Pourquoi vous pourriez réellement profiter de la vie dans une économie en décroissance

Pourquoi vous pourriez réellement profiter de la vie dans une économie en décroissance

Il est temps de descendre du train de la croissance économique? Sergey Nivens / Shutterstock

À quoi ressemble un véritable progrès économique? La réponse orthodoxe est qu'une économie plus grande est toujours meilleure, mais cette idée est de plus en plus tendue par le fait que, sur une planète finie, l'économie ne peut pas croître indéfiniment.

Cette semaine Accro à la croissance conférence à Sydney explore comment aller au-delà de l'économie de la croissance et vers une économie «en régime permanent».

Mais qu'est-ce qu'une économie stable? Pourquoi est-il souhaitable ou nécessaire? Et à quoi ça ressemblerait de vivre?

La situation mondiale

Nous vivions sur une planète relativement vide d'humains; aujourd'hui, elle est pleine à déborder, avec plus de personnes consommant plus de ressources. Nous aurions besoin une terre et demie pour soutenir l'économie existante dans le futur. Chaque année, ce dépassement écologique se poursuit, les fondements de notre existence et de celle d'autres espèces sont minés.

Dans le même temps, de nombreuses multitudes à travers le monde sont, selon toute norme humaine, sous-consommatrices, et le défi humanitaire de l'élimination de la pauvreté dans le monde est susceptible d'augmenter encore la charge pesant sur les écosystèmes.

Pendant ce temps, la population devrait frapper 11 milliards ce siècle. Malgré cela, les nations les plus riches cherchent toujours à faire croître leur économie sans limite apparente.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Comme un serpent mangeant sa propre queue, notre civilisation axée sur la croissance souffre de l'illusion qu'il n'y a pas d'environnement limites de la croissance. Mais repenser la croissance à l'ère des limites ne peut être évité. La seule question est de savoir si ce sera par conception ou catastrophe.

Croissance vers une économie stable

L'idée d'une économie en régime permanent nous présente une alternative. Ce terme est cependant quelque peu trompeur, car il suggère que nous devons simplement maintenir la taille de l'économie existante et cesser de rechercher une croissance supplémentaire.

Mais étant donné l'ampleur du dépassement écologique - et en gardant à l'esprit que les nations les plus pauvres ont encore besoin de marge de manœuvre pour développer leurs économies et permettre aux milliards les plus pauvres d'atteindre un niveau d'existence digne - la transition nécessitera que les nations les plus riches réduisent radicalement leurs ressources et demandes énergétiques.

Cette prise de conscience a donné lieu à des appels àdécroissance". Pour être distinguée de la récession, la décroissance signifie une phase de contraction économique planifiée et équitable dans les nations les plus riches, atteignant finalement un état stable qui fonctionne dans les limites biophysiques de la Terre.

Pourquoi vous pourriez réellement profiter de la vie dans une économie en décroissance Dans un monde de 7.2 milliards de dollars et plus, nous devons réfléchir sérieusement à notre juste part. Karpov Oleg / Shutterstock

À ce stade, les économistes traditionnels accuseront les partisans de la décroissance de mal comprendre le potentiel de la technologie, des marchés et des gains d'efficacité pour «dissocier» la croissance économique de l'impact environnemental. Mais il n'y a pas de malentendu ici. Tout le monde sait que nous pourrions produire et consommer plus efficacement qu'aujourd'hui. Le problème est que l'efficacité sans suffisance est perdue.

Malgré des décennies d'avancées technologiques extraordinaires et d'énormes améliorations de l'efficacité, les besoins en énergie et en ressources de l'économie mondiale sont toujours en augmentation. En effet, dans une économie axée sur la croissance, les gains d'efficacité ont tendance à être réinvestis dans davantage de consommation et de croissance, plutôt que dans la réduction de l'impact.

Il s'agit de la faille critique et déterminante de l'économie de la croissance: la fausse hypothèse selon laquelle toutes les économies du monde peuvent continuer de croître tout en réduisant radicalement l'impact environnemental à un niveau durable. Le degré de découplage requis est tout simplement trop important. Alors que nous essayons sans succès de capitaliser le «vert», nous voyons le visage de Gaïa disparaître.

Les modes de vie mêmes qui étaient autrefois considérés comme la définition du succès se révèlent aujourd'hui être notre plus grand échec. Tenter d'universaliser la richesse serait catastrophique. Il n'y a absolument aucun moyen que 7.2 milliards de personnes d'aujourd'hui puissent vivre le mode de vie occidental, sans parler des 11 milliards attendus à l'avenir. Le véritable progrès se situe désormais au-delà de la croissance. Le bricolage sur les bords du capitalisme ne le coupera pas.

Nous avons besoin d'une alternative.

Assez pour tout le monde, pour toujours

Quand on entend pour la première fois des appels à la décroissance, il est facile de penser que cette nouvelle vision économique doit porter sur les difficultés et les privations; que cela signifie retourner à l'âge de pierre, se résigner à une culture stagnante ou être anti-progrès. Mais non.

La décroissance nous libérerait du fardeau de poursuivre l'excès matériel. Nous n'avons tout simplement pas besoin de tant de choses - certainement pas si cela se fait au détriment de la santé planétaire, de la justice sociale et du bien-être personnel. Le consumérisme est un grave échec de l'imagination, une dépendance débilitante qui dégrade la nature et ne satisfait même pas l'envie universelle de sens des humains.

Pourquoi vous pourriez réellement profiter de la vie dans une économie en décroissance Avons-nous vraiment besoin d'acheter tout ça de toute façon? Radu Bercan / Shutterstock

La décroissance, en revanche, impliquerait d'embrasser ce qui a été appelé le «moyen plus simple”- produire et consommer moins.

Ce serait un mode de vie basé sur des besoins matériels et énergétiques modestes mais néanmoins riche en d'autres dimensions - une vie d'abondance frugale. Il s'agit de créer une économie basée sur la suffisance, de savoir combien suffit pour bien vivre et de découvrir que c'est suffisant.

Les implications de la décroissance et de la suffisance sur le mode de vie sont beaucoup plus radicales que les formes de consommation durable «vert clair» qui sont largement discutées aujourd'hui. Éteindre les lumières, prendre des douches plus courtes et recycler sont tous des éléments nécessaires de ce que la durabilité exigera de nous, mais ces mesures sont loin d'être suffisantes.

Mais cela ne signifie pas que nous devons vivre une vie de sacrifices douloureux. La plupart de nos besoins de base peuvent être satisfaits de manière assez simple et à faible impact, tout en maintenant un qualité de vie.

Comment serait la vie dans une société de décroissance?

Dans une société de décroissance, nous aspirons à localiser nos économies le plus loin et le plus adéquatement possible. Cela contribuerait à réduire le commerce mondial à forte intensité de carbone, tout en renforçant la résilience face à un avenir incertain et turbulent.

Grâce à des formes de démocratie directe ou participative, nous organiserions nos économies pour garantir la satisfaction des besoins fondamentaux de chacun, puis détournerions nos énergies de l'expansion économique. Ce serait un mode de vie relativement peu énergivore qui fonctionnait principalement sur des systèmes d'énergie renouvelable.

Énergies renouvelables ne peut pas soutenir une société mondiale à forte intensité énergétique de consommateurs haut de gamme. Une société de décroissance embrasse la nécessité de la «descente énergétique», transformant nos crises énergétiques en une opportunité de renouveau civilisationnel.

Nous aurions tendance à réduire nos heures de travail dans l'économie formelle en échange de plus de production à domicile et de loisirs. Nous aurions moins de revenus, mais plus de liberté. Ainsi, dans notre simplicité, nous serions riches.

Dans la mesure du possible, nous cultivions nos propres aliments biologiques, arrosions nos jardins avec des réservoirs d'eau et transformions nos quartiers en paysages comestibles comme les Cubains l'ont fait à La Havane. Comme mon ami Adam Grubb le déclare si délicieusement, nous devrions «manger la banlieue», Tout en complétant l'agriculture urbaine avec de la nourriture provenant des marchés de producteurs locaux.

Pourquoi vous pourriez réellement profiter de la vie dans une économie en décroissance Les jardins communautaires, comme celui de San Francisco, peuvent aider à atteindre la suffisance. Kevin Krejci / Wikimedia Commons, CC BY

Nous n'avons pas besoin d'acheter autant de nouveaux vêtements. Reprenons ou échangeons les vêtements que nous avons, achetons d'occasion ou fabriquons les nôtres. Dans une société de décroissance, les industries de la mode et du marketing se flétriraient rapidement. Une nouvelle esthétique de la suffisance se développerait, où nous réutilisons et remodelons de manière créative le vaste stock existant de vêtements et de matériaux, et explorons des moyens moins impactants de produire de nouveaux vêtements.

Nous deviendrions des recycleurs radicaux et des experts du bricolage. Cela s'expliquerait en partie par le fait que nous vivrions simplement à une époque de rareté relative, avec un revenu discrétionnaire réduit.

Mais les êtres humains trouvent que les projets créatifs sont satisfaisants, et le défi de construire le nouveau monde dans la coquille de l'ancien promet d'être extrêmement significatif, même s'il impliquera également des temps d'épreuve. La rareté apparente des marchandises peut également être considérablement réduite en augmentant économie du partage, ce qui enrichirait également nos communautés.

Un jour, nous pourrions même vivre dans des maisons en torchis que nous construisons nous-mêmes, mais au cours des prochaines décennies critiques, le fait est que la plupart d'entre nous vivront dans l'infrastructure urbaine mal conçue qui existe déjà. Nous allons à peine tout renverser et recommencer. Au lieu de cela, nous devons 'moderniser les banlieues», comme l'affirme le principal permaculturaliste David Holmgren. Cela impliquerait de faire tout ce que nous pouvons pour rendre nos maisons plus économes en énergie, plus productives et probablement plus densément habitées.

Ce n'est pas l'éco-avenir que nous montrons dans les magazines de design brillant présentant des «maisons vertes» d'un million de dollars qui sont d'un coût prohibitif.

La décroissance offre une vision plus humble - et je dirais plus réaliste - d'un avenir durable.

Faire le changement

Une transition de décroissance vers une économie en régime permanent pourrait se produire variété des façons. Mais la nature de cette vision alternative suggère que les changements devront être conduits du «bas vers le haut», plutôt qu'imposés du «haut vers le bas».

Ce que j'ai écrit ci-dessus met en évidence quelques-uns des aspects personnels et domestiques d'une société de décroissance basée sur la suffisance (pour beaucoup plus de détails, voir ici et ici). Pendant ce temps, le 'villes en transition'mouvement montre comment des communautés entières peuvent s'engager avec l'idée.

Mais il est essentiel de reconnaître contraintes sociales et structurelles qui rendent actuellement beaucoup plus difficile que nécessaire l'adoption d'un mode de vie de consommation durable. Par exemple, il est difficile de conduire moins en l'absence de voies cyclables sûres et de bons transports publics; il est difficile de trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie privée si l'accès au logement de base nous accable d'une dette excessive; et il est difficile de réimaginer la belle vie si nous sommes constamment bombardés de publicités insistant sur le fait que «les bonnes choses» sont la clé du bonheur.

Des actions aux niveaux personnel et familial ne suffiront jamais, à elles seules, pour parvenir à une économie en régime permanent. Nous devons créer de nouvelles structures et de nouveaux systèmes post-capitalistes qui favorisent, plutôt qu’entravent, le mode de vie plus simple. Ces changements plus larges n'émergeront cependant jamais tant que nous n'aurons pas une culture qui les exigera. Donc, avant tout, la révolution nécessaire est une révolution dans la conscience.

Je ne présente pas ces idées sous l'illusion qu'elles seront facilement acceptées. L'idéologie de la croissance a clairement une emprise ferme sur notre société et au-delà. Au contraire, je considère la décroissance comme le cadre le plus cohérent pour comprendre la situation difficile mondiale et signifier la seule voie souhaitable pour en sortir.

L'alternative est de nous consumer à mort sous la fausse bannière de la «croissance verte», ce qui ne serait pas une économie intelligente.La Conversation

A propos de l'auteur

Samuel Alexander, Chercheur, Melbourne Sustainable Society Institute, Université de Melbourne

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

Livres recommandés:

Le Capital au XXIe siècle
par Thomas Piketty. (Traduit par Arthur Goldhammer)

Capitale dans la couverture rigide du XXIe siècle par Thomas Piketty.In Capitale au XXIe siècle, Thomas Piketty analyse une collection unique de données provenant de vingt pays, qui remonte au XVIIIe siècle, pour mettre au jour les principaux modèles économiques et sociaux. Mais les tendances économiques ne sont pas des actes de Dieu. Selon Thomas Piketty, l'action politique a réduit les inégalités dangereuses dans le passé, et pourrait le faire à nouveau. Un travail d'ambition, d'originalité et de rigueur extraordinaire, Le Capital au XXIe siècle réoriente notre compréhension de l'histoire économique et nous confronte à des leçons qui donnent à réfléchir aujourd'hui. Ses découvertes vont transformer le débat et établir le programme de la prochaine génération de réflexion sur la richesse et l'inégalité.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature
par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.

Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.Quelle est la nature vaut la peine? La réponse à cette question, qui a traditionnellement été encadrée dans l'environnement des termes est en train de révolutionner la façon dont nous faisons des affaires. Dans Fortune NatureMark Tercek, PDG de The Nature Conservancy et ancien banquier d'investissement, et l'écrivain scientifique Jonathan Adams soutiennent que la nature n'est pas seulement le fondement du bien-être humain, mais aussi l'investissement commercial le plus intelligent que puisse faire une entreprise ou un gouvernement. Les forêts, les plaines d'inondation et les récifs d'huîtres, souvent considérés simplement comme des matières premières ou comme des obstacles à franchir au nom du progrès, sont en fait aussi importants pour notre prospérité future que la technologie ou le droit ou l'innovation commerciale. Fortune Nature offre un guide essentiel pour le bien-être économique et environnemental du monde.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Au-delà Outrage: Qu'est-ce qui a mal tourné avec notre économie et de notre démocratie, et comment y remédier -- par Robert B. Reich

Au-delà de OutrageDans ce livre, en temps opportun, Robert B. Reich affirme que rien de bon ne se passe à Washington si les citoyens sont sous tension et organisé pour s'assurer que les actes de Washington dans l'intérêt public. La première étape consiste à voir la grande image. Au-delà Outrage relie les points, en montrant pourquoi la part croissante des revenus et des richesses allant vers le haut a entravé emplois et de croissance pour tout le monde, mine notre démocratie, provoquée Américains à devenir de plus en plus cynique de la vie publique, et se tourna de nombreux Américains contre l'autre. Il explique également pourquoi les propositions du «droit régressive» sont tout à fait tort et fournit une feuille de route claire de ce qui doit être fait à la place. Voici un plan d'action pour tous ceux qui se soucie de l'avenir de l'Amérique.

Cliquez ici pour plus d'information ou pour commander ce livre sur Amazon.


Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99%
par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.

Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99% par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.Cela change tout montre comment le mouvement Occupy change la façon dont les gens se perçoivent eux-mêmes et le monde, le type de société qu'ils croient possible, et leur propre implication dans la création d'une société qui fonctionne pour le 99% plutôt que le 1%. Les tentatives pour classer ce mouvement décentralisé et en évolution rapide ont conduit à la confusion et à la perception erronée. Dans ce volume, les éditeurs de OUI! Magazine rassembler des voix de l'intérieur et de l'extérieur des manifestations pour transmettre les problèmes, les possibilités et les personnalités associées au mouvement Occupy Wall Street. Ce livre comprend des contributions de Naomi Klein, de David Korten, de Rebecca Solnit, de Ralph Nader et d'autres, ainsi que des militants d'Occupy qui étaient là depuis le début.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.



enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}

DES ÉDITEURS

InnerSelf Newsletter: Septembre 20, 2020
by Personnel InnerSelf
Le thème de la newsletter de cette semaine peut se résumer comme suit: «vous pouvez le faire» ou plus précisément «nous pouvons le faire!». C'est une autre façon de dire "vous / nous avons le pouvoir de faire un changement". L'image de…
Ce qui fonctionne pour moi: "Je peux le faire!"
by Marie T. Russell, InnerSelf
La raison pour laquelle je partage «ce qui fonctionne pour moi» est que cela peut également fonctionner pour vous. Si ce n'est pas exactement la façon dont je le fais, puisque nous sommes tous uniques, une certaine variation de l'attitude ou de la méthode pourrait très bien être quelque chose ...
InnerSelf Newsletter: Septembre 6, 2020
by Personnel InnerSelf
Nous voyons la vie à travers les lentilles de notre perception. Stephen R. Covey a écrit: «Nous voyons le monde, non pas tel qu’il est, mais tel que nous sommes - ou tel que nous sommes conditionnés à le voir.» Alors cette semaine, nous jetons un coup d'œil à certains…
Bulletin d’InnerSelf: Août 30, 2020
by Personnel InnerSelf
Les routes que nous parcourons ces jours-ci sont aussi vieilles que le temps, mais sont nouvelles pour nous. Les expériences que nous vivons sont aussi anciennes que le temps, mais elles sont aussi nouvelles pour nous. Il en va de même pour le…
Quand la vérité est si terrible que ça fait mal, agissez
by Marie T. Russell, InnerSelf.com
Au milieu de toutes les horreurs qui se déroulent ces jours-ci, je suis inspiré par les rayons d'espoir qui brillent à travers. Des gens ordinaires qui défendent ce qui est juste (et contre ce qui ne va pas). Joueurs de baseball,…