La pandémie a fait sauter les pneus de ce vieux camion de la dette

La pandémie a fait sauter les pneus de ce vieux camion de la dette Shutterstock

Josh Frydenberg, un victorien, portait un masque chirurgical alors qu'il marchait de son bureau au parlement à une salle de comité pour faire l'énoncé économique du gouvernement.

Le trésorier avait déjà dû obtenir la permission du gouvernement ACT pour être à Canberra.

Des rappels symboliques, comme si quelqu'un en avait besoin, que Victoria détient la clé pour savoir si les chiffres budgétaires désastreux que Frydenberg a présentés jeudi représentent la parole dans cette crise, ou s'ils ne sont que le prélude à un ensemble encore plus effrayant.

Frydenberg décrit les chiffres, y compris un déficit prévu pour cet exercice de 184.4 milliards de dollars, comme «arrosant».

Pour les millions de personnes sans emploi ou bénéficiant d'un soutien précaire de JobKeeper, le chiffre le plus effrayant sera de 9.25% - le pic attendu du taux de chômage, à venir d'ici la fin de l'année. (Bien sûr, ce sera un euphémisme - Frydenberg nous a dit l'autre jour que le taux de chômage réel avait déjà dépassé 11%.)

Pour ces personnes, ainsi que pour beaucoup d’autres aux revenus limités, ce sera le Noël le plus sombre que l’on puisse imaginer.

Mais dans cette pandémie, Noël est dans une éternité, car il y a tellement de choses dans l'air, comme l'indique l'énoncé économique. Fondamentalement, il suppose que le verrouillage de Victoria ne dure que six semaines prévues. Si les choses se détériorent, cela pourrait être prolongé; au pire, le verrouillage pourrait être renforcé.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Ensuite, il y a NSW, qui tient la ligne sur les boîtiers, mais repose sur un tranchant de couteau.

Avec Victoria révélée comme le maillon faible de la réponse sanitaire du pays, le gouvernement Andrews fait l'objet de critiques méritées. Il a échoué en quarantaine; son effort de recherche a été insuffisant; il y a eu des informations contradictoires sur l'isolement.

Le virus traverse les établissements de soins pour personnes âgées de l'époque victorienne, à la fois le personnel et les résidents. En effet, l'incapacité de protéger ce secteur soulève des questions au niveau national, étant donné que les problèmes probables avec ses effectifs auraient dû être traités plus tôt et mieux.

Si la crise de Victoria s'aggrave, les chiffres de la déclaration économique devront être radicalement révisés dans le budget d'octobre et plus d'argent sera dépensé.

Même si la situation sanitaire ne s'aggrave pas, ce sera incroyablement difficile pour de nombreuses personnes qui se disputent un bassin d'emplois limité et pour de nombreuses entreprises, dont certaines ne parviendront pas à cet «autre côté».

Scott Morrison a gagné des éloges mérités pour sa gestion de la pandémie et, dans l'état actuel de la situation, les décisions de cette semaine semblent appropriées.

Malgré les espoirs antérieurs du gouvernement de «reprise», les extensions de JobKeeper et du supplément Coronovirus à JobSeeker étaient vitales pour éviter que l'économie ne tombe de cette «falaise» tant redoutée.

À partir d'octobre, le gouvernement prévoit des réductions pour réduire les paiements; également, JobKeeper sera à deux niveaux.

Les critiques disent que les réductions seront prématurées, mais dans l'hypothèse où l'économie sera en transition, un certain recul est raisonnable. Si le virus nous échappe, ce sera une autre histoire.

La déclaration économique englobe, par nécessité, la dette et les déficits de proportions massives. La dette nette devrait augmenter pour atteindre 677.1 milliards de dollars d'ici le milieu de l'année prochaine, soit 35.7% du PIB (en 2018-19, elle était inférieure à 20%).

Si quelqu'un avait dit à la Coalition lors de son élection en 2013 qu'elle présiderait un tel niveau d'endettement, sans parler de ses vertus, on aurait ri à l'amiable.

Mais comme l'a dit le ministre des Finances Mathias Cormann, «quelle était l'alternative?» L'Australie est également dans une bien meilleure position que de nombreux autres pays pour gérer la dette, étant donné qu'elle a commencé avec une faible proportion du PIB. De plus, les fonds peuvent être empruntés à un prix extrêmement avantageux.

Un Morrison pragmatique ne se soucie pas de retirer ce vieux «camion de la dette» à la casse, ses pneus arrachés, maintenant il est impropre à l'usage.

En termes purement politiques, Morrison est bien placé (ce qui ne veut pas dire que cela durera nécessairement). Pendant la pandémie, les gens se sont tournés vers les gouvernements; les niveaux de confiance historiquement bas ont augmenté. Cela ne restera peut-être pas ainsi sur le long chemin à parcourir, mais cela a aidé le gouvernement jusqu'à présent.

Le gouvernement Morrison est critiqué mais il est muet ou, dans une certaine mesure, impuissant.

La version en sourdine vient du parti travailliste, qui choisit autour des actions du gouvernement, tout en approuvant les mesures manchettes. C'est à peu près la seule voie que l'opposition d'Albanais peut prendre; en ces temps désespérés, le Parti travailliste est contraint à la marge de la pertinence.

Plus intéressant peut-être est le mécontentement de la droite, qui inclut les partisans radicaux du gouvernement dans le commentariat.

Beaucoup de ces critiques ont été hors d'eux-mêmes, affirmant que le gouvernement a massivement réagi de manière excessive au virus. Ils feraient réinitialiser les balances pesant la santé et l'économie pour favoriser fortement cette dernière. La menace du COVID-19 a été beaucoup exagérée, insistent-ils, soulignant la légèreté de la maladie pour la plupart des personnes atteintes. Pour ces critiques, les chiffres de l'énoncé économique sont horribles.

L'argument de ceux de droite est vicié en termes de politique, et certainement pas là où le grand public est assis. Si le COVID-19 produisait un grand nombre de morts, l'économie chuterait beaucoup plus loin. Il est fantaisiste de penser que l'activité et l'investissement se balanceraient joyeusement.

Morrison tient fermement à aller de l'avant avec un retour à une sorte de normalité économique. Mais il accepte également l'impératif sanitaire lorsque les circonstances l'imposent. Il n'a pas attaqué le nouveau verrouillage de Victoria. En effet, il a cessé de réprimander les journalistes pour avoir utilisé le terme «lockdown» (dont il existe différentes versions).

Une fois la déclaration économique publiée, l'attention se tournera vers le budget et le programme de réforme.

Cette semaine, nous avons reçu un nouveau signal fort sur ce dernier, Morrison signalant à nouveau qu'il est déterminé à tirer parti de la crise pour parvenir à une flexibilité des relations industrielles à long terme.

Il a engagé un processus de négociation sur les relations de travail réunissant les entreprises, les syndicats et le gouvernement. S'il cherche un accord, il s'agit également de légitimer la poursuite du changement.

«Nous avons adopté une approche hautement consultative», a-t-il déclaré. «Mais aucun de nous n'est si naïf pour penser que cela aboutira à un accord complet sur toutes les mesures.

"Je peux vous assurer que nous proposerons ce que nous pensons être le mieux pour l'économie australienne et pour le peuple australien. ... Nous chercherons à légiférer cela par le biais du parlement."

Morrison insiste sur le fait que l'énoncé économique n'est pas un mini-budget. Il a raison. Il s'agit d'une mise à jour des chiffres du budget - bien que comme aucun autre que nous ayons vu - plus l'extension des programmes existants. Les décisions à venir seront en fait plus difficiles à prendre que celles de cette semaine et, dans certains cas, beaucoup plus difficiles à vendre.La Conversation

A propos de l'auteur

Michelle Grattan, membre professoral, Université de Canberra

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

Livres recommandés:

Le Capital au XXIe siècle
par Thomas Piketty. (Traduit par Arthur Goldhammer)

Capitale dans la couverture rigide du XXIe siècle par Thomas Piketty.In Capitale au XXIe siècle, Thomas Piketty analyse une collection unique de données provenant de vingt pays, qui remonte au XVIIIe siècle, pour mettre au jour les principaux modèles économiques et sociaux. Mais les tendances économiques ne sont pas des actes de Dieu. Selon Thomas Piketty, l'action politique a réduit les inégalités dangereuses dans le passé, et pourrait le faire à nouveau. Un travail d'ambition, d'originalité et de rigueur extraordinaire, Le Capital au XXIe siècle réoriente notre compréhension de l'histoire économique et nous confronte à des leçons qui donnent à réfléchir aujourd'hui. Ses découvertes vont transformer le débat et établir le programme de la prochaine génération de réflexion sur la richesse et l'inégalité.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature
par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.

Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.Quelle est la nature vaut la peine? La réponse à cette question, qui a traditionnellement été encadrée dans l'environnement des termes est en train de révolutionner la façon dont nous faisons des affaires. Dans Fortune NatureMark Tercek, PDG de The Nature Conservancy et ancien banquier d'investissement, et l'écrivain scientifique Jonathan Adams soutiennent que la nature n'est pas seulement le fondement du bien-être humain, mais aussi l'investissement commercial le plus intelligent que puisse faire une entreprise ou un gouvernement. Les forêts, les plaines d'inondation et les récifs d'huîtres, souvent considérés simplement comme des matières premières ou comme des obstacles à franchir au nom du progrès, sont en fait aussi importants pour notre prospérité future que la technologie ou le droit ou l'innovation commerciale. Fortune Nature offre un guide essentiel pour le bien-être économique et environnemental du monde.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Au-delà Outrage: Qu'est-ce qui a mal tourné avec notre économie et de notre démocratie, et comment y remédier -- par Robert B. Reich

Au-delà de OutrageDans ce livre, en temps opportun, Robert B. Reich affirme que rien de bon ne se passe à Washington si les citoyens sont sous tension et organisé pour s'assurer que les actes de Washington dans l'intérêt public. La première étape consiste à voir la grande image. Au-delà Outrage relie les points, en montrant pourquoi la part croissante des revenus et des richesses allant vers le haut a entravé emplois et de croissance pour tout le monde, mine notre démocratie, provoquée Américains à devenir de plus en plus cynique de la vie publique, et se tourna de nombreux Américains contre l'autre. Il explique également pourquoi les propositions du «droit régressive» sont tout à fait tort et fournit une feuille de route claire de ce qui doit être fait à la place. Voici un plan d'action pour tous ceux qui se soucie de l'avenir de l'Amérique.

Cliquez ici pour plus d'information ou pour commander ce livre sur Amazon.


Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99%
par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.

Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99% par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.Cela change tout montre comment le mouvement Occupy change la façon dont les gens se perçoivent eux-mêmes et le monde, le type de société qu'ils croient possible, et leur propre implication dans la création d'une société qui fonctionne pour le 99% plutôt que le 1%. Les tentatives pour classer ce mouvement décentralisé et en évolution rapide ont conduit à la confusion et à la perception erronée. Dans ce volume, les éditeurs de OUI! Magazine rassembler des voix de l'intérieur et de l'extérieur des manifestations pour transmettre les problèmes, les possibilités et les personnalités associées au mouvement Occupy Wall Street. Ce livre comprend des contributions de Naomi Klein, de David Korten, de Rebecca Solnit, de Ralph Nader et d'autres, ainsi que des militants d'Occupy qui étaient là depuis le début.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.



enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}

DES ÉDITEURS

InnerSelf Newsletter: Septembre 20, 2020
by Personnel InnerSelf
Le thème de la newsletter de cette semaine peut se résumer comme suit: «vous pouvez le faire» ou plus précisément «nous pouvons le faire!». C'est une autre façon de dire "vous / nous avons le pouvoir de faire un changement". L'image de…
Ce qui fonctionne pour moi: "Je peux le faire!"
by Marie T. Russell, InnerSelf
La raison pour laquelle je partage «ce qui fonctionne pour moi» est que cela peut également fonctionner pour vous. Si ce n'est pas exactement la façon dont je le fais, puisque nous sommes tous uniques, une certaine variation de l'attitude ou de la méthode pourrait très bien être quelque chose ...
InnerSelf Newsletter: Septembre 6, 2020
by Personnel InnerSelf
Nous voyons la vie à travers les lentilles de notre perception. Stephen R. Covey a écrit: «Nous voyons le monde, non pas tel qu’il est, mais tel que nous sommes - ou tel que nous sommes conditionnés à le voir.» Alors cette semaine, nous jetons un coup d'œil à certains…
Bulletin d’InnerSelf: Août 30, 2020
by Personnel InnerSelf
Les routes que nous parcourons ces jours-ci sont aussi vieilles que le temps, mais sont nouvelles pour nous. Les expériences que nous vivons sont aussi anciennes que le temps, mais elles sont aussi nouvelles pour nous. Il en va de même pour le…
Quand la vérité est si terrible que ça fait mal, agissez
by Marie T. Russell, InnerSelf.com
Au milieu de toutes les horreurs qui se déroulent ces jours-ci, je suis inspiré par les rayons d'espoir qui brillent à travers. Des gens ordinaires qui défendent ce qui est juste (et contre ce qui ne va pas). Joueurs de baseball,…