Pourquoi vider de la marijuana pourrait être trop pour les débutants

Pourquoi vider de la marijuana pourrait être trop pour les débutants

Voter de la marijuana au lieu de fumer à dose égale augmente l'anxiété à court terme, la paranoïa, la perte de mémoire et la distraction, suggère une petite étude sur des utilisateurs peu fréquents.

Les résultats, décrits dans le journal Réseau JAMA ouvert, soulignent l’importance de la dose pour la perception selon laquelle le vapotage est une alternative plus sûre au tabac à fumer, selon les chercheurs.

Les dispositifs de vaporisation chauffent le cannabis à une température à laquelle les composés altérant l'esprit de la plante sont libérés sous forme de vapeur que l'utilisateur inspire. La consommation de cannabis et de tabac est considérée comme plus sûre à certains égards, car elle ne produit pas beaucoup des composants nocifs des matériaux en combustion, tels que le goudron et d'autres agents cancérigènes.

Mais l'étude suggère que, du moins pour les novices ou pour ceux qui n'utilisent pas de cannabis régulièrement, le vapotage fournit de plus grandes quantités de THC, ce qui augmente le risque d'effets indésirables, selon les chercheurs.

«Notre étude suggère que certaines personnes qui utilisent du cannabis doivent rarement faire attention à la quantité de cannabis qu'elles utilisent avec un vaporisateur», déclare Ryan Vandrey, professeur agrégé de psychiatrie et de sciences du comportement à la Johns Hopkins School of Medicine. «Ils ne doivent pas conduire, même dans les heures qui suivent l'utilisation. Cela pourrait être dangereux pour eux-mêmes et pour les autres, et en plus de cela, ils pourraient subir des effets négatifs tels que anxiété, nausée, vomissements et même hallucinations. "

Doses mystère

Les chercheurs ont choisi des participants volontaires à 17 qui n'avaient pas consommé de cannabis au cours des derniers jours et qui, en moyenne, n'avaient jamais consommé de cannabis depuis plus d'un an.

Dans un cadre contrôlé, chaque participant fume ou vaporise du cannabis contenant 0, 10 ou 25 milligrammes de THC, l’ingrédient actif du cannabis qui procure un niveau élevé de visites, une fois par semaine pendant six semaines. Les chercheurs disent que le 25 milligrammes de THC est une dose relativement faible, bien inférieure à celle que l'on trouve généralement dans les joints de cannabis pré-roulés destinés à la vente dans les dispensaires où le cannabis est légal.

Les participants ont soit fumé des tuyaux préchargés, soit inhalé de la vapeur provenant d’un vaporisateur. Ni les participants ni les chercheurs ne connaissaient les doses de THC délivrées au cours d'une session de test donnée.

Au cours de chaque session, l’équipe de recherche a observé et évalué les effets du médicament chez les sujets testés, y compris les effets indésirables. Ils ont également mesuré des signes vitaux tels que la fréquence cardiaque et la pression artérielle et ont prélevé des échantillons de sang pendant huit heures.

Chaque participant a également rempli le questionnaire sur les effets des médicaments - évaluant les effets auto-déclarés des médicaments sur la base d'un score de 100 - peu de temps après avoir fumé et toutes les heures pendant huit heures plus tard. L'enquête a évalué l'effet global du médicament; se sentir malade, anxieux, affamé, somnolent et agité; et avoir des battements de cœur, une bouche sèche, des yeux secs, des troubles de la mémoire et la toux.

Les résultats ont montré que quelques minutes après avoir fumé, ceux qui avaient vaporisé le dosage de 25-milligrammes de THC ont signalé une moyenne de 77.5 sur la force globale de l'effet du médicament, ce qui signifie à quel point ils se sentaient, par rapport à une moyenne de 66.4 rapportée par ceux qui ont fumé même dose. Les participants qui ont vapoté des milligrammes de THC 25 ont rapporté un score 7 supérieur en moyenne plus élevé pour l'anxiété et la paranoïa. Ceux qui ont vaporisé une dose de THC ont également signalé des niveaux plus élevés de bouche et de sécheresse oculaires que ceux qui l'ont fumé.

Ensuite, les chercheurs ont comparé les effets du vapotage au tabagisme sur les participants à la tâche informatisée d'attention divisée, qui obligeait les participants à suivre un carré sur un écran d'ordinateur tout en surveillant les numéros dans chaque coin de l'écran. La précision diminue beaucoup plus lorsque 10 ou 25 milligrammes de THC est vaporisé que lorsque vous fumez l’une ou l’autre des doses.

«Nos participants avaient beaucoup moins de mal à accomplir les tâches entre vapoter et fumer la même dose, ce qui, dans le monde réel, se traduit par une déficience plus fonctionnelle dans la conduite ou l'exécution de tâches quotidiennes», déclare Tory Spindle, chercheur à l'unité de recherche en pharmacologie comportementale. au centre médical Johns Hopkins Bayview.

Effets à long terme?

Les chercheurs ont noté qu'ils ne pouvaient détecter le THC dans des échantillons de sang que quatre heures après avoir consommé, même si les participants ont signalé que les effets du médicament avaient duré cinq ou six heures. Les chercheurs disent que cela suggère que les tests sanguins ne sont pas un moyen précis de savoir si une personne est haute ou peut-être sous l'influence.

Vandrey met en garde que l'étude ne concerne qu'un petit nombre de jeunes adultes et ne dure que six semaines. «Nous n’avons toujours pas examiné de manière exhaustive les effets à long terme de l’inhalation de vapeurs, comme par exemple s’il existe un risque de bronchite chronique, et il reste encore beaucoup à faire sur ce front», a-t-il déclaré.

Il est important de noter que ces effets ont été observés chez des personnes qui ne consomment pas très souvent de cannabis et que cette extension pourrait ne pas s'étendre à ceux qui en font de manière routinière. ils peuvent avoir développé une tolérance à ces effets et peuvent également être mieux en mesure de réguler leur dose.

Au cours des dernières années, le Canada et plusieurs États américains, dont Washington, la Californie, le Colorado et le Massachusetts, ont légalisé le cannabis à des fins récréatives. Trente-deux États ont rendu le cannabis disponible avec une ordonnance médicale, y compris le Maryland, où la recherche a eu lieu.

Les autres membres de l'équipe de recherche étaient Johns Hopkins, RTI International et la Administration des services de traitement de la toxicomanie et de la santé mentale. SAMHSA a financé la recherche.

La source: Johns Hopkins University

Livres connexes

{amazonWS: searchindex = Livres; mots-clés = effets de vapotage; maxresults = 3}