Êtes-vous sûr que c'est la colère que vous ressentez?

Êtes-vous sûr que c'est la colère que vous ressentez?

Beaucoup de gens qui s'efforcent d'être tolérants, aimants et gentils suppriment leur propre pouvoir personnel parce qu'ils perçoivent à tort l'énergie du pouvoir personnel comme étant de la colère. Surtout dans des situations où il serait plus constructif d'exprimer son pouvoir personnel en faisant preuve d'assurance, de fermeté et en prenant bien soin d'elle-même.

L'une des choses que j'ai apprises en travaillant avec les clients, c'est que beaucoup de femmes ont vraiment peur de la colère. C'est un grand tabou, un grand non-non pour beaucoup de femmes. Les hommes peuvent se fâcher, mais si vous êtes une femme et que vous êtes en colère, c'est un signe que quelque chose ne va pas. Donc, si vous êtes une femme et que quelqu'un vous accuse d'être en colère ... vous répondrez probablement avec quelque chose comme: «Qu'est-ce que je suis en colère? Jamais! Je ne me mets jamais en colère. "

Maintenant, pourquoi tant de femmes réagissent comme ça, au lieu de dire: «Ouais, tu sais quoi? Je suis vraiment en colère à ce sujet. "Pourquoi inclinons-nous la tête à la place et dire:" Qu'est-ce que je suis en colère? Moi? Jamais! Jamais!"

C'est probablement parce que nous avons appris que la colère n'est pas féminine, pas féminine ... mais est-ce vrai? Après s'être assis avec tant de clientes, je suis convaincu que la plupart des femmes sont assez confuses à ce sujet. Alors regardons de plus près ce qui se passe.

Les hommes et la femme sont égaux. Oui mais?

Tout d'abord, il est bon de se rappeler que même si ici, en Occident, nous vivons dans des sociétés soi-disant libres où hommes et femmes sont considérés comme égaux, nous venons tous du même milieu patriarcal.

Historiquement, nous venons tous de la même programmation mentale et de la même mentalité qui dit essentiellement que les hommes sont les figures dominantes et que c'est le travail des femmes de les satisfaire et de les servir. Et même si personne aujourd'hui n'admettrait de croire quelque chose comme ça, la réalité est que c'est simplement la façon dont le monde programme les gens depuis des générations et des générations.

Donc même si nous sommes tous libres et égaux ici en Occident, je me demanderais si c'est vraiment vrai. Je me demande si cette programmation de longue date a vraiment disparu de la conscience collective au cours des dernières années 40. Je me demande si c'est vraiment vrai que nous sommes tous libres et égaux dans nos esprits!

Parce que si vous êtes assis à écouter les histoires des femmes tous les jours comme je le fais, vous verrez rapidement que cette programmation est toujours là, qu'elle est encore très vivante et qu'elle continue à être forte.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Posséder votre colère, posséder votre pouvoir

Je dis cela parce que beaucoup de femmes que je vois pourraient ressentir ce qu'elles appellent la «colère», mais elles se sentent souvent très mal à l'aise de ressentir cela. Ce n'est pas difficile à comprendre, surtout quand on regarde les choses d'un point de vue historique.

Ainsi, même aujourd'hui, beaucoup de femmes ont encore peur d'être appelées fâchées, ayant toujours peur de posséder leur propre pouvoir, ayant toujours peur d'être qualifiée de «salope» ou de ne pas être féminine. Ce qui en réalité se traduit par avoir peur de dire non quand les gens autour d'eux marchent sur leurs orteils!

Quand je leur demande pourquoi ils ont si peur de ce sentiment, les femmes me disent souvent qu'elles ne veulent pas se mettre en colère parce qu'elles ne veulent pas se comporter comme la ou les personnes qui les traitent mal! Mais est-ce vrai? Sont-ils les mêmes que les personnes (ou la personne) qui marchent sur leurs orteils?

Pour répondre à cela, nous devons regarder la réalité de ce qui se passe réellement.

Est-ce cette colère que vous ressentez?

L'énergie ressentie par une femme dans une situation comme celle-ci est-elle réellement de la colère? Ou est-ce que cette femme ressent vraiment son propre pouvoir intérieur inné pour se défendre?

Si nous regardons attentivement, nous verrons que ce que nous appelons la colère peut être divisé en deux types d'énergie.

Energie agressive

Le premier type de colère - ce que nous appelons une énergie «négative» ou agressive - est lorsque nous attaquons une autre personne et violons le droit d'une autre personne à être qui elle est avec les choix et les préférences qu'elle a.

En d'autres termes, il s'agit d'une énergie négative et abusive lorsque nous disons à une autre personne ce qu'il faut dire, penser ou faire lorsque cette personne n'a pas demandé nos conseils et que cela ne nous regarde pas vraiment. Ceci est une violation des limites, ce qui explique pourquoi il est si inconfortable d'être à la fin de ce type d'énergie. Cette agression ou colère est une énergie négative.

Énergie assertive

Mais il y a un autre type d'énergie qui surgit quand quelqu'un viole nos frontières et c'est ce que j'appellerais une énergie «positive» ou affirmée. En fait, je préférerais appeler cette énergie "auto-défense saine" même si énergiquement, elle peut "sentir" comme de la colère parce que c'est une énergie puissante et sortante.

Ce qui se passe essentiellement ici, c'est que lorsque nos limites ont été violées, l'impulsion naturelle est de se protéger et de se défendre, ce qui est une énergie forte, saine et positive. Cette énergie est complètement différente de l'énergie qui se produit lorsque nous violons les limites d'une autre personne.

Donc, quand nous ralentissons les choses et que nous regardons attentivement l'énergie de cette manière, nous pouvons voir que cette énergie puissante et sortante que nous appelons «colère» peut être soit:

  1. agressive, attaquant l'énergie (violant les limites de quelqu'un d'autre)

or

  1. énergie assertive ou auto-défense saine (défendre ses propres limites et le droit d'être qui vous êtes)

Si vous avez déjà vécu une situation comme celle-ci ou si vous vous êtes senties comme ça, demandez-vous: que ressentiez-vous vraiment lorsque vous vous sentiez comme ça? Était-ce la colère? Ou était-ce juste cette envie primordiale innée que nous devons tous prendre soin de nous-mêmes et nous défendre lorsque quelqu'un viole nos frontières? Et si cette envie ressemblait à de l'agression, eh bien, c'était ça?

Est-ce l'agression de vouloir prendre soin de soi? Si vous répondez oui, je remettrais en question cette croyance. Parce que ma réponse serait non! Non, ce n'est pas de l'agression de vouloir se défendre. En fait, je dirais que l'énergie est saine parce que nous parlons d'autodéfense saine.

Je dirais que c'est votre droit naturel, votre propre désir inné de prendre soin de vous, ce qui n'est pas la même chose que l'agression. La vraie agression est quand quelqu'un viole les limites d'une autre personne - pas quand vous vous défendez.

La différence entre l'agression et l'autodéfense

Alors soyons très clairs à ce sujet. L'agression et la colère agressive sont quand vous violez les limites de quelqu'un d'autre et le droit de quelqu'un d'autre d'être lui-même et de se défendre et de prendre des décisions pour lui-même. C'est de l'agression. Mais ce n'est pas de l'agression quand vous ressentez une forte envie de vous défendre contre l'agression de quelqu'un d'autre.

Ils ne sont pas les mêmes, et ne peuvent pas et ne doivent pas être assimilés à l'un et à l'autre. Il est très important d'être clair à ce sujet. Parce que le danger ici est que si une femme se sent violée et estime alors que son désir naturel de se défendre est «colère» (qu'elle considère comme négative ou inappropriée), elle pourrait ne pas laisser sortir l'énergie et se défendre. Au lieu de cela, elle pourrait garder ce pouvoir inné enfermé à l'intérieur. Dans de telles situations, les femmes pleurent souvent parce que les larmes sont le seul moyen légitime de laisser sortir cette énergie.

Donc si tu te sens comme ça. Si vous ressentez cette énergie accumulée à l'intérieur et que vous criez au lieu de laisser l'énergie s'échapper, je regarderais ce qui se passe et ensuite je me demanderais si ce que vous ressentez peut même s'appeler «colère». Êtes-vous sûr de ressentir de la colère?

Êtes-vous sûr de ne pas ressentir une envie naturelle et saine de vous défendre? Etes-vous sûr que vous ne sentez pas seulement votre propre puissance intérieure qui veut dire: "Hé, regardez, ça ne va pas avec moi" ou "Regardez, j'en ai assez", ou tout simplement "Non merci!"

Même si vous dites que cette envie est si puissante que parfois cela ressemble à de l'agression, je dirais quand même que ce n'est pas de l'agression tant que c'est le besoin fondamental de prendre soin de soi-même lorsque ses limites sont violées.

Regarde de plus près

Alors la prochaine fois que cela arrive, ralentissez un peu et regardez de plus près ce qui se passe et demandez-vous ... est ce que je ressens vraiment de la colère ??? Et si vous répondez encore oui, eh bien, je dirais qu'il y a une grande différence entre «colère appropriée» et «colère inappropriée» !!!

Cela pourrait être tout à fait dans notre définition du mot «colère», mais je suis convaincu que beaucoup de l'anxiété des femmes à propos de la colère vient de notre programmation historique qu'il n'est pas acceptable de fixer des limites et de prendre soin de soi.

Une auto-prise en charge saine consiste à être capable de se défendre et de se protéger des autres lorsque nos limites sont violées ou lorsque quelqu'un ne respecte pas notre droit d'être qui nous sommes et de choisir comment nous voulons vivre notre vie. L'exercice de cette prérogative est ce qu'est le pouvoir personnel.

Le pouvoir personnel est la capacité de fixer des limites et de prendre soin de soi. Le pouvoir personnel est la capacité d'être ferme et assertif d'une manière respectueuse (si possible) lorsque cela est nécessaire. De plus, le pouvoir personnel est aussi la capacité de se protéger lorsque quelqu'un d'autre est agressif (que nous le fassions ou non d'une manière respectueuse). La saine défense de soi et le pouvoir personnel sont la façon dont une saine estime de soi se manifeste dans le monde. C'est pourquoi on l'appelle aussi amour-propre sain.

Alors quand quelqu'un (ou toi-même) te dit que tu ne devrais pas être en colère, prends le temps de regarder de plus près la situation et de voir si ce que tu ressens est destructeur ou violent. Quand vous pouvez voir ce qui se passe réellement, vous ne donnerez pas votre pouvoir personnel.

© Barbara Berger.
Reproduit avec la permission de l'auteur.

Livre de cet auteur:

Es-tu content maintenant? 10 façons de vivre une vie heureuse
par Barbara Berger.

Es-tu content maintenant?Qu'est-ce qui vous empêche d'être heureux maintenant? Est-ce votre partenaire, votre santé, votre travail, votre situation financière ou votre poids? Ou est-ce tout ce que vous pensez que vous "devriez" faire? Barbara Berger examine toutes les choses que nous pensons et faisons qui nous empêchent de mener une vie heureuse maintenant.

Cliquez ici pour plus d'informations ou pour commander ce livre sur Amazon.

A propos de l'auteur

Barbara Berger, auteur du livre: Êtes-vous heureux maintenant?Barbara Berger a écrit des livres sur l'autonomisation 15, y compris le best-seller international "The Road to Power / Fast Food for the Soul"(Publié dans les langues 30),"Es-tu content maintenant? 10 façons de vivre une vie heureuse"(plus de langues 20) et"L'être humain Awakening - Guide de la puissance de l'esprit". Née aux États-Unis, Barbara vit et travaille à Copenhague, au Danemark. En plus de ses livres, elle offre des séances de coaching privées à des personnes qui souhaitent travailler intensément avec elle (dans son bureau de Copenhague ou sur Skype et par téléphone pour les personnes qui habitent loin de Copenhague). Pour en savoir plus sur Barbara Berger, consultez son site Web: www.beamteam.com


enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}