Faire de la pratique du yoga une méditation de la perspicacité

Faire de la pratique du yoga une méditation de la perspicacité

Dédié à la performance précise et dynamique de souvent difficile asanas, le hatha yoga développé par BKS Iyengar semblait particulièrement mal adapté pour être transformé en une pratique spirituelle, et encore moins dans le chemin octuple de la libération expliquée par Patanjali dans le Yoga Sutras. Ce qui en fait la forme la plus mûre du hatha yoga 20th-century tardif pour subir une transformation spirituelle, cependant, est exactement son accent sur la performance de asanaspas sur les avantages de la pratique de l'asana dans nos vies en dehors de la salle de classe - même des avantages valables comme acquérir une bonne santé, maintenir la flexibilité, soulager le stress, devenir une meilleure personne ou faciliter la stabilité et la méditation assise.

Iyengar n'était en aucun cas le premier yogi à analyser asanas, séparant les poses dans leurs parties constituantes et examinant de près les parties. Mais Iyengar a compris la complexité de asanas plus que ses prédécesseurs et ses contemporains. Et c'est la grande concentration exigée par ses instructions exquises et complexes pour adresser ces complexités qui rend performant asanas dans une salle de classe Iyengar un objet approprié de la méditation en huit étapes, y compris les trois composants intériorisés, appelés collectivement samyama, que Iyengar traduit par "intégration totale".

Concentration

In L'arbre du yoga, Iyengar décrit comment un continuum de concentration sur asana in samyama peut être étendu à partir de dharana (concentration à un seul point) dhyâna (concentration élargie) à samadhi (concentration prolongée).

Concentration sur la première étape de asana- Placer le corps dans la position préliminaire et ensuite assumer la configuration de base qui définit la pose - incarne dharana.

Concentration sur la deuxième étape de asana--affiner la pose en ajustant subtilement les parties du corps qui perfectionnent la pose, puis en évaluant et en ajustant davantage la pose et enfin en prolongeant la pose - incarne dhyâna. Concentration sur la troisième étape de asana--dans la pose - incarne samadhi.

S'étendant de l'Ouest

Paschimottanasana est communément traduit par Assied Forward Bend mais est littéralement - et poétiquement - traduit par Stretching from the West Pose, de Paschima (Ouest), Uttan (étirer) et asana (posture). (Parce que les prières sont traditionnellement observées face à l'est, tout l'arrière du corps - de la tête aux talons - fait face à l'ouest.). . .

Selon Iyengar, après s'être assis sur le sol avec les jambes tendues devant et mettre les paumes sur le sol à côté des hanches, nous commençons Paschimottanasana propre en se penchant exclusivement vers l'avant à partir des hanches (la région autour de l'articulation qui rejoint le bassin avec la partie supérieure du fémur [fémur]), pas de la taille (la partie du tronc entre le bassin et les côtes). . . .

Paschimottanasana est couramment traduit par Bend assis vers l'avantCrédits photo: Joseph Renger (Wikimedia, cc 2.0)

Se pencher en avant des hanches est un mouvement artificiel et difficile. Malgré le mouvement de gravité, le haut du corps, incliné loin de son axe, doit travailler puissamment (avec l'aide des muscles abdominaux) pour soutenir intérieurement sa rectitude alors qu'il progresse lentement vers le bas. Ce mouvement ne peut être effectué qu'avec beaucoup de tension. . . .

Après s'être courbés aussi loin que possible des hanches, nous baissons le dos à la taille - en arrondissant le dos: "[B] fin et élargissez les coudes, en les utilisant comme des leviers, tirez le tronc vers l'avant et touchez le front aux genoux. Reposer graduellement les coudes sur le sol, étirer le cou et le tronc, toucher les genoux avec le nez puis avec les lèvres. "

Respectant leurs limites et reconnaissant leur potentiel, Iyengar n'a pas poussé les étudiants au point de se blesser. Il les a avertis que le fait de se rapprocher minutieusement de la perfection (dans ce cas, replier le torse vers les jambes) est plus important que d'aller trop loin pour atteindre la perfection.

Comme pratiqué par Iyengar, Paschimottanasana est d'abord affiné en ajustant les pieds, les jambes, le tronc, les bras, les mains, le cou et la tête. . . .

La pose est encore affinée par ce que Iyengar, dans L'arbre du yoga, appelle "réflexion" - déterminer si toutes les parties du corps sont dans leur position correcte, et, si ce n'est pas le cas, faire les ajustements nécessaires.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


"Vous raisonnez:" Est-ce que je fais ça bien? Est-ce que je me trompe? ", Explique Iyengar. "Pourquoi ai-je cette sensation de ce côté? Pourquoi est-ce que j'éprouve cette sensation là? "Toute douleur ou malaise que nous ressentons dans certaines parties du corps, dit-il, peut être une indication que nous faisons un asana incorrectement. . . . "Es-tu au courant de toutes ces choses?" Demande-t-il. "Peut-être que vous ne l'êtes pas, parce que vous ne méditez pas dans les poses. Vous faites la pose, mais vous n'y réfléchissez pas. "

Enfin, la pose est affinée par extension. Lorsque [toucher les genoux avec le nez et les lèvres] devient facile, faire un effort supplémentaire pour saisir les semelles et reposer le menton sur les genoux. Lorsque cela devient également facile, serrer les mains en serrant les doigts et reposer le menton sur les tibias au-delà des genoux. Quand [cette position] devient facile, saisissez la paume droite avec la main gauche ou la paume gauche avec la main droite au-delà des pieds tendus et gardez le dos concave. . . . [R] est le menton sur les tibias au-delà des genoux. Si [cette position] devient également facile, tenez le poignet droit de la main gauche ou du poignet gauche de la main droite et posez le menton sur les tibias au-delà des genoux.

Un aspect essentiel du yoga Iyengar, les extensions sont effectuées jusqu'à la pose finale.

Paschimottanasana est terminé lorsque notre tête repose sur nos tibias sans effort supplémentaire. Nous sommes toujours. Avec notre corps en équilibre entre tension et détente, travail et jeu, douleur et plaisir, passé et futur, notre esprit est vidé. Il n'y a plus de réflexion. "[T] o rester positivement et pensivement sans pensée [de cette façon]", explique Iyengar dans une formulation stupide mais éclairante, "samadhi".

En l'absence de pensée, l'illusion de l'identité du moi est dissoute. Le méditant (le "je") et l'objet (le corps en asana) sont un. Nous sommes la pose.

© 2016 par Elliott Goldberg. Tous les droits sont réservés.
Reproduit avec la permission de l'éditeur,
Inner Traditions Inc. www.innertraditions.com

Source de l'article

Le chemin du yoga moderne: l'histoire d'une pratique spirituelle incarnée par Elliott Goldberg.Le chemin du yoga moderne: l'histoire d'une pratique spirituelle incarnée
par Elliott Goldberg.

Cliquez ici pour plus d'informations et / ou pour commander ce livre.

A propos de l'auteur

Elliott GoldbergElliott Goldberg est l'un des rares chercheurs dans le domaine émergent des études de yoga modernes. Il a présenté des articles au Modern Yoga Workshop de l'Université de Cambridge et à l'American Academy of Religion (AAR). Il vit à New York.