Comment les préjugés poussent les personnes à faible revenu à suivre un régime alimentaire malsain

Comment les préjugés poussent les personnes à faible revenu à suivre un régime alimentaire malsain

À mesure que les consommateurs sont de plus en plus insatisfaits des systèmes alimentaires conventionnels à grande échelle, ils cherchent des moyens de se reconnecter avec leur nourriture. Pour les riches, cela se traduit par un tournant vers ce que nous appelons le «système alimentaire alternatif».

Mes recherches approfondies dans l'insécurité alimentaire en Amérique du Nord examine l'inégalité inhérente à cette tendance. Il souligne que seules les personnes qui peuvent se permettre de «voter avec leurs fourches» sont en mesure de soutenir ce système alimentaire émergent, qui est considéré comme plus éthique, plus durable et plus transparent.

Ma recherche discute également des options pour lisser le l'inégalité dans le mouvement de la nourriture alternative, et atterrit sur le changement de politique comme une solution majeure.

Avant de lever les bras en l'air, affirmant que le changement de politique est un défi que quelqu'un d'autre devrait relever, je vous invite à lire plus loin, car j'ai également mis au jour des problèmes majeurs liés à nos attitudes sociétales. C’est ce que vous et moi devons explorer - et aborder directement - si nous avons le moindre espoir de mettre en œuvre les changements de politique nécessaires.

Les personnes à faible revenu injustement stéréotypées

Mes entrevues ont révélé que les détaillants d'aliments de remplacement n'étaient pas conscients des préoccupations des Canadiens à faible revenu confrontés à l'insécurité alimentaire. Lorsqu'on leur a demandé s'il était possible d'élargir l'accès à cette population, il n'était pas rare d'entendre des réponses comme: «Nous n'y pensons vraiment pas beaucoup. Nous n'aidons pas beaucoup les gens. "

C'est peut-être compréhensible, étant donné que les détaillants se concentrent sur le soutien aux petits agriculteurs. Cependant, dans les conversations suscitées par la publication de cette recherche, je me suis rendu compte que les Canadiens de tous les jours sont également inconscients de l'insécurité alimentaire causée par la pauvreté qui touche un ménage sur huit au Canada. Pire encore, cette ignorance alimente un discours sociétal plus large: celui qui considère négativement les personnes vivant dans la pauvreté.

D'autres chercheurs ont constaté que, lorsqu'il est question de nourriture, les personnes de faible statut socioéconomique sont censées avoir moins de compétences alimentaires, moins de connaissances sur la nourriture et moins de désir d'aliments nutritifs. Ces hypothèses sont invalides, mais envahissant.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


J'ai entendu des participants dire des choses comme: «Beaucoup de personnes à faible revenu sont habituées aux aliments hautement transformés ... et peuvent ne pas acheter frais ou local si c'était moins cher.» Ou: «Ils n'ont pas fait le lien ... que la nourriture est entrer dans mon corps, et c'est la chose la plus importante que je puisse faire pour ma propre santé. "Ces opinions sont basées sur peu ou pas de preuves.

Hypothèses de déballage

Il est important de se rappeler que l'accès à la nourriture est le produit de trois facteurs distincts: physique, économique et informationnel. Fait intéressant, cependant, nous avons tendance à négliger les deux premiers - notre proximité à une alimentation saine, et notre capacité à se le permettre. Au lieu de cela, nous blâmons l'individu, caractérisant quelqu'un qui ne fait pas de «bons» choix alimentaires comme non informés.

Un bon exemple vient d'un de mes participants qui pensait que si les consommateurs de la classe moyenne, s'ils sont éduqués, n'achètent pas toujours sa nourriture, pourquoi les personnes à faible revenu, «moins éduquées»? Problématique, sa réponse confond le faible revenu avec un faible niveau d'éducation. De plus, cela perpétue l'idée que l'accès à la nourriture n'est qu'une question de choix. Rappelez-vous, les obstacles physiques et économiques à l'accès à une alimentation saine sont immenses, et ce n'est pas la faute d'un individu.

J'ai aussi entendu: «Ils ne savent pas comment gérer les légumes frais jour après jour», ce qui reflète une fois de plus la perception selon laquelle les consommateurs à faible revenu constituent un groupe homogène, moins bien informé que quiconque ayant un revenu plus élevé. . En fait, de nombreux Canadiens ne savent pas comment préparer des légumes frais jour après jour. Les acheteurs riches, cependant, peuvent dissimuler leur manque de compétences culinaires en mangeant dehors ou en achetant des nourritures préparées.

'À quoi bon?'

Beaucoup dans la société ont demandé avec condescendance «quel est le point» de cette recherche, utilisant des généralisations fatiguées que les «pauvres» sont habitués aux dons de banque alimentaire, et qu'ils ne voudraient pas de nourriture saine si elle leur était donnée.

Comme je discute dans mon recherche, les changements de politiques sont indispensables pour briser ces hiérarchies du système alimentaire. Cependant, il est important de reconnaître que les espaces commerciaux (que ce soit les marchés, les magasins ou les magasins) sont façonnés par les systèmes politiques et les contextes socioculturels dans lesquels ils existent.

Tant que les attitudes socialement construites perpétuent des stéréotypes oppressifs sur «ce que veulent les personnes à faible revenu», nous ne pouvons pas travailler à l'élimination des inégalités dans le système alimentaire.

Des changements de politiques sont nécessaires pour rendre les aliments sains abordables (sans mettre les agriculteurs en faillite) et pour permettre à tous les Canadiens de se les permettre. Mais un tel changement de politique nécessite un changement dans les attitudes sociétales, où les Canadiens exigent que la nourriture soit un droit.

Je n'envisage pas un avenir où tout le monde achètera des lots de chou biologique biologique 5 et se débarrassera de Kraft Dinner. Au lieu de cela, je plaide pour une agence de consommateurs en matière d'accès à la nourriture. Avec plus d'agence et de capacité, les Canadiens peuvent acheter ce qu'ils veulent: des tomates anciennes ou de la soupe aux tomates en conserve. C'est une question de choix.

La ConversationSi nous voulons que tous les Canadiens aient accès à une nourriture nutritive culturellement appropriée, nous devons déconstruire ces hypothèses négatives, accroître notre empathie collective et plaider en faveur de la justice alimentaire afin que chacun puisse choisir les aliments qu'il préfère dans un pays qui déborde avec abondance.

A propos de l'auteur

Kelly J Hodgins, Coordinateur: Nourrir 9 Billion à l'Arrell Food Institute, Université de Guelph

Cet article a été publié initialement le La Conversation. Lis le article original.

Livres connexes:

{amazonWS: searchindex = Livres; mots-clés = livre de recettes pour une alimentation saine; maxresults = 3}

enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}