Comment les conseils parentaux suppose que vous êtes classe blanche et moyenne

Comment les conseils parentaux suppose que vous êtes classe blanche et moyenne

À qui avez-vous confiance en matière d'éducation des enfants? Pour beaucoup, la réponse est de demander à des professionnels de la santé qui peuvent s'appuyer sur des années d'expérience et qui ont accès à la recherche et peuvent la comprendre.

Mais notre nouvelle étude Nous avons constaté que la base de recherche d'une grande partie de nos conseils sur les compétences parentales des professionnels de la santé est biaisée.

Le conseil est basé principalement sur des études menées sur des enfants qui grandissent aux États-Unis, avec une grande partie du reste réalisée dans d'autres pays anglophones. Au total, ces études représentent principalement des recherches menées dans des pays occidentaux, éduqués, industrialisés, riches et démocratiques.

Cela pourrait signifier que la recherche, et les conseils parentaux qui en découlent, pourraient ne pas s'appliquer à tous ceux qui la reçoivent.

Ce que nous avons fait et ce que nous avons trouvé

Nous avons examiné chaque étude (dans plus de documents 1,500) apparaissant dans trois revues de psychologie du développement de haut rang de 2006 à 2010.

Ces revues publient des études sur la manière dont les enfants comprennent et interagissent avec leur monde - comment les enfants se sentent, se comportent et se développent psychologiquement à mesure qu'ils grandissent.

C'est le type de recherche qui s'ancre dans les manuels et se traduit par les connaissances utilisées pour conseiller les parents sur un large éventail de sujets. Ceux-ci vont de la façon dont les enfants acquièrent le langage, comment ils reconnaissent les perspectives des autres et développent des amitiés, à travers la compréhension des concepts moraux.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Plus de la moitié des articles (57.65%) reposaient sur des recherches menées auprès d'enfants qui grandissaient aux États-Unis, et un autre 18% ne comprenait que des enfants d'autres origines anglophones.

Moins de 3% des participants à l'étude contribuant à nos connaissances contemporaines sur le développement psychologique des enfants provenaient de toute l'Amérique centrale et du Sud, de l'Afrique, de l'Asie, du Moyen-Orient et d'Israël réunis. Ces zones contiennent environ 85% de la population mondiale.

Bien que nous ne l'ayons pas signalé dans le document, nous avons également rassemblé le statut socio-économique des participants. La plupart (80%) des articles faisant état de détails socio-économiques indiquaient que leurs participants venaient d'un milieu socio-économique élevé.

Pourquoi cela pourrait-il être un problème?

Cela pourrait ne pas poser de problème si vous et vos enfants êtes issus du même milieu que les participants à la recherche. Mais que faire si vous n'êtes pas? Est-ce que c'est vraiment important?

Prenons l'exemple de la compréhension des enfants de parents divorcés. Il y a recherche Les adolescents ont moins de problèmes psychologiques si leurs parents ont la garde conjointe plutôt que s'ils sont pris en charge par un seul parent.

La garde conjointe peut donc sembler être la solution. Cependant, tous les enfants de cette étude venaient de Suède. Les enfants en Suède sont-ils assez semblables aux enfants australiens pour que cela soit pertinent? Et si vos enfants grandissent en Australie mais que vous êtes originaire du Nigeria? Les résultats de l'étude sont-ils toujours pertinents?

La réalité est que nous ne savons pas réellement, car la recherche impliquant différents groupes culturels est rare. Cette question est particulièrement pertinente dans une Australie multiculturelle où les Australiens s'identifient à plus de 270 ascendances et un sur quatre Les Australiens sont nés à l'étranger.

De manière critique, la plupart des Australiens ne sont pas nés aux États-Unis, où la plupart des recherches publiées sur le développement de l'enfant sont menées.


Pour en savoir plus: Chasse-neige, hélicoptère - médiéval? Conseil parental pour les âges


Le manque de diversité culturelle dans la recherche psychologique n'est pas nouveau. C'est un problème qui a été discuté parmi les psychologues et l' public.

Ce que nous avons révélé, c'est qu'il y a eu peu de changement dans le biais culturel des participants à l'étude au fil du temps. Par exemple, nous avons trouvé peu de différences dans les antécédents des participants lorsque nous avons comparé des études publiées dans 2008 à celles publiées dans 2015.

Ce n'est pas seulement un problème parental

Ce n'est pas seulement un problème pour les parents qui essaient de trouver la meilleure façon d'élever leurs enfants, mais un problème plus vaste pour la science alors que nous essayons de montrer comment l'esprit humain fonctionne.

En règle générale, les chercheurs tireront des conclusions générales, en utilisant des expressions comme «les enfants à l'âge X feront Y dans la situation Z», sans mentionner l'environnement dans lequel ces enfants grandissent.

Les chercheurs ne reconnaissent pas que les résultats pourraient être différents si l'étude était menée avec des enfants dans des circonstances différentes.

Par exemple, sur la base d'un test standard les enfants issus de milieux non occidentaux ne reconnaissent pas leur image miroir comme eux-mêmes avant la fin de leur deuxième année. Mais les enfants des populations occidentales établissent généralement ce lien à partir des mois d'âge 18.

Pourtant, en écrivant sur les enfants occidentaux, les chercheurs déclarent généralement quelque chose comme «au moins par mois 24, les tout-petits ... savent à quoi ils ressemblent». Mais les "tout-petits" ne le font pas, juste principalement des bambins blancs de la classe moyenne issus de familles anglophones.

Donc, ce que nous pensons découvrir sur la façon dont tous les enfants se développent peut ne s'appliquer qu'à une petite partie de la population mondiale. Nous pouvons en savoir beaucoup moins sur la façon dont les enfants se développent que nous le pensons.

Comment jugez-vous les conseils parentaux?

La prochaine fois que vous vous trouvez dans une position de conseil, de conseil ou d'élaboration de politiques relatives au développement des enfants basées sur des recherches solides, soyez vigilants quant à l'endroit où la recherche a été menée et à l'origine culturelle des participants.

Cela pourrait être tout à fait pertinent. Mais ça pourrait ne pas être.

Nous devons mieux encourager les chercheurs à élargir leur échantillonnage afin de mieux refléter les communautés qui pourraient bénéficier de leurs recherches. Et les organismes de financement doivent maintenant donner la priorité à la recherche qui s'appuie sur des échantillons plus larges de personnes.

Les revues scientifiques doivent plaider en faveur d'études qui n'incluent pas seulement des participants d'origine occidentale et anglophone. Et le public doit savoir d'où vient la recherche et ce qu'elle leur dit vraiment.

La ConversationCe n’est qu’alors que nous pourrons plus sûrement nous orienter vers une science fiable de l’esprit humain qui permettra d’obtenir des recherches que nous pourrons appliquer aux parents de la communauté mondiale.

A propos de l'auteur

Mark Nielsen, professeur agrégé, École de psychologie, L'Université du Queensland

Cet article a été publié initialement le La Conversation. Lis le article original.

Livres connexes:

{amazonWS: searchindex = Livres; mots-clés = conseils de parentage; maxresults = 3}