Les États-Unis ressemblent-ils à la mort de la République de Rome antique?

Les États-Unis ressemblent-ils à la mort de la République de Rome antique? Le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, du Kentucky, qui a dirigé la réponse du GOP lors du procès en destitution, quitte le Sénat le 4 février 2020. Alex Edelman / Getty Images

Le Sénat américain a a rendu son jugement dans le procès de mise en accusation du président Donald Trump, acquittant le président. Cinquante-deux des 53 sénateurs de la majorité républicaine ont voté l'acquittement du président sur l'abus de pouvoir et les 53 sénateurs républicains ont voté l'acquittement sur l'obstruction à l'accusation du Congrès.

Tous les 47 sénateurs démocrates ont voté pour condamner le président sur les deux chefs d'accusation. Le sénateur Mitt Romney de l'Utah était le seul républicain votant pour condamner pour abus de pouvoir.

L'exonération rapide des sénateurs républicains de Trump marque peut-être l'étape la plus dramatique de leur capitulation devant le président au cours des trois dernières années.

Ce processus, Comme j'ai écrit dans The Conversation l'automne dernier, rappelle le respect par l'ancien sénat romain de la règle autocratique des empereurs et sa transformation en un corps largement tributaire des caprices des empereurs.

Parallèlement à la fidélité sénatoriale qui était à nouveau exposée, il y a eu un autre développement qui lie l'ère de la transformation de la République romaine en un État autocratique avec les développements politiques en cours aux États-Unis. C'est une évolution qui peut indiquer où le pays se dirige.

Le leader est l'État

Les avocats de Trump ont fait valoir que la position personnelle du président était inséparable de celle de la nation elle-même. Ceci est similaire à la notion qui a pris racine pendant l'ascendant de l'homme connu sous le nom Le premier empereur de Rome, Auguste, qui était au pouvoir de 31 avant JC à 14 après JC.

L'avocat de la défense de Trump, Alan Dershowitz, a affirmé que «l'abus de pouvoir» par le président n'est pas une infraction imprescriptible. Une partie centrale de L'argument de Dershowitz était que «Chaque fonctionnaire que je connais croit que son élection est dans l'intérêt public» et que «si un président fait quelque chose qui, selon lui, l'aidera à se faire élire dans l'intérêt public, cela ne peut pas être le genre de contrepartie qui se traduit par mise en accusation."


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Cette incapacité à séparer les intérêts personnels d'un chef de file des intérêts du pays qu'il dirige a des échos puissants dans la Rome antique.

Là, aucun changement formel d'un système républicain à un système autocratique ne s'est produit. Il y a plutôt eu une érosion des institutions républicaines, un glissement constant au cours des décennies de prise de décision autoritaire et la consolidation du pouvoir au sein d'un seul individu - le tout avec le nom de «République» préservé.

La surveillance devient du harcèlement

Une grande partie du déclin de Rome en règle d'un seul homme peut être observée dans une série de développements à l'époque d'Auguste, qui ne détenait aucun titre monarchique officiel, mais seulement la vague désignation «princeps» ou «premier parmi ses pairs».

Mais en fait, le Sénat lui avait cédé à la fois le pouvoir («imperium» en latin) sur l'armée de Rome et le pouvoir traditionnel de la tribune de veto sur la législation. Chacun de ces pouvoirs lui a également accordé immunité des poursuites. Il était au-dessus de la loi.

La position d'Auguste lui a donc donné exactement la liberté de surveillance - ou ce que Trump appelle «Harcèlement présidentiel» - que le président demande. Une telle immunité est aussi celle que Richard Nixon semblait vouloir, surtout dans sa déclaration post-présidentielle que «quand le président le fait, cela signifie que ce n'est pas illégal. »

À l'époque d'Auguste, l'idée est également apparue que le «princeps» et l'État romain étaient en grande partie une seule et même chose. L'identité de l'un grandit pour devenir inséparable de l'identité de l'autre.

Ainsi, par exemple, sous Auguste, puis son successeur Tibère, les insultes contre l'empereur pouvaient être considérées comme des actes de trahison contre l'État ou, plus officiellement, contre «la majesté du peuple romain».

Un critique du «princeps» - que ce soit dans mots peu flatteurs ou dans le mauvais traitement de son image - a fait l'objet de poursuites en tant qu '«ennemi du peuple».

Une démonstration physique de l'union naissante des «princeps» et de l'État est venue dans la construction d'un Temple de Rome et d'Auguste dans les villes de la région méditerranéenne.

Ici, la personnification de l'État en tant que déesse, les Roms et les «princeps» Auguste étaient étroitement alignés et, de plus, divinisés ensemble. Le message transmis par un tel jumelage était clair: sinon tout à fait identiques, les «princeps» et l'État étaient intimement identifiés, possédant une autorité spéciale et durable par le biais de leur union.

De nombreux hauts fonctionnaires de l'administration Trump, du secrétaire d'État Mike Pompeo à l'ancien secrétaire à l'Énergie Rick Perry à l'ancien attaché de presse Sarah Huckabee Sanders, ont parlé publiquement de Trump comme d'une figure divinement choisie. Et Trump lui-même a déclaré plus tôt cette année, «Je crois vraiment que nous avons Dieu de notre côté. »

À ce jour, cependant, un temple de Lady Liberty et Trump sur le modèle du temple de Rome et d'Auguste n'a pas encore été construit.

Mais le procès de destitution du Sénat nous a montré à quel point l'identification du chef et de l'État a progressé à l'époque de Trump. Un élément central de la défense de destitution du président est, comme nous l'avons vu, que la volonté personnelle du président ne se distingue pas de la volonté de l'État et du bien du peuple.

L'approbation par le Sénat, dirigée par le GOP, de cette défense ouvrira-t-elle la voie à davantage de manifestations - et de conséquences - de l'autoritarisme? Le cas du glissement rapide de la République romaine dans un régime autocratique déguisé en république montre à quel point cette transformation peut se produire facilement.

A propos de l'auteur

Timothy Joseph, professeur agrégé de classiques, Collège de la Sainte Croix

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.


N'oubliez pas votre avenir
le 3 novembre

Oncle Sam style Smokey Bear Only You.jpg

Découvrez les enjeux et les enjeux de l'élection présidentielle américaine du 3 novembre 2020.

Trop tôt? Ne pariez pas là-dessus. Les forces sont complices de vous empêcher d'avoir un mot à dire sur votre avenir.

Ceci est le grand et cette élection peut être pour TOUS les billes. Détournez-vous à vos risques et périls.

Vous seul pouvez empêcher le vol «futur»

Suivez InnerSelf.com
"N'oubliez pas votre avenir" couverture


enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}