Pourquoi la promesse d'une médecine personnalisée n'est pas pour tout le monde

Pourquoi la promesse d'une médecine personnalisée n'est pas pour tout le monde
Les Afro-Américains sont sous-représentés dans les études à grande échelle sur la génétique et les neurosciences.
Wadi Lissa / Unsplash Daniel R. Weinberger, Johns Hopkins University

Votre traitement médical pourrait-il un jour être adapté à votre ADN? Telle est la promesse de la «médecine personnalisée», une approche individualisée qui a captivé l’imagination des médecins et des chercheurs au cours des dernières années. Ce concept est basé sur l'idée que de petites différences génétiques entre une personne et une autre peuvent être utilisées pour concevoir des traitements sur mesure pour des affections aussi diverses que le cancer et la schizophrénie.

En principe, le mot «personnalisé» ne signifie pas une personne mais pas une autre, bien que cela puisse ne pas être le cas. Les données de recherche génétique et médicale existantes sous-estiment manifestement certaines populations.

Exemple: le mois dernier, chercheurs publiés une étude surprenante sur les taux de suicide chez les jeunes. Les scientifiques ont longtemps cru que les jeunes Blancs avaient les taux de suicide les plus élevés. Mais, en examinant données des Centers for Disease Control and Prevention, ils ont constaté que les taux de suicide des enfants afro-américains de moins de 13 étaient deux fois plus élevés que ceux des Blancs.

Cette constatation a tourné les idées reçues depuis longtemps sur les déséquilibres raciaux dans la maladie mentale sur sa tête. Cela ne pourrait pas s’expliquer par les circonstances économiques, ce qui suggère que d’autres facteurs sont en jeu, peut-être même des facteurs génétiques. Le suicide est un acte personnel compliqué, mais la science a montré que les gènes jouent un rôle important.

Ce résultat inattendu peut avoir des implications pour la prévention et le traitement à base de gènes - autrement dit, la médecine personnalisée. Cependant, l'état actuel des recherches en génétique suggère que les Afro-Américains manqueront probablement à de nombreux avantages futurs potentiels de la médecine personnalisée.

En tant qu’auteur principal Jeffrey Bridge de la Hôpital national des enfants dans l'Ohio noté à le Washington Post, «La plupart des recherches précédentes concernaient en grande partie le suicide blanc. Nous ne savons donc même pas si les mêmes facteurs de risque et de protection s’appliquent à la jeunesse noire. »

Peu d'experts ont étudié les causes génétiques possibles du suicide afro-américain, en se concentrant plutôt sur des raisons environnementales et sociales.

Bien que la plupart des maladies mentales, telles que la dépression, soient diagnostiquées pour la première fois à l’âge adulte, elles ont leurs origines au tout début de leur développement, car les gènes et l’environnement interagissent pour façonner le cerveau du fœtus en croissance. Par exemple, mes collègues et moi publié une étude en mai montrant que les gènes et les problèmes de grossesse se combinent pour augmenter le risque de schizophrénie.

Cela devrait susciter une certaine inquiétude, car les femmes afro-américaines présentent des taux de complications de grossesse beaucoup plus élevés. Les nourrissons noirs meurent à deux fois plus que les bébés blancs. Encore une fois, cela ne s'explique pas par des raisons socioéconomiques.

En bref, un taux plus élevé de problèmes de grossesse accroît probablement le risque de développer une maladie mentale chez les Afro-Américains, ce qui pourrait expliquer l'augmentation notable du taux de suicides. Des données génétiques supplémentaires sur cette population pourraient potentiellement éclairer le problème.

Pour mieux comprendre les gènes qui augmentent le risque de maladie mentale, les chercheurs étudient le cerveau des personnes décédées. Ils examinent comment les différences génétiques auraient pu entraîner des changements dans le cerveau des personnes ayant développé ces affections. C'est l'un des meilleurs moyens de comprendre tout trouble cérébral au niveau biologique.

Mais les Afro-Américains sont sous-représentés dans les études à grande échelle sur la génétique et les neurosciences. Une analyse 2009 a révélé que 96 pour cent des participants aux grandes études génétiques étaient d’ascendance européenne. Lorsque les chercheurs ont examiné la question il y a quelques années, ils ont trouvé que la proportion de personnes d'ascendance africaine dans ces études n'avait augmenté que de 2.5 pour cent. De même, les études sur les cerveaux afro-américains sont presque inexistantes.

Pourquoi le faible taux de participation? Une des raisons est que les chercheurs privilégient des populations génétiquement plus homogènes pour assurer la précision d'une étude. Les personnes d'ascendance européenne sont plus semblable génétiquement que sont les Afro-Américains.

Certains experts ont posé que les Afro-Américains sont moins susceptibles de participer à des études génétiques en raison d'un manque de confiance avec la communauté médicale.

À l'Institut Lieber pour le développement du cerveau, où je travaille, les gens peuvent faire don des cerveaux des membres de la famille qui souhaitent contribuer à la recherche scientifique. Nous avons le la plus grande collection de cerveaux afro-américains donnés pour étudier la maladie mentale, bien qu’il soit relativement petit par rapport à la disponibilité des cerveaux de race blanche. D'après notre expérience, le taux de dons des familles afro-américaines est comparable à celui des familles blanches, ce qui suggère que le manque de confiance pourrait ne pas être aussi répandu qu'on le croyait.

Sans études centrées sur le cerveau afro-américain, les scientifiques auront du mal à comprendre en quoi tout risque génétique unique possible dans la population afro-américaine se traduit par la prévention et le traitement de pratiquement tous les troubles du cerveau, y compris le suicide.

La ConversationLes chercheurs doivent investir dans la correction de cette lacune avant que le train de médicaments personnalisés ne soit trop éloigné du centre-ville pour que la communauté afro-américaine ne puisse pas le suivre.

A propos de l'auteur

Daniel R. Weinberger, directeur de l'Institut Lieber pour le développement du cerveau et professeur, départements de psychiatrie, de neurologie, de neurosciences et de l'Institut de médecine génétique, Johns Hopkins University

Cet article a été publié initialement le La Conversation. Lis le article original.

Livres de cet auteur

{amazonWS: searchindex = Livres; keywords = Daniel R. Weinberger; maxresults = 3}