Il est temps de voter pour le bonheur et le bien-être, pas pour la croissance économique

Il est temps de voter pour le bonheur et le bien-être, pas pour la croissance économique Nous nous soucions de plus que de l'économie en ce qui concerne l'isoloir. Alors, pourquoi les gouvernements n'écoutent-ils pas? de www.shutterstock.com

À l'approche des élections fédérales, nous nous attendons à nous noyer dans des slogans tels que «réduction des impôts», «croissance des salaires», «réforme du crédit affranchissement» ou «réformes à engrenages négatifs». Celles-ci supposent généralement que les électeurs sont aussi obsédés par les questions économiques et financières que les hommes politiques, plutôt que, par exemple, le genre d’Australie dans laquelle ils souhaitent que leurs petits-enfants vivent.

Il ne fait aucun doute que nous valorisons une économie en bonne santé et on peut affirmer que l’Australie a bénéficié d’une «parcours remarquable”Au cours des dernières années 50. Mais les Australiens comprennent et se soucient également des coûts de la croissance économique et de certaines autres questions qui semblent moins préoccuper nos politiciens.

Les sondages montrent systématiquement les citoyens se soucient plus que de leurs politiciens de questions assez importantes: action sur le climat et l'énergie, sur le logement et les inégalités, sur les dons d'entreprises et sur la corruption de la démocratie

Alors, pourquoi notre système politique ne nous permet-il pas de discuter et de décider des choses qui nous tiennent à cœur, telles que le bien-être futur de notre société et même le rôle de valeurs telles que la gentillesse, l'équité et la compassion dans la direction de nos politiques?

C’est le genre de future NZ Jacinda Ardern décrite à une surprise Forum économique mondial de Davos plus tôt cette année.

La première ministre de la Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern, s'exprimant cette année au Forum économique mondial de Davos sur la gentillesse, l'empathie et le bien-être en politique.

Ce type de changement nécessite des politiques intergénérationnelles et une vision claire de l’Australie que nous souhaitons; nous ne semblons pas en avoir non plus.

Ils ne font tout simplement pas partie du cycle électoral de trois ans. Mais la raison la plus immédiate - l'éléphant dans la pièce - est l'opinion largement répandue dans les classes politiques et les médias qu'une croissance économique continue est synonyme de progrès sociétal.

Pourtant, ironiquement, c’est notre dépendance excessive du produit intérieur brut (PIB) en tant que moteur unique de la politique économique et sociale qui a conduit à de nombreux problèmes de société, tels que les inégalités, la surconsommation et le changement climatique.

Alternatives au PIB?

Historiquement, le PIB n’a jamais été conçu comme une mesure du progrès de la société et beaucoup ont mis en doute sa domination. Mais ce n’est que tout récemment que cette alternative mesures du progrès sociétal ont été développées et une approche globale «au-delà du PIB» le mouvement a émergé.

Au niveau international, cela a conduit à la Objectifs des Nations Unies de Développement Durable, les cas d’utilisation de maintenance Better Life Index OCDE et le Indice canadien du bien-être. Celles-ci permettent aux pays de suivre leurs progrès vers des objectifs ambitieux tels que «santé et bien-être» et «éducation de qualité».

Certains pays vont plus loin. Ils développent des modèles plus larges de progrès sociétaux où le bien-être durable et équitable est l'objectif ultime du gouvernement. Ils cherchent à intégrer cet objectif dans leurs économies, leurs budgets, leurs systèmes politiques et leur planification à long terme, même dans certains cas. constitution. Nombre de ces modèles sont fermement ancrés dans un processus d'engagement des citoyens et de renouveau démocratique. "Des pays comme la Nouvelle-Zélande, Pays de Galles, Italie, Écosse, Slovénie et certains dans Amérique latine dirigent ce mouvement.

La plupart sont membres du Alliance Économie Bien-être, où gouvernements et groupes communautaires se sont associés pour créer «une économie qui assure le bien-être humain et écologique».

En juillet, Ardern lancera premier budget au monde pour le bien-être. Cela nécessitera que les ministres démontrent les impacts sur le bien-être de leurs propositions budgétaires (plutôt que sur les sièges marginaux, comme nous le faisons ici). Les ministres devront également montrer les compromis entre le capital naturel, social, humain, financier et physique.

Que devraient faire les politiciens australiens?

Tout cela devrait soulever quelques questions. Les citoyens veulent-ils un modèle alternatif de progrès sociétal pour guider notre agenda politique? Que considèrent-ils comme les priorités les plus importantes pour le type d’Australie qu’ils veulent? À quoi ressemblerait une économie de bien-être australienne?

Dans le cadre de l'ANDI national (Indice de développement national australien) projet, une collaboration de recherche communautaire à long terme basée à l’Université de Melbourne, nous avons récemment posé certaines de ces questions.

Dans une enquête nationale menée auprès de personnes 1,850, seuls X% des répondants ont estimé que l’Australie «se dirigeait dans la bonne direction». Mais près de 43% pensaient que, pour définir nos progrès nationaux, les mesures sanitaires, sociales et environnementales étaient aussi importantes que les mesures économiques.

Interrogés sur les priorités du progrès national, les participants ont attribué une grande importance aux problèmes suivants: bien-être des enfants et des jeunes, santé, éducation, démocratie et gouvernance, communautés et infrastructure, équité, travail et vie privée, bien-être général, environnement et durabilité, Autochtones bien-être et culture et loisirs. La vie économique et la prospérité étaient certes considérées comme importantes, mais à un niveau intermédiaire de cette liste.

De manière encourageante, une bonne majorité (76%) ont déclaré qu’ils seraient intéressés à participer à un programme communautaire national afin d’exprimer leurs points de vue sur les objectifs et les mesures de progrès nationaux.

Il est temps d'avoir votre mot à dire

ANDI envisage un programme communautaire à grande échelle visant à impliquer les Australiens à travers le pays au cours des trois prochaines années, dans le but de produire des rapports permanents sur l’état d’avancement des progrès réalisés dans les domaines prioritaires de la communauté 12 chaque année.

Un tel modèle en Australie pourrait conduire à une politique plus perspicace et à un débat politique plus mûr. Cela encouragerait les citoyens à penser au-delà des slogans politiques et du tribalisme et les politiciens à planifier au-delà des cycles de trois ans.

À plus long terme, une participation active des citoyens, étayée par des recherches et des preuves de grande qualité, pourrait aider à construire une vision commune et à restaurer la confiance et la démocratie. Et peut-être pourrions-nous ensuite voter sur l’Australie que nous voulons.La Conversation

A propos de l'auteur

Mike Salvaris, gestionnaire de projet, Indice de développement national australien, chercheur principal, Université de Melbourne; Fiona Stanley, épidémiologiste en périnatalité et en pédiatrie; professeur distingué, University of Western Australiaet Kate Lycett, agente principale de recherche, Université Deakin; Membre honoraire de l'Université de Melbourne, Institut de recherche des enfants de Murdoch

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

Livres recommandés:

Le Capital au XXIe siècle
par Thomas Piketty. (Traduit par Arthur Goldhammer)

Capitale dans la couverture rigide du XXIe siècle par Thomas Piketty.In Capitale au XXIe siècle, Thomas Piketty analyse une collection unique de données provenant de vingt pays, qui remonte au XVIIIe siècle, pour mettre au jour les principaux modèles économiques et sociaux. Mais les tendances économiques ne sont pas des actes de Dieu. Selon Thomas Piketty, l'action politique a réduit les inégalités dangereuses dans le passé, et pourrait le faire à nouveau. Un travail d'ambition, d'originalité et de rigueur extraordinaire, Le Capital au XXIe siècle réoriente notre compréhension de l'histoire économique et nous confronte à des leçons qui donnent à réfléchir aujourd'hui. Ses découvertes vont transformer le débat et établir le programme de la prochaine génération de réflexion sur la richesse et l'inégalité.

Cliquer ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature
par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.

Nature's Fortune: Comment les entreprises et la société prospèrent en investissant dans la nature par Mark R. Tercek et Jonathan S. Adams.Quelle est la nature vaut la peine? La réponse à cette question, qui a traditionnellement été encadrée dans l'environnement des termes est en train de révolutionner la façon dont nous faisons des affaires. Dans Fortune NatureMark Tercek, PDG de The Nature Conservancy et ancien banquier d'investissement, et l'écrivain scientifique Jonathan Adams soutiennent que la nature n'est pas seulement le fondement du bien-être humain, mais aussi l'investissement commercial le plus intelligent que puisse faire une entreprise ou un gouvernement. Les forêts, les plaines d'inondation et les récifs d'huîtres, souvent considérés simplement comme des matières premières ou comme des obstacles à franchir au nom du progrès, sont en fait aussi importants pour notre prospérité future que la technologie ou le droit ou l'innovation commerciale. Fortune Nature offre un guide essentiel pour le bien-être économique et environnemental du monde.

Cliquer ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.


Au-delà Outrage: Qu'est-ce qui a mal tourné avec notre économie et de notre démocratie, et comment y remédier -- par Robert B. Reich

Au-delà de OutrageDans ce livre, en temps opportun, Robert B. Reich affirme que rien de bon ne se passe à Washington si les citoyens sont sous tension et organisé pour s'assurer que les actes de Washington dans l'intérêt public. La première étape consiste à voir la grande image. Au-delà Outrage relie les points, en montrant pourquoi la part croissante des revenus et des richesses allant vers le haut a entravé emplois et de croissance pour tout le monde, mine notre démocratie, provoquée Américains à devenir de plus en plus cynique de la vie publique, et se tourna de nombreux Américains contre l'autre. Il explique également pourquoi les propositions du «droit régressive» sont tout à fait tort et fournit une feuille de route claire de ce qui doit être fait à la place. Voici un plan d'action pour tous ceux qui se soucie de l'avenir de l'Amérique.

Cliquer ici pour plus d'information ou pour commander ce livre sur Amazon.


Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99%
par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.

Cela change tout: occupez Wall Street et le mouvement 99% par Sarah van Gelder et le personnel de YES! Magazine.Cela change tout montre comment le mouvement Occupy change la façon dont les gens se perçoivent eux-mêmes et le monde, le type de société qu'ils croient possible, et leur propre implication dans la création d'une société qui fonctionne pour le 99% plutôt que le 1%. Les tentatives pour classer ce mouvement décentralisé et en évolution rapide ont conduit à la confusion et à la perception erronée. Dans ce volume, les éditeurs de OUI! Magazine rassembler des voix de l'intérieur et de l'extérieur des manifestations pour transmettre les problèmes, les possibilités et les personnalités associées au mouvement Occupy Wall Street. Ce livre comprend des contributions de Naomi Klein, de David Korten, de Rebecca Solnit, de Ralph Nader et d'autres, ainsi que des militants d'Occupy qui étaient là depuis le début.

Cliquer ici pour plus d'information et / ou pour commander ce livre sur Amazon.



enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}