Vivre des blessures morales face à la violence, à l'indifférence et à la confusion

Vivre des blessures morales face à la violence, à l'indifférence et à la confusion
Image solvig

La blessure morale est une blessure à l'âme. Cela se produit lorsque vous participez ou êtes témoin de choses qui transgressent vos croyances les plus profondes sur le bien et le mal. C'est un traumatisme extrême qui se manifeste par du chagrin, du chagrin, de la honte, de la culpabilité ou toute combinaison de ces choses. Cela se traduit par des pensées négatives, la haine de soi, la haine des autres, des sentiments de regret, des comportements obsessionnels, des tendances destructrices, des idées suicidaires et un isolement dévorant.

Vous pouvez subir un préjudice moral si vous avez survécu à des abus, été témoin de violence, participé au chaos du combat ou subi toute forme de traumatisme qui a changé votre compréhension de ce dont vous ou d'autres êtres humains êtes moralement capables. Pour de nombreux vétérans de combat, un préjudice moral est infligé pendant la guerre, lorsqu'ils sont divisés en deux versions différentes d'eux-mêmes: la personne qu'ils étaient avant la guerre, dont la moralité était ancrée en eux par leurs parents, leur religion, leur culture, leur société et la personne qu'ils sont devenus pendant guerre, dont la moralité a été remplacée par un sentiment de bien et de mal qui les a aidés à survivre dans une zone de guerre.

Lorsque la fumée se dissipe et que le chaos de la guerre prend fin, ces deux moi, avec deux ensembles différents de valeurs morales, s'affrontent et continuent de se battre. Le moi d'avant-guerre pointe vers le moi d'après-guerre et dit: «Hé! Je sais ce que tu as fait. Je sais ce que tu as vu. Vous aviez tort, vous êtes mauvais et vous ne pourrez plus jamais être bon. »

Vivre une blessure morale

Un soldat peut subir une blessure morale en réfléchissant à ses actions pendant le combat. Mais ils peuvent également subir un préjudice moral en témoignant des actions des autres. La froide indifférence d'un officier commandant face à un civil mourant; la capture et la torture d'hommes dont on sait qu'ils sont innocents; la bombe qui a été plantée délibérément pour détruire la vie humaine: tout le monde peut remettre en question notre croyance culturelle profondément ancrée que tous les gens, au fond, sont naturellement bons.

Témoigner de l'indifférence morale des autres ou de la préméditation de la violence suffit à fausser votre compréhension de la moralité et à vous interroger sur le caractère moral de tous ceux que vous rencontrez. Il est donc difficile pour les anciens combattants de faire confiance aux autres et d'assumer le meilleur des autres et d'eux-mêmes.

Face à la confusion, à l'impuissance et à la trahison

En plus de participer à la violence et d'en être témoin, il existe une troisième cause de préjudice moral, moins connue, qui affecte les soldats qui reviennent de la guerre. C'est le sentiment de confusion, d'impuissance et de trahison que ressentent les soldats lorsqu'ils rentrent chez eux et tentent de revenir à la vie civile.

Certaines personnes les appellent des héros, mais la plupart des anciens combattants ne se sentent pas comme des héros, il y a donc un décalage entre l'expérience réelle de la guerre et l'expérience perçue de celle-ci. Cette déconnexion fait que les anciens combattants se sentent isolés et incompris.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


D'autres remettent en question le caractère moral des anciens combattants pour avoir participé à des guerres commencées sous de faux prétextes ou à n'importe quelle guerre. Une minorité petite mais vocale appelle les sangsues des vétérans ou les paresseux. Ils disent que les anciens combattants profitent du gouvernement, et par la suite des contribuables, lorsqu'ils profitent des avantages qui leur ont été promis pour leur service. Face à ces accusations, malentendus et questions, les anciens combattants commencent à se remettre en question.

Blessure au niveau de l'âme

Les blessures morales sont émotionnelles, psychologiques et spirituelles. Cela le rend différent du trouble de stress post-traumatique, qui est davantage une réaction physiologique - les réponses du cerveau et du corps à un stress ou à une peur extrême et prolongée. Certains des symptômes du SSPT - cauchemars, flashbacks, insomnie, dissociation - peuvent être stabilisés avec des médicaments. Mais le préjudice moral ne semble pas répondre aux médicaments, du moins pas de façon permanente. Pas au niveau de l'âme.

Le temps en soi n'est pas non plus suffisant pour guérir la souffrance du préjudice moral. Le temps peut adoucir la piqûre d'une blessure morale, mais il peut également durcir les souvenirs, rendant le tissu cicatriciel émotionnel encore plus difficile à guérir. C'est ce qui se passe si vous laissez une plaie s'envenimer sans y avoir tendance. Et c'est pourquoi tant de vétérans du Vietnam prennent des médicaments psychiatriques pendant des décennies, puis, quand ils prennent leur retraite ou divorcent, ou sont forcés de faire face à eux-mêmes et à leur passé, ils trouvent toujours un monde de douleur qui les attend. Le médicament n'a traité que leurs symptômes, pas la cause profonde de ces symptômes. La blessure peut devenir si grosse, si consommatrice, que la mort est la seule façon d'y échapper.

Aux États-Unis, la VA estime que vingt vétérans se suicident chaque jour.* Alors que la majorité de ceux qui meurent par suicide ont plus de cinquante ans, le nombre de vétérinaires plus jeunes qui contribuent à cette statistique de vingt jours augmente régulièrement. Si les vétérans des guerres en Irak et en Afghanistan ne reconnaissent pas et ne guérissent pas le préjudice moral, la génération millénaire des vétérans continuera à subir le même sort que ceux qui l'ont précédée.

La guérison est possible même lorsque les méthodes traditionnelles comme la thérapie par la parole, l'EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) et les médicaments ont échoué. Une méthode de guérison est accessible à tous ceux qui sont prêts à rester assis pendant quelques instants et à respirer. Dès qu'un individu est prêt à assumer la responsabilité de sa propre guérison, la grâce se précipite pour soulager la douleur, démêler les souvenirs traumatisants et libérer le passé pour de bon. La méditation, le travail de la respiration et l'intelligence naturelle du corps peuvent aider à guérir les traumatismes profonds d'une manière que l'esprit ne peut pas. Tu ne peux pas think vous sentir mieux. Tu ne peux pas aura vous guérir. Mais en adoptant une discipline comme la méditation, vous créez naturellement l'espace où la guérison peut se produire. L'acte et la discipline de la méditation peuvent racheter une vie, quelle que soit la profondeur de la plaie.

La responsabilité de reconnaître, d'accepter et de guérir d'un préjudice moral n'appartient pas seulement à ceux qui souffrent d'un préjudice moral. Lorsque nous envoyons nos jeunes au combat en notre nom, nous sommes complices de leurs actes. Nous sommes responsables de supporter notre part de la douleur causée par ces actions. Et en prenant nos responsabilités, nous avons le pouvoir d'aider ces femmes et ces hommes à reconstruire leur échafaudage moral, à reprendre leur place dans la société qu'ils se sont portés volontaires pour protéger et à se souvenir de ce que signifie être humain - et appartenir.

Soulagement de la douleur

Je pensais que j'écrivais ce livre parce que je voulais vous donner une lueur d'espoir. Mon objectif, quand j'ai commencé, était de vous aider à trouver un soulagement de la douleur. Mais vous méritez plus que cela. Vous pouvez avoir bien plus que cela. Tu es tellement plus que ça.

Vous pouvez être sûr à 100% que vous ne vous sentirez jamais mieux que vous ne le faites actuellement. Vous voudrez peut-être ramper hors de votre peau parce que le passé vous écrase et ça fait tellement mal d'être Qui vous tous les jours.

Je sais combien ça fait mal. Je sais à quel point ça peut sembler insupportable.

Mais la douleur n'est pas la vérité ultime. La douleur est une illusion de ce monde. Ce n'est pas qui vous êtes vraiment dans le grand schéma des choses. Dans notre monde, Dieu se manifeste comme le bien et le mal, la vérité et le mensonge, la lumière et les ténèbres. Mais votre vraie nature est beaucoup plus grande que ce qui se passe ici.

Vous n'avez pas à croire que Dieu est en tout et que tout arrive pour une raison. Vous n'avez pas à voir la blessure morale comme un cadeau, un puissant outil pédagogique destiné à vous rappeler de force, douloureusement, qui vous êtes vraiment. Vous n'avez pas à croire que les choses de merde qui nous arrivent sont nos meilleures opportunités d'apprentissage destinées à nous secouer et à nous réveiller et à nous changer pour le mieux. Vous n'avez pas à comprendre que le préjudice moral met en évidence qui vous ne sont pas - que la douleur et le chagrin et la culpabilité et la honte blessent tellement parce que ces choses sont si contraires à votre vraie nature. Vous ne devez pas comprendre que cela fait mal de subir un préjudice moral parce que le préjudice moral est donc pas toi.

Mais, même lorsque vous vous sentez consommé par des blessures morales et seul au monde, vous n'êtes pas séparé de la beauté et du bien qui existent ici. Vous en faites toujours partie. Vous êtes connecté à cela, que vous le ressentiez maintenant ou non. Vous pouvez revivre cette beauté et cette bonté, si vous le souhaitez.

Si vous criez à l'aide et au soulagement, l'aide et le soulagement viendront. Ils peuvent venir comme un homme peint en noir et blanc, avec des plumes et un loup mort sur la tête. Ils peuvent venir comme un homme calme, gentil et moustachu ou comme un troupeau de cerfs à la fenêtre. L'aide et le soulagement peuvent venir en tant que professeur bienveillant, mais ils peuvent venir en tant que petit garçon aux yeux bruns vous suppliant pour un morceau de bonbon, ou une fille qui meurt dans les bras de votre ami. Ils peuvent même venir comme un homme en plongée noire derrière une voiture garée alors qu'il essaie de mettre fin à votre vie.

La guérison commence lorsque vous cessez de résister aux enseignants de votre vie, quelle que soit leur forme, et commencez à devenir curieux. Soyez curieux de connaître votre douleur. Commencez à poser des questions à ce sujet - d'où il vient, ce qui en est la cause et ce qui pourrait vous aider à vous sentir mieux. Ensuite, soyez curieux de savoir comment vous essayez de guérir.

Vous pourriez poser des questions comme: «Pourquoi suis-je toujours de mauvaise humeur après avoir bu?» ou "Pourquoi je me sens toujours déprimé même si je prends des médicaments?" Si vous posez des questions et cherchez la vérité avec un cœur honnête, les réponses apparaîtront.

En attendant, un bon point de départ est là où vous êtes. Alors asseyez-vous, restez tranquille et respirez profondément. Alors peut-être en prendre un autre. S'il est difficile de rester assis, demandez pourquoi. Si vous ressentez beaucoup de résistance, soyez curieux à ce sujet. Soyez doux avec vous-même. Les revers sont corrects. Des revers se produiront. Si vous respirez toujours, il y a plus de bien avec vous que de mal. Si vous respirez toujours, il y a de l'espoir.

Extrait du livre Où finit la guerre.
© 2019 par Tom Voss et Rebecca Anne Nguyen.
Reproduit avec la permission de NewWorldLibrary.com

Source de l'article

Où se termine la guerre: le voyage d'un vétéran de combat de 2,700 XNUMX milles pour guérir - Se remettre du SSPT et des blessures morales grâce à la méditation
par Tom Voss et Rebecca Anne Nguyen

Où finit la guerre par Tom Voss et Rebecca Anne NguyenLe voyage passionnant d'un vétéran de la guerre en Irak, du désespoir suicidaire à l'espoir. L'histoire de Tom Voss inspirera les vétérans, leurs amis et leur famille, ainsi que les survivants de toutes sortes. (Également disponible en édition Kindle et en livre audio.)

Pour plus d'informations et / ou pour commander ce livre, cliquez ici.

Livres connexes

A propos de l'auteur

Tom Voss, auteur de Where War EndsTom Voss a servi comme éclaireur d'infanterie dans le peloton de tireurs d'élite du 3e Bataillon, 21e Régiment d'infanterie. Pendant son déploiement à Mossoul, en Irak, il a participé à des centaines de missions de combat et humanitaires. Rebecca Anne Nguyen, sœur et coauteur de Voss, est une écrivaine basée à Charlotte, en Caroline du Nord. TheMeditatingVet.com

Vidéo / Présentation avec Tom Voss et Rebecca Nguyen: Anciens combattants et blessures morales: comment vous pouvez aider

enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}

DES ÉDITEURS

Le jour du jugement est venu pour le GOP
by Robert Jennings, InnerSelf.com
Le parti républicain n'est plus un parti politique pro-américain. C'est un parti pseudo-politique illégitime plein de radicaux et de réactionnaires dont l'objectif déclaré est de perturber, déstabiliser et…
Pourquoi Donald Trump pourrait être le plus grand perdant de l'histoire
by Robert Jennings, InnerSelf.com
Mise à jour le 2 juillet 20020 - Toute cette pandémie de coronavirus coûte une fortune, peut-être 2 ou 3 ou 4 fortunes, toutes de taille inconnue. Oh oui, et des centaines de milliers, peut-être un million de personnes mourront…
Blue-Eyes vs Brown Eyes: Comment le racisme est enseigné
by Marie T. Russell, InnerSelf
Dans cet épisode d'Oprah Show de 1992, Jane Elliott, militante et éducatrice antiraciste primée, a enseigné au public une dure leçon sur le racisme en démontrant à quel point il est facile d'apprendre les préjugés.
Un changement va arriver...
by Marie T. Russell, InnerSelf
(30 mai 2020) Alors que je regarde les informations sur les événements de Philadéphie et d'autres villes du pays, mon cœur a mal pour ce qui se passe. Je sais que cela fait partie du plus grand changement qui prend…
Une chanson peut élever le cœur et l'âme
by Marie T. Russell, InnerSelf
J'ai plusieurs façons d'utiliser pour effacer l'obscurité de mon esprit quand je trouve qu'elle s'est infiltrée. L'une est le jardinage ou passer du temps dans la nature. L'autre est le silence. Une autre façon est la lecture. Et celui qui ...