Quel est ton avenir? L'incroyable pouvoir du déni

Quel est ton avenir? L'incroyable pouvoir du déni

L'une des contradictions d'une vision polarisée de la réalité est que, même si nous choisissons de percevoir certains aspects comme distincts, tout est soumis à la loi naturelle et, par conséquent, est interdépendant.

Chaque fois que nous jugeons contre quelque chose, nous jugeons contre quelque chose en nous. Si nous jugeons contre les ténèbres et ne valorisons que la lumière, tout ce qui est en nous des ténèbres (50% de notre expression) doit être fermement poussé dans le déni. Cela nous éloigne non seulement de la moitié de notre pouvoir et de notre expression personnels, mais met également ce même pouvoir hors du contrôle de la conscience et sous la direction de l'inconscient. Plus nous sommes niés, plus nous sommes inconscients.

Maintenant, je ne sais pas pour vous, mais je n'aime pas trop l'idée que la moitié de mon pouvoir échappe à mon contrôle conscient.

Le piège

Quand on juge les autres,
Nous projetons en fait une partie de nous-mêmes niée sur eux.

Cela nous affaiblit et alourdit les autres.
En juger,
Nous sommes pris au piège de notre propre fabrication
Comme nous projetons notre pouvoir de changer sur un autre,
Nous finissons par utiliser notre pouvoir personnel pour maintenir la projection
Cela se traduit par notre propre impuissance

Culpabilité et honte

Lorsque nous jugeons contre une partie de nous-mêmes, nous éprouvons de la culpabilité et de la honte. La plupart de nos émotions ont un but, même celles contre lesquelles nous jugeons. Un exemple de ceci est la rage, qui résulte du refus de colère. La colère est naturelle et nécessaire pour fixer des limites.

La mère ours est formidable dans son comportement protecteur. Elle n'hésite pas à exprimer sa colère dans toute sa gloire. Pourtant, quand ses petits ne sont plus menacés, elle ne garde pas rancune et se contente de parler de son affaire.

Les humains, en revanche, se sentent moins libres d'exprimer leur colère. Il n'est pas civilisé de grogner lorsque quelqu'un traverse nos frontières, alors nous le gavons. Bien que la colère ne soit pas exprimée dans l'instant, elle n'est pas oubliée. Au lieu de cela, nous avons tendance à garder rancune.

Ajoutez suffisamment de colère à la négation et nous devenons furieux. Par la suite, la personne malheureuse qui obtient sans le vouloir notre dernier nerf est blastée. Une fois que nous nous sommes libérés, il devient évident, même pour nous, que la réponse était trop forte pour le stimulus et que nous éprouvons de la culpabilité et de la honte.

Jugement et déni

La culpabilité et la honte ne sont pas des expressions naturelles. On ne les trouve nulle part sauf en présence de jugement et de déni. Ces énergies étrangères sont si toxiques qu'elles ne peuvent être endurées que longtemps avant que nous devions nous en sortir.

La méthode habituelle consiste à projeter le jugement et à blâmer la pauvre personne malheureuse qui a déclenché notre colère. La partie de nous qui sait que nous étions hors de la ligne est alors poussé dans le déni. En conséquence, nous sommes encore moins conscients, présents et en contrôle.

Une fois, j'ai eu une conversation avec une femme à propos de la culpabilité. Elle a estimé qu'en l'absence de culpabilité, les gens feraient de mauvaises choses. Je crois que les gens sont intrinsèquement bons et veulent faire de bonnes choses pour appartenir. La culpabilité et la honte obligent les gens à agir contre leur nature en se jugeant contre eux-mêmes, les amenant à se fragmenter de ce qu'ils jugent.

Les pires crimes résultent de la projection de l’autodétermination sur un autre, puis de l’attaque de l’objet de cette projection. Le cercle vicieux de se juger contre soi-même, puis de se sentir coupable et honteux, ce que nous projetons et nions davantage, aboutit à un cloisonnement extrême.

~ Que celui qui essuie ses mains souillées sur ton vêtement prenne ton vêtement.
Il en aura peut-être encore besoin. vous ne le ferez sûrement pas.
- Kahlil Gibran ~

La réalité polarisée et compartimentée nous fait nous considérer comme séparés, non soumis aux mêmes lois et pour toujours seuls. Cela nous rend vulnérables à une société axée sur le consommateur. Tout ce qui promet de soulager l'illusion d'une solitude insupportable et du renoncement à soi-même devient extrêmement souhaitable, à tel point que nombre d'entre nous accepterons volontiers d'hypothéquer notre avenir en échange de la promesse d'un instant de répit. C’est la douleur et la souffrance que nous avons fini par accepter comme réalité.

Fig. 1-1 A Ligne de temps de vie
Fig. 1-1 A Ligne de temps de vie

Chronologie: Quel est mon avenir?

Parce que nous vivons dans cette réalité linéaire et polarisée, nous avons tendance à penser que nos vies sont linéaires. Nous commençons à la naissance, suivons un chemin prédestiné de choses qui «nous arrivent» et finissons à la mort. C’est ce que notre vie est devenue à la suite de notre histoire, mais elle ne doit pas en rester ainsi.

Nous venons en fait avec un «ensemble» de chemins à choisir. Nous choisissons ou convenons de cet ensemble chaque fois que nous nous incarnons, en fonction de ce que nous souhaitons expérimenter, apprendre ou accomplir au cours d’une vie donnée. C’est là que le libre arbitre entre en jeu.

Au début de mon chemin spirituel, je cherchais, comme beaucoup d’autres, ce que l’Esprit voulait que je fasse. Qu'est-ce que j'étais supposé être? Ce fut un choc en découvrant que, "Franchement, Madame, l'Esprit s'en fiche complètement." Chaque fois que je posais des questions sur le chemin de ma vie, la réponse était: "Que voulez-vous qu'il soit?" pas d'orientation ou de direction! C'est une expérience solitaire de découvrir que nous sommes l'esprit que nous servons.

Finalement, j'ai appris que dans mon ensemble, mon «grand but» était simplement de vivre ma vie. Comment j'ai choisi de le faire, c'était à moi. Cela a certainement pris l'excuse "L'Esprit m'a fait faire" de la photo.

C'est ma vie. Les choix et les résultats de ces choix sont à moi. La responsabilité s'arrête ici. Alors, où est la gloire? Au début, j’ai été déçu de ne pas être la vedette d’un bon plan.

Depuis, je me suis rendu compte que je suis la star d’un bon plan, mais je suis le planificateur. Il y a beaucoup de liberté et de responsabilité dans cela. À des niveaux plus profonds, cela nous met dans la position d'être des co-créateurs plutôt que des marionnettes. Une fois que nous avons surmonté le choc que nous sommes ultimement responsables de nos choix et que la vie que nous vivons est entièrement le résultat de nos choix, conscients ou inconscients, nous pouvons vraiment nous engager dans le processus de la vie.

Regardons cela plus en détail. Comme je l'ai dit, lorsque nous entrons, nous avons un «ensemble» dans lequel nous pouvons opérer. Dans cette vie, je ne serai jamais un grand joueur de basketball noir et réussi. Mauvaise race, mauvais sexe, mauvaise taille et, à ce stade, mauvais âge. Ce n'est tout simplement pas dans mon ensemble. Je suppose que je pourrais rejoindre un gymnase et prendre des cours, mais la possibilité de faire davantage que se tordre la cheville et me gêner est assez mince. Heureusement (ou à dessein), je n'ai aucune passion ni envie d'être joueur de basketball.

Dans la figure 1.2, considérez chaque cercle comme une «option» et les lignes entre les cercles comme des «chemins» d’option en option. Ceci représente l'ensemble avec lequel nous entrons. Dans un monde parfait, nous aurions accès à toutes nos options. Dans l’état actuel des choses, nous prenons un peu de recul et, par conséquent, nous nous déconnectons de certaines de nos options.

Fig. Options de vie 1-2
Fig. Options de vie 1-2

Quand je me suis incarné cette fois, je suis venu en tant que femme. Au sein de cet ensemble, j'avais beaucoup d'options, mais au début, j'ai été impressionné par le fait qu'être une fille signifiait que j'étais une citoyenne de deuxième classe. Si quelqu'un allait à l'université, ce serait mon frère. Si je devais y aller, ce serait de trouver un mari et de devenir une bonne épouse. C'est ce que les femmes ont fait. J'aurais vraiment aimé être médecin et, dans mon groupe, j'aurais pu être un grand.

Mais j'ai souffert de ce que l'on appelle "la perte de l'âme" en raison de ma capacité d'exercer une profession qui, à l'époque, était considérée comme réservée aux hommes. En me basant sur cette conviction, je me suis déconnecté de nombreuses options. De même, nous nous déconnectons systématiquement de nos options jusqu'à ce qu'il ne reste qu'un chemin unique qui commence à la naissance et se termine à la mort, avec des événements assez prévisibles qui nous arrivent en cours de route.

Mon chemin aurait facilement pu être: me marier, avoir des enfants, les élever, devenir un nicheur vide, voyager avec mon mari après son départ à la retraite, devenir veuve, puis mourir. Heureusement, j'ai découvert mon poste, renoué avec au moins certaines de mes options d'origine et je vis la vie que je choisis plutôt que celle pour laquelle je devais vivre.

© 2013, 2016 de Gwilda Wiyaka. Tous les droits sont réservés.
Extrait avec la permission de l'auteur.

Source de l'article

Donc, nous sommes toujours là. Et maintenant ?: Evolution spirituelle et autonomisation personnelle dans une nouvelle ère (The Map Home)
par Gwilda Wiyaka

Donc, nous sommes toujours là. Et maintenant ?: Evolution spirituelle et autonomisation personnelle dans une nouvelle ère (The Map Home) de Gwilda WiyakaDonc, nous sommes toujours là. Maintenant quoi? vous emmène au-delà de la fin du calendrier maya et dans l'ère nouvelle prédite, vous aidant à réorganiser votre vie afin que vous puissiez changer plus facilement avec les changements en cours qui s'annoncent. Le livre explore en profondeur les principes cachés derrière des pratiques chamaniques efficaces qui étaient utilisées depuis longtemps pour gérer les gens à travers les temps de changement, et vous enseigne comment utiliser ces principes pour naviguer à travers les bouleversements d'aujourd'hui. Les concepts proposés par Wiyaka ont été testés sur le terrain au cours de ses trente années de pratique privée en tant que praticienne chamanique. Le livre était le premier finaliste des prix Visionary Awards de la COVR: Division des sciences alternatives. C'est un volume de référence solide qui appartient à la collection privée de tout chercheur sérieux. (Egalement disponible en édition Kindle.)

cliquez pour commander sur amazon

A propos de l'auteur

Gwilda Wiyaka

Gwilda Wiyaka est la fondatrice et directrice de la Path Home Shamanic School et est la créatrice de cours de chamanisme en ligne pour enfants et adultes, conçus pour soutenir l'évolution spirituelle et l'autonomisation personnelle grâce à la compréhension et à l'application des arts chamaniques dans la vie quotidienne. Gwilda est également préceptrice à la faculté de médecine de l'Université du Colorado, où elle enseigne aux médecins les interfaces modernes entre le chamanisme et la médecine allopathique. Elle est l'hôte de l'émission de radio MISSION: EVOLUTION, diffusée à l'échelle internationale par le biais du réseau de diffusion de zones «X», www.xzbn.net. Ses épisodes passés peuvent être trouvés sur www.missionevolution.org. Enseignante spirituelle expérimentée, conférencière inspirante et auteur-compositeur-interprète, elle anime des ateliers et des séminaires à l'échelle internationale. En savoir plus sur www.gwildawiyaka.com et www.findyourpathhome.com

Plus de livres de cet auteur

{amazonWS: searchindex = Livres; keywords = Gwilda Wiyaka; maxresults = 3}