solutions à l'absentéisme chronique peuvent ne pas être faciles à trouver, mais elles existent. Mais, tout comme les étudiants qui sont chroniquement absents, nous ne pouvons pas nous attendre à ce que ces solutions apparaissent. Nous devons être disposés à les trouver.

À propos des auteurs

Shaun M. Dougherty, professeur adjoint en éducation et politiques publiques, Université du Connecticut et Michael Gottfried, professeur agrégé d'éducation, Université de Californie, Santa Barbara

Cet article a été publié initialement le La Conversation. Lis le article original.

Livres connexes

{amazonWS: searchindex = Livres; mots-clés = absentéisme scolaire; maxresults = 3}

enafarzh-CNzh-TWtlfrdehiiditjamsptrues

suivez InnerSelf sur

google-plus-iconfacebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}

suivez InnerSelf sur

google-plus-iconfacebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}