Quoi et où est le ciel? Les réponses sont au cœur de l'histoire de Pâques

religionLa Disputation de la Sainte-Cène au musée du Vatican (c1509) dépeint le ciel comme un royaume dans les cieux au-dessus de la terre. Shutterstock

Ma pieuse grand-mère baptiste a confessé de manière choquante, à l'âge mûr de 93, qu'elle ne voulait pas aller au paradis. «Pourquoi» avons-nous demandé? "Eh bien, je pense que ce sera plutôt ennuyeux de rester assis sur des nuages ​​et de chanter des hymnes toute la journée" répondit-elle. Elle avait un point.

Mark Twain aurait pu être d'accord avec son évaluation. Il avait jadis déclaré de façon amusante qu'il fallait choisir «le paradis pour le climat, l'enfer pour l'entreprise».

La plupart d’entre nous ont une idée du paradis, même s’il s’agit d’un film formé comme What Dreams May Come, The Lovely Bones, ou pense que cela implique de se rencontrer Morgan Freeman dans une salle blanche. Et bien que pas aussi compliqué que biblique idées sur l'enfer, le concept biblique du ciel n'est pas particulièrement simple non plus.

En tant qu'érudit du Nouveau Testament Paula Gooder écrit:

Il est impossible d'affirmer de manière catégorique ce que la Bible dans son ensemble dit sur le ciel… Les croyances bibliques sur le ciel sont variées, complexes et fluides.

Dans la tradition chrétienne, ciel et paradis ont été confondus pour répondre à la question «Où vais-je quand je meurs? ou mourant. Pourtant, à l'origine, le paradis et le paradis concernaient davantage le lieu de résidence de Dieu, pas nous ni notre destination ultime.

Les mots pour ciel ou ciel en hébreu (shamayim) et grec (Ouranos) peut aussi être traduit par ciel. Ce n'est pas quelque chose qui existe éternellement mais plutôt une partie de la création.

La première ligne de la Bible déclare que le ciel est créé avec la création de la terre (Genesis 1). C'est principalement la demeure de Dieu dans la tradition biblique: un domaine parallèle où tout fonctionne selon la volonté de Dieu. Le ciel est un lieu de paix, d'amour, de communauté et de culte, où Dieu est entouré par une cour céleste et d'autres êtres célestes.

Les auteurs bibliques ont imaginé la terre comme un endroit plat avec Sheol en-dessous (le royaume des morts) et un dôme sur la terre qui la sépare du ciel ou du ciel au-dessus. Bien sûr, nous savons que la Terre n’est pas plate et que cet univers à trois niveaux n’a aucun sens pour un esprit moderne. Même dans ce cas, le concept du ciel (où qu'il se trouve) continue dans la théologie chrétienne en tant qu'endroit où Dieu habite et affirme théologiquement que ce monde n'est pas tout ce qu'il y a.

L'autre métaphore principale pour la demeure de Dieu dans la Bible est le paradis. Selon à la version de Luc de la crucifixion, Jésus s'entretient avec les hommes de part et d'autre de lui en attendant de mourir et promet à l'homme sur une croix voisine «aujourd'hui, tu seras avec moi au paradis».

Les références au paradis dans la Bible sont probablement dues à l'influence de la culture persane et en particulier Jardins royaux persans (paridaida). Les jardins murés persans étaient connus pour leur magnifique tracé, la diversité de leur flore, leurs enclos murés et leur propice à la promenade en toute sécurité. Ils étaient effectivement un paradis sur terre.

Le jardin d’Eden de Genesis 2 est remarquablement similaire au jardin royal ou au paradis de la Perse. Il y a de nombreuses sources d'eau dans les rivières qui la traversent, des fruits et des plantes de toutes sortes pour se nourrir, et c'est «agréable à regarder». Dieu y habite, ou du moins visite, et parle avec Adam et Eve comme un roi pourrait dans un jardin royal.

Dans les grandes histoires mythiques qui composent la Bible, les humains sont chassés d'Éden à cause de leur désobéissance. Et ainsi commence un récit sur la séparation de l'homme du divin et comment les humains retrouvent leur chemin vers Dieu et leur demeure (paradis). Dans la tradition chrétienne, Jésus est le moyen de retour.

L’événement de Pâques célébré par les chrétiens dans le monde entier à cette période de l’année concerne la résurrection de Jésus après sa mort violente sur la croix trois jours plus tôt. La résurrection de Jésus est vue comme la promesse, le «premier fruit» de ce qui est possible pour tous les humains - la résurrection à une vie éternelle avec Dieu. Ceci est, bien sûr, une question de foi et non une chose qui puisse être prouvée. Mais la réconciliation avec Dieu est au cœur de l'histoire de Pâques.

Le dernier livre de la Bible, l'Apocalypse, associe l'idée de paradis et de paradis. L'auteur décrit une vision de un nouveau paradis recréé descendre sur terre. Ce n'est pas une évasion de cette planète, mais une affirmation de tout ce qui est créé, matériel et terrestre, mais maintenant guéri et renouvelé.

Cette dernière vision biblique du ciel ressemble beaucoup au jardin d’Eden - avec l’Arbre de la vie, des rivières, des plantes et Dieu - bien que cette fois-ci soit aussi une ville urbaine et multiculturelle. Dans ce qui est essentiellement un retour à l'Eden, les humains sont réconciliés avec Dieu et, bien sûr, les uns avec les autres.

Le paradis ou paradis dans la Bible est une vision utopique, conçue non seulement pour inspirer la foi en Dieu, mais aussi dans l'espoir que les gens incarnent les valeurs d'amour et de réconciliation en ce monde.La Conversation

A propos de l'auteur

Robyn J. Whitaker, maître de conférences dans le Nouveau Testament, Pilgrim Theological College, Université de Divinité

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

Livres connexes

{amazonWS: searchindex = Livres; mots-clés = qu'est-ce que le ciel? maxresults = 3}