Le ressentiment: un monstre qui se cache dans les ombres de notre cœur

Le ressentiment: un monstre qui se cache dans les ombres de notre cœur

C'est de l'air.
Ouverture du chakra du coeur.
Envenimer la colère et le ressentiment, l'amertume,
l'envie, la jalousie, l'animosité et la rage.

Le danger avec la colère n'est pas que nous l'ayons, mais que nous ne choisissions pas de le libérer. Cela semble être la même chose avec la colère et le ressentiment. Nous alimentons la colère avec nos doutes et nos peurs. Nous créons des histoires sur l'insulte et la blessure que nous avons subies. Le ressentiment devient une retraite pharisaïque pour nos propres sentiments de petitesse et d'infériorité.

Si nous ne sommes pas conscients, nous devenons enclins à toutes les maladies du corps et de l'esprit qui prospèrent dans les twisters de ces émotions négatives. Maux de dos. Maux de tête. Isolement. Vengeance. Même les maladies chroniques et mortelles ont été attribuées aux perturbations biochimiques qui peuvent se manifester lorsque la colère est laissée à l'infusion.

Le ressentiment peut nous faire perdre la vie et les gens qui nous entourent

La colère n'est pas l'ennemi. Cela nous indique que nous devons agir - peut-être nous éloigner de quelque chose qui n'est pas dans notre meilleur intérêt, peut-être aller vers un changement auquel nous résistons. La colère, en soi, est une émotion saine. D'un autre côté, le ressentiment a le pouvoir de nous arracher la vie et les gens qui nous entourent.

Le mot "renvoyé" est dérivé d'un précurseur latin qui signifiait, littéralement, "re-sentir". Lorsque nous ressentons du ressentiment à l'égard de quelqu'un ou de quelque chose, nous ressentons de nouveau les blessures, les douleurs et les déceptions qui ont précédé; nous vivons dans le passé. Malheureusement, nous avons également un impact sur le présent et nous mettons en place pour des problèmes à l'avenir.

Pour les besoins de notre discussion, j'ai créé une définition de travail pour le ressentiment en mélangeant les entrées de deux sources de dictionnaire: Le ressentiment est l'indignation ou la malveillance persistante résultant d'un tort, d'une insulte ou d'une blessure réelle ou imaginaire. Les mots clés dans ce rendu du ressentiment sont, pour moi, «persistants» et «imaginés». C'est le cœur de tout cela, vraiment.

Pour entrer dans les entrailles du ressentiment, vous devez vous accrocher à une blessure perçue et déclarer par vos paroles et actions que vous ne serez pas ébranlé de votre pôle. Ce faisant, vous saisissez quelque chose d'absolument indésirable. C'est un endroit dangereux. Au mieux, vous vous éloignerez d'une personne qui a infligé une blessure réelle ou imaginaire; Au pire, vous vous mettez en place pour une liste toujours croissante de personnes que vous vous sentez justifié de couper de votre amour et de votre vie.

Trouver et découvrir le ressentiment

Comment pouvons-nous empêcher notre imagination de créer des situations de mauvaise volonté persistante? Le ressentiment peut être un monstre bouillonnant qui traque notre conscience et nous regarde tous les matins depuis le miroir. Mais je pense qu'il existe plus fréquemment à un niveau plus profond, sous la surface, tapi dans l'ombre de nos coeurs. Les petites tornades de malades persistants n'attendent que d'être déchaînées pour menacer nos relations et notre propre bien-être.

Permettez-moi de partager mon histoire de «trouver» le ressentiment pendant que j'écrivais ce livre. Sans entrer dans trop de détails, j'ai commencé à prendre conscience de plusieurs exemples d'endroits où je nourrissais une mauvaise volonté persistante pour des blessures réelles ou imaginaires de ma personne. J'ai remarqué qu'il y avait des moments où le nom ou la pensée de cette personne ou de cette personne faisait ressortir plusieurs phrases liées à mes sentiments blessés. Généralement, il y aurait aussi un barb ou deux là-dedans.

Nous planifions un événement au Lodge en France. Nous avions créé une liste d'invités. Quelques années plus tôt, j'avais eu un léger problème avec l'une des personnes sur la liste. Je pouvais sentir mon désir de ne pas demander à cette personne de participer. Je pouvais me sentir préparer une confrontation. Je pourrais me sentir malade trois ans plus tard. J'étais conscient d'un sentiment de blessure personnelle réelle ou imaginaire assis là-dedans, sous la surface, comme un ancien rocher de la montagne Grampian reposant au fond de la froide mer du Nord. Trois ans plus tard, ici il revient sur la rive avec laquelle il faut compter.

M'ouvrir à ce qui se passait dans la situation en France me rendait hyper-conscient des autres situations où je tenais quelque chose contre quelqu'un d'autre. Parmi le lot étaient un parent, un ancien partenaire, une soeur et un ami. Plutôt la gamme des possibilités, tu ne penses pas? Rien de vicieux; Il n'y avait pas grand-chose, mais une collection couvait, un groupe de personnes dont les actions passées étaient «ressenties» dans mon présent.

Pourquoi retenons-nous des mots ou des actions blessants?

Pourquoi le faisons-nous? Pourquoi voulons-nous garder les mots blessants ou les actions que d'autres pourraient envoyer notre chemin? Une relation se termine. Pourquoi nous accrochons-nous aux bits amers? Un parent dit quelque chose de blessant. Pourquoi laissons-nous cela se frayer un chemin à l'intérieur de nous? Un ami s'éloigne dans notre temps de besoin. Un étranger nous embarrasse. Comment cela peut-il me servir à garder mes offenses passées?

Je crois qu'au début de nos vies, le ressentiment peut avoir été un comportement d'autoprotection que nous avons développé avant que nous puissions prendre soin de nous-mêmes. Si quelqu'un était «méchant» ou «blessant», nous avons appris à nous fermer à elle ou à l'éviter pour nous protéger. Si quelqu'un nous décevait encore et encore, nous avons cessé de dépendre d'elle. C'est logique ... quand vous avez quatre ou huit ans.

Mais se protéger en «s'éloignant» des gens qui nous blessent n'est pas un comportement si sensé quand nous sommes des adultes pleinement développés et en pleine forme. Cette réponse d'autoprotection est maintenant un signe de notre incapacité ou de notre refus d'ouvrir notre cœur aux autres dans l'amour et la compassion, d'entrer pleinement dans notre propre pouvoir, d'être vulnérable et authentique, de libérer la mentalité de victime et d'adopter la posture d'un adulte au sol et responsable. Oui, il y a quelques avantages à être juste huit.

Venir à bout de votre liste de ressentiments

<p><img title="Resentment: A Seething Monster that Lurks in the Shadows of Our Heart" src="images/2014/460x175/resentment.jpg" alt="Resentment: A Seething Monster that Lurks in the Shadows of Our Heart" /></p> <p>by Susan L. Westbrook, PhD. The danger with anger is not that we have it, but that we may not choose to release it. We feed anger with our doubts and fears. We create stories about the insult and injury we experienced. The resentment becomes a self-righteous retreat for our own feelings of smallness and inferiority.</p> <hr id="system-readmore" /> <p><img style="margin: 1px; border: 1px solid #000000; vertical-align: top;" title="Resentment: A Seething Monster that Lurks in the Shadows of Our Heart" src="images/2014/460x175/resentment.jpg" alt="Resentment: A Seething Monster that Lurks in the Shadows of Our Heart" /></p> <p style="text-align: center;" align="LEFT"><em>This is air.<br />Opening the heart chakra.<br />Blowing away anger and resentment, bitterness,<br />envy, jealousy, animosity, and rage.</em></p> <p align="LEFT">The danger with anger is not that we have it, but that we may not choose to release it. It seems to be the same with anger and resentment. We feed anger with our doubts and fears. We create stories about the insult and injury we experienced. The resentment becomes a self-righteous retreat for our own feelings of smallness and inferiority.</p> <p align="LEFT">If we are not mindful, we become prone to all the maladies of body and spirit that thrive in the twisters of these negative emotions. Sore backs. Headaches. Isolation. Vengeance. Even chronic and fatal diseases have been attributed to the biochemical disturbances that can manifest when anger is left to brew.</p> <h3 class="western">Resentment Can Suck the Life Out of Us & the People Around Us</h3> <p align="LEFT">Anger is not the enemy. It signals us that we need to be in action—perhaps moving away from something that is not in our best interest, perhaps moving toward a change that we are resisting. Anger, in and of itself, is a healthy emotion. Resentment, on the other hand, has the power to suck the life out of us and the people around us.</p> <p align="LEFT">The word "resent" is derived from a Latin precursor that meant, literally, to "re-feel." When we are resenting someone or something, we are actually re-feeling the hurts and pains and disappointments that have come before; we are living in the past. Unfortunately, we are also impacting the present and setting ourselves up for problems in the future.</p> <p align="LEFT">For the purpose of our discussion I created a working definition for resentment by blending entries from two dictionary sources: <em>Resentment is indignation or persistent ill will as a result of a real or imagined wrong, insult, or injury. </em>The key words in this rendering of resentment are, for me, "persistent" and "imagined." That is the crux of it, really.</p> <p align="LEFT">In order to enter into the bowels of resentment, you have to latch on to a perceived hurt and declare by your words and actions that you will not be shaken from your pole. In so doing, you grasp on to something absolutely undesirable. It is a dangerous place to be. At best you will distance yourself from one person who has inflicted a real or imagined hurt; at worst, you set yourself up for an ever-growing list of people you feel justified to cut off from your love and your life.</p> <h3 align="LEFT"><strong>Finding & Uncovering Resentment</strong></h3> <p align="LEFT">How do we keep our imaginations from creating situations of persistent ill will? Resentment can be a seething monster that stalks our consciousness and looks back at us from the mirror every morning. But I think it more frequently exists at a deeper level, under the surface, lurking in the shadows of our hearts. Little twisters of persistent ill will just waiting to be unleashed to threaten our relationships and our own well-being.</p> <p align="LEFT">Let me share my story about "find­ing" resentment as I was writing this book. Without going into too much detail, I began to be aware of several examples of places where I was harboring persistent ill will for real or imagined injuries to my person. I noticed that there were times when the name or thought of this person or that person would bring out several sentences related to my hurt feelings. Generally, there would be a barb or two back at them in there, too.</p> <p align="LEFT">We were planning an event at The Lodge in France. We had created a guest list. A few years earlier, I had had a slight run in with one of the people on the list. I could feel my desire to consider not asking that person to participate. I could feel myself prepping for a confrontation. I could feel ill will three years later. I was aware of a sense of real or imagined personal injury sitting in there, under the surface, like an ancient rock from the Grampian Mountains resting at the bottom of the cold North Sea. Three years later, here it comes rolling back onto the shore to be reckoned with.</p> <p align="LEFT">Opening myself to what was happening in the situation in France made me hyper-aware of other situations where I was holding something against someone else. Among the lot were a parent, a former partner, a sister, and a friend. Rather the gamut of possibilities, don't you think? Nothing vicious; some no big deal—but a collection was brewing, a group of people whose past deeds were being "re-felt" in my present.</p> <h3 class="western">Why Do We Hold On To Hurtful Words or Actions?</h3> <p align="LEFT">Why do we do it? Why do we want to hold on to the hurtful words or actions that others might send our way? A relationship ends. Why do we cling to the bitter bits? A parent says something hurtful. Why do we let that find its way inside of us? A friend steps away in our time of need. A stranger embarrasses us. How can it possibly serve me to hold on to past offenses?</p> <p align="LEFT">I believe that early in our lives resentment may have been a self-protective behavior we developed before we were able to take care of ourselves. If someone was "mean" or "hurtful," we learned to shut ourselves off from her or avoid him as a means of protecting ourselves. If someone disappointed us time and time again, we stopped depending on her. It makes sense ... when you are four or eight years old.</p> <p align="LEFT">But protecting ourselves by "going away" from the people who hurt us is not such a sensible behavior when we are fully grown, functioning adults. That self-protective response is now a sign of our inability or unwillingness to open our hearts to others in love and compassion, to step fully into our own power, to be vulnerable and authentic, to release the victim mentality and assume the posture of a grounded and responsible grownup. Yes, there are some advantages to being just eight.</p> <h3 align="LEFT">Coming To Grips With Your List of Resentments</h3> <p align="LEFT"><img style="margin: 7px; border: 1px solid #000000; float: left;" title="Resentment: A Seething Monster that Lurks in the Shadows of Our Heart" src="images/2014/460x175/resentment.jpg" alt="resentment" width="460" height="175" />Do you have a list, too? Maybe I should start by asking if you are hiding from the list, too. It is difficult to face both the wounds that have been rendered and the people who have allegedly inflicted them. We need to look deeply at these things when they first occur. But it just feels easier—and safer—to walk away, to hide out, to isolate, and to let the little splinters of hurt and disappointment fester out of sight.</p> <p align="LEFT">As I came to grips with my own list, I noticed that I had certain "tells" that would signal me that I had gone to that place of holding ill will. First, I became aware that I could not make eye contact. I am generally a look-you-in-the-eye­and-shake-your-hand kind of person. I assume I avoid the eyes of the other person because I either do not want her to see the hurt or disappointment in me or I do not want to see the Divine in him. I look away or down or to the side rather than taking the object of my resentment in by the seat of the soul.</p> <p align="LEFT">Second, I distance physically. I will not choose to have a conversation with him. I prefer not to sit next to her. I want a physical distance to create a buffer between the person and what I am holding back. Withdrawing my emotional con­nection, my physical presence, and my affection are ways of cutting myself off and not having to deal with what I am feeling.</p> <h3 align="LEFT"><strong>Exploring Resentment & Moving On<br /></strong></h3> <p align="LEFT">Whew! There is a lot on the table right now If you know that there are resent­ments brewing inside you, you might be feeling overwhelmed, and if you are in­sisting there are no resentments brewing inside you, you might be thinking you need to move on to a different chapter.</p> <p align="LEFT">This is a great time to become very familiar with the mantra for the Second Tibetan: <em>This is air. Opening the heart chakra. Blowing away anger and resentment, bitterness, envy, jealousy, animosity, and rage. Creating space for love and compassion, forgiveness and vulnerability, acceptance and peace.</em></p> <p align="LEFT">Air has the capacity to seep into places that are shut off. Think of how difficult it is to create an air-tight house in the winter. Air also invigorates and brings freshness. Air, by its very nature as a gas, is expansive. It is more than fluid. It can be everywhere at once. Air is susceptible to the laws of diffusion and will always move from a place where there is more of it to a place where there is less.</p> <p align="LEFT">Visualize your heart and chest being full of air, opening as the expansiveness of the gas takes up more and more space. What needs to be pushed out? Let those things go as you breathe out.</p> <p align="LEFT">In each case, be mindful of your thoughts and feelings. Is there anger? Hurt? Sad­ness? Are the tears making their way to the corners of your eyes? Can you breathe easily or is the breath stiff and ragged? You do not need to do anything with these observations. Notice. Move on.</p> <h3 align="LEFT">Releasing The Death and Destruction Resentment Can Bring Into Your Heart</h3> <p align="LEFT">I invite you to rest in Corpse Pose. Corpse is an apt name for what can occur in your life and relationships if you do not release the death and destruction resentment can bring into your heart. It is also a picture of giving up those persistently held hurts and hard feelings. Let them die. Allow them to make their way back into the earth and become compost to feed the thoughts and actions of a higher calling.</p> <p align="LEFT">As you take complete breaths, visualize a warm breeze blowing over your body—the kind of breeze you might feel when you are lying on the beach, sun shining down on your face, perhaps a little damp from taking a swim. As you re­main in Corpse Pose, let that movement of air over your body take the resentment and held hurts in its delicate tendrils and carry them away.</p> <p align="LEFT">As the breeze moves over you, think or say aloud the names and events you are holding, acknowledg­ing that they are keeping you small and unable to move freely and confidently in your world. As the breeze makes each pass, keep releasing those names and specific events until no more surface. Take a moment to deeply breathe and feel the air expand your heart, opening you to compassion and forgiveness. Feel the lightness the release has brought. Take a moment to offer gratitude for the people and situ­ations you have named.</p> <p style="text-align: right;"><em>©2014 by Susan L. Westbrook, PhD. All Rights Reserved.</em><br /><em>Reprinted with permission of the publisher, </em><br /><em>Findhorn Press. <a href="http://www.findhornpress.com" target="_blank">www.findhornpress.com.</a> </em></p> <hr /> <p>This article was adapted with permission from the book:</p> <p><strong><a href="http://www.amazon.com/exec/obidos/ASIN/184409197X/innerselfmaga-20" target="_blank">The Five Tibetans Yoga Workshop: Tone Your Body and Transform Your Life </a><br />by Susan Westbrook, PhD<br /></strong></p> <p><em><a href="http://www.amazon.com/exec/obidos/ASIN/184409197X/innerselfmaga-20" target="_blank"><img style="margin: 1px 7px 1px 1px; border: 1px solid #000000; float: left;" title="The Five Tibetans Yoga Workshop: Tone Your Body and Transform Your Life " src="images/2014/covers/184409197X.jpg" alt="The Five Tibetans Yoga Workshop: Tone Your Body and Transform Your Life " width="67" height="100" /></a>The Five Tibetans Yoga Workshop</em>  helps the reader to facilitate the inner work with the powerful combination of the body-strengthening daily practice of the legendary yoga-like poses known as the “5 Tibetans” along with spirit-nourishing stories and metaphors born of seas and rainbows and mountain vistas. As you move through the pages and activities of the book you will discover for yourself the positive effects of performing the rites that have been touted as the “ancient secret of the fountain of youth.” Susan Westbrook will gently encourage you to look inward at what she refers to as the “grasping behaviors” that are not serving you and will help you take on thoughts and actions (the healing behaviors) that can facilitate your healing and growth.</p> <p><a href="http://www.amazon.com/exec/obidos/ASIN/184409197X/innerselfmaga-20" target="_blank">Click here for more Info and/or to Order this book</a>.</p> <hr /> <h3 align="center">About the Author</h3> <p><img style="margin: 1px 7px 1px 1px; border: 1px solid #000000; float: left;" title="Susan Westbrook, author of: The Five Tibetans Yoga Workshop" src="images/2014/authors/westbrook_susan.jpg" alt="Susan Westbrook, author of: The Five Tibetans Yoga Workshop" />At the age of 50, after more than 25 years as an educator, University Professor, and school developer and director, Susan Westbrook took a leap out of the mainstream to become a high ropes facilitator, life coach, and Reiki Master/Teacher. A consummate teacher, storyteller, and spiritual wanderer, Susan is passionate about helping you go bravely into the dark corners of your inner life so you can begin healing the old wounds that are stealing the peace, joy, and abundance you were created to have. Visit her website at <a href="http://susanwestbrook.com/">http://susanwestbrook.com/</a></p> <hr />Avez-vous une liste, aussi? Je devrais peut-être commencer par demander si vous vous cachez de la liste aussi. Il est difficile de faire face à la fois aux blessures qui ont été infligées et aux personnes qui les auraient infligées. Nous devons regarder profondément ces choses quand elles se produisent pour la première fois. Mais il semble plus facile - et plus sûr - de s'éloigner, de se cacher, de s'isoler et de laisser les petits éclats de souffrance et de déception s'évanouir à perte de vue.

En arrivant à ma propre liste, j'ai remarqué que j'avais certains «tells» qui me signifieraient que j'étais allé à cet endroit où il y avait de la mauvaise volonté. D'abord, j'ai pris conscience que je ne pouvais pas établir de contact visuel. En général, je suis un genre de personne qui a l'air de vous regarder dans les yeux et de vous serrer la main. Je suppose que j'évite les yeux de l'autre personne parce que je ne veux pas qu'elle voit la douleur ou la déception en moi ou je ne veux pas voir le Divin en lui. Je détourne le regard ou je me baisse ou je suis sur le côté plutôt que de prendre l'objet de mon ressentiment par le siège de l'âme.

Deuxièmement, je distance physiquement. Je ne choisirai pas d'avoir une conversation avec lui. Je préfère ne pas m'asseoir à côté d'elle. Je veux une distance physique pour créer un tampon entre la personne et ce que je retiens. Retirer mon lien émotionnel, ma présence physique et mon affection sont des façons de me couper et de ne pas avoir à faire face à ce que je ressens.

Explorer le ressentiment et passer à autre chose

Ouf! Il y a beaucoup de choses sur la table en ce moment. Si vous savez qu'il y a des ressentiments qui bouillonnent en vous, vous pourriez vous sentir débordé, et si vous insistez, il n'y a pas de ressentiments en vous, vous pourriez penser que vous devez passer à un chapitre différent.

C'est un bon moment pour devenir très familier avec le mantra du Second Tibétain: C'est de l'air. Ouverture du chakra du coeur. Faire disparaître la colère et le ressentiment, l'amertume, l'envie, la jalousie, l'animosité et la rage. Créer un espace pour l'amour et la compassion, le pardon et la vulnérabilité, l'acceptation et la paix.

L'air a la capacité de s'infiltrer dans les endroits qui sont coupés. Pensez à la difficulté de créer une maison étanche en hiver. L'air revigore et apporte de la fraîcheur. L'air, de par sa nature même de gaz, est expansif. C'est plus que fluide. Cela peut être partout à la fois. L'air est sensible aux lois de la diffusion et passera toujours d'un endroit où il y en a plus à un endroit où il y en a moins.

Visualisez votre cœur et votre poitrine étant plein d'air, s'ouvrant à mesure que l'expansivité du gaz prend de plus en plus d'espace. Qu'est-ce qui doit être repoussé? Laisse ces choses aller comme tu expires.

Dans chaque cas, soyez conscient de vos pensées et de vos sentiments. Y a-t-il de la colère? Blesser? Tristesse? Les larmes font-elles leur chemin jusqu'aux coins de vos yeux? Pouvez-vous respirer facilement ou la respiration est-elle raide et déchirée? Vous n'avez pas besoin de faire quoi que ce soit avec ces observations. Remarquer. Passez.

Libérer le ressentiment de la mort et de la destruction peut amener votre coeur

Je vous invite à vous reposer à Corpse Pose. Corpse est un nom approprié pour ce qui peut se produire dans votre vie et vos relations si vous ne libérez pas la mort et la destruction que le ressentiment peut apporter dans votre cœur. C'est aussi une image d'abandonner ces blessures persistantes et les sentiments durs. Laisse les mourir. Permettez-leur de revenir sur la terre et de devenir compost pour nourrir les pensées et les actions d'un appel supérieur.

Lorsque vous respirez profondément, visualisez une brise chaude qui souffle sur votre corps - la brise que vous pourriez ressentir lorsque vous êtes allongé sur la plage, le soleil qui brille sur votre visage, peut-être un peu humide de vous baigner. Pendant que vous restez dans la Pose du Corps, laissez ce mouvement d'air sur votre corps prendre le ressentiment et tenu mal dans ses vrilles délicates et les emporter.

Alors que la brise vous envahit, pensez ou dites à haute voix les noms et les événements que vous tenez, reconnaissant qu'ils vous gardent petits et incapables de vous déplacer librement et avec confiance dans votre monde. Comme la brise fait chaque passe, continuez à libérer ces noms et événements spécifiques jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de surface. Prenez un moment pour respirer profondément et sentir l'air dilater votre cœur, vous ouvrant à la compassion et au pardon. Sentez la légèreté que la libération a apportée. Prenez un moment pour offrir de la gratitude pour les personnes et les situations que vous avez nommées.

© 2014 par Susan L. Westbrook, PhD. Tous les droits sont réservés.
Reproduit avec la permission de l'éditeur,
Findhorn Press. www.findhornpress.com.

Source de l'article

L'atelier de yoga des cinq Tibétains: tonifier ton corps et transformer ta vie
par Susan Westbrook, PhD.

L'atelier de yoga des cinq Tibétains: tonifier ton corps et transformer ta vieEn parcourant les pages et les activités du livre, vous découvrirez par vous-même les effets positifs de l'accomplissement des rites qui ont été vantés comme «l'ancien secret de la fontaine de jouvence».

Cliquez ici pour plus d'informations et / ou commander ce livre.

A propos de l'auteur

Susan Westbrook, auteur de: L'atelier de yoga des cinq TibétainsÀ l'âge de 50, après plus de 25 années en tant qu'éducatrice, professeure d'université, et réalisatrice et directrice d'école, Susan Westbrook a fait un saut hors de l'ordinaire pour devenir une facilitatrice, coach de vie et maître / professeur de Reiki. Enseignante accomplie, conteuse et vagabonde spirituelle, Susan a la passion de vous aider à aller courageusement dans les coins sombres de votre vie intérieure pour que vous puissiez commencer à guérir les vieilles blessures qui volent la paix, la joie et l'abondance que vous avez créées. Visitez son site web à http://susanwestbrook.com/