La fin des jours? ou le début du prochain cycle?

La fin des jours? ou le début du prochain cycle?

Nous entrons dans une époque où l'ancienne méthode consistant à prendre les événements du passé pour les superposer au présent et à faire une reprise de l'avenir échoue. Bien que ce schéma soit familier et confortable, il est également de plus en plus dysfonctionnel, car il ignore la nature cyclique de la vie. Bien que ce ne soit pas toujours évident, la vie fonctionne réellement comme une spirale.

En tant que culture, nous avons perdu notre lien avec les grands cycles de la vie et nous nous retrouvons à patauger sans guide. Rester léger sur nos pieds et en contact permanent avec des informations spirituelles est primordial. Les anciens savaient comment y parvenir et ce livre est conçu pour vous aider à faire de même.

En raison de notre conditionnement, le changement a tendance à susciter une grande crainte. Pourtant, la nature même de la vie est celle d’un changement constant. La Terre vacille lorsqu'elle tourne sur son axe, à environ 1,038 milles à l'heure. Simultanément, la Terre tourne autour du soleil à une vitesse approximative de 67,000, alors que le soleil vole lui-même à travers la galaxie. Ce n'est pas un mystère que le changement soit continu.

Lorsque les choses cessent de changer, elles meurent ou tombent du ciel, ce qui constitue un autre changement de forme.

Au sein de ce changement constant, il faut répéter des rythmes et des cycles. Quelques changements que nous pouvons facilement voir.

Il est évident que le soleil se lève et se couche tous les jours. Ce qui est moins visible au lever et au coucher du soleil, c’est que cela se produit tous les jours dans un endroit légèrement différent du ciel, avec un léger changement dans le rapport entre lumière et obscurité. Nous marquons ces temps changeants de lumière et d'obscurité par ce que nous appelons les équinoxes, les solstices et les saisons.

Les modèles du mythe et de l'histoire

Si nous suivons les changements sur de plus longues périodes, nous trouvons des tendances globales supplémentaires. Pour examiner ces grandes tendances qui couvrent plusieurs générations, il est nécessaire de se pencher sur l'histoire.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Chaque culture a ses propres mythes, légendes et prophéties du passé ancien. Lorsqu'il est question d'extraits d'informations conservés dans le passé, il est difficile de distinguer les mythes et les légendes de l'histoire ou de discerner la métaphore à partir du sens littéral. Pourtant, à l’intérieur de ces mystères, on trouve la preuve de cycles récurrents plus importants.

Jamais auparavant dans notre histoire enregistrée nous n'avons été soumis à plus de changement et d'accélération. Des catastrophes naturelles et des bouleversements sociaux aux économies défaillantes, il est difficile d'ignorer que les règles changent. Ce qui a fonctionné dans le passé est de plus en plus insuffisant face à cette période de mutation rapide. Avec toute cette destruction apparente de notre mode de vie, il est parfois facile de tomber dans la peur que nous soyons confrontés à la fin des jours.

L’examen des anciennes cérémonies de diverses tribus autochtones illustre les grands cycles qui nous touchent actuellement et permet de mieux comprendre le tsunami du changement en cours dans notre monde. Grâce à cette compréhension, on peut choisir d'être propulsé par le courant plutôt que d'être éliminé par le ressac.

En d'autres termes, on peut mourir avec l'ancien monde ou embrasser le nouveau en évolution. Pendant des générations, les anciens ont suivi ces changements; pourtant, nos sociétés modernes, fondées sur des bases scientifiques, ont perdu de vue la cohésion de l'univers et notre place en constante évolution.

Vents du temps

C'est la fin, la nuit est tombée,
J'ai atteint la fin des jours
Ce qui est réel n'est pas, la raison me manque
J'ai dépassé toutes les voies connues
C'est la fin, la fin de la raison
C'est la fin, la fin des temps
Je suis seul, seul et brisé
Je suis en dehors de ce qui était à moi
Je me tiens maintenant, au bord
De l'abîme, nulle part où aller
Le moment est venu, je dois choisir
Faire le saut ou être couché bas
C'est la fin, la fin de la raison
C'est la fin, la fin des temps
Je voyage sur c'est ma saison
Voyager dans le vent du temps.

- StarFaihre, de l'album: “Vents du temps"

Une question d'équilibre

Aussi loin que nous ayons enregistré l'histoire, les tribus indigènes ont organisé une cérémonie pour équilibrer le ciel et la terre. Au fil des générations, de nombreuses cérémonies et leurs objectifs ont été déformés par rapport à l'intention initiale, qui était d'aligner les gens sur les énergies présentes à tout moment sur leur site sur Terre. Note: ce sont les gens qui sont en équilibre, pas les cieux ou la Terre. La Terre et les étoiles ont réussi à maintenir l’équilibre bien avant l’apparition de l’homme sur la planète, et j’ai la conviction forte qu’ils persisteront longtemps après notre départ.

Dans les temps anciens, un chaman ou un guérisseur effectuait une cérémonie à des moments et à des endroits déterminés. Grâce à ces rites sacrés, le chaman alignerait son peuple avec toute la symphonie de fréquences présentée par l'univers. De nombreuses cérémonies ont été organisées sur des sites sacrés et des points de repère sur la planète afin de mieux s’adapter au mouvement des constellations stellaires. Ces pratiques ont souvent eu lieu à des moments de changements saisonniers tels que les équinoxes et les solstices. Une fois que l'étalonnage des fréquences a été incarné par le chaman ou la personne sainte, il était alors disponible pour que les membres de la tribu s'alignent dessus. De cette manière, les peuples autochtones sont restés alignés sur les fréquences évolutives de l'univers, et donc soutenus par ces dernières.

Les anciens archivistes ont pu prédire de nombreuses tendances futures sur la planète en se basant sur le suivi à long terme des influences du passé. Une des influences prophétisées que nous connaissons actuellement est le phénomène du temps accéléré. Ce phénomène, prédit par de nombreux textes religieux, y compris la Bible, est expliqué par le calendrier maya.

Le calendrier maya

Au risque de revenir sur un sujet qui a été discuté pendant des décennies, il est important que nous réalisions que le simple fait que l'interaction du calendrier maya ait été l'objet de battages médiatiques ne signifie pas que le calendrier lui-même n'est ni précis ni utile.

Les pratiquants religieux mayas étaient à la fois mathématiciens et chamanes. Ils ont utilisé un système appelé Long Count Calendar pour calculer les cycles cosmiques et historiques. Le calendrier maya a placé les valeurs mathématiques sur les modèles émergents de différentes fréquences galactiques, créant ainsi un modèle permettant de deviner le cours de l'histoire humaine. Le calendrier maya est le calendrier le plus précis de notre époque, mais il reste mystérieux de savoir comment une culture aussi ancienne sans technologie a obtenu une connaissance aussi avancée des cycles galactiques.

Approximation des âges «mondiaux»

Premier monde: 18,489 BC - 13,364 BC
Deuxième monde: 13,364 BC - 8,239 BC
Tiers-monde: 8,239 BC - 3,114 BC
4th World: 3,114 BC - 2012 CE

Le calendrier de comptage long contient des périodes de temps appelées «mondes» ou cycles d'émergence. Le monde actuel ou 4th a commencé vers août 11, 3114 BC. Le début ou l'émergence du 4th World impliquait un processus plutôt qu'un événement singulier.

Selon le calendrier à long décompte, le Quart Monde devait se terminer vers décembre 21, 2012. Il y avait beaucoup de spéculation que cette date marquerait la fin du monde. En fait, cela a marqué notre moment présent comme point de transition du monde 4th au monde 5th.

De nombreux mythes, légendes, prophéties et Écritures, y compris la Bible, parlent de «fin des temps». De nouveau, certaines écoles de pensée interprètent cela pour indiquer la fin du monde physique. L'Ancien Testament de la Bible a été écrit en hébreu. Le mot hébreu «yom» actuellement traduit par «jour» (dans la version King James de l'Ancien Testament) peut signifier n'importe où, à partir de quelques heures 12 jusqu'à un an, voire une «période» d'une durée indéterminée. La «fin des jours» prophétisée est en fait un phénomène qui se développe à mesure que nous passons du Quart Monde au Cinquième Monde et implique un processus couvrant une «période de temps» plutôt que d'être un événement singulier.

Le temps passe vite

Dans beaucoup de ces prophéties, il est mentionné que durant les derniers jours, le temps s'accélérera. Le calendrier maya offre une explication de l'accélération du temps que nous vivons actuellement.

Je ne prétends pas avoir une connaissance approfondie du calendrier maya, car il est extrêmement complexe et détaillé. La plupart des informations que nous avons sur le calendrier proviennent de peintures anciennes sur des murs, créées par des scribes qui eux-mêmes ont peut-être été perplexes sur les concepts complexes qu’il contient. Cela dit, les pyramides mayas ont été construites sur la base du calendrier maya, chaque niveau de la pyramide représentant un âge unique du calendrier. Ces âges diffèrent de ce que nous considérons normalement comme des âges, tels que l'âge du fer et l'âge industriel, qui sont dictés par des événements humains ou des ères géologiques, mais sont plutôt basés sur le fonctionnement cyclique de l'univers. La pyramide maya n’est pas le calendrier lui-même mais sera utilisée comme aide visuelle pour nous aider à comprendre le fonctionnement du calendrier maya.

Le calendrier maya retrace les différentes influences subies par les humains lorsque le système solaire se déplace dans la galaxie et que celle-ci se déplace dans l'univers. Le calendrier commence à la base de la pyramide et monte sur neuf niveaux. Chacun de ces neuf niveaux est divisé en segments, également appelés «jours» et «nuits». Il existe sept jours et six nuits par niveau, totalisant ainsi les divisions 13. Chaque jour et chaque nuit, différentes énergies sont mises en jeu, en fonction de l'évolution de la position de la Terre dans la galaxie. Chaque niveau représente un âge différent et diffère de chacun des autres niveaux ou âges. Le premier jour du premier étage n'est pas le même que le premier jour du deuxième étage.

Le temps passé dans chaque âge diminue avec chaque niveau croissant de la pyramide, ce qui entraîne une compression du temps passé chaque jour et chaque nuit. Le premier âge représenté par le premier niveau (niveau inférieur de la pyramide) a commencé il y a environ 10.4 milliards d'années. À cette époque, chaque "jour" et chaque "nuit" comptait environ 1.26 milliards d'années. Alors qu'au niveau du premier niveau, un seul jour ou une seule nuit s'étend sur des millions de générations, au neuvième niveau, les mouvements du jour vers la nuit ont lieu environ toutes les trois semaines. C'est une accélération du temps dans une proportion massive.

Ces chiffres sont approximatifs mais assez proches pour nous donner une idée du concept. Comme vous pouvez le constater sur la figure 2.1, la base de la pyramide a le plus de temps réparti entre le jour et la nuit. En augmentant d'un niveau, il y a le même nombre de jours / nuits, mais ceux-ci sont répartis sur une période plus courte. Cette diminution systématique du temps passé chaque jour et chaque nuit, reflétée dans chaque élévation des niveaux, se traduit par une progression plus rapide des cycles et des énergies.

Figue pyramide maya 2 1
Figure 2.1

Plus vite nous traversons les jours et les nuits, plus la fréquence à laquelle nous sommes soumis augmente, de sorte que chaque génération est exposée à plus d'influences que la génération précédente. Pendant le temps du premier étage, où chaque jour et chaque nuit correspondaient à un milliard d'années, les conséquences d'un seul acte n'avaient pas eu d'effet sur plusieurs générations. Ce délai multigénérationnel entre action et résultat est la genèse de l'expression selon laquelle ses actions affecteront ses descendants «jusqu'à la septième génération». Cependant, nous récoltons presque immédiatement les fruits de nos actions: le karma instantané, si vous voulez. .

Un autre phénomène d'accélération du temps est le concept de vérité en pleine expansion. Lorsque la situation évoluait très lentement, la réalité ressemblait à une image ou à une photo, par opposition à un film ou à une vidéo. Nous pouvons appliquer toutes sortes d'interprétations à une image fixe, ce qui peut se révéler faux lorsque nous voyons l'image en mouvement.

la fin des jours fig 2 4
Sur l'image fixe de gauche, on pourrait s'apercevoir que la personne de gauche est sur le point de la frapper, mais le contexte modifie la perception.

La photo fixe laisse de la place pour raconter une histoire qui peut ou non refléter la vérité de l'événement. En vivant à une époque de photographies fixes, il reste beaucoup de place pour que les individus et les cultures puissent créer leurs propres réalités.

Ces réalités divergentes favorisent non seulement l'aliénation, mais laissent également beaucoup de place à la manipulation de la vérité. Si on peut manipuler la vérité, on peut contrôler les actions des autres.

Apocalypse ou entrer dans le prochain cycle?

Le modèle du calendrier maya le plus souvent présenté laisse l'impression que le calendrier s'est terminé le mois de décembre 21, 2012. Pourtant, des découvertes récentes contredisent cette croyance: un calendrier astronomique a été mis au jour dans la salle d'un scribe rempli dans les ruines de Xultun au Guatemala, ce qui indique que le calendrier maya s'étend bien au-delà de cette date.

Au lieu d'Armageddon, la «fin du monde» prophétisée représentait un moment où nous sommes arrivés à la fin de l'influence qui unit le quart monde. Nous entrons dans la matrice énergétique avec de nouvelles fréquences qui soutiennent le Cinquième Monde. La fin des jours ou la fin du temps linéaire correspond au moment où nous entrons dans l'unité ou le point neutre lorsque nous passons d'une polarité à une autre.

Le point neutre entre les polarités est caractérisé par le présent éternel. Ces cycles répétés, égaux mais opposés (positif et négatif) d’ascension et de descension, ainsi que l’expansion et la contraction qui en résultent, suivraient la loi naturelle conformément au reste de la vie.

Pourquoi alors, pourrait-on demander, le calendrier maya n’indique-t-il pas une répétition du cycle? Qui est à dire? Finalement, on peut découvrir que cela s’est passé. Le calendrier est basé sur les mouvements cycliques interdépendants de notre planète, du système solaire et de notre galaxie au sein de l'univers. Alors que la position de la Terre change par rapport aux autres corps célestes, des influences supplémentaires sont apparues après Décembre 21, 2012, ce qui nécessite des modifications dans le prochain cycle du Calendrier.

Dans la nature, l’expansion et la contraction de toutes choses ne sont pas un cercle répétitif d’événements, mais plutôt une spirale ascendante ou descendante, qui dépend de notre passage dans un cycle de création ou de destruction. Par exemple, chaque année, nous avons le printemps naissant, la croissance estivale, la récolte automnale et la décomposition en hiver. Pourtant, bien que ces cycles se répètent chaque année, il n’existe pas deux cycles complets identiques.

Compte tenu de tout cela, apparemment, les Mayas «primitifs» maîtrisaient mieux les cycles astrologiques compliqués que nos sciences «avancées» ne peuvent maîtriser. Allez comprendre.

Elle brise capitaine!

On trouvera une illustration des effets de l’accélération dans l’histoire de l’aviation. Lorsque les avions ont été inventés pour la première fois, les modèles originaux avaient une forme un peu carrée, avec des rivets extérieurs, des câbles et un train d’atterrissage et, dans certains cas, deux ensembles d’ailes. En bref, les modèles plus anciens présentaient des quantités massives de ce que l’on appelle maintenant la "traînée". Des avions similaires à ces modèles originaux sont encore utilisés de nos jours pour épousseter les cultures, car ils sont parfaits pour les vols lents et à basse altitude.

Lorsque la décision a été prise de tenter de briser le mur du son, des moteurs plus gros et plus puissants ont été installés sur le modèle d'avion existant. Il est vite devenu évident que les anciens modèles ne le feraient pas. Il a été découvert qu'à des vitesses plus élevées, la résistance au vent devenait un problème. Ce qui a bien fonctionné ensemble à basse vitesse a commencé à se secouer lorsque poussé au-delà d'une certaine vitesse.

Ce n’est pas sans rappeler ce que nous vivons aujourd’hui alors que nous sommes confrontés à l’intensité des changements rapides d’âge. Nous entrons dans une période où la fréquence devient beaucoup plus intense. C'est comme si on se déplaçait plus vite dans les airs dans un vieux biplan: tout ce qui est d'une fréquence moins expansive devient traînant. Autrement dit, tout endroit en nous qui ne résonne pas avec la fréquence qui baigne actuellement la planète devient drague. J'appelle ces lieux de miasmes de restriction.

Les miasmes sont des blocages ou des zones qui ont perdu leur mobilité dans nos corps physique, émotionnel, mental ou spirituel. Les miasmes se produisent lorsque nous avons été obligés de mettre de côté notre expression naturelle et notre interaction avec le monde afin de compenser les personnes et les événements qui nous entourent. Ces compensations limitent notre capacité naturelle à exprimer une large gamme de fréquences.

La disparité entre notre expression restreinte compensée et notre état naturel plus fluide est due, entre autres choses, à la socialisation. Les enfants sont socialisés dans des comportements et des croyances qui ne sont pas nécessairement en harmonie avec leur véritable expression - leur expression originale étant beaucoup plus en harmonie avec la nature.

Répondre constamment d'une manière qui n'est pas naturelle pour nous prend une énergie supplémentaire - d'abord pour bloquer notre réponse naturelle, puis pour adopter les réponses culturellement acceptées qui nous permettent de nous intégrer à la société. Nos options au sein de notre ensemble, comme indiqué dans Chapitre un, deviennent de plus en plus compromis, limitant notre mobilité, ce qui limite notre capacité à nous aligner sur les fréquences toujours changeantes des saisons, de la planète et de notre position dans l'univers.

Si vous vous comportez d'une manière qui ne correspond pas à notre nature, vous obtenez une configuration moins flexible, et donc moins «aérodynamique». En bref, nous avons plus de «traînée».

Intégrer ou désintégrer; Évoluer ou dévoluer

Dans le passé, lorsque la vie évoluait plus lentement, les blocages de notre expression naturelle n'étaient pas aussi problématiques, mais comme nous sommes soumis à l'accélération du temps, nous commençons à nous séparer, pour ainsi dire.

~ À des vitesses ou fréquences supérieures,
nous nous intégrons ou nous nous désintégrons. ~

Chaque endroit où nous nous sommes déconnectés de nos options ou de l'expression vraie sert de restriction qui provoque le glissement. De plus en plus de pressions sont exercées sur les endroits où nous ne sommes pas dans la vraie expression comme jamais auparavant.

Nous sommes mis au défi chaque fois que nous ne sommes pas en intégrité avec la nature. Cela nous laisse trois choix:

  1. Réexaminer nos comportements et nos croyances afin de guérir et de libérer un comportement compensatoire;

  2. Arrêtez-vous complètement, car tout mouvement nous met davantage de pression; ou

  3. Etre bouleversé et secoué jusqu'à ce que le changement sorte de nos poches.

Il en résulte une évolution ou une déconcentration, qui dépend de nos choix personnels et de notre volonté de faire face à notre douleur, de découvrir nos illusions et de faire face à nos dommages.

© 2013, 2016 de Gwilda Wiyaka. Tous les droits sont réservés.
Extrait avec la permission de l'auteur.

Source de l'article

Donc, nous sommes toujours là. Et maintenant ?: Evolution spirituelle et autonomisation personnelle dans une nouvelle ère (The Map Home)
par Gwilda Wiyaka

Donc, nous sommes toujours là. Et maintenant ?: Evolution spirituelle et autonomisation personnelle dans une nouvelle ère (The Map Home) de Gwilda WiyakaDonc, nous sommes toujours là. Maintenant quoi? vous emmène au-delà de la fin du calendrier maya et dans l'ère nouvelle prédite, vous aidant à réorganiser votre vie afin que vous puissiez changer plus facilement avec les changements en cours qui s'annoncent. Le livre explore en profondeur les principes cachés derrière des pratiques chamaniques efficaces qui étaient utilisées depuis longtemps pour gérer les gens à travers les temps de changement, et vous enseigne comment utiliser ces principes pour naviguer à travers les bouleversements d'aujourd'hui. Les concepts proposés par Wiyaka ont été testés sur le terrain au cours de ses trente années de pratique privée en tant que praticienne chamanique. Le livre était le premier finaliste des prix Visionary Awards de la COVR: Division des sciences alternatives. C'est un volume de référence solide qui appartient à la collection privée de tout chercheur sérieux. (Egalement disponible en édition Kindle.)

cliquez pour commander sur amazon

A propos de l'auteur

Gwilda Wiyaka

Gwilda Wiyaka est la fondatrice et directrice de la Path Home Shamanic School et est la créatrice de cours de chamanisme en ligne pour enfants et adultes, conçus pour soutenir l'évolution spirituelle et l'autonomisation personnelle grâce à la compréhension et à l'application des arts chamaniques dans la vie quotidienne. Gwilda est également préceptrice à la faculté de médecine de l'Université du Colorado, où elle enseigne aux médecins les interfaces modernes entre le chamanisme et la médecine allopathique. Elle est l'hôte de l'émission de radio MISSION: EVOLUTION, diffusée à l'échelle internationale par le biais du réseau de diffusion de zones «X», www.xzbn.net. Ses épisodes passés peuvent être trouvés sur www.missionevolution.org. Enseignante spirituelle expérimentée, conférencière inspirante et auteur-compositeur-interprète, elle anime des ateliers et des séminaires à l'échelle internationale. En savoir plus sur www.gwildawiyaka.com et www.findyourpathhome.com

Plus de livres de cet auteur

{amazonWS: searchindex = Livres; keywords = Gwilda Wiyaka; maxresults = 3}

enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}