Pourquoi l'homosexualité a pu évoluer pour des raisons sociales et non sexuelles

Pourquoi l'homosexualité a pu évoluer pour des raisons sociales et non sexuelles Nous proposons une attirance homosexuelle évoluée pour permettre une plus grande intégration sociale et des liens sociaux homosexuels plus forts. SHUTTERSTOCK

Comment l'homosexualité chez l'homme a-t-elle évolué?

Typiquement, cette question se pose comme un paradoxe.

L'argument est le suivant: le sexe gay seul ne peut pas produire d'enfants, et pour que les traits évoluent, ils doivent être transmis aux enfants, qui en tirent une forme d'avantage concurrentiel.

De ce point de vue, certains soutiennent que l'homosexualité n'aurait pas dû évoluer.

Dans un article publié hier par moi-même et Brian Hare, professeur à l'Université Duke, nous proposons que la sexualité humaine (y compris l'homosexualité) évolue comme le résultat de l'évolution d'une sociabilité accrue chez l'homme.

Nous soutenons que bon nombre des forces évolutives qui ont façonné la sexualité humaine étaient sociales, plutôt que basées sur la capacité de reproduction.

C'est notre «hypothèse sociosexuelle» pour l'évolution du sexe gay et de l'attraction.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Sexe pour le collage

Pour les humains et de nombreux autres animaux, le sexe n'est pas seulement une question de reproduction.

Pourquoi l'homosexualité a pu évoluer pour des raisons sociales et non sexuelles Les bonobos et les chimpanzés partagent environ 99.6% de leur ADN avec les humains. shutterstock

Chez notre plus proche parent primate, le bonobo, le sexe hétéro et gay a un rôle vital dans le jeu, les transactions sociales, le troc de nourriture, le lien social entre personnes de même sexe et le lien entre couples d'accouplement.

Nous ne devons pas limiter notre réflexion sur l'évolution du sexe à ses fonctions de reproduction. Nous devons également considérer ses fonctions sociales.

Sur la base du comportement social des primates (et d'autres mammifères sociaux), nous soutenons que la récente évolution cognitive et comportementale de notre espèce était motivée par la sélection naturelle favorisant les traits qui permettaient une meilleure intégration sociale. C'est ce qu'on appelle la prosocialité.

Les premiers humains qui pouvaient accéder rapidement et facilement aux avantages de la vie en groupe avaient un fort avantage sélectif. Nous croyons que cela a conduit à l'évolution de toute une gamme de traits, notamment une agression réduite, une communication accrue, une meilleure compréhension, un jeu social et une affiliation.

Des espèces comme le bonobo, qui ont évolué pour une prosocialité élevée, ont évolué pour utiliser le comportement sexuel dans de nombreux contextes sociaux. Cela se traduit par une augmentation du sexe en général, une plus grande diversité dans les contextes sexuels et une augmentation du sexe gay.

Nous pensons que quelque chose de similaire s'est produit dans l'évolution humaine récente. Le sexe et l'attirance gays ont peut-être évolué parce que les personnes ayant un certain attrait pour le même sexe ont bénéficié d'une plus grande mobilité sociale, d'une intégration et de liens sociaux plus solides entre personnes de même sexe.

Cela peut sembler contre-intuitif, étant donné les homosexuels sont socialement marginalisés, ostracisés et même criminalisés dans de nombreuses sociétés.

Cependant, notre argument porte sur l'évolution précoce de la sexualité humaine, et non sur la façon dont des phénomènes relativement récents comme la religion et les structures juridiques fondées sur la religion ont réagi aux minorités sexuelles.

Faits à l'appui

De nombreuses études depuis le novateur un article d'Alfred Kinsey et ses collègues ont souligné que les minorités sexuelles existent dans toutes les cultureset les niveaux de gays et de bisexuels dans les populations sont restés assez stables au fil du temps.

Notre hypothèse prédit que la bisexualité et les personnes qui s'identifient comme «principalement hétérosexuelles» devraient être plus courantes que les personnes qui s'identifient comme exclusivement gays, et c'est le cas.

Des analyses génétiques récentes confirment des centaines de gènes influencent la sexualité de manière complexe.

Nous héritons assez aléatoirement la moitié de nos gènes de chaque parent. La constitution génétique de chaque personne est unique, il serait donc très peu probable que deux personnes possédant exactement le même ensemble de gènes influencent leur sexualité.

Ainsi, une variation est attendue, et les individus appartiennent à un spectre allant d'une majorité hétéro à une minorité qui s'identifie comme gay.

Notre hypothèse sur l'évolution de l'homosexualité permettrait de prédire ce type de variation de la sexualité humaine, et peut aider à expliquer pourquoi elle est généralement stable d'une culture à l'autre.

Nous pensons que la sexualité est un trait très complexe, étroitement lié à la socialité. L'attraction, le comportement sexuel, les liens sociaux et le désir contribuent à sa complexité.

Poser les bonnes questions

La hauteur est une autre caractéristique influencée par des centaines de gènes, dont beaucoup interagissent avec nos environnements externes de manière complexe.

Nous voyons une variation continue de la taille humaine - des personnes très grandes et très petites existent.

Nous pourrions nous appuyer sur l'écologie nutritionnelle pour explorer l'évolution de la taille humaine, mais nous ne ressentirions pas le besoin d'introduire des arguments évolutifs spéciaux pour expliquer l'existence de personnes grandes ou petites.

Aucune explication particulière n'est nécessaire. Ils présentent simplement des variations de hauteur naturelles et génétiquement influencées.

De même, nous pensons que demander comment le sexe gay et l'attirance ont évolué n'est pas la bonne question.

Une question plus utile à poser est: comment la sexualité humaine a-t-elle évolué sous toutes ses formes?

Ce faisant, nous reconnaissons que l'homosexualité ne présente pas un paradoxe nécessitant une explication particulière. C'est simplement le résultat de la récente évolution sociosexuelle de notre espèce.

A propos de l'auteur

Andrew Barron, professeur, Université Macquarie

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}

DES ÉDITEURS

InnerSelf Newsletter: Septembre 27, 2020
by Personnel InnerSelf
L'une des grandes forces de la race humaine est notre capacité à être flexible, à être créatif et à sortir des sentiers battus. Être quelqu'un d'autre que nous étions hier ou la veille. Nous pouvons changer...…
Ce qui fonctionne pour moi: "Pour le plus grand bien"
by Marie T. Russell, InnerSelf
La raison pour laquelle je partage «ce qui fonctionne pour moi» est que cela peut également fonctionner pour vous. Si ce n'est pas exactement la façon dont je le fais, puisque nous sommes tous uniques, une certaine variation de l'attitude ou de la méthode pourrait très bien être quelque chose ...
Avez-vous fait partie du problème la dernière fois? Ferez-vous partie de la solution cette fois?
by Robert Jennings, InnerSelf.com
Vous êtes-vous inscrit pour voter? Avez-vous voté? Si vous n'allez pas voter, vous ferez partie du problème.
InnerSelf Newsletter: Septembre 20, 2020
by Personnel InnerSelf
Le thème de la newsletter de cette semaine peut se résumer comme suit: «vous pouvez le faire» ou plus précisément «nous pouvons le faire!». C'est une autre façon de dire "vous / nous avons le pouvoir de faire un changement". L'image de…
Ce qui fonctionne pour moi: "Je peux le faire!"
by Marie T. Russell, InnerSelf
La raison pour laquelle je partage «ce qui fonctionne pour moi» est que cela peut également fonctionner pour vous. Si ce n'est pas exactement la façon dont je le fais, puisque nous sommes tous uniques, une certaine variation de l'attitude ou de la méthode pourrait très bien être quelque chose ...