Pourquoi la moitié des plus de 55 ans sont ouverts à la réduction des effectifs et quels sont les obstacles

La moitié des plus de 55 ans sont ouverts à la réduction des effectifs karenfoleyphotography / Shutterstock

Plus de la moitié des Australiens de plus de 55 ans sont ouverts à la réduction des effectifs, selon un nouveau rapport sur la base d'une enquête auprès de 2,400 XNUMX ménages. Le principal obstacle au déménagement dans une petite maison est le manque de logements correspondant à leurs besoins et à leurs préférences. La croissance rapide du nombre d'Australiens âgés ajoute au défi majeur auquel sont confrontés les marchés du logement pour répondre à leurs divers besoins en matière de logement.

La réduction des effectifs, ou redimensionnement des droits, est considérée comme un élément essentiel de la les aspirations des Australiens âgés en matière de logement. Dans le même temps, la réduction des effectifs crée des opportunités de logement pour les ménages plus jeunes en libérant les maisons familiales.

Le vieillissement de la population crée également des défis fiscaux pour le gouvernement, en termes de prestation de services à domicile et de soins en établissement. La réduction des effectifs peut permettre aux Australiens plus âgés de bien vieillir et de vieillir sur place plutôt que de passer potentiellement prématurément aux soins en établissement.

rapport publié aujourd'hui par l'Australian Housing and Urban Research Institute (AHURI), pour lequel 2,400 55 ménages de plus de 26 ans ont été interrogés, a révélé que XNUMX% de ces ménages avaient réduit leur taille. Un autre tiers y avait pensé. Dans l'ensemble, les résultats indiquent un fort appétit chez les Australiens âgés pour réduire la taille de leurs logements.

Avec environ 6.5 millions d'Australiens âgés de 55 ans ou plus, vivant dans environ 4.3 million de foyers, nos résultats suggèrent que la réduction des effectifs pourrait concerner 2.5 millions de ménages.

Pourquoi réduire la taille? Et quels sont les obstacles?

Nous savons que les Australiens plus âgés réduisent leurs effectifs en réponse à des événements de la vie tels que des changements dans la santé et l'état des relations, ou lorsque des enfants quittent le domicile parental. Préférences de style de vie et difficultés d'entretien de leur jardin ou de leur maison également façonner le comportement de réduction des effectifs.

Les obstacles à la réduction des effectifs comprennent le manque de logements convenables et un manque d'incitations financières. Il existe également des obstacles émotionnels et physiques au déplacement. Cependant, les facteurs financiers n’influent pas beaucoup sur la décision de déménager, augmentation du bien-être financier perçue une fois qu'ils ont réduit leurs effectifs.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Lorsque ceux qui avaient réduit leurs effectifs étaient insatisfaits, cela était le plus souvent lié au nouveau logement, en particulier à sa taille, et au quartier.

Est-ce réellement une réduction des effectifs?

L'une des justifications politiques de la réduction des effectifs est de réduire sous-utilisation des logements. Cependant, cela est en contradiction avec l'attitude de nombreux Australiens plus âgés. Ils considèrent les chambres «de rechange» nécessaires pour servir de chambres d'hôtes permanentes (58%), d'études (50%) ou de chambres dédiées aux enfants ou petits-enfants (31%).

L'espace reste important pour les downsizers australiens. Plus de la moitié d'entre eux emménagent dans un logement de trois chambres ou plus. Un troisième déménagement dans un appartement.

Cependant, les deux tiers des entreprises de taille réduite interrogées ont déménagé dans un logement avec moins de chambres. Trois chambres était la taille de logement préférée pour les Australiens plus âgés. Réduire le jardin était essentiel pour la plupart.

La moitié des plus de 55 ans sont ouverts à la réduction des effectifs La moitié des plus de 55 ans sont ouverts à la réduction des effectifs Auteur fourni

Les Australiens plus âgés aspirent à acquérir ou à conserver leur propriété. Leur quartier préféré dispose de commerces, de services médicaux, de loisirs et de transports en commun accessibles à pied.

Les downsizers semblent mobiles. Alors que moins d'un quart des effectifs dans leur quartier d'origine, 42% ont déménagé dans un quartier complètement nouveau pour eux.

L'enquête constatant un manque d'options de logement convenable correspondant aux préférences des candidats à la réduction des effectifs peut expliquer pourquoi si peu de personnes ont pu réduire leur taille dans leur quartier d'origine.

Offrir ce que veulent les Australiens plus âgés

Si le marché local ne dispose pas de suffisamment d'options pour répondre aux besoins des ménages plus âgés, il est très difficile de réduire la taille d'une communauté existante. Le déplacement vers un autre emplacement souhaité peut également être problématique.

Répondre aux besoins des Australiens âgés signifie généralement une augmentation des logements de densité moyenne. Les promoteurs auront probablement besoin d'incitations pour produire ces produits de densité moyenne plutôt que de développement à haute densité potentiellement plus rentable - bien qu'il existe, bien sûr, un marché de réduction des effectifs pour les appartements bien situés.

La moitié des plus de 55 ans sont ouverts à la réduction des effectifs La plupart des downsizers veulent moins de jardin à entretenir, mais veulent toujours une maison de trois chambres. Ben Romalis / Shutterstock

L'industrie de la retraite a commencé à répondre aux aspirations des Australiens plus âgés. Il développe des logements plus grands et offre une gamme croissante d'options, du haut de gamme aux prix abordables, qui sont tous accessibles et adaptés au vieillissement sur place.

Les Australiens plus âgés riches en actions pourraient souhaiter construire une nouvelle habitation dans laquelle réduire les effectifs. Mais ils sont souvent incapables d'emprunter pour cela à moins qu'ils disposent de capitaux considérables.

Pour soutenir cette voie, de nouveaux modèles de financement du développement pourraient être créés pour permettre aux Australiens plus âgés de se développer sans avoir à vendre d'abord la maison principale. Ce changement permettrait des formes de développement plus collaboratives, comme un groupe de individus partageant les mêmes idées un site comme logement pour une petite communauté.

Pour ceux locataires privés vulnérables il est essentiel de passer à la retraite, de trouver un logement locatif plus sûr grâce au secteur du logement social et de le livrer en privé. Le secteur du logement communautaire a un rôle clé à jouer.

Où la prochaine?

Le paysage du logement en Australie doit évoluer vers un modèle de diversité des logements avec des tenures sûres - propriété et location - dans des quartiers où les résidents peuvent facilement se rendre aux services hebdomadaires et aux installations de loisirs, participer socialement et être à proximité des options de transport public.

Le design est tout aussi important. Les Australiens ont besoin logements adaptables qui peut changer pour répondre aux besoins de logement.

Un tel paysage offrira des options efficaces de réduction des effectifs dans lesquelles les ménages peuvent bien vieillir aux endroits qui répondent le mieux à leurs besoins et aspirations.

À propos des auteurs

Amity James, maître de conférences, School of Economics, Finance and Property, Université Curtin; Steven Rowley, directeur de l'école, économie, finance et propriété, université Curtin. Directeur, Australian Housing and Urban Research Institute, Curtin Research Center, Université Curtinet Wendy Stone, professeure agrégée, Center for Urban Transitions et directrice, Australian Housing and Urban Research Institute Swinburne Research Center, Université de technologie de Swinburne

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

Livres recommandés:

Le Capital au XXIe siècle
par Thomas Piketty. (Traduit par Arthur Goldhammer)

Capitale dans la couverture rigide du XXIe siècle par Thomas Piketty.In Capitale au XXIe siècle, Thomas Piketty analyse une collection unique de données provenant de vingt pays, qui remonte au XVIIIe siècle, pour mettre au jour les principaux modèles économiques et sociaux. Mais les tendances économiques ne sont pas des actes de Dieu. Selon Thomas Piketty, l'action politique a réduit les inégalités dangereuses dans le passé, et pourrait le faire à nouveau. Un travail d'ambition, d'originalité et de rigueur extraordinaire, Le Capital au XXIe siècle réoriente notre compréhension de l'histoire économique et nous confronte à des leçons qui donnent à réfléchir aujourd'hui. Ses découvertes vont transformer le débat et établir le programme de la prochaine génération de réflexion sur la richesse et l'inégalité.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature
par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.

Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.Quelle est la nature vaut la peine? La réponse à cette question, qui a traditionnellement été encadrée dans l'environnement des termes est en train de révolutionner la façon dont nous faisons des affaires. Dans Fortune NatureMark Tercek, PDG de The Nature Conservancy et ancien banquier d'investissement, et l'écrivain scientifique Jonathan Adams soutiennent que la nature n'est pas seulement le fondement du bien-être humain, mais aussi l'investissement commercial le plus intelligent que puisse faire une entreprise ou un gouvernement. Les forêts, les plaines d'inondation et les récifs d'huîtres, souvent considérés simplement comme des matières premières ou comme des obstacles à franchir au nom du progrès, sont en fait aussi importants pour notre prospérité future que la technologie ou le droit ou l'innovation commerciale. Fortune Nature offre un guide essentiel pour le bien-être économique et environnemental du monde.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Au-delà Outrage: Qu'est-ce qui a mal tourné avec notre économie et de notre démocratie, et comment y remédier -- par Robert B. Reich

Au-delà de OutrageDans ce livre, en temps opportun, Robert B. Reich affirme que rien de bon ne se passe à Washington si les citoyens sont sous tension et organisé pour s'assurer que les actes de Washington dans l'intérêt public. La première étape consiste à voir la grande image. Au-delà Outrage relie les points, en montrant pourquoi la part croissante des revenus et des richesses allant vers le haut a entravé emplois et de croissance pour tout le monde, mine notre démocratie, provoquée Américains à devenir de plus en plus cynique de la vie publique, et se tourna de nombreux Américains contre l'autre. Il explique également pourquoi les propositions du «droit régressive» sont tout à fait tort et fournit une feuille de route claire de ce qui doit être fait à la place. Voici un plan d'action pour tous ceux qui se soucie de l'avenir de l'Amérique.

Cliquez ici pour plus d'information ou pour commander ce livre sur Amazon.


Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99%
par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.

Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99% par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.Cela change tout montre comment le mouvement Occupy change la façon dont les gens se perçoivent eux-mêmes et le monde, le type de société qu'ils croient possible, et leur propre implication dans la création d'une société qui fonctionne pour le 99% plutôt que le 1%. Les tentatives pour classer ce mouvement décentralisé et en évolution rapide ont conduit à la confusion et à la perception erronée. Dans ce volume, les éditeurs de OUI! Magazine rassembler des voix de l'intérieur et de l'extérieur des manifestations pour transmettre les problèmes, les possibilités et les personnalités associées au mouvement Occupy Wall Street. Ce livre comprend des contributions de Naomi Klein, de David Korten, de Rebecca Solnit, de Ralph Nader et d'autres, ainsi que des militants d'Occupy qui étaient là depuis le début.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.



enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}

DES ÉDITEURS

Blue-Eyes vs Brown Eyes: Comment le racisme est enseigné
by Marie T. Russell, InnerSelf
Dans cet épisode d'Oprah Show de 1992, Jane Elliott, militante et éducatrice antiraciste primée, a enseigné au public une dure leçon sur le racisme en démontrant à quel point il est facile d'apprendre les préjugés.
Un changement va arriver...
by Marie T. Russell, InnerSelf
(30 mai 2020) Alors que je regarde les informations sur les événements de Philadéphie et d'autres villes du pays, mon cœur a mal pour ce qui se passe. Je sais que cela fait partie du plus grand changement qui prend…
Une chanson peut élever le cœur et l'âme
by Marie T. Russell, InnerSelf
J'ai plusieurs façons d'utiliser pour effacer l'obscurité de mon esprit quand je trouve qu'elle s'est infiltrée. L'une est le jardinage ou passer du temps dans la nature. L'autre est le silence. Une autre façon est la lecture. Et celui qui ...
Pourquoi Donald Trump pourrait être le plus grand perdant de l'histoire
by Robert Jennings, InnerSelf.com
Toute cette pandémie de coronavirus coûte une fortune, peut-être 2 ou 3 ou 4 fortunes, toutes de taille inconnue. Oh ouais, et, des centaines de milliers, peut-être un million, de personnes mourront prématurément en direct…
Mascotte de la pandémie et chanson thème de la distance sociale et de l'isolement
by Marie T. Russell, InnerSelf
Je suis tombé sur une chanson récemment et en écoutant les paroles, j'ai pensé que ce serait une chanson parfaite en tant que "chanson thème" pour ces temps d'isolement social. (Paroles en dessous de la vidéo.)