Le dernier plan de privatisation de la poste atteint un obstacle inattendu: les clients

Le dernier plan pour privatiser le bureau de poste frappe l'obstacle inattendu

La direction du United States Postal Service (USPS) s'est heurtée à un possible obstacle à la poursuite honteuse d'un bureau de poste entièrement privatisé: la solidarité ouvrière.

Voici l'arrière-plan. Pendant une décennie, l'USPS a réduit, consolidé et externalisé de manière agressive le système postal national. En juillet, la direction de 2011 a relevé la barre en annonçant la fermeture rapide des bureaux de poste locaux de 3600, une étape vers la fermeture éventuelle de 15,000, soit la moitié de tous les bureaux de poste du pays.

Une vague d'opposition a éclaté. Les citoyens de centaines de villes se sont mobilisés pour sauver une institution précieuse qui joue un rôle clé et parfois déterminant dans leurs communautés. En décembre, 2011, après que le Congrès ait semblé prêt à imposer un moratoire de six mois sur les fermetures, la direction d'USPS a volontairement adopté un gel de la même durée.

En mai 2012, le moratoire a pris fin, mais la direction, éventuellement préoccupée par la relance d'une réaction nationale, a adopté une stratégie furtive ingénieuse. Plutôt que des fermetures, la direction a déménagé pour réduire les heures d'ouverture dans les bureaux de poste de 13,000. Cela pourrait être accompli rapidement. La réduction des heures, contrairement aux fermetures définitives, ne nécessite que peu de justification. Les appels sont limités. De plus, une réduction des heures ne génère pas le même niveau d'indignation qu'une fermeture. Le bâtiment reste ouvert même si sa valeur pour la communauté est considérablement réduite.

Les bureaux de poste de 9,000 ont vu leurs heures réduites drastiquement

À la fin de cette année, la direction peut atteindre son objectif. Les bureaux de poste de 9,000 ont déjà vu leurs heures de travail considérablement réduites. Les employés inexpérimentés à temps partiel sans emploi ont remplacé les maîtres de poste de carrière expérimentés à temps plein. La direction a dûment tenu des réunions dans chaque communauté touchée mais a refusé de tenir compte ou même de répondre aux conseils des résidents et des entreprises locales ou de leur fournir les données utilisées pour justifier sa décision

Les commis des postes et les factrices et facteurs sont le visage personnel des institutions publiques les plus omniprésentes, les plus respectées et les plus respectées. En remplaçant progressivement le service à domicile par la livraison à des boîtes aux lettres de cluster plus éloignées, la gestion a déjà réduit notre interaction personnelle avec les facteurs.

L'automne dernier, la direction d'USPS a procédé à la deuxième phase de sa campagne visant à rompre nos liens personnels avec les commis des postes en lançant discrètement un projet pilote dans les magasins 82 Staples. Après la nouvelle est devenue la gestion publique a annoncé ingénument que rien n'avait changé. "Staples se joint à plus de détaillants 65,000. . . qui offrent actuellement un accès élargi aux produits et services postaux. »La direction a oublié de mentionner que ces emplacements 65,000 ne vendent que des timbres ou des boîtes plates. Aucun n'héberge un comptoir postal doté d'un employé de détail qui vend des services.

L'arrangement avec Staples est différent. Comme la direction l'a reconnu, Staples «est le premier détaillant à participer à un programme pilote USPS baptisé« Retail Partner Expansion Program ». Le programme Retail Expansion Program crée des mini-bureaux de poste dans les grandes surfaces.

Si le pilote réussit, l'USPS s'attend à l'étendre à tous les 1,500 Staples. Et puis à tous les points de vente à grande surface. Steve Hutkins, créateur de l'inestimable SaveOurPostOffice.org exécute les nombres. Nous pouvons maintenant acheter des timbres chez 7,450 Walgreens; 3,830 Wal-Mart; Agrafes 1,632; Dépôts de bureau 1,200; 847 Safeways; 609 Sam's Clubs; et 426 Costcos. Cela revient à plus de 14,000 endroits. "Si tous ces arrangements étaient convertis de la vente de timbres en consignation à la mise en place de comptoirs postaux, le service postal disposerait d'une infrastructure instantanée de" mini bureaux de poste "pour remplacer les bureaux de poste réels ..."

L'Issa du Républicain Darrell essaie de tuer les syndicats postaux en tuant votre bureau de poste local

Un projet de loi présenté par Issa (R-CA) de Rep Darrell rendrait ce remplacement beaucoup plus facile. Selon la section 103 de la loi de réforme postale de 2013, le droit de faire appel d'une fermeture de bureau de poste à la Commission de régulation postale ne s'applique pas à la détermination du service postal de fermer un bureau de poste s'il est situé à 2 miles de bureau de poste, une unité postale contractuelle qualifiée. »Il y a des bureaux de poste 1,200 à moins de deux milles du réseau de détail de Staples.

Pour le management, remplacer un vrai bureau de poste par un faux bureau de poste est une bonne affaire. Le salaire moyen d'USPS est d'environ $ 25 par heure. Les commis de détail de Staples gagnent environ 8.50 par heure.

Pour le client, c'est une mauvaise affaire. Les employés de Staples ne reçoivent que quatre heures de formation en «classe» pour les tâches de détail au détail. Les commis au commerce de détail reçoivent des heures de formation intensive en classe 32, suivies par des heures de formation en cours d'emploi 40 aux côtés d'employés de bureau expérimentés. Les travailleurs postaux doivent passer un test avant d'être qualifiés pour travailler la fenêtre. Compte tenu du roulement de personnel à Staples, il est peu probable que l'employé du comptoir postal soit assez longtemps pour acquérir l'expérience ou l'expertise d'un travailleur postal de carrière.

Pour la communauté, c'est une affaire horrible. Une institution locale chère créée pour servir l'intérêt public serait remplacée par un comptoir dans une entreprise créée pour servir les actionnaires et la direction à distance. Si son intérêt économique dictait Staples pourrait décider de fermer le magasin. Afin de souligner la réalité de cette menace en mars, Staples a annoncé qu'elle se fermera aux magasins 225. Cela laisserait la communauté sans aucun service postal.

Solidarité du travail à la rescousse

L'Union des travailleurs postaux américains (APWU) a réagi à l'action hostile de la direction en organisant des manifestations dans tout le pays. En avril 24th, une journée d'action a abouti à des centaines de piquets, marches et rassemblements dans plus de villes 50 à travers les États 27 sous le cri de ralliement: «Arrêtez Staples: le courrier américain n'est pas à vendre».

Fin mai, le vice-président de Staples, Joe Doody, a reconnu nerveusement que l'accord USPS pourrait devenir un problème si davantage de syndicats soutenaient les postiers. Il a déclaré au Boston Globe: «Le détaillant continuera d'évaluer la situation Staples avait signé l'accord car il était désespéré de gagner plus de trafic à travers ses magasins. Si l'affaire réduit réellement le trafic et les ventes, Staples reconsidérerait.

Les syndicats d'État et les fédérations nationales ont commencé à approuver la campagne «Ne pas acheter des produits de base». En mai 30, lorsque l'AFL-CIO, composée de syndicats 56 représentant 12.5 million de membres sont venus à l'appui du boycott. À la mi-juin, le syndicat 32BJ de la California Service Employees International, représentant les membres du syndicat 145,000 dans les États 11 et le district de Columbia, a voté pour un boycott. Dans une lettre adressée au PDG de Staples, Héctor Figueroa, président de SEUI 32BJ, a déclaré: "Le service postal est le plus grand employeur civil d'emplois de classe moyenne pour les Afro-Américains et les vétérans (y compris les anciens combattants invalides). . Nous avons besoin de plus de ces types d'emplois pour renforcer notre économie et la classe moyenne, et nous n'accepterons pas vos efforts pour les saper par des privations de bas salaires. "

Après juillet 4th, d'autres syndicats ont officiellement rejoint le boycott. Peut-être ont-ils été inspirés par le commentaire persistant de Benjamin Franklin lors de la signature de la Déclaration d'Indépendance: «Nous devons tous tenir ensemble ou, assurément, nous allons tous traîner séparément».

En juillet, l'Association internationale des pompiers représentant plus de 300,000 a soutenu le boycott. Le syndicat AFSCME, représentant 1.6 millions de travailleurs du secteur public, a emboîté le pas. Puis, le 12th de juillet, l'American Federation of Teachers (AFT), membre de 1.5, a livré le coup de grâce lors de sa signature. Le président de l'APWU, Mark Dimondstein, a plaidé en faveur de la solidarité: «Nous aussi, nous sommes dans le secteur public, nous répondons aussi aux besoins des gens. Nous sommes confrontés aux mêmes problèmes que vous - je l'appelle détourner, défunir, démoraliser, diaboliser et démanteler. "

Le président de la Fédération américaine des enseignants, Randi Weingarten, a répondu. "Qui Staples veut vraiment et doit venir dans ses magasins tous les jours? Enseignants. La meilleure façon de nous aider est de dire à Staples: «Vous faites cela aux postiers, et nous n'achetons pas de fournitures dans vos magasins.

Les fournitures scolaires constituent un marché clé pour Staples, représentant jusqu'à un tiers de ses ventes. L'an dernier, les enseignants ont dépensé environ 1.6 milliards de leur propre argent pour les fournitures scolaires. L'achat de fournitures pour la rentrée scolaire commence vraiment à la fin de juillet.

La solidarité des enseignants est un facteur de retrait de Staples

En juillet, 14th Staples a annoncé qu'elle s'était retirée du programme d'expansion des partenaires commerciaux.

Les célébrations ont été assourdies. La gestion du service postal n'a pas jeté l'éponge. C'est simplement changé le nom du programme. Comme l'a expliqué un porte-parole d'USPS, «Nous sommes impatients de poursuivre le partenariat, qu'il s'agisse de Retail Partner Expansion ou d'un expéditeur agréé.» L'USPS veut établir une tête de pont dans des milliers de magasins de détail. Une fois qu'un comptoir postal doté d'employés non syndiqués non syndiqués et mal payés commencera à vendre des services, il sera facile d'étendre le type de services offerts.

Mais l’annonce de Staples et la confusion de USPS montrent que les magasins de vente au détail sont vulnérables au boycott, en particulier ceux organisés par des membres des communautés qu’ils desservent. Les enseignants, les pompiers, les employés du gouvernement et les employés des services vivent en nombre considérable dans toutes les communautés. Ils peuvent constituer le pivot d’un effort qui met en garde les détaillants à grande surface et la direction de USPS. Les mains de notre bureau de poste!

Et qui sait? Les mains de notre bureau de poste pourraient évoluer en nous redonnant notre bureau de poste! Un boycott réussi pour mettre un terme à la privatisation de la poste pourrait faire en sorte que le bureau de poste retrouve sa gloire et son efficacité en rouvrant les centres de traitement, en prolongeant les heures d'ouverture des bureaux de poste locaux et en réembauchant du personnel expérimenté. Benjamin Franklin, le premier ministre des Postes des États-Unis, serait ravi.

Cet article a été publié dans Sur les communes


A propos de l'auteur

Morris DavidDavid Morris est cofondateur et vice-président de l'Institute for Local Self-Reliance de Minneapolis et de DC, et dirige son initiative sur le bien public. Ses livres comprennent "Les nouvelles villes-États" et "Nous devons nous hâter lentement: le processus de la révolution au Chili »


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf



Livre recommandée:

Le Capital au XXIe siècle
par Thomas Piketty. (Traduit par Arthur Goldhammer)

Capitale dans la couverture rigide du XXIe siècle par Thomas Piketty.In Capitale au XXIe siècle, Thomas Piketty analyse une collection unique de données provenant de vingt pays, qui remonte au XVIIIe siècle, pour mettre au jour les principaux modèles économiques et sociaux. Mais les tendances économiques ne sont pas des actes de Dieu. Selon Thomas Piketty, l'action politique a réduit les inégalités dangereuses dans le passé, et pourrait le faire à nouveau. Un travail d'ambition, d'originalité et de rigueur extraordinaire, Le Capital au XXIe siècle réoriente notre compréhension de l'histoire économique et nous confronte à des leçons qui donnent à réfléchir aujourd'hui. Ses découvertes vont transformer le débat et établir le programme de la prochaine génération de réflexion sur la richesse et l'inégalité.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.