Trois étapes essentielles que vous pouvez prendre pour sauver la démocratie

Trois étapes essentielles que vous pouvez prendre pour sauver la démocratie

Beaucoup d'Américains restent sous le choc et l'indignation, incapables de comprendre comment un homme qui a dit des mensonges à visage chauve, Qui ridiculisé diffamé d'autres, et qui se vantait d'une agression sexuelle pourrait encore monter à la présidence des États-Unis.

Le désespoir n'est pas une option; c'est notre plus grand ennemi. Nous savons que nous devons agir plus hardiment que jamais. Pour sauver la démocratie que nous pensions avoir, nous devons prendre la démocratie là où elle n'a jamais été.

La plupart d'entre nous trouvent notre courage en agissant avec les autres. Donc, nous au Small Planet Institute lancons un Guide de terrain pour le mouvement de la démocratie. Ensemble, nous pouvons créer un «mouvement de mouvements» vibrant, bipartisan et multiculturel.

Ce mouvement de la démocratie peut mobiliser les gens non seulement en ligne, mais en face à face, en créant des liens personnels suffisamment forts pour mener à bien l'action civique historique. Pour protéger et promouvoir nos institutions démocratiques, ce mouvement doit avoir une base solide et une coordination nationale. Plus important encore, ce doit être un mouvement qui transforme la désillusion et la peur en courage et en résolution nécessaires pour s'attaquer aux racines profondes et systémiques de la crise à laquelle nous sommes maintenant confrontés.

Et les bonnes nouvelles? Les morceaux sont déjà en place; ils ne sont tout simplement pas aussi visibles qu'ils doivent l'être. Pour galvaniser les millions d'autres qui veulent agir mais ne peuvent pas voir un point d'entrée, notre Guide de terrain offre beaucoup d'options:

  • Initiative de la démocratie Dans 2013, on a fait ce que personne ne pensait possible: cimenter une coalition de groupes de travail, d'environnement, de justice raciale et de réforme électorale. Ses organisations, presque 60, comptent déjà 30 millions de membres - chacun restant fidèle à sa passion en s'associant pour des réformes démocratiques systémiques sans lesquelles aucun ne peut réussir.
  • Démocratie Printemps, une mobilisation populaire et décousue pour les réformes de la démocratie (dont nous sommes fiers d'avoir fait partie), dans 2016 a réussi ce qui est considéré comme le plus grand acte de désobéissance civile sur les pas du Capitole dans l'histoire. Formé dans 2015, Democracy Spring continue à s'engager dans la désobéissance civile à travers le pays pour obtenir de l'argent de la politique et pour assurer le droit de vote pour tous.
  • Alliance des droits de vote, une alliance à délai critique fondée par les politiciens et la société civile plus tôt cette année, qui se bat pour mettre fin une fois pour toutes à la parodie de la suppression des électeurs en Amérique. Il a déjà organisé de nombreuses manifestations pour faire pression sur le Congrès pour restaurer la Loi sur les droits de vote.
  • Reprenez notre République, un effort de réforme de la campagne électorale fondé par le conservateur républicain John Pudner, le cerveau de la révolte réussie de Dave Brat, le chef de la majorité à l'époque, Eric Cantor (R-VA) dans 2014.

Le succès dans le mouvement de la démocratie - avec la dignité humaine comme base - exige d'aborder trois aspects de la société américaine qui ont contribué à la victoire de Donald Trump.

1. Rejet du capitalisme brutal

Nous croyons que le soutien de Trump découle en grande partie d'un sentiment de trahison. Par exemple, un cinquième des hommes américains âgés de 20 à 65 n'avait pas d'emploi rémunéré l'an dernier. Leur vulnérabilité aux grandes promesses vides est certainement facile à comprendre.

Mais saisir et attaquer les forces qui mènent à Trump signifie nommer et mettre fin à l'assaut sur la dignité humaine elle-même qui est intégré dans notre forme particulière de capitalisme.

Nous l'appelons «capitalisme brutal» pour attirer l'attention sur les méfaits inexorablement générés dans une économie fondée en grande partie sur une seule et même règle: opter pour ce qui rapporte le plus haut rendement à la richesse existante. Dans une telle économie délibérément favorisée, en particulier depuis les 1970, l'intervention humaine dans l'élaboration des règles pour protéger l'équité fondamentale, les communautés saines et nos communs - que ce soit les océans, le sol ou l'air - est perçue comme une interférence dans un marché magique (ainsi nommé par l'ancien président Ronald Reagan). Un marché magique travaille seul sans nous. Il réussit, nous fait croire, en réduisant tout ce qui est possible à l'échange de dollars entre les consommateurs.

Le «marché magique» magnifie donc tout ce qui se vend - et le sexe et la violence se vendent. Il s'ensuit que le divertissement, la publicité, la mode et même les bulletins de nouvelles deviennent de plus en plus violents, superficiels et sexualisés. Notez que dans une époque antérieure, par exemple, Barbara Walters était forcé de mettre une tenue de lapin Playboy pour une enquête qu'elle a faite sur NBC News. Mais la tenue est loin d'être aussi scandaleuse que les tenues de certaines célébrités féminines (voir Miley Cyrus et Kim Kardashian) choisissent de don sur Instagram ces jours-ci. De plus en plus, le message dégradant - celui que le président élu a rendu explicite au cours de sa campagne - est qu'une femme est aussi digne que son corps est sexy.

Au-dessous de tout cela est cette logique dangereuse: dans une économie valorisant le taux de rendement le plus élevé par-dessus tout, la richesse s'accumule sans relâche dans la richesse. Ainsi, dans une expression extrême de cette logique, les États-Unis sont facilement devenus les plus économiquement inégal nation dans le monde "avancé". (Note: L'inégalité économique est corrélée avec de nombreux résultats sociaux négatifs, allant de la mortalité infantile aux taux d'homicides, selon les épidémiologistes sociaux Richard Wilkinson et Kate Pickett). Une telle richesse concentrée - avec Américains 20 maintenant contrôler autant que la moitié de nous tous ensemble - se traduit par le pouvoir politique. Ainsi, une étude révélatrice des résultats de la politique Au cours des «80» et «90», il n'y avait pratiquement aucune corrélation entre les points de vue des Américains moyens sur ce qui devait être fait et ce que les législateurs et les décideurs avaient réellement fait. Dans un système qui se noie dans les contributions de la campagne par des gens qui peuvent écrire des chèques à six et sept chiffres, les résultats ne reflètent pas étonnamment les opinions de la classe d'élite.

Transformer le capitalisme brutal, avec ses multiples agressions contre la dignité humaine qui a contribué à l'élection de Trump, exige que la démocratie rende des comptes non pas aux sociétés monopolistiques, mais à nous, les citoyens. Une telle démocratie pourrait ouvrir la porte à une économie fondée sur trois valeurs autour desquelles la plupart des Américains pourraient se rallier: l'équité, la protection de la nature de la démocratie et la dignité de tous.

Une démocratie véritablement vivante - bénéficiant et redevable aux citoyens - pourrait, par exemple, maintenir un salaire minimum qui soit un salaire viable, encourager les syndicats et les coopératives de travail à donner une voix à tout le monde et à étendre le partage des profits avec les travailleurs . Peu d'Américains savent que c'est précisément la plate-forme officielle du Parti de la démocratie, qui note qu'un tel changement «est lié à une rémunération et à une productivité plus élevées». Qui sait? Une véritable démocratie américaine pourrait même créer une version américaine des comités d'entreprise réussis, vieux d'un siècle, donnant aux travailleurs la possibilité de participer aux décisions de leur entreprise.

2. Réévaluer le rôle du gouvernement et rétablir le service gouvernemental comme une vocation honorable

Une démocratie forte nécessite de renverser le long et violent mouvement antidémocratique des républicains - hautement coordonné depuis l'infâme 1971 Lewis Powell mémo, un manuel détaillé pour délégitimer le gouvernement et augmenter le pouvoir des entreprises. Powell, qui a plus tard servi de juge à la Cour suprême, a sans aucun doute contribué à inspirer le coup du gouvernement de Reagan dans son premier discours inaugural: «Le gouvernement n'est pas la solution à notre problème; le gouvernement est le problème. "

À partir des 1990, les dirigeants républicains, dont l'ancien président de la Chambre Newt Gingrich de Géorgie et l'ancien chef de la majorité à la Chambre, Tom DeLay, au Texas, ont adopté une approche politique, capturée dans 1999 par David Horowitz. L'art de la guerre politique. En elle, le compromis est trahison et l'obstructionisme est la vertu. Plus récemment, les républicains ont fait de l'obstruction systématique d'une manière sans précédent pour paralyser le Congrès, poussant son taux d'approbation à des niveaux historiquement bas. Pendant tout ce temps, les démocrates n'ont pas réussi à être une alternative convaincante.

Et tout a fonctionné comme un charme: le succès républicain dans l'abaissement du Congrès et la paralysie du président Barack Obama est alors devenu la configuration parfaite pour un autoprompteur prétentieux qui revendiquait le rôle d'outsider dans un système dysfonctionnel et truqué.

3. Récupérer le pouvoir et la fierté des citoyens

Trop - et nous sommes aussi coupables - n'ont pas réussi à saisir la force de ce mouvement anti-démocratique et à combattre vigoureusement son assaut; par exemple, la guerre sur les droits de vote qui s'est poursuivie insidieusement après l'adoption de la loi sur les droits de vote 1965. Puis, dans 2013, la Cour suprême de Shelby County v. Titulaire En fait, la loi a été éviscérée, ce qui a permis aux États 14 de mettre en œuvre des lois sur l'identification des électeurs à temps pour l'élection de 2016 - y compris dans des États dynamiques comme le Wisconsin et l'Ohio.

Trop peu d'entre nous ont apprécié ce danger. Ari Berman, auteur de Donnez-nous le bulletin de vote, reconnaît que «Nous ne saurons jamais combien de personnes ont été exclues des urnes par ces restrictions.» Mais, note-t-il, nous savons que dans la Wisconsin, la marge de victoire de Donald Trump était 27,000, tandis que les électeurs inscrits sur 300,000 ne pouvaient pas voter. bulletin de vote parce qu'ils manquaient de pièces d'identité requises, selon un tribunal fédéral. Le taux de participation dans l'État a atteint son plus bas niveau en 20, tombant à 52,000 à Milwaukee, «où 70 vit pour cent de la population afro-américaine de l'État».

Berman ajoute que le jour du scrutin, «il y avait moins de bureaux de vote 868 dans les États ayant une longue tradition de vote discriminatoire, comme l'Arizona, le Texas et la Caroline du Nord.» En moyenne, les Noirs de 2012 attendu deux fois plus longtemps comme les blancs à voter. Et, bien sûr, le revenu inférieur, le plus grand obstacle au coût du temps pour voter.

Et la suppression des électeurs n'est qu'un exemple. Selon le politologue Michael McDonald, le taux de participation a chuté de 62 pour 2008, l'année de la première élection d'Obama, à 42 pour les élections de mi-mandat suivantes. Le résultat? Pas assez de citoyens sont restés engagés pour faire pression pour des réformes démocratiques, et un Congrès républicain solide capable de bloquer le président à chaque tour. En permettant à des intérêts spéciaux de bloquer les réformes réclamées par Obama, nous n'avons pas réussi à protéger les personnes mêmes qui ont ensuite voté pour Trump.

Nous, les citoyens, devons donc également nous responsabiliser. Nous avons aidé à préparer le terrain. Mais aujourd'hui, c'est un monde différent. Un choc et une horreur sans précédent à des étapes que Trump prend maintenant peuvent motiver une action sans précédent. Comme jamais auparavant, l'émergence d'un mouvement démocratique diversifié et gratifiant est non seulement possible mais essentiel. Quel que soit notre problème particulier, la passion, il est urgent que nous prenions à cœur les leçons essentielles de l'élection 2016 et que nous nous unissions sous la bannière de la démocratie elle-même. Osons agir - ensemble. Découvrez notre Guide de terrain et rejoignez la noble lutte - et, oui, exaltante pour sauver notre pays.

Cette poster d'abord apparu sur BillMoyers.com.

À propos des auteurs

Frances Moore Lappé est une Oui! Magazine éditeur contribuant. Elle est également l'auteur ou le co-auteur de livres 18, y compris le best-seller révolutionnaire Diet for a Small Planet. Elle et sa fille, Anna Lappé, dirigent le Small Planet Institute. Suivez-la sur Twitter: @fmlappe.

Adam Eichen est membre du Conseil d'administration de Democracy Matters et membre du Institut de la petite planète, où il travaille sur un livre sur le mouvement de la démocratie avec la fondatrice Frances Moore Lappé. Il a été directeur adjoint des communications pour Democracy Spring. Suivez-le sur Twitter: @adameichen.

Livres connexes:

{amazonWS: searchindex = Livres; mots-clés = sauvegarde de la démocratie; maxresults = 3}