Le déclin surprenant de l'entrepreneuriat et de l'innovation dans les pays occidentaux

Le déclin surprenant de l'entrepreneuriat et de l'innovation dans les pays occidentaux
Luttant pour décoller. Shutterstock

L'idée que nous vivons à l'ère de l'entrepreneuriat et que nous sommes confrontés à une innovation technologique de rupture rapide d'une ampleur correspondant à une nouvelle «révolution industrielle» est un mythe moderne omniprésent. Les chercheurs ont écrit académique papiers vantant l’avènement de «l’économie entrepreneuriale». Les décideurs et les investisseurs ont injecté des quantités massives de financement dans les écosystèmes de démarrage et l’innovation. Les écoles de commerce, les universités et les écoles ont placé l'entrepreneuriat dans leur cœur les programmes.

La seule du béton est que l'âge d'or de l'innovation et de l'entrepreneuriat occidental est derrière elle. Depuis les 1980, l’entrepreneuriat, l’innovation et, plus généralement, la dynamique des entreprises déclinent régulièrement, en particulier aux États-Unis. Comme économiste Tyler Cowen a trouvé:

De nos jours, les Américains sont moins susceptibles de changer de travail, moins susceptibles de se déplacer dans le pays et, un jour donné, moins susceptibles de sortir de la maison du tout […], l’économie est plus sclérosée, plus contrôlée et se développe moins bien les taux.

L'économie sclérosée

Quelle que soit la mesure de l'entrepreneuriat que vous utilisez, la tendance sous-jacente est la même: à la baisse. Par exemple, mesuré comme le rapport entre les nouvelles entreprises (celles de moins d'un an) et le nombre total d'entreprises, puis l'esprit d'entreprise aux États-Unis. diminué d'environ 50% entre 1978 et 2011. En termes de part des jeunes entreprises (moins de cinq ans), l’esprit d’entreprise diminué de 47% dans les derniers 1980 à 39% dans 2006. Parallèlement, le nombre de personnes travaillant dans de grandes entreprises (plus de 250) est passé de 51% à 57% de l’effectif total et la taille moyenne des entreprises est passée de 20 à 24 au cours de la même période.

La mobilité entre emplois, dans le cadre de la mobilité professionnelle et de la mobilité géographique - toutes les mesures indirectes de la dynamique d'entrée et de sortie des entreprises - a été déclinant. Il y a aussi preuve qu'après 2000, la création d'emplois aux États-Unis est passée de la création d'emplois bien rémunérés à des emplois faiblement rémunérés (peu qualifiés). De même, la part des entrepreneurs ayant fait des études supérieures aux États-Unis diminué de 12.2% dans 1985 à 5.3% dans 2014. Comme économiste Nicholas Kozeniauskas dit-il, «le déclin de l’esprit d’entreprise est concentré chez les intelligents».

Plusieurs mesures indiquent que les entrepreneurs sont également moins innovants. Le rapport brevets / PIB aux États-Unis est en baisse et le coût des brevets augmente. L'âge des inventeurs, quand ils ont déposé leur premier brevet, et la taille moyenne des équipes de recherche, sont en augmentation. De plus, en tant qu'économiste Nicholas Bloom et ses co-auteurs avoir trouvé, «La productivité de la recherche pour l’ensemble de l’économie américaine a été multipliée par XN depuis les 41, soit une diminution moyenne de plus de 1930% par an».

En plus d’être un problème aux États-Unis - l’économie la plus vaste et la plus complexe du monde -, les éléments de preuve confirment également que l’esprit d’entreprise et l’innovation sont en déclin. Belgiquela UK et Allemagne. Et, comme je l'ai trouvé dans un étude récente, Les données du BIT font apparaître une baisse, de 8.2% à 1991 à 6.8% à 2018 en matière d’entreprenariat dans les économies à revenu élevé.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Le déclin surprenant de l'entrepreneuriat et de l'innovation dans les pays occidentaux

Raisons du déclin

Une des raisons de ce déclin est un chute de la croissance démographique et vieillissement de la population. Le taux de fécondité en Europe est de 1.6 enfants par femme, ce qui veux dire que chaque génération sera 20% plus petit que la précédente.

Une autre raison est croissance concentration du marché. Les entreprises en place disposent d’une puissance croissante qui empêche les nouvelles entreprises de pénétrer sur le marché. De même, la nouvelle concurrence est supprimée par la prolifération de prétendus entreprises de zombies. Il s’agit d’entreprises âgées de plus de dix ans à faible niveau de productivité et souvent maintenues en activité grâce à un financement subventionné. Il peut y avoir plus de 100,000 entreprises de zombies au Royaume-Uni seulement.

Ces raisons sont probablement liées. Faible croissance démographique signifie baisse de la demande, qui encourage les entreprises existantes à tirer le meilleur parti de leurs marchés existants. Cela signifie qu'ils empêchent de nouveaux concurrents de pénétrer et de générer plus de bénéfices en payant moins les employés. le croissant nombre de fusions et d’acquisitions, ainsi que déclin dans les offres publiques initiales, les jeunes entreprises préférant être achetées par de grands opérateurs historiques, en témoigne également.

Sur la base de la nature du problème, les solutions à ce déclin entrepreneurial sont simples: briser les monopoles, améliorer la concurrence, permettre aux marchés de mieux fonctionner, faciliter la diffusion des connaissances. De plus, il sera vital de stimuler la demande globale. Cela signifie que les gouvernements investissent davantage dans les services et les infrastructures publics, réduisent les inégalités et renforcent le pouvoir de négociation des syndicats.

Le cas pour ces politiques est écrasant. Malheureusement, ce n’est peut-être pas aussi simple. Dans un récent papierJe soutiens que le fait que le déclin de l’entreprenariat se limite aux économies riches et complexes suggère que cela pourrait constituer un prix à payer pour la complexité.

As Geoffrey West a souligné que la même courbe de croissance qui caractérise les organismes vivants s’applique également à la croissance des villes, des économies et des entreprises. Après avoir dépassé un certain seuil, la taille et la complexité se stabilisent et la croissance se stabilise. Il devient donc plus difficile de créer et d'utiliser de nouvelles connaissances utiles une fois que vous avez atteint une certaine taille. Et plus un processus de production est complexe, plus ça peut aller mal.

Mais à quel point devrions-nous vraiment être concernés? Certains chercheurs se sont demandé si le déclin de l'entrepreneuriat était nécessairement indésirable. Ils signaler que la baisse s’est accompagnée d’une augmentation de l’emploi, d’une plus grande stabilité de l’emploi et d’un meilleur appariement des emplois (là où les personnes trouvent un emploi qui correspond mieux à leurs préférences et à leurs talents). Cela peut aussi indiquer que les entreprises les plus productives, qui sont plus grandes, sont en train de alloué le plus de ressources, ce qui est bon pour l'économie.

Si tel est effectivement le cas, les inconvénients pourraient être que les économies modernes, complexes et sclérosées, deviendront progressivement moins flexibles, moins adaptables aux changements externes - et donc plus vulnérables. La survie impliquera donc de trouver des moyens de gérer la vulnérabilité sociétale systémique.La Conversation

A propos de l'auteur

Wim Naudé, professeur honoraire, Institut de recherche économique et sociale sur l'innovation et la technologie de Maastricht (UNU-MERIT), Université des Nations Unies

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

Livres recommandés:

Le Capital au XXIe siècle
par Thomas Piketty. (Traduit par Arthur Goldhammer)

Capitale dans la couverture rigide du XXIe siècle par Thomas Piketty.In Capitale au XXIe siècle, Thomas Piketty analyse une collection unique de données provenant de vingt pays, qui remonte au XVIIIe siècle, pour mettre au jour les principaux modèles économiques et sociaux. Mais les tendances économiques ne sont pas des actes de Dieu. Selon Thomas Piketty, l'action politique a réduit les inégalités dangereuses dans le passé, et pourrait le faire à nouveau. Un travail d'ambition, d'originalité et de rigueur extraordinaire, Le Capital au XXIe siècle réoriente notre compréhension de l'histoire économique et nous confronte à des leçons qui donnent à réfléchir aujourd'hui. Ses découvertes vont transformer le débat et établir le programme de la prochaine génération de réflexion sur la richesse et l'inégalité.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature
par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.

Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.Quelle est la nature vaut la peine? La réponse à cette question, qui a traditionnellement été encadrée dans l'environnement des termes est en train de révolutionner la façon dont nous faisons des affaires. Dans Fortune NatureMark Tercek, PDG de The Nature Conservancy et ancien banquier d'investissement, et l'écrivain scientifique Jonathan Adams soutiennent que la nature n'est pas seulement le fondement du bien-être humain, mais aussi l'investissement commercial le plus intelligent que puisse faire une entreprise ou un gouvernement. Les forêts, les plaines d'inondation et les récifs d'huîtres, souvent considérés simplement comme des matières premières ou comme des obstacles à franchir au nom du progrès, sont en fait aussi importants pour notre prospérité future que la technologie ou le droit ou l'innovation commerciale. Fortune Nature offre un guide essentiel pour le bien-être économique et environnemental du monde.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Au-delà Outrage: Qu'est-ce qui a mal tourné avec notre économie et de notre démocratie, et comment y remédier -- par Robert B. Reich

Au-delà de OutrageDans ce livre, en temps opportun, Robert B. Reich affirme que rien de bon ne se passe à Washington si les citoyens sont sous tension et organisé pour s'assurer que les actes de Washington dans l'intérêt public. La première étape consiste à voir la grande image. Au-delà Outrage relie les points, en montrant pourquoi la part croissante des revenus et des richesses allant vers le haut a entravé emplois et de croissance pour tout le monde, mine notre démocratie, provoquée Américains à devenir de plus en plus cynique de la vie publique, et se tourna de nombreux Américains contre l'autre. Il explique également pourquoi les propositions du «droit régressive» sont tout à fait tort et fournit une feuille de route claire de ce qui doit être fait à la place. Voici un plan d'action pour tous ceux qui se soucie de l'avenir de l'Amérique.

Cliquez ici pour plus d'information ou pour commander ce livre sur Amazon.


Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99%
par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.

Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99% par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.Cela change tout montre comment le mouvement Occupy change la façon dont les gens se perçoivent eux-mêmes et le monde, le type de société qu'ils croient possible, et leur propre implication dans la création d'une société qui fonctionne pour le 99% plutôt que le 1%. Les tentatives pour classer ce mouvement décentralisé et en évolution rapide ont conduit à la confusion et à la perception erronée. Dans ce volume, les éditeurs de OUI! Magazine rassembler des voix de l'intérieur et de l'extérieur des manifestations pour transmettre les problèmes, les possibilités et les personnalités associées au mouvement Occupy Wall Street. Ce livre comprend des contributions de Naomi Klein, de David Korten, de Rebecca Solnit, de Ralph Nader et d'autres, ainsi que des militants d'Occupy qui étaient là depuis le début.

Cliquez ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.



enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}