Découvrir la langue du premier Noël

Découvrir la langue du premier Noël

Chaque saison de Noël, les blagues maintenant typiques s'empilent sur les médias sociaux. Jésus est félicité pour avoir eu une «éducation stable». Les trois sages s'inquiètent: "Nous manquons d'encens. Ne t'inquiète pas, cependant, il y a de la myrrhe d'où ça vient.

Mais tout ce jeu de mots facétieux me pousse à réfléchir un peu plus sérieusement sur la langue utilisée dans les récits traditionnels de la nativité, et sur la ou les langues qui auraient pu être utilisées par les participants eux-mêmes.

Commençons au début. Le drame chrétien de Noël commence avec un bébé dans un berceau, ou plutôt une "mangeoire" - un abreuvoir. Dans les temps bibliques, c'était probablement une alcôve ou une saillie du mur d'une écurie sur lequel le foin a été placé comme nourriture pour animaux. Dans une maison privée, il peut aussi s'agir d'un conteneur de pierre rectangulaire ou simplement d'une dépression dans la partie inférieure de l'espace de vie familial où les animaux ont passé la nuit. Le mot anglais vient du français crèche, manger, via le vieux français maingeure, et à son tour du latin manducare, mâcher.

La référence biblique à un berceau improvisé utilise le grec φατνη (phatnē), régulièrement traduit comme un décrochage, bien que certains commentateurs insistent sur le fait qu'il désigne une boîte d'alimentation et non une plus grande enceinte. Il a été rendu en hébreu comme אֵבוּס, ebus, ce qui peut signifier un creux ou une cabine, et comme אֻרָוֹת (urvah), un décrochage. Mary (Maryam) et Joseph (Yosep) aurait pu le décrire dans leur propre langue, l'araméen, comme ܐܽܘܪܺܝܳܐ (awriyah).

Les Paroles de Dieu

Mais assez des accessoires, que dire du lieu et du scénario?

Eh bien, le mot grec couramment traduit par "auberge", κατάλυμα (kataluma) peut signifier un caravansérail ou une auberge, une maison ou une chambre d'amis, mais peut aussi être traduit comme le «lieu d'hébergement» le plus vague. Cela conduit interprètes d'être en désaccord à savoir si la crèche avait lieu dans une maison d'hôtes publique ou dans une maison familiale mise à la disposition des voyageurs conformément aux traditions d'hospitalité palestiniennes.

L'araméen était la langue parlée par les gens du commun en נָצְרַת (Naṣrat) et בֵּית לֶחֶם (Pariez Lehem) - nous les connaissons comme Nazareth et Bethléem, bien sûr. Cependant, l'hébreu était la langue officielle et liturgique de la Palestine, et le grec était utilisé par les savants, les administrateurs et les diplomates à travers la Méditerranée orientale et le Proche-Orient. Le latin, la langue des colonisateurs romains, n'aurait pas été parlé par beaucoup de gens pauvres dans les territoires en question au premier siècle après JC.

La L'historien hébreu Josèphe décrit les mots hébreux comme appartenant à "la langue hébraïque", mais a fait référence aux mots araméens comme appartenant à "notre langue" ou "notre langue" ou "La langue de notre pays".

L'araméen a survécu pour devenir la langue commune des Juifs en Terre Sainte et ailleurs au Moyen-Orient vers 200AD et l'est demeuré jusqu'à ce que les conquêtes islamiques du VIIe siècle introduisent l'arabe. Ses dialectes descendants, anciennement connus sous le nom de syriaque, sont encore aujourd'hui parlés par le peuple assyrien du nord de l'Irak, du nord-est de la Syrie, du sud-est de la Turquie et du nord-ouest de l'Iran. Je ne suis pas le premier à essayer de me connecter de manière imaginative avec les voix authentiques de l'histoire de Noël, comme en témoigne un enregistrement 2009 d'une chanson chantée en araméen.

Interprétations

Les sages d'Orient, quelles que soient leurs langues natales, aurait communiqué avec le roi Hérode par l'intermédiaire de ses fonctionnaires en grec - Hérode aurait également été familier avec le latin, l'hébreu et peut-être un dialecte arabe de sa jeunesse. À moins qu'ils ne connaissent un peu l'araméen, ils auraient fait de même, avec ou sans l'aide d'interprètes, quand ils ont rendu leurs hommages à la Sainte Famille.

Les bergers - ποιμὴν (poimén) - qui figurent dans l'une des deux versions de la nativité auraient eu quelques difficultés à exprimer leur vénération de l'enfant-Christ, étant des locuteurs araméens, mais pas avec l'accent galiléen partagé par le nouveau-né "imma", Mère Marie et"abba”, Père Joseph.

Nous ne savons pas quel statut social Marie et Joseph appréciaient, mais à moins d'être assez élevé, ils n'auraient pas parlé couramment le grec ou le latin et leur connaissance de l'hébreu se serait probablement limitée à quelques termes de dévotion. Bien que l'araméen partage certains éléments avec l'hébreu, les deux étaient au moins aussi différents que l'anglais moderne et l'allemand.

Donc, de manière frustrante, même ces quelques mots clés du grec, de l'araméen ou de l'hébreu qui sont présents dans le récit biblique original sont ouvert à de multiples interprétations. Si nous continuons à considérer les mots familiers qui sont devenus attachés à l'histoire plus récemment - «gardien», «écurie», «bétail», «rois», même la «petite ville» et le «décret» impérial qui a convoqué la famille - nous ne trouvons aucune justification ultime pour eux.

Ils servent seulement à évoquer une légende durable d'étrangers aux prises avec l'adversité, à dramatiser un jeu du royal, de l'humble et du surnaturel dans un environnement à la fois appauvri et magique.

Les érudits bibliques continueront à contester les nuances de la traduction et les «faits» qui les sous-tendent. Quant à moi, d'une brève rencontre avec le sublime, je suis ramené au ridicule comme l'esprit de Twitter badinage: «Si vous racontez une crèche de la nativité, tout est dans la livraison»; "Je reçois déjà des plaintes au sujet de mon tableau de la crèche de la pelouse. Apparemment, il n'est pas habituel de représenter la naissance réelle. "

La Conversation

A propos de l'auteur

Tony Thorne, Directeur des archives de l'argot et des nouvelles langues, Faculté des lettres et sciences humaines, King 's College London

Cet article a été publié initialement le La Conversation. Lis le article original.

Livres connexes

{amazonWS: searchindex = Livres; mots-clés = le premier Noël; maxresults = 3}