Les plus grandes entreprises paient le moins d'impôt, laissant la société plus vulnérable à la pandémie

Les plus grandes entreprises paient le moins d'impôt, laissant la société plus vulnérable à la pandémie Avantages géants. Bloomicon

La pandémie de coronavirus secoue les marchés financiers, perturbe les chaînes d'approvisionnement et réduit fortement les dépenses de consommation. La crise frappe les goûts des compagnies aériennes et des détaillants de la rue particulièrement dur, et décime de nombreuses petites entreprises. Malheureusement, cela s'avère dévastateur pour des millions de travailleurs précaires et à faible revenu à travers le monde.

De nombreux gouvernements - y compris Royaume-Uni et la US - ont annoncé des plans de relance budgétaire, y compris des allégements fiscaux, aux particuliers et aux entreprises. Ces mesures sont les bienvenues, mais notre nouvelle recherche suggère qu'ils devraient être compris par rapport à des changements plus larges du régime fiscal qui laissent la société moins à même de résister à la pandémie.

Comme nous le montrons en examinant les entreprises américaines, ces changements renforcent les inégalités non seulement entre les grandes et les petites entreprises, mais également entre les ménages à revenu élevé et à faible revenu. Le résultat est un tissu social effiloché à travers lequel le coronavirus peut se propager rapidement.

La grande remise

Le graphique ci-dessous présente le taux d'imposition effectif mondial - le taux réellement payé par opposition à tout taux fixé par les gouvernements - pour les sociétés non financières américaines cotées en bourse. Les barres gris foncé indiquent le taux d'imposition moyen des 10% des sociétés les mieux classées en fonction des revenus, tandis que les barres gris clair indiquent les 90% les plus faibles. La ligne au-dessus des barres montre le ratio du taux d'imposition des 10% supérieurs par rapport aux 90% inférieurs.

Taux d'imposition effectifs mondiaux

Les plus grandes entreprises paient le moins d'impôt, laissant la société plus vulnérable à la pandémie Source: Compustat / Wharton Research Data Services. Sandy Hager / Joseph Baines

Cela montre que le système fiscal mondial était progressif dans les années 1970, les plus grandes sociétés payant des taux légèrement plus élevés que les plus petites. Au milieu des années 1980, le système était devenu fortement régressif et le reste depuis. Pour 2015-18, les petites sociétés cotées payaient effectivement un taux de 41% sur leurs bénéfices, tandis que les grandes sociétés en payaient 28%.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Qu'est-ce qui explique cet avantage fiscal persistant pour les grandes sociétés? Jouent-ils sur le système domestique? Ou bénéficient-ils d'un avantage fiscal étranger parce qu'ils ont les ressources pour échapper à l'impôt et transférer les bénéfices vers des juridictions à faible taux d'imposition? Pour répondre à ces questions, nous avons comparé le taux d'imposition sur le revenu intérieur au taux sur le revenu étranger.

Les graphiques ci-dessous montrent combien les sociétés américaines paient réellement en impôts à différentes autorités. En comparant à nouveau les plus grandes sociétés à 10% avec les autres, le graphique en haut à gauche se concentre sur les paiements d'impôts aux États-Unis dans leur ensemble. Le graphique en haut à droite descend jusqu'aux impôts fédéraux américains tandis que le graphique en bas à gauche concerne le total des impôts payés aux États américains. Ces trois graphiques montrent que l'ensemble du système fiscal national, tant au niveau fédéral qu'au niveau des États, est constamment biaisé en faveur des grandes sociétés depuis le milieu des années 1980.

Taux d'imposition effectifs par juridiction

Les plus grandes entreprises paient le moins d'impôt, laissant la société plus vulnérable à la pandémie Source: Compustat / Wharton Research Data Services. Sandy Hager / Joseph Baines

Ceci est différent de ce que les sociétés américaines paient à d'autres pays, comme le montre le graphique intitulé «étranger» dans le coin inférieur droit. Ce taux a chuté de façon spectaculaire pour les grandes et les petites entreprises, sagesse conventionnelle que la concurrence fiscale s'est intensifiée avec la mondialisation. Jusqu'à la fin des années 1990, cependant, la structure de l'impôt étranger aux États-Unis était progressive, ce qui signifie que les plus grandes sociétés payaient plus. Cela s'est maintenant inversé, tout comme ce fut le cas pour les taxes intérieures plusieurs décennies plus tôt.

Concentration et inégalité

Pourquoi devrions-nous nous soucier si les grandes entreprises ont un avantage fiscal persistant? Un problème est que le système fiscal encourage les entreprises à se concentrer sur des entités de plus en plus grandes. Ces dernières années, la domination des grandes entreprises dans les économies avancées, y compris aux États-Unis, a suscité des inquiétudes croissantes. Des études montrent qu'au fur et à mesure que les grandes sociétés absorbent une part plus importante des revenus, des bénéfices et des actifs, elles facturent également des prix plus élevés, paient des salaires inférieurs, fournissent des biens et services de qualité inférieure et réduisent l'innovation et l'investissement.

pont débat politique s'est concentré sur les gouvernements qui reculent la législation antitrust pour remédier à cette concentration d'entreprises. Nos recherches suggèrent que, au minimum, l'impôt sur les sociétés devrait faire partie de cette conversation: le système fiscal mondial récompense les entreprises pour avoir atteint une taille qui est réellement mauvaise pour la société. Cela peut notamment entraver notre capacité à atténuer la propagation du coronavirus.

Prenez le secteur pharmaceutique notoirement concentré, qui était déjà blâmé pour une problème croissant de pénurie de médicaments bien avant l'arrivée de la pandémie - en partie à cause de les décisions commerciales pour abandonner les anciens produits qui n'étaient pas assez rentables. Les lobbyistes des grandes sociétés pharmaceutiques étaient également réussi à bloquer des dispositions dans un nouveau projet de loi sur les dépenses d'urgence de 8.3 milliards de dollars US (6.7 milliards de livres sterling) pour lutter contre les prix injustes et menacer ainsi les droits de propriété intellectuelle des entreprises sur les médicaments essentiels.

Les plus grandes entreprises paient le moins d'impôt, laissant la société plus vulnérable à la pandémie La pénurie de médicaments menace de nouvelles difficultés. Daniel Farer Paez

L'avantage fiscal des grandes entreprises contribue également à creuser l'inégalité des ménages. Les partisans affirment souvent que les économies d'impôts permettent aux entreprises d'augmenter la capacité de production, l'emploi et les salaires, et donc de créer une prospérité généralisée. Encore notre recherche montre qu'à mesure que le taux qu'ils paient diminue dans le monde, les grandes entreprises réduisent leurs dépenses en capital.

Si les grandes entreprises n'utilisent pas leur manne fiscale pour accroître leur capacité de production, qu'en font-elles? Selon nos résultats, ils enrichissent leurs actionnaires.

Dans les années 1970, les grandes sociétés ont alloué 30 cents aux paiements de dividendes et aux rachats d'actions pour chaque dollar de dépenses en capital. De 2010 à 18, le montant qu'ils ont dépensé pour enrichir leurs actionnaires est passé à 93 cents.

Cette poussée ne serait pas un problème si l'actionnariat était largement dispersé, mais ce n'est pas. Les 1% des ménages américains les plus importants détiennent, directement ou indirectement, 40% de toutes les actions des sociétés, et les 10% des ménages les plus riches détiennent 84%.

Le régime d'imposition des sociétés a donc alimenté les inégalités, lequel est un vecteur important pour la propagation du coronavirus. Beaucoup de personnes à faible revenu sont obligées de faire le choix déchirant entre aller travailler et potentiellement contracter et propager le coronavirus, ou rester à la maison et ne pas joindre les deux bouts.

Les mesures gouvernementales en faveur des particuliers et des petites entreprises sont une tentative bienvenue - mais nullement suffisante - d’améliorer les problèmes que le régime fiscal régressif a contribué à créer. Profitons également de cette crise pour réformer le système fiscal de manière à lutter contre les inégalités et à réduire la concentration des entreprises.La Conversation

A propos de l'auteur

Sandy Brian Hager, maître de conférences en économie politique internationale, City, Université de Londres et Joseph Baines, maître de conférences en économie politique internationale, King 's College London

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

Livres recommandés:

Le Capital au XXIe siècle
par Thomas Piketty. (Traduit par Arthur Goldhammer)

Capitale dans la couverture rigide du XXIe siècle par Thomas Piketty.In Capitale au XXIe siècle, Thomas Piketty analyse une collection unique de données provenant de vingt pays, qui remonte au XVIIIe siècle, pour mettre au jour les principaux modèles économiques et sociaux. Mais les tendances économiques ne sont pas des actes de Dieu. Selon Thomas Piketty, l'action politique a réduit les inégalités dangereuses dans le passé, et pourrait le faire à nouveau. Un travail d'ambition, d'originalité et de rigueur extraordinaire, Le Capital au XXIe siècle réoriente notre compréhension de l'histoire économique et nous confronte à des leçons qui donnent à réfléchir aujourd'hui. Ses découvertes vont transformer le débat et établir le programme de la prochaine génération de réflexion sur la richesse et l'inégalité.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature
par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.

Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.Quelle est la nature vaut la peine? La réponse à cette question, qui a traditionnellement été encadrée dans l'environnement des termes est en train de révolutionner la façon dont nous faisons des affaires. Dans Fortune NatureMark Tercek, PDG de The Nature Conservancy et ancien banquier d'investissement, et l'écrivain scientifique Jonathan Adams soutiennent que la nature n'est pas seulement le fondement du bien-être humain, mais aussi l'investissement commercial le plus intelligent que puisse faire une entreprise ou un gouvernement. Les forêts, les plaines d'inondation et les récifs d'huîtres, souvent considérés simplement comme des matières premières ou comme des obstacles à franchir au nom du progrès, sont en fait aussi importants pour notre prospérité future que la technologie ou le droit ou l'innovation commerciale. Fortune Nature offre un guide essentiel pour le bien-être économique et environnemental du monde.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Au-delà Outrage: Qu'est-ce qui a mal tourné avec notre économie et de notre démocratie, et comment y remédier -- par Robert B. Reich

Au-delà de OutrageDans ce livre, en temps opportun, Robert B. Reich affirme que rien de bon ne se passe à Washington si les citoyens sont sous tension et organisé pour s'assurer que les actes de Washington dans l'intérêt public. La première étape consiste à voir la grande image. Au-delà Outrage relie les points, en montrant pourquoi la part croissante des revenus et des richesses allant vers le haut a entravé emplois et de croissance pour tout le monde, mine notre démocratie, provoquée Américains à devenir de plus en plus cynique de la vie publique, et se tourna de nombreux Américains contre l'autre. Il explique également pourquoi les propositions du «droit régressive» sont tout à fait tort et fournit une feuille de route claire de ce qui doit être fait à la place. Voici un plan d'action pour tous ceux qui se soucie de l'avenir de l'Amérique.

Cliquez ici pour plus d'information ou pour commander ce livre sur Amazon.


Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99%
par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.

Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99% par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.Cela change tout montre comment le mouvement Occupy change la façon dont les gens se perçoivent eux-mêmes et le monde, le type de société qu'ils croient possible, et leur propre implication dans la création d'une société qui fonctionne pour le 99% plutôt que le 1%. Les tentatives pour classer ce mouvement décentralisé et en évolution rapide ont conduit à la confusion et à la perception erronée. Dans ce volume, les éditeurs de OUI! Magazine rassembler des voix de l'intérieur et de l'extérieur des manifestations pour transmettre les problèmes, les possibilités et les personnalités associées au mouvement Occupy Wall Street. Ce livre comprend des contributions de Naomi Klein, de David Korten, de Rebecca Solnit, de Ralph Nader et d'autres, ainsi que des militants d'Occupy qui étaient là depuis le début.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.



enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}

DES ÉDITEURS

Blue-Eyes vs Brown Eyes: Comment le racisme est enseigné
by Marie T. Russell, InnerSelf
Dans cet épisode d'Oprah Show de 1992, Jane Elliott, militante et éducatrice antiraciste primée, a enseigné au public une dure leçon sur le racisme en démontrant à quel point il est facile d'apprendre les préjugés.
Un changement va arriver...
by Marie T. Russell, InnerSelf
(30 mai 2020) Alors que je regarde les informations sur les événements de Philadéphie et d'autres villes du pays, mon cœur a mal pour ce qui se passe. Je sais que cela fait partie du plus grand changement qui prend…
Une chanson peut élever le cœur et l'âme
by Marie T. Russell, InnerSelf
J'ai plusieurs façons d'utiliser pour effacer l'obscurité de mon esprit quand je trouve qu'elle s'est infiltrée. L'une est le jardinage ou passer du temps dans la nature. L'autre est le silence. Une autre façon est la lecture. Et celui qui ...
Pourquoi Donald Trump pourrait être le plus grand perdant de l'histoire
by Robert Jennings, InnerSelf.com
Toute cette pandémie de coronavirus coûte une fortune, peut-être 2 ou 3 ou 4 fortunes, toutes de taille inconnue. Oh ouais, et, des centaines de milliers, peut-être un million, de personnes mourront prématurément en direct…
Mascotte de la pandémie et chanson thème de la distance sociale et de l'isolement
by Marie T. Russell, InnerSelf
Je suis tombé sur une chanson récemment et en écoutant les paroles, j'ai pensé que ce serait une chanson parfaite en tant que "chanson thème" pour ces temps d'isolement social. (Paroles en dessous de la vidéo.)