Wny Fearless Kids peut développer des traits plus durs

Wny Fearless Kids peut développer des traits plus durs

Deux nouveaux articles peuvent fournir un nouvel aperçu d'un ensemble de comportements connus sous le nom de traits calleux-non émotionnels.

Les chercheurs ont découvert que les jeunes enfants qui manifestaient moins de peur et de désir pour les relations sociales et qui se livraient moins fréquemment à un comportement imitateur appelé imitation arbitraire développaient plus de traits calleux-non émotionnels (CU), qui sont connus pour conduire à un comportement antisocial plus tard.

Un lien entre un comportement antisocial ou agressif et des traits calleux-non émotionnels (CU) - caractérisés par un manque d'empathie, de culpabilité et une sensibilité réduite aux émotions des autres - est déjà bien connu. Des recherches antérieures ont révélé que les enfants présentant ces caractéristiques sont plus susceptibles de développer un comportement antisocial grave et persistant, souvent exprimé par la violence et l'hostilité.

Concrètement, cela se traduit par un enfant qui est «moins compatissant, ne se soucie pas d'enfreindre les règles, ne change pas de comportement quand on lui dit: 'Si tu fais X, cette mauvaise chose va arriver'», dit Rebecca Waller, professeure adjointe au département de psychologie de l'Université de Pennsylvanie et directrice du laboratoire EDEN. "Ils sont également plus susceptibles d'être agressif pour obtenir ce qu'ils veulent parce qu'ils ne craignent pas les conséquences. »

Ce qui est moins compris, ce sont les mécanismes et les processus qui donnent naissance aux traits d'UC, des connaissances ayant des implications importantes pour le développement et la mise en œuvre d'interventions efficaces. Waller et Wagner ont examiné deux idées: la première se concentre sur la peur et l'appartenance sociale, également appelée affiliation; le second est lié à l'imitation.

Peur, récompenses sociales et traits insensibles aux émotions

Pour tester leur première théorie, les chercheurs ont utilisé des données du Boston University Twin Project. Au cours de deux visites de laboratoire de deux heures, à l'âge de trois ans et à nouveau à l'âge de cinq ans, les enfants ont joué plusieurs scénarios, comme offrir un «bonbon» à un parent dans une boîte contenant en fait un serpent en peluche, faire éclater des bulles ou séparer des perles de différentes couleurs en piles.

L’analyse des comportements des enfants a montré que les enfants moins effrayés qui se souciaient moins liens sociaux lors de la première visite étaient plus susceptibles de développer des traits calleux-non émotionnels par la seconde.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


«L'intrépidité en elle-même n'est pas le seul ingrédient», dit Waller. «Ces enfants ne ressentent pas non plus, au même degré, que la motivation et la récompense inhérentes à avoir des liens sociaux positifs avec les autres.»

Les chercheurs ont également constaté que la parentalité sévère - qui comprend des tactiques comme les cris et la fessée - intensifiait l'intrépidité et renforçait le lien avec les traits CU ultérieurs.

«Les parents disposent d'un ensemble d'outils», explique Nicholas Wagner, professeur adjoint à l'Université de Boston et directeur du laboratoire de développement biocomportemental et social-émotionnel. «Si les enfants n'ont pas peur, y compris en ce qui concerne le potentiel de punition, la probabilité que la parentalité sévère exacerbe le risque augmente. Cela s'inscrit dans le modèle que les cliniciens comprennent déjà. Il faut être deux pour danser le tango; ce que les enfants apportent à la table se mélange à ce qu'ils vivent dans l'environnement. »

Ces résultats apparaissent dans Psychological Medicine.

Imitation et connexion

L'étude dans le Journal de psychologie de l'enfant et de psychiatrie, que les chercheurs ont menée avec un ensemble différent de participants à l'étude Twin de deux et trois ans, ont comparé l'imitation instrumentale et arbitraire. Le premier signifie copier des comportements qui remplissent une fonction, souvent pour apprendre une compétence. Ce dernier signifie suivre les actions d'un autre sans autre but que d'exprimer le désir d'un lien social.

"L'imitation arbitraire est destinée à créer des liens", dit Wagner, "pour montrer à une autre personne que vous êtes dans son groupe, que vous acceptez ses voies, que vous pouvez et allez faire ce qu'elle fait."

Pour ce travail, l'équipe a construit une paire d'expériences. Dans le premier, les enfants ont dû libérer un oiseau en peluche d'une cage difficile à ouvrir. Un adulte leur a montré comment, en intercalant les instructions nécessaires avec des vocalisations inutiles comme «Regardez, c'est un oiseau!». Lors d'une deuxième tâche, les enfants ont dû utiliser un bâton pour libérer un cracker coincé au milieu d'un tube transparent. Encore une fois, un adulte a modélisé les étapes, mélangeant des directions essentielles et arbitraires.

Dans les deux cas, les chercheurs ont observé et codé les comportements répétés par les enfants et ceux qu'ils ignoraient.

Ils ont constaté que les enfants de deux ans qui se livraient à une imitation moins arbitraire dans l'ensemble - en d'autres termes, ceux qui ignoraient davantage les actions inutiles - étaient plus à risque de développer des traits CU plus tard.

«Cela nous dit que ces enfants sont moins motivés à établir des liens avec d'autres enfants ou adultes», explique Wagner. "La même chose n'était pas vraie pour l'imitation instrumentale."

Waller va encore plus loin. «Ce n'est pas qu'ils ne sont pas capables de voir et de regarder quelqu'un faire quelque chose», ajoute-t-elle. "Ils ne font tout simplement pas le lien social, le comportement drôle et excentrique qui créerait un bon moment social."

Que peuvent faire les parents?

Bien que ces résultats offrent des indices importants sur la raison pour laquelle les traits calleux-non émotionnels peuvent conduire à un comportement antisocial, les chercheurs veulent préciser qu'ils examinent des schémas globaux, pas des cas ponctuels.

«Nous ne voulons pas effrayer les parents», dit Waller. «Ce n'est pas comme si vous remarquez ces comportements une fois, vous avez des ennuis. Cela fait partie d'une dimension globale. »

Ils suggèrent que les parents peuvent soutenir positivement ces aspects du développement social et émotionnel en créant artificiellement des situations, comme celle dans laquelle une imitation arbitraire se produit, par exemple.

«Encouragez l'enfant à faire le bruit ou le mouvement idiot que vous avez fait, puis en rire», dit Waller. "Vous échafaudez plus explicitement la situation que si cela devait se produire naturellement, mais les enfants reçoivent toujours le renforcement positif et cela peut devenir un moment de liaison."

En ce qui concerne l'intrépidité et l'appartenance sociale, Wagner suggère de s'éloigner de la dureté, vers la chaleur.

«Changer les expériences des enfants», dit-il, «c'est là que nous pouvons intervenir.»

étude originale

À propos des auteurs de l'étude

Rebecca Waller est professeure adjointe au département de psychologie de l'Université de Pennsylvanie et directrice du laboratoire EDEN.

Nicholas Wagner est professeur adjoint à l'Université de Boston et directeur du laboratoire de développement biocomportemental et socio-émotionnel.

enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}