Les propriétaires d'animaux veulent être des maîtres et non des serviteurs - ce qui explique pourquoi nous accordons plus d'importance aux chiens qu'aux chats

Les propriétaires d'animaux veulent être des maîtres et non des serviteurs - ce qui explique pourquoi nous accordons plus d'importance aux chiens qu'aux chats

Quand les chats agissent plus comme des chiens, les gens disent qu'ils dépenseraient plus d'argent pour eux. pixfix / shutterstock.com

Les vidéos de chat peuvent régner sur Internet, mais les chiens possèdent la maîtrise du cœur de leurs propriétaires - du moins si les dépenses sont un guide.

Propriétaires de chien dépenser US $ 240 par mois prendre soin de leurs animaux de compagnie, comparé à $ 193 pour les chats, selon le sondage national 2017-2018 sur les propriétaires d'animaux de compagnie, publié par l'American Pet Products Association. le l'argent supplémentaire va principalement vers visites chez le vétérinaire et la pension du chenil, mais les propriétaires de chiens dépensent également plus d'argent en friandises, toilettage et jouets.

Mon nouveau papier, “Les chiens ont des maîtres, les chats ont du personnel, "Explique pourquoi.

Un marché en pleine croissance

Les Américains dépensent davantage pour les soins des animaux de compagnie, une part croissante des ménages américains possédant un animal.

Un peu plus les deux tiers de tous les ménages américains posséder au moins un animal, à partir de Pourcentage 56 dans 1988, la première année de l’enquête nationale sur les propriétaires d’animaux domestiques.

Et près de la moitié des ménages possèdent un chien, alors que seulement 38 ont un chat. Les tendances générationnelles laissent supposer que cette divergence ira en s'accentuant, car la génération du millénaire aura plus de chances d’adopter un chien, alors que les baby-boomers ont tendance à aimer les chats.

Cela se traduit par un marché en croissance des produits et services liés aux animaux de compagnie, qui a atteint un milliard de dollars estimé en 72, en hausse par rapport au milliard de dollars dix ans plus tôt.

Une volonté de payer

Mes études se contruit sur recherche antérieure montrant que les propriétaires de chiens sont prêt à dépenser plus sur leurs animaux de compagnie que les propriétaires de chats - y compris pour sauver leur vie.

Une des raisons suggérées était que les propriétaires de chiens avaient des liens plus forts avec leurs animaux, ce qui les incitait à dépenser davantage pour des soins tels que les soins vétérinaires.

Mes recherches ont mis au jour un facteur déterminant qui explique pourquoi les propriétaires de chiens se sentent plus attachés à leurs animaux: les chiens sont plus dociles que les chats. Lorsque les propriétaires se sentent en contrôle de leurs animaux, se développent des sentiments forts de propriété psychologique et d'attachement émotionnel. Et les propriétaires d’animaux veulent être des maîtres, pas des domestiques.

Comme d’autres chercheurs en marketing, mon travail utilise le «consentement à payer» comme indicateur de la valeur économique, plutôt que émotionnelle, que les propriétaires attachent à la valeur que leurs propriétaires accordent à leurs animaux domestiques. Il montre - et compare - combien les propriétaires d’animaux paieraient pour sauver la vie de leur animal.

Les propriétaires d'animaux veulent être des maîtres et non des serviteurs - ce qui explique pourquoi nous accordons plus d'importance aux chiens qu'aux chats Les propriétaires de chiens sont prêts à payer deux fois plus que les propriétaires de chats pour une opération chirurgicale qui leur permettra de sauver des vies. AP Photo / Angie Wang

Qui est en contrôle?

J'ai donc réalisé trois expériences en ligne pour explorer le rôle de la propriété psychologique dans ces évaluations.

Dans la première expérience, j'ai demandé aux propriétaires de chiens ou de chats d'écrire sur le comportement de leur animal afin de pouvoir mesurer leurs sentiments de contrôle et de propriété psychologique. Les participants ont ensuite imaginé que leur animal de compagnie était malade et ont indiqué qu'ils seraient prêts à payer le maximum pour une opération de sauvetage.

Les propriétaires de chiens, en moyenne, ont déclaré qu'ils paieraient 10,689 pour sauver la vie de leur animal, alors que les propriétaires de chats en offraient moins de la moitié. Dans le même temps, les propriétaires de chiens avaient tendance à percevoir davantage de contrôle et de propriété psychologique sur leurs animaux, suggérant que cela pourrait être la raison de la différence de dépenses.

Bien sûr, la corrélation n'est pas une cause. Ainsi, dans une deuxième expérience, j'ai demandé aux participants combien ils seraient disposés à payer pour sauver la vie de leur animal après que j'ai eu dérangé leur sens de la propriété. Pour ce faire, j'ai demandé aux participants d'imaginer que le comportement de leur animal de compagnie résultait de la formation qu'il avait reçue d'un propriétaire précédent.

Comme prévu, la perturbation de leurs sentiments de propriété a éliminé la différence d’évaluation entre les chiens et les chats.

Puisque les propriétaires d’animaux aiment contrôler leurs animaux et que les chats sont moins contrôlables que les chiens, la troisième expérience va droit au but: le propriétaire accorde-t-il une valeur au chien ou au chat pour son propre bien ou pour son comportement docile?

Pour le savoir, j'ai de nouveau demandé aux personnes interrogées de décrire combien elles seraient disposées à payer pour sauver la vie de leur animal, mais cette fois, j'ai assigné au hasard l'un des quatre scénarios suivants: les participants ont appris qu'ils possédaient soit un chien, chien qui se comporte comme un chat, ou un chat qui se comporte comme un chien.

Les participants ont indiqué qu'ils paieraient $ 4,270 pour sauver la vie de leur chien, mais seulement $ 2,462 pour leur chat. Cependant, cette tendance a été inversée lorsque le comportement de l'animal a changé: les chats à comportement de chien valent $ 3,636, mais les chiens à comportement de chat ne valent que $ 2,372.

Ces résultats montrent clairement que c'est le comportement de l'animal qui incite les gens à payer.

Maître ou serviteur

Ces résultats établissent que la propriété psychologique est un facteur déterminant dans les évaluations plus élevées des propriétaires de chiens.

Les gens se sentent propriétaires parce qu'ils ont l'impression de pouvoir contrôler le comportement de leurs animaux. Cette recherche distingue même le type de contrôle qui stimule probablement le plus les sentiments de propriété: il ne s’agit pas uniquement d’un contrôle physique, comme être capable de prendre un animal ou de le traîner en laisse. Il s'agit plutôt de la conformité volontaire de l'animal avec les souhaits de son propriétaire.

Même si vos chatons sont mignons et câlins, ils ne peuvent rivaliser avec les chiens pour donner aux propriétaires d'animaux le sens de la maîtrise qu'ils recherchent.La Conversation

A propos de l'auteur

Colleen P. Kirk, professeure adjointe de marketing, Institut de technologie de New York

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

Livres connexes

{amazonWS: searchindex = Livres; mots-clés = coût des animaux; maxresults = 3}

enafarzh-CNzh-TWtlfrdehiiditjamsptrues

suivez InnerSelf sur

google-plus-iconfacebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}

suivez InnerSelf sur

google-plus-iconfacebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}