À quoi ressemble une alimentation saine pour moi et pour la planète?

À quoi ressemble une alimentation saine pour moi et pour la planète? Africa Studio / Shutterstock

Je veux que les gens pensent à la nourriture qu'ils mangent non seulement du «champ à l'assiette» mais de la «semence à l'âme». J'ai étudié comment rendre l'approvisionnement alimentaire mondial durable depuis plus de 30 ans, alors les gens me demandent souvent quel est le meilleur régime alimentaire de la planète. Le problème est que la plupart des gens veulent des réponses faciles à cette question. Malheureusement, il n'y en a pas.

Par exemple, j'ai souvent pensé à devenir végétarien pour des raisons éthiques et environnementales. Mais je ne voudrais pas manger de soja ou d'autres denrées alimentaires importées de l'autre côté du monde en raison des émissions de carbone impliquées dans leur transport. Et si nous voulons reconnaître le dilemme éthique de manger des animaux, qu'en est-il des animaux dans le sol? Pourquoi écraser, trancher et couper en dés les mini-bêtes dans les opérations agricoles, mais pas pour les grosses bêtes? Lorsque je poursuis ces arguments jusqu'à leurs conclusions complètes, je me retrouve comme un fruitarien biologique, tempéré - ne mangeant que des fruits cultivés près de chez eux, sans utiliser de pesticides.

Quand il s'agit de trouver une alimentation durable, il existe de nombreuses contradictions. Un concept tel que miles alimentaires peut être utile pour déterminer les émissions de carbone impliquées dans l'apport de certains aliments dans votre assiette. C'est simple à comprendre - mais il est également susceptible d'être vide de sens. Après tout, il ne s'agit pas seulement de savoir jusqu'où quelque chose a voyagé, mais aussi du coût environnemental de ce voyage et de la façon dont il a été produit à l'origine.

On peut soutenir que l'agneau de Nouvelle-Zélande consommé au Royaume-Uni a moins d'impact sur l'environnement que l'agneau produit localement. La production d'agneau de Nouvelle-Zélande implique moins d'intrants «riches» en carbone tels que les engrais. Il existe également un système de transport très efficace en Nouvelle-Zélande qui repose sur de plus grandes exploitations et de plus gros camions - produisant et transportant plus de viande avec moins de terres et moins d'émissions. Cela se traduit par moins de gaz à effet de serre par kilogramme de viande.

À quoi ressemble une alimentation saine pour moi et pour la planète? L'agneau de Nouvelle-Zélande est exporté dans le monde entier. Klanarong Chitmung / Shutterstock

Mais ce n'est pas parce que les choses sont compliquées que nous devons abandonner. Il est clair que notre santé et la planète en bénéficieraient si les gens mangeaient plus de fruits et légumes et moins de viande. Manger des produits de saison, ou des aliments frais des champs, est également une bonne idée, en particulier car il reconnecte les gens avec la nourriture et la terre dans laquelle elle est produite. Cela nous oblige à comprendre la réalité selon laquelle différentes cultures sont produites à différents moments de l'année. Les fraises sont une célébration de l'été, les légumes verts du printemps.

Mais à quoi ressemble un régime saisonnier pour une personne vivant dans un climat tempéré comme le Royaume-Uni? Avec l'aide de la technologie, nous pouvons cultiver de nombreuses cultures exotiques au Royaume-Uni qui périraient autrement sous le climat. Le problème est qu'une grande partie de cela implique une technologie qui consomme du carbone, comme des serres chauffées au gaz ou de vastes champs de polytunnels en plastique.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


À quoi ressemblerait notre alimentation si nous cultivions toute notre nourriture dans les saisons naturelles et le climat de notre région?

Dates du dîner

L'été est génial car nous pouvons nous régaler d'une large gamme de fruits et légumes. Il est plus facile pendant cette saison de suivre les conseils de santé pour manger l'arc-en-ciel. C'est-à-dire, pour manger le plus large éventail possible de fruits et légumes colorés. L'été britannique offre des fraises, des radis, des tomates et des bleuets.

Il y a des salades et des puddings d'été à déguster pour une injection d'autres couleurs, en particulier le vert. Si les gens sont intelligents, de nombreuses cultures peuvent être préservées pour l'hiver à venir. Ironiquement, pendant l'été, quand une grande partie de nos produits naturels est abondante, le Royaume-Uni importe toujours une grande partie de sa nourriture.

Alors que nous entrons dans l'automne, à moins que les cultures ne soient protégées en les cultivant à l'intérieur d'une serre ou d'un polytunnel, de nombreuses denrées alimentaires plus délicates commencent à dépérir. Nous devenons de plus en plus dépendants de racines comme la betterave rouge, la carotte, la pomme de terre, le daim et le panais, et les brassicacées feuillues comme le chou de Bruxelles, le chou, le chou-fleur et le chou frisé. Bien sûr, il y a d'autres ingrédients - n'oublions pas les poireaux et la bette à carde - mais c'est le moment de se pencher et d'embrasser ce que les Scandinaves appellent «hygge». Être confortable et confortable avec des ragoûts, des soupes et des bouillons.

À quoi ressemble une alimentation saine pour moi et pour la planète? Automne - un temps pour les légumes-racines et les brassicas. Arnaldo Aldana / Unsplash, CC BY

Les choses deviennent plus austères à mesure que l'hiver progresse. C'est une des raisons pour lesquelles nos ancêtres organisaient des fêtes de mi-hiver autour de Noël et du solstice d'hiver. Les nuits étaient longues, il fallait une fête pour oublier l'hiver et attendre le printemps avec impatience. Même à la fin de février et de mars, lorsque nous commençons à penser au printemps, il y a un problème caché - l'écart de la faim. C'est à ce moment que les cultures d'automne qui ont survécu à l'hiver commencent à mourir et que les cultures de printemps sont encore à venir.

De petites choses comme le brocoli à germes violets - également connu sous le nom d'asperges des pauvres - peuvent offrir un certain réconfort car elles sont prêtes à manger en hiver. Bien sûr, nous pouvons également conserver les aliments d'une saison à l'autre, mais cela nécessite de l'énergie. Il existe des compétences traditionnelles qui nécessitent moins d'énergie, mais qui demandent en même temps des connaissances et du temps de plus en plus rares.

Par exemple, combien de personnes embouteillent leurs surplus de fruits et légumes ou d'œufs au vinaigre? La consommation de produits saisonniers locaux en grande quantité tout au long de l'année entraînera la restructuration des systèmes de production alimentaire et des chaînes d'approvisionnement traditionnels. Ceux-ci ont été décimés par la concentration de l'approvisionnement alimentaire entre les mains de moins en moins de détaillants et de traiteurs. L'hiver mettrait à l'épreuve notre capacité à préserver la générosité de l'été et de l'automne, mais le printemps nous soulagerait avec les artichauts, les betteraves, les pommes de terre nouvelles, la rhubarbe, la roquette, l'oseille et les épinards. Après cela, le cycle recommence.

Comme je l'ai dit, un approvisionnement alimentaire vraiment durable ne sera pas simple. Il s'agit en grande partie de faire revivre les connaissances et les processus culturels que les chaînes de supermarchés commerciaux ont remplacées. Mais les récompenses d'un approvisionnement alimentaire local et saisonnier sont excellentes pour la nature et votre santé. Renouer avec la terre et ses rythmes saisonniers pourrait nous faire beaucoup de bien.

A propos de l'auteur

Sean Beer, maître de conférences en agriculture, Université de Bournemouth

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

Livres connexes

Drawdown: Le plan le plus complet jamais proposé pour inverser le réchauffement climatique

par Paul Hawken et Tom Steyer
9780143130444Face à la peur et à l'apathie généralisées, une coalition internationale de chercheurs, de professionnels et de scientifiques s'est réunie pour proposer un ensemble de solutions réalistes et audacieuses au changement climatique. Une centaine de techniques et de pratiques sont décrites ici - certaines sont bien connues; certains dont vous n'avez peut-être jamais entendu parler. Elles vont de l’énergie propre à l’éducation des filles dans les pays à faible revenu, en passant par les pratiques d’utilisation des sols qui extraient le carbone de l’air. Les solutions existent, sont économiquement viables et les communautés du monde entier les appliquent actuellement avec compétence et détermination. Disponible sur Amazon

Concevoir des solutions climatiques: un guide de politique pour l'énergie à faible teneur en carbone

par Hal Harvey, Robbie Orvis et Jeffrey Rissman
1610919564Avec les effets du changement climatique déjà sur nous, la nécessité de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre n’est rien de moins qu’une urgence. C'est un défi de taille, mais les technologies et les stratégies pour le relever existent aujourd'hui. Un petit ensemble de politiques énergétiques, bien conçues et bien mises en œuvre, peut nous mettre sur la voie d'un avenir sobre en carbone. Les systèmes énergétiques étant vastes et complexes, la politique énergétique doit être ciblée et rentable. Les approches uniques ne peuvent tout simplement pas être remplies. Les décideurs ont besoin d’une ressource claire et complète qui décrit les politiques énergétiques qui auront le plus grand impact sur notre climat futur et décrit comment bien concevoir ces politiques. Disponible sur Amazon

Cela change tout: Capitalisme contre le climat

par Naomi Klein
1451697392In Cela change tout Naomi Klein affirme que le changement climatique n'est pas simplement un autre problème à régler soigneusement entre impôts et soins de santé. C'est une alarme qui nous appelle à réparer un système économique qui nous fait déjà défaut à bien des égards. Klein explique méticuleusement que la réduction massive de nos émissions de gaz à effet de serre est notre meilleure chance de réduire simultanément les inégalités, de ré-imaginer nos démocraties brisées et de reconstruire nos économies locales dévastées. Elle expose le désespoir idéologique des négateurs du changement climatique, les illusions messianiques des futurs géo-ingénieurs et le tragique défaitisme de trop nombreuses initiatives vertes traditionnelles. Et elle montre précisément pourquoi le marché n'a pas - et ne peut pas - résoudre la crise climatique, mais aggravera la situation, avec des méthodes d'extraction de plus en plus extrêmes et écologiques, accompagnées d'un capitalisme catastrophique. Disponible sur Amazon

De l'éditeur:
Les achats sur Amazon vont couvrir les frais de transport. InnerSelf.comelf.com, MightyNatural.com, et ClimateImpactNews.com sans frais et sans annonceurs qui suivent vos habitudes de navigation. Même si vous cliquez sur un lien mais n'achetez pas ces produits sélectionnés, tout ce que vous achèterez lors de cette même visite sur Amazon nous rapportera une petite commission. Il n'y a pas de coût supplémentaire pour vous, alors contribuez à l'effort. Vous pouvez également utiliser ce lien d’utiliser Amazon à tout moment pour vous aider à soutenir nos efforts.