Une raison secrète pour laquelle les médicaments Rx coûtent tellement cher

Une raison secrète pour laquelle les médicaments Rx coûtent tellement cher: un réseau mondial de lois sur les brevets protège les grandes entreprises pharmaceutiques Les défenseurs de la baisse des prix des médicaments ont organisé une vigile le 5 septembre 2019 à l'extérieur d'Eli Lilly à New York, en l'honneur de ceux qui ont perdu la vie en raison du coût élevé de l'insuline. Eric McGregor / LightRocket via Getty Images

Le prix élevé de l'insuline, qui a atteint jusqu'à 450 $ US par mois, a suscité l'indignation à travers le pays. Le sénateur Bernie Sanders (I-Vt.) L'a appelé un embarras national, se demandant pourquoi les résidents américains devraient se rendre au Canada pour acheter de l'insuline moins chère.

Comme un juriste qui se concentre sur le rôle contradictoire des droits de propriété sur le bien-être économique, y compris à travers le rôle des droits de propriété intellectuelle, mes recherches montrent clairement que le prix des médicaments est beaucoup plus compliqué que tout candidat sur la scène du débat n'a le temps d'expliquer.

Pour bien comprendre ces complexités, il faut examiner un réseau de lois internationales sur les brevets et d'accords commerciaux.

Une raison secrète pour laquelle les médicaments Rx coûtent tellement cher: un réseau mondial de lois sur les brevets protège les grandes entreprises pharmaceutiques L'insuline a été découverte il y a près de 100 ans, sauvant la vie de nombreuses personnes atteintes de diabète. La flambée de ses coûts ces dernières années a provoqué des cris de la part des patients et des politiciens. John Fredricks / NurPhoto via Getty Images

Pourquoi pas d'insuline générique?

Scientifiques travaillant dans le secteur public canadien découvert l'insuline il y a près d'un siècle. Les premières techniques de synthèse du composé, qui auraient dû plus facilement permettre la production de versions génériques, sont apparues il y a environ quatre décennies. Pourtant, l'insuline reste aujourd'hui indisponible dans toute version générique significative.

L'une des trois sociétés qui contrôler 90% du marché mondial de l'insuline, Eli Lilly, a récemment cédé à la pression du public en annonçant une prochaine version «générique autorisée» appelée Lispro. Mais cela pourrait encore courir certaines personnes 140 $ par ordonnance.

Les consommateurs américains ne sont pas seuls à faire face à des prix élevés d'insuline et d'autres médicaments vitaux. Au cours des deux dernières décennies, une vive controverse a fait rage autour des géants pharmaceutiques multinationaux pouvoir monopoliser l'accès aux médicaments essentiels dans le monde entier. Un moyen clé de le faire est le pouvoir juridique des brevets et les bénéfices de type monopole - ou ce que certains experts appellent rentes économiques non gagnées - ils garantissent.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Considérez le loyer comme une aubaine gagnée pour faire peu d'efforts. Étant «non gagnés», les loyers se distinguent donc généralement des bénéfices commerciaux ordinaires. De cette façon, ils sont comparables aux frais qu'un seigneur médiéval facturerait pour l'accès aux terres cultivées sur un vaste domaine.

Pour expliquer pleinement le problème des loyers économiques et de l’accès aux médicaments, il nous faut cependant aller plus loin: controverses qui ont tourné autour des brevets pharmaceutiques dans des pays beaucoup moins riches que les États-Unis

Un problème mondial mais caché

Depuis plus de 20 ans, dans diverses régions d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, les pays luttent contre un système mondial de prise de rente, ou «rentierisme» pour faire court, qui profite de manière disproportionnée à Big Pharma.

Cet état de fait ne pourrait exister sans les représentants du gouvernement que Big Pharma a fait pression avec succès dans les pays riches. Les brevets et autres droits de propriété intellectuelle permettent aux multinationales de capturer des loyers en évitant la concurrence pendant des années.

Cette bataille mondiale autour des brevets pharmaceutiques a commencé sérieusement avec la fondation de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 1994. Cela comprenait un accord annexe sur les droits de propriété intellectuelle connu sous le nom de les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce.

De nombreux pays autorisaient déjà les brevets avant 1994, mais uniquement sur les «procédés» de fabrication ou de synthèse. Après 1994, les pays membres de l'OMC devaient également étendre les brevets aux produits finaux essentiels de ces procédés.

Pour les habitants des pays en développement, dont les problèmes de santé publique les plus importants à l'époque provenaient de maladies comme le paludisme, la tuberculose et le VIH-sida, cela a cristallisé diverses questions d'une grande importance. Les accords devraient-ils permettre aux droits de brevet de type monopole de Big Pharma de l'emporter sur la capacité des malades et des mourants à obtenir des versions génériques de médicaments d'épargne-vie? Et si oui, dans quelle mesure?

D'ici 2001, tous les États membres de l'OMC ont officiellement avait concédé les droits des pays en développement prendre des mesures pour accroître l'accès aux médicaments vitaux. Mais Big Pharma et ses alliés n'ont jamais cédé appuyant pour plus, pas moins, des protections de propriété intellectuelle strictes dans le monde entier.

Justifications tremblantes

Depuis 1994, Big Pharma a imposé exigences plus sévères autour des droits de brevet. Ils ont insisté sur le fait que les droits de brevet sont nécessaires pour «inciter» à la disponibilité de médicaments pour des affections comme la tuberculose et le paludisme qui, n'ayant aucun marché dans le monde développé, exiger des primes garanties de tous les pays dans lesquels ils sont vendus.

Pourtant, depuis aussi longtemps, les critiques ont allégué que Big Pharma utilise généralement gonflé, trompeur or sinon des données de coûts opaques pour vanter les milliards de dollars qu'il prétend dépenser pour le développement de médicaments. De même, les critiques ont constamment attiré l'attention sur la manière dont la plupart des construit publiquement recherche financée.

Et, enfin, les critiques n'ont cessé de souligner le fait que Big Pharma a depuis longtemps largement abandonné la recherche et le développement de médicaments pour les maladies infectieuses dans les pays en développement et s'est de plus en plus tourné vers les dépenses de superproduction. médicaments contre les maladies non infectieuses.

Pourtant, alors que des maladies comme le cancer et les maladies cardiaques commencent à faire des ravages encore plus dans le monde en développement, les brevets vont peser de plus en plus lourdement sur les populations de patients à travers le monde.

Dans un monde en développement où les problèmes de santé publique ressemblent de plus en plus au monde développé, en fait, les sociétés pharmaceutiques multinationales pourraient devenir mieux - pas pire - mieux placées pour accroître leurs bénéfices en ouvrant de nouveaux marchés pour des médicaments comme l'insuline et les bêta-bloquants.

Une convergence entre les malades à travers le monde

Une leçon inattendue de cela est que les gens ordinaires du monde entier se retrouveront de plus en plus dans le même bateau pour accéder aux médicaments dont ils ont besoin.

Par conséquent, si les pays du monde en développement sont contraints d'abandonner la lutte contre le rentierisme des brevets, cela devrait être une préoccupation à la fois pour leurs propres résidents et pour les résidents des pays riches.

En septembre dernier, par exemple, le Premier ministre indien Narendra Modi a signalé que son pays - qui possède une industrie des médicaments génériques robuste qui fournit des médicaments à bas prix aux populations du monde entier - était prêt à céder aux exigences de la Big Pharma en allant vers abdiquer le rôle vital de son pays en tant que "La pharmacie du monde. " L'Inde a maintenant signé un accord commercial intérimaire avec l'administration Trump qui l'obligera à faire respecter strictement les droits de brevet des multinationales pharmaceutiques, les dernières nouvelles indiquant qu'il pourrait même maintenant être finalisé.

Au cours de la bataille actuelle pour la nomination démocrate, beaucoup auront entendu parler du sort des résidents du Michigan qui se demandent combien d'insuline coûte 10 fois aux États-Unis ce qu'elle coûte à 10 minutes de l'autre côté de notre frontière nord.

Étant donné la conversation plus large sur les loyers de brevets et l'accès aux médicaments que nous devrions avoir, cependant, il incombe à ceux d'entre nous qui vivent dans des endroits comme les États-Unis de se tourner non seulement vers le Canada, mais vers ce qui se passe. autour du monde, où les malades et les mourants font face à des maux de plus en plus similaires - et se battent - comme les nôtres.

A propos de l'auteur

Faisal Chaudhry, professeur de droit, Université de Dayton

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.


N'oubliez pas votre avenir
le 3 novembre

Oncle Sam style Smokey Bear Only You.jpg

Découvrez les enjeux et les enjeux de l'élection présidentielle américaine du 3 novembre 2020.

Trop tôt? Ne pariez pas là-dessus. Les forces sont complices de vous empêcher d'avoir un mot à dire sur votre avenir.

Ceci est le grand et cette élection peut être pour TOUS les billes. Détournez-vous à vos risques et périls.

Vous seul pouvez empêcher le vol «futur»

Suivez InnerSelf.com
"N'oubliez pas votre avenir" couverture


Livres recommandés:

Le Capital au XXIe siècle
par Thomas Piketty. (Traduit par Arthur Goldhammer)

Capitale dans la couverture rigide du XXIe siècle par Thomas Piketty.In Capitale au XXIe siècle, Thomas Piketty analyse une collection unique de données provenant de vingt pays, qui remonte au XVIIIe siècle, pour mettre au jour les principaux modèles économiques et sociaux. Mais les tendances économiques ne sont pas des actes de Dieu. Selon Thomas Piketty, l'action politique a réduit les inégalités dangereuses dans le passé, et pourrait le faire à nouveau. Un travail d'ambition, d'originalité et de rigueur extraordinaire, Le Capital au XXIe siècle réoriente notre compréhension de l'histoire économique et nous confronte à des leçons qui donnent à réfléchir aujourd'hui. Ses découvertes vont transformer le débat et établir le programme de la prochaine génération de réflexion sur la richesse et l'inégalité.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature
par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.

Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.Quelle est la nature vaut la peine? La réponse à cette question, qui a traditionnellement été encadrée dans l'environnement des termes est en train de révolutionner la façon dont nous faisons des affaires. Dans Fortune NatureMark Tercek, PDG de The Nature Conservancy et ancien banquier d'investissement, et l'écrivain scientifique Jonathan Adams soutiennent que la nature n'est pas seulement le fondement du bien-être humain, mais aussi l'investissement commercial le plus intelligent que puisse faire une entreprise ou un gouvernement. Les forêts, les plaines d'inondation et les récifs d'huîtres, souvent considérés simplement comme des matières premières ou comme des obstacles à franchir au nom du progrès, sont en fait aussi importants pour notre prospérité future que la technologie ou le droit ou l'innovation commerciale. Fortune Nature offre un guide essentiel pour le bien-être économique et environnemental du monde.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Au-delà Outrage: Qu'est-ce qui a mal tourné avec notre économie et de notre démocratie, et comment y remédier -- par Robert B. Reich

Au-delà de OutrageDans ce livre, en temps opportun, Robert B. Reich affirme que rien de bon ne se passe à Washington si les citoyens sont sous tension et organisé pour s'assurer que les actes de Washington dans l'intérêt public. La première étape consiste à voir la grande image. Au-delà Outrage relie les points, en montrant pourquoi la part croissante des revenus et des richesses allant vers le haut a entravé emplois et de croissance pour tout le monde, mine notre démocratie, provoquée Américains à devenir de plus en plus cynique de la vie publique, et se tourna de nombreux Américains contre l'autre. Il explique également pourquoi les propositions du «droit régressive» sont tout à fait tort et fournit une feuille de route claire de ce qui doit être fait à la place. Voici un plan d'action pour tous ceux qui se soucie de l'avenir de l'Amérique.

Cliquez ici pour plus d'information ou pour commander ce livre sur Amazon.


Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99%
par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.

Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99% par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.Cela change tout montre comment le mouvement Occupy change la façon dont les gens se perçoivent eux-mêmes et le monde, le type de société qu'ils croient possible, et leur propre implication dans la création d'une société qui fonctionne pour le 99% plutôt que le 1%. Les tentatives pour classer ce mouvement décentralisé et en évolution rapide ont conduit à la confusion et à la perception erronée. Dans ce volume, les éditeurs de OUI! Magazine rassembler des voix de l'intérieur et de l'extérieur des manifestations pour transmettre les problèmes, les possibilités et les personnalités associées au mouvement Occupy Wall Street. Ce livre comprend des contributions de Naomi Klein, de David Korten, de Rebecca Solnit, de Ralph Nader et d'autres, ainsi que des militants d'Occupy qui étaient là depuis le début.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.



enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}