Vivre pleinement de la vie: Pourquoi Bouddha est toujours souriant

Bouddha souriant

Une des meilleures façons que j'ai trouvé pour essayer de calmer mon esprit et ouvrir mon cœur est à travers la méditation. J'ai l'habitude de s'asseoir dans la matinée dans un fauteuil confortable dans ma tanière pour quinze à vingt minutes, avec les yeux fermés, en respirant profondément, à la suite de l'inspiration et l'expiration de mon souffle, j'ai doucement se détacher de la bavardage constant de mon esprit.

A côté de la chaise où je suis assis dans la méditation est ma table puja, où je garde différents éléments de signification spirituelle pour moi - y compris un bouddha en pierre sculptée. Bouddha est assis dans une position détendue et encore contemplatif et il ya un grand sourire sur son visage.

Nos esprits sont devenus Nos Maîtres

Est-il en riant de moi comme je l'ai parfois se laisser prendre dans l'ironie de la difficulté à rester calme et contemplative? Est-ce qu'il se réjouissaient parce qu'il sait quelque chose que je ne sais pas, ce qui lui permet d'être si calme et serein dans ces moments que je suis se débattre? Je ne crois pas - son sourire est vraiment celui de la compassion insupportable pour le caractère poignant de notre condition humaine.

Grâce à une combinaison d'un conditionnement social, les expériences personnelles, et les pressions de la vie quotidienne, nous avons permis à nos esprits pour devenir nos maîtres. Dans ce rôle, il est un maître dur. Il semble que nous coaster en permanence rouleau entre la joie et la misère que nos esprits contrôler le voyage. Nous bord de notre train de pensées et aller dévaler les pistes sur une chevauchée sauvage de "coller" et "Futuring" plutôt que d'être en mesure de profiter et d'apprécier l'ici et maintenant.

Nous sommes enclins à vivre de la vie En Cause & Effect

Notre envie de réagir immédiatement à des situations est déclenchée par nos schèmes habituels de pensée. Ils semblent gouverner nos vies. Nous, paradoxalement, ont utilisé notre créativité pour inventer le labyrinthe dans lequel nous sommes aujourd'hui perdu, et à partir de laquelle nous avons oublié comment nous libérer.

Si nous voulons vraiment y regarde de près, nous avons à rire de nous-mêmes. Vous avez vraiment de la compassion pour quelqu'un qui est vraiment la cause divine créatrice de leur effet propre vie. Suis-je en charge, ou d'une victime des circonstances extérieures? C'est une bonne question.

Regardez la façon dont nous «vivons» nos vies. Le nôtre est un drame lourd. Nous nous accrochons à ce que nous n'avons pas, comme le "parfait" relation ou le «meilleur» emploi. Nous résistons à ce que nous avons, comme nos défis quotidiens pour accepter la vie comme elle vient. Nous ne sommes même heureux quand nous obtenons ce que nous voulons, parce que nous sommes des êtres humains vivant dans un monde de la forme et le temps, et donc tout change à terme. Si nous nous accrochons à rien, cet attachement au statu quo finira par créer pour nous une expérience de la souffrance.

Vivez la vie en étant libre

Le but du jeu est vraiment d'être libre; pas d'éviter ou de recherche, mais en utilisant tout ce qui vient à nous dans notre monde de la forme physique que notre programme d'études pour obtenir sa libération. C'est jouer le jeu comme impeccablement que nous le pouvons, et pourtant ne pas être lié aux résultats de ce que nous faisons. C'est ce qu'on appelle «être dans le monde, et non pas du monde», parce qu'une partie d'entre nous sait que c'est pas vrai, même si une autre partie prétend qu'elle est.

Le Bouddha a expliqué pour nous quand il a connu l'illumination. Qu'est-il advenu de cristal clair pour lui étaient ses quatre nobles vérités:

1. Il ya la souffrance.

2. La cause de la souffrance est la nature de notre esprit s'accroche. Nous résistons à ce qui est.

3. Il ya un moyen de guérir notre souffrance.

4. La façon dont est conduite sa vie en conformité avec Bouddha noble 8 fois chemin, qui inclut le droit pensée, des moyens de subsistance juste, action juste, etc; toutes les méthodes pour apprendre à accepter et à nous permettre de circuler avec la vie d'une manière positive.

Pourquoi est-il si difficile pour nous, même après que nous sommes devenus intellectuellement de savoir comment le jeu fonctionne vraiment? Nous sommes constamment semblent être un équilibre entre alors en équilibre précaire sur notre corde raide entre la divinité et l'humanité.

Le divin est la plus grande partie de nous qui sait que nous créons notre propre réalité et que ce que nous appelons «problèmes» sont des défis créés par nous-mêmes qui sont des opportunités pour notre croissance. À ce niveau élevé de notre être, nous avons percé notre illusion de séparation et nous nous rendons compte que nous sommes tous interconnectés.

Nos luttes, nos épreuves et nos tribulations représentent notre drame continu d'être confrontés à des expériences d'apprentissage et de les traiter de notre mieux. Notre humanité, cependant, ne s'intéresse pas à ces intellectualités parce que la vie quotidienne est parfois très difficile et que nous souffrons. Notre incapacité à accepter et apprécier la vie telle qu'elle est et à croire que tout ce qui se passe est le mieux pour notre croissance, se traduit par la douleur et la souffrance.

C'est comme si nous dansions sur un "rasoir" en essayant d'équilibrer notre humanité et notre divinité. Si nous sommes légers, espiègles et doux avec nous-mêmes, nous ne sommes pas coupés. Si nous sommes lourds et sérieux et pris dans notre drame, nous serons blessés et éprouvons de la douleur.

La clé semble être que nous avons le choix et que nous contrôlons notre processus de choix personnel. Ce n'est pas quelqu'un ou quelque chose qui nous le fait, c'est juste la façon dont nous avons conditionné nos esprits pour juger et réagir à ces situations externes.

Puisque la clé est notre programmation mentale, nous devons être déprogrammés d'une manière positive et constructive afin que la véritable essence de notre être soit révélée. Chaque fois que nous regardons les enfants et nous souvenons de notre petite enfance, cette perfection inhérente est révélée. C'est celui de la spontanéité, de la confiance, de l'exubérance, de l'ouverture et de la joie de vivre dans l'instant présent.

Jouer le jeu de Living Life

L'une des meilleures descriptions du jeu de la vie que nous jouons tous est fournie par Ram Dass. Il dit que nous sommes "l'un, jouant comme les deux, puis revenant à l'un". Cela signifie que lorsque nous commençons notre existence humaine physique, nous sommes une unité inconsciente. Nous sommes ce bateau vide dont nous parlons dans le Tao, qui est dépouillé de tout esprit, et qui est toujours notre essence intérieure de joie pure, d'amour et d'acceptation inconditionnelle.

Tout au long de notre vie, nous sommes conditionnés par les événements de notre vie et par nos manières maladroites de les traiter afin d’oublier notre perfection inhérente. Notre objectif devient extérieur; comme si notre bonheur dépend de ce qui est "là". Nous changeons et le jeu devient pour moi un ennemi ennuyeux. Contre moi, le mien et le vôtre, et malheur à moi.

Notre moi intérieur est voilé de conditionnement négatif et caché dans ce cocon collant de limitation et de dualité. Notre expérience de la vie va de légère à lourde et notre confiance en la perfection du jeu et notre divinité inhérente s'évanouissent. Cela devient une dualité consciente.

Nous avons ensuite atteindre un point dans nos vies où nous avons la possibilité (défi) de se réveiller et prendre conscience de ce que le jeu est vraiment à propos. Lorsque nous arrivons à ce moment de prise de conscience, nous l'étiqueter comme une expérience de pointe, l'illumination, ou la preuve d'être sur le chemin. Peu importe ce que l'étiquette, nous reconnaissons le fait que nous le faisons à nous-mêmes et que nous sommes et avons toujours été la cause créatrice de notre propre expérience de la réalité. Nous reconnaissons également que notre point de pouvoir réside toujours dans le moment présent.

Nous avons le choix de retourner notre objectif de perception et de voir nos expériences quotidiennes de la vie comme étant tout le «grain pour le moulin» dans notre voyage d'éveil. Plutôt que cataloguer et étiqueter nos expériences comme bonnes ou mauvaises, la dépression ou l'exaltation - nous pouvons considérer tout comme entrée dans notre ordinateur de l'expérience: Plus nous recevons d'informations, plus habilement nous pouvons répondre aux situations futures.

En même temps, nous pouvons maintenir un point de vue global sur le fait que tout est un jeu: nous l'avons inventé - nous le contrôlons - et son objectif est de nous donner continuellement des indices sur les domaines dans lesquels nous avons encore du travail à faire nous-mêmes de l'attachement et de la résistance de nos esprits (notre réserve d'attachements).

Cela nous donne le choix de continuer à jouer le jeu, apparaissant extérieurement être le même, mais centré intérieurement d'une manière totalement différente. Cela devient notre voyage de la vie vers l'unité consciente.

La vie est intrinsèquement simple

Les bonnes nouvelles sont qu'une fois que nous atteignons ce point, notre vol est en pilote automatique. Nous n'avons rien à faire car si nous avons besoin de travailler dans un domaine particulier de notre vie, la «leçon» nécessaire sera manifestée pour nous. Une fois que cela se produit, si nous sommes capables de gérer habilement cela, nous n'avons plus besoin d'apprendre cette leçon. Sinon, nous avons d'autres occasions de travailler dessus jusqu'à ce que nous le résolvions et que nous puissions ensuite passer à un autre niveau de sensibilisation.

Notre promotion est assurée - la seule pression dans ce collège de la connaissance supérieure est auto-imposée. Nous recevons constamment des leçons de confiance et de patience - alors que nous essayons de jouer au mieux de nos capacités sans être émotionnellement attachés aux résultats de nos efforts. Quel enseignement cela peut être!

Pourquoi Bouddha est-il souriant?

Pas étonnant que Bouddha sourit. S'il était physiquement vivant, il serait probablement plus approprié qu'il soit convulsé de rire à nos drames lourds auto-créés. Mais non, il est après tout un être haut qui comprend nos luttes, puisqu'il les a traversées pendant ses années d'errance, avant l'illumination.

Il sait que le jeu est si faussement simple. Son coeur doit être rempli quand il voit nos luttes. Il semble nous dire, avec tant d'amour, et avec une incroyable bonne nature: «Soyez doux avec vous-mêmes, détendez-vous, acceptez la vie comme elle vient, ayez confiance que le meilleur est de vous trouver, vous êtes en sécurité et aimés, vous n'êtes pas seul. Ne t'inquiète pas, sois heureuse Apprécie et célèbre la vie - souviens-toi, tu es tous des bouddhas, prétendant ne pas être!

Livre recommandée:

What Would Do Bouddha:? Réponses 101 au dilemme quotidienne de la vie
par Franz Metcalf.

Vivre pleinement de la vie: Pourquoi Bouddha est toujours souriantUne approche unique du bouddhisme, Que ferait Bouddha? montre que n'importe qui peut trouver des conseils dans les enseignements de Bouddha. Il montre comment utiliser les conseils de Bouddha pour devenir une meilleure personne au travail, à la maison et dans la société. Présenté dans un format convivial, chaque page proposant une question, une citation bouddhiste et les conseils de l'auteur, Que ferait Bouddha? applique cette question aux problèmes de 101 dans la vie quotidienne et révèle comment les enseignements de Bouddha ont toujours un sens après les années 2,500.

Info / Commander un livre de poche. Également disponible en édition à couverture rigide et en édition Kindle.

A propos de l'auteur

Martin E. Segal est un avocat par vocation, un étudiant de conscience plus élevée par vocation, et un éditeur, écrivain et conférencier sur des sujets de la croissance personnelle et la spiritualité. Il est l'auteur de: Guru est Vous, En épluchant les oignons doux, et Blame It On les bouddhistes.

Livres de cet auteur

enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}