Quelques étapes simples pour cultiver une révolution dans votre jardin

Quelques étapes simples pour cultiver une révolution dans votre jardin

Photos de Saxon Holt. Illustrations d'Enkhbayar Munkh-Erdene

Lorsque nous avons inauguré le jardin de notre maison datant de 80 au milieu de Seattle, nous avons pris la chose la plus évidente pour acquise. Encore et encore, nous avons sillonné la cour entourant notre nouvelle maison, en imaginant où nous planterions des arbres pour nous protéger de la rue et des voisins. Nous avons fantasmé sur l'endroit où nous serions assis les chaudes soirées d'été. Nous avons observé comment le soleil et le vent traversaient la cour au fil des saisons avant de choisir un emplacement pour notre lit de légumes. Nous avons passé des mois à réfléchir à chaque détail, mais nous avions négligé le plus important: notre sol.

Comment cela nous est-il arrivé? Mon domaine est la biologie. Je suis celui qui a un mauvais cas de soif de plantes, désireux de voir, de toucher, de manger et de sentir tout ce qui est vert et enraciné. Le domaine de Dave est la géologie. À l'époque, il travaillait à un livre sur la saleté et sur la façon dont la charrue contribuait à faire tomber les civilisations. Finalement, nous parcourrions le monde pour rencontrer des agriculteurs et des jardiniers qui reconstruisaient la santé et la fertilité de leur sol. Mais notre voyage a commencé avec la terre dans notre propre cour. Et nous l'avions oublié jusqu'à une journée trop chaude de la mi-août.

C'était 2001, et des dizaines de plantes se trouvaient dans des pots en plastique noir éparpillés sur la terre nue de notre terrain fraîchement défriché, cuisant au soleil. Après une rupture de la conduite d'eau et des mois de retard, ils avaient besoin de sortir de leurs pots et de pénétrer dans le sol.

Dave regarda la pelle que je plongeais dans le sol s’arrêter brusquement, me faisant souffrir un poignet. J'ai réessayé à un endroit différent et la même chose s'est produite. «Euh, comment vas-tu essayer?» Dis-je. Il a creusé dans un endroit, puis dans un autre. Chaque fois qu'un son retentissant retentissait, la pelle rebondissait sur une couche impénétrable et peu profonde. Toute notre planification et maintenant la putain de terre était en grève?

Une partie de notre défi était évidente. Sous notre saleté anémique, quelque part entre la couleur du sable de la plage et un pantalon déchiré kaki, reposait un till glaciaire. C'était la géologie concrète que ma pelle n'arrêtait pas de frapper. Mais le plus gros problème était peut-être le manque de vie dans notre sol. Sans cet ingrédient essentiel, nous n'aurions jamais le type de sol qui soutiendrait le jardin luxuriant dont nous rêvions.

Durant le reste du mois d'août et jusqu'à l'automne, nous avons eu du mal à planter et avons accepté notre seule option: faire ce que nous pouvions avec le sol que nous avions. Nous ne nous débarrasserions jamais du glacier qu’au fond, mais nous pourrions restaurer la vie sur le sol au-dessus. En imprégnant notre sol de vie, nous devions y ajouter des éléments morts: la matière organique. Après tout, le sol est l’intestin de la Terre et la matière organique est l’élément vital qui fait fonctionner ce formidable intestin.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Les géants de la vie sur le sol - les vers de terre lisses, couleur foie - et les insectes au corps dur, aux mâchoires surdimensionnées - s'attaquent pour la première fois à la décomposition de la matière organique. Ils la broyent, la mâchent, la mâchent et la déchiquettent en morceaux, ce qui les nourrit, ainsi que les habitants plus modestes du sol, jusqu'à la plus petite des créatures de la Terre: bactéries et autres microbes.

Ce monde manger-ou-être-mangé dans le sol fait circuler les composés de base et les molécules de la vie des morts aux morts et de retour aux morts. Pourrions-nous relancer la roue de la vie qui craque sous nos pieds? La matière organique pourrait-elle la faire tourner encore une fois?

En tant que jardinier en herbe, je me suis lancé dans une mission: trouver la matière organique et la ramener à la maison. Le staccato jaillissant de la déchiqueteuse d’un arboriste du voisinage met mon cerveau en mode radar. Je zigzaguais à pied vers les sons, en me concentrant sur ma cible. J'ai demandé aux arboristes si cela ne les dérangeait pas de jeter leurs copeaux de bois dans notre allée. La plupart du temps cela a fonctionné. Ils ont évité les frais d'élimination et j'ai eu de la matière organique gratuite.

Mes autres scores comprenaient du café moulu dans les magasins à proximité, des feuilles mortes dans la cour des voisins et des tas occasionnels de coquilles d'huîtres ou de moules jetées à la table du dîner d'un ami. J'ai chargé mon butin dans des seaux et des sacs et les ai emballés dans notre berline Subaru. Et bien que nous n'ayons pas d'animaux de ferme pour le fumier, j'ai noté «zoo doo», l'équivalent composté des éléphants, des zèbres et d'autres herbivores au Woodland Park Zoo de Seattle, qui, heureusement, se trouve à environ un kilomètre de chez nous.

Avec cette abondance de matière organique, j'ai fabriqué des paillis que j'ai posés sur tous les nouveaux parterres de jardin. Les aventures de jardinage précédentes m'ont appris à quel point il est fastidieux et fastidieux de mélanger des choses dans le sol. De plus, je voulais cultiver la vie du sol. Plus je creusais et retournais le sol, plus je risquais de mutiler ou de tuer des vers de terre et des organismes plus petits comme des nématodes et des acariens bénéfiques.

Plus tard dans notre voyage, nous avons commencé à étudier les effets des pratiques de jardinage et d’agriculture sur la santé des sols et à rendre visite à des agriculteurs qui avaient réduit leurs dépenses de labour et de produits chimiques. La leçon à emporter était claire et convaincante. Qu'il s'agisse de jardiniers utilisant des pelles ou d'agriculteurs utilisant des disques et des charrues, ces pratiques perturbent certaines des plus grandes symbioses de la planète. Car autour des racines des plantes poussant dans des sols sains et pleins de vie, un bazar biologique bourdonne d'activités qui sous-tendent le bien-être du monde botanique.

Bien qu'Anne soit la stratège en chef et la responsable de notre jardin, j'ai commencé à observer les effets cumulatifs de ce qu'elle faisait. Un jour, elle se plaignit que ses paillis continuaient de disparaître. Malgré les couches épaisses qu'elle a posées sur les parterres de plantation, elles se sont inévitablement éclaircies au bout de quelques mois. Je fis le tour du paillis et remarquai que la surface du sol avait changé pour devenir une teinte chocolat au lait, et non plus la terre claire que je me souvenais de creuser au début. Maintenant, une fine couche sombre à l’interface du sol et du paillis empêchait de dire vraiment où le paillis finissait et où commençait le sol.

Environ quatre ans après l'installation du jardin, j'ai aidé Anne à déplacer certaines plantes d'un lit à l'autre. Nous avons été surpris de trouver quelques centimètres de terre sombre dans les deux lits, juste au-dessus de la terre kaki d’origine. La terre avait changé juste devant nos yeux et juste sous notre nez, mais trop lentement pour pouvoir être observée au jour le jour.

La couche sombre contenait de l'humus, une multitude de composés organiques et de molécules qui jouent un rôle clé dans la fertilité des sols. La couleur foncée et la quantité croissante d'humus ont entraîné une augmentation de la teneur en carbone du sol et, par conséquent, de la fertilité de notre sol.

Garder le sol recouvert de compost et de paillis est un moyen de remédier à un problème qui a tourmenté les sociétés au cours de l'histoire. À maintes reprises, de la Grèce antique à l'American Dust Bowl, la fertilité du sol et l'érosion de la couche arable à cause du labour ont contribué à la disparition des civilisations. Mais ce n'est pas seulement un problème du passé. Les sols agricoles nord-américains ont perdu environ la moitié de leur apport initial en matière organique-jusque là.

Pourtant, dans notre cour, Anne résolvait ce problème séculaire, une brouette de paillis à la fois. Elle construisait un nouveau sol bien plus vite que la nature ...qui prend des siècles pour construire un pouceEt avec elle, de plus en plus de vie.

À la troisième année du jardin, des champignons poussaient sous le beau trio de jeunes bois de fer perses dans notre cour latérale. De beaux tapis blancs de mycéliums fongiques ont traversé les touffes en décomposition du paillis de copeaux de bois de l'année dernière. Les araignées corsées ont tissé des toiles qui ont attrapé des gouttelettes d’eau et ont transformé le jardin en un cadre magique les jours d’automne brumeux. Vers le milieu de l'été, des troupeaux d'abeilles et d'autres insectes pollinisateurs bourdonnaient dans le jardin et planaient au-dessus des lits pour se nourrir de pollen de fleurs et de nectar. Les libellules patrouillaient à la recherche du déjeuner.

À mesure que le jardin a mûri, les plus gros animaux ont également commencé à arriver. Les corbeaux et les geais de Steller ont utilisé leurs pieds et leur bec pour déterrer une bouffée de morceaux de morceaux dans le paillis et le sol. Un faucon de Cooper, à la roquette rapide, a traversé une soirée d’automne et un dîner cueilli, laissant derrière lui un petit tas de plumes d’un doux brun, un oiseau plus petit. Des ratons laveurs masqués par des bandits ont revendiqué leurs droits toute l'année.

Restaurer la vie sur notre sol nous a placés au premier rang de la marche de la vie dans l’ordre où elle a évolué sur la Terre - des microbes et des champignons aux vers, araignées, coléoptères, oiseaux et finalement aux mammifères. Ce parallèle a révélé comment la vie du sol constitue le fondement des écosystèmes terrestres.

La vie s’épanouissant à l’air libre, nous nous sommes tournés une fois de plus vers le monde sous nos pieds.

Comprendre ce qui motive les habitants du sol de notre ménagerie souterraine nous a conduit à un endroit appelé la rhizosphère. Cette zone halolike s'étend sur quelques millimètres environ autour de chaque racine et de chaque cheveu. Alors que les paillis d'Anne empêchaient l'érosion des sols et nourrissaient les plus grands habitants du sol, nous avons appris que les créatures les plus minuscules complétaient leur repas de paillis avec d'autres aliments.

Quelques étapes simples pour cultiver une révolution dans votre jardinNous nous sommes penchés sur les recherches récentes menées par des phytologues pour en apprendre davantage sur la rhizosphère et le bazar biologique sauvage et vivant dans ses limites. Les bactéries et les champignons s'y rassemblent pour manger des aliments que les plantes vivantes sortent de leurs racines. La nourriture, appelée exsudats, est une infusion faite maison de nutriments, y compris les sucres, les acides aminés et les graisses.

Les plantes gèrent un restaurant éphémère dans le sol et, comme les convives humains, les communautés de microbes qui y participent doivent payer pour ce qu’elles mangent. Les plantes sont ouvertes à différents types de monnaie. Certains microbes apportent des éléments prêts à l'emploi déjà présents dans le sol, tels que le zinc et d'autres éléments minéraux importants pour la santé des plantes. D'autres se spécialisent dans la fabrication des composés dont les plantes ont besoin, comme les hormones de croissance, ou qui signalent à une plante qu'un agent pathogène est entré dans le bazar biologique. Tant que la monnaie se traduit par des avantages, le monde botanique sert les exsudats.

Les échanges incessants d'exsudats de plantes contre des produits microbiens ont également une influence sur le profil nutritionnel des cultures vivrières. Un bazar biologique qui fonctionne bien est essentiel pour imprégner notre régime alimentaire des minéraux, des vitamines et des autres nutriments dont nous avons besoin pour rester en santé toute la vie.

Ce que nous avons appris nous a amenés à réfléchir davantage au sol de notre lit de légumes et aux cultures de chou kale qu’il produit. À ce stade, le jardin principal avait environ neuf ans et les parterres de légumes depuis environ trois ans. Nous nous sommes demandé comment la qualité nutritionnelle de nos légumes verts se comparait à la base de données USDA sur les éléments nutritifs, une référence largement utilisée pour les niveaux standard d'éléments nutritifs dans les aliments. Nous soupçonnions que les rhizosphères de nos plantes de chou frisé, si leurs bazars biologiques prospéraient, se répercuteraient sur leurs profils nutritionnels.

Nous avons imaginé des communautés animées de bactéries se rassemblant autour des racines de nos plantes de chou frisé, lapinières, exsudant. Le chou frisé et les autres membres de la famille des choux produisent des exsudats riches en soufre, sur lesquels certaines bactéries se développent. En contrepartie, ces bactéries transforment le phosphore en une forme facilement assimilable par les plantes.

Lorsque nous avons reçu les résultats du laboratoire, nous avons appris que notre chou kale s'en sortait plutôt bien. Bien que nous n'ayons utilisé aucun engrais synthétique contenant du phosphore, le niveau de notre chou frisé était similaire à la valeur de référence de l'USDA. Et, en termes de calcium et de zinc, notre chou avait deux fois plus que la valeur de référence et quatre fois la quantité d’acide folique.

La relation la plus intime qui existe dans de nombreux bazars biologiques est peut-être celle où certaines bactéries quittent la rhizosphère et se déplacent à l’intérieur des racines de leur plante hôte. Ces bactéries agissent comme le chimiste personnel d’une plante, convertissant l’azote de l’air en une forme utilisable par leur hôte. Des populations abondantes de ces bactéries captant l'azote peuvent libérer les jardiniers et les agriculteurs de l'achat d'engrais synthétiques.

Le sol est souvent considéré comme le endroit le plus diversifié de la planète sur la biodiversité. Une diversité de matières organiques et d'exsudats de plantes est le facteur le plus important pour la croissance et le maintien de la biodiversité des sols. Et cela compte beaucoup. Cultiver le sol vivant fournit aux plantes des jardins et des fermes un plan de santé intégré robuste et fiable.

Le monde botanique a réussi à tapisser les continents bien avant que les hommes n'existent. Lorsque nous avons exploité cette ancienne sagesse, nous avons découvert le terrain d’entente que nous partagions avec les premières plantes terrestres à deux faces. Comme Anne et moi, ils se sont retrouvés entourés de terre alors que ce dont ils avaient vraiment besoin, c'était de la terre. Les efforts du monde botanique pour améliorer leur sort dans la vie ont pris des millions d'années. Heureusement, nos efforts ont commencé à porter leurs fruits en un instant géologique. Grâce aux brouettes pleines de matière organique, à la fin des trois saisons de croissance, notre sol avait retrouvé toute sa vigueur et la transformation de notre terre morte en un sol fertile était bien engagée.

Changer notre sol a changé notre monde. Ajouter de la matière organique à des tonnes de carbone sous terre. Dans notre cas, nous avons commencé avec un pourcentage de carbone d'environ 1 que nous avons augmenté pour atteindre presque le pourcentage de 10 en un peu plus d'une décennie. Cela peut ne pas sembler être une grande différence, mais même les sols indigènes très fertiles contiennent rarement un pourcentage de carbone 10. Le carbone supplémentaire a amélioré la fertilité de notre sol et la qualité de notre chou frisé.

Aujourd'hui, notre jardin de plus ou moins 2,500 a des terrasses pour les arbres presque 30, des dizaines d'arbustes et de plantes vivaces à fleurs, ainsi que pour les légumes. À l’automne, le jardin est un spectre de couleurs allant des jaunes dorés aux oranges profondes, aux rouges et aux bordeaux. En été, nous nous relaxons sur la terrasse entourée du jardin. Et, bien sûr, nous avons un espace de travail pour stocker et mélanger la matière organique dans des paillis.

La régénération du sol pour changer le morceau de la planète où vous vivez est possible à plusieurs échelles. Ce peut être un jardin urbain comme le nôtre, un jardin sur le toit, un jardin communautaire ou une ferme en activité. Ajoutez ces efforts, et nous pourrons restaurer la fertilité dans les sols dégradés, éliminer la faim et extraire du carbone du ciel. Les agriculteurs peuvent se sevrer des produits agrochimiques et réduire considérablement leurs dépenses. Et nous pouvons tous profiter davantage de la vie dans les cours, les parcs urbains et les champs agricoles. Cultiver un sol vivant est une chose que n'importe qui peut faire pour changer le monde - de bas en haut.

Cet article a paru à l'origine sur OUI! Magazine

À propos des auteurs

Anne Biklé et David R. Montgomery ont écrit cet article pour The Dirt Issue, l'édition de printemps 2019 de YES! Magazine. Anne et David sont les auteurs de la trilogie sur la saleté ...Dirt: l'érosion des civilisations, La moitié cachée de la nature: les racines microbiennes de la vie et de la santé biologique et Cultiver une révolution: ramener notre sol à la vie.

Livres connexes

{amazonWS: searchindex = Livres; mots-clés = jardinage; maxresults = 3}

enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}