Pourquoi les minutes 30 de Nature par jour sont-elles si bénéfiques pour la santé?

Pourquoi les minutes 30 de Nature par jour sont-elles si bénéfiques pour la santé?

La science montre comment l'immersion dans la nature accélère la guérison et agit comme un antidote à de nombreux maux.

Au cours de l'une des périodes les plus difficiles de ma vie, lorsque mon mariage prenait fin, je m'aventurais quotidiennement dans la zone boisée proche de notre maison et emmenais le chien de la famille pour une longue promenade. En parcourant les sinueuses routes de pompiers, j’ai eu l’espace nécessaire pour réfléchir à ma situation actuelle et aux perspectives à venir.

Avoir le chien comme compagnon était un avantage supplémentaire.

Au cours de cette période difficile, la nature m'a soulagé du stress d'une transition de vie majeure. L'exercice, combiné au beau paysage et à la compagnie de mon chien, était ma dose quotidienne de confort apaisant. Regarder les anciens séquoias m'a rappelé les nombreuses tempêtes et changements auxquels ils ont été confrontés au cours de leur vie. Voir un faucon à queue rouge s'élever au-dessus m'a permis de réfléchir à la nécessité d'une «vue à vol d'oiseau» pour avoir une perspective plus large de ma propre situation. En voyant la végétation, les fourmis, les papillons et les écureuils, je me suis rendu compte que la vie évolue constamment et s’adapte avec le temps. Parfois, j'appellerais un ami. Entendre leur voix et leur soutien dans la sérénité d'un environnement naturel m'a également donné la force de progresser dans cette période difficile.

Quelques années plus tard, j'apprécie le pouvoir de guérison de mes promenades dans la nature. Le désert m'a donné un lieu de réflexion, de discernement, de planification et d'évacuation du stress des changements personnels en cours. Prendre le temps de m'arrêter et de regarder de près les insectes, les fleurs, les rochers et les feuilles a rajeuni mon esprit et m'a redonné l'appréciation de la façon dont la vie se développe constamment autour de nous. Même au cours des années suivantes, alors que je m'adaptais à mon nouveau statut, être dans la nature me procurait une base constante que je chérissais encore à ce jour. Un ami qui venait également de divorcer a déclaré qu'il s'était pris l'habitude de s'acheter des fleurs pour apporter de la beauté à son nouvel environnement.

J'ai bien accueilli le rituel hebdomadaire, que je maintiens toujours, consistant à avoir des fleurs fraîches pour célébrer la nature.

Guérir les impacts de la nature

La nature sert de refuge pour inspirer, réfléchir et guérir. Des études révèlent que le fait d'être dans la nature a un effet positif puissant sur l'esprit, le corps et l'esprit. Les statistiques sur les avantages pour la santé des enfants de la nature sont remarquables et, à bien des égards, sans surprise. Les activités de plein air améliorent la condition physique, augmentent les niveaux de vitamine D et améliorent la vision de loin; être dans la nature réduit les symptômes du TDAH; Les écoles proposant des programmes d'éducation en plein air aident les élèves à obtenir des résultats supérieurs aux tests standardisés et à améliorer leur esprit critique. La nature réduit également les niveaux de stress et améliore les interactions sociales entre les enfants.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Ces avantages se traduisent également pour les adultes. Chez les adultes, des études montrent que le fait d’être dans la nature accélèrera le processus de rétablissement de la santé, réduira la pression artérielle et réduira le risque de cancer, tout en soulevant l’esprit des gens. Dans une étude classique réalisée dans un hôpital de banlieue de Pennsylvanie entre 1972 et 1981, les patients qui avaient une vue des arbres à feuilles caduques guérissaient de la chirurgie beaucoup plus rapidement que ceux qui observaient un mur de briques. Les patients ayant une vue sur la nature ont également reçu moins d’évaluations négatives de la part de leurs infirmières et ont pris moins d’injections de douleur. L'hypertension artérielle, qui touche un Américain sur trois, coûte aux États-Unis plus d'un milliard de dollars par an. Une étude récente montre toutefois que les adultes peuvent réduire leur tension artérielle en passant simplement quelques minutes 48 ou plus par semaine à marcher dans un parc. Dans une étude sur le lien entre la nature et le cancer, les personnes qui se promenaient dans la nature pendant deux jours consécutifs présentaient une augmentation de leurs cellules de lutte contre le cancer, appelées cellules NK, de 30% et une augmentation de l'activité de ces cellules. cellules par 50 pour cent. De plus, l'activité des cellules est restée élevée pendant un mois. Ces études mettent en évidence les nombreuses manières dont le simple fait de passer du temps en extérieur nous sera bénéfique psychologiquement et physiquement.

Certaines des recherches les plus intéressantes sur le lien entre la santé et la nature viennent du Japon. Marcher et passer du temps dans les forêts, appelées shinrin-yoku, ou la baignade en forêt, est une forme populaire de soins de santé préventifs au Japon. Des études démontrent maintenant les avantages pour la santé de passer du temps en forêt. Yoshifumi Miyazaki, de l'Université Chiba, au Japon, a découvert qu'aller faire une promenade d'une minute 40 dans une forêt de cèdres abaissait le niveau de cortisol, une hormone du stress, ainsi que la pression artérielle et soutenait le système immunitaire davantage qu'une promenade semblable à l'intérieur d'une minute 40. dans un laboratoire. Qing Li de la Nippon Medical School de Tokyo a montré que les arbres et les plantes émettaient des composés appelés phytoncides qui, une fois inhalés, procurent des avantages thérapeutiques similaires à ceux de l'aromathérapie. Les phytoncides modifient également la composition du sang, ce qui a un impact sur notre protection contre le cancer, renforce notre système immunitaire et abaisse notre tension artérielle.

Faire l'expérience de la nature réduit non seulement le stress, mais améliore également nos capacités cognitives. Gregory Bratman de l’Université de Stanford et ses collègues ont enrôlé des participants 60 répartis en deux groupes au hasard: le premier groupe a fait une promenade «nature» minute 50 entourée d’arbres et de végétation, et le second groupe a voie de circulation. Les marcheurs de la nature ont montré des avantages cognitifs, notamment une augmentation des performances de la mémoire de travail, «une diminution de l'anxiété, de la rumination et de l'affect négatif et la préservation de l'affect positif».

Dans une étude ultérieure, Bratman a étudié les mécanismes neurologiques liés à la présence dans la nature en mesurant la partie du cerveau (cortex préfrontal sous-sexuel) activée par la couvaison. Notre tendance à la couvée, qualifiée de «rumination morbide» par les chercheurs en sciences cognitives, nous oblige souvent à nous concentrer sur les aspects négatifs de notre vie et peut conduire à l’anxiété et à la dépression. Bratman et ses collègues ont constaté que les participants qui marchaient dans la partie boisée et calme du campus avaient une activité plus faible dans la partie de leur cerveau en couvée que ceux qui marchaient près de la route très fréquentée.

Les avantages psychologiques d'être dans la nature sont également affectés par la biodiversité de l'environnement naturel. Alors que les villes conçoivent des espaces verts urbains, l'intégration d'une végétation et d'une faune diversifiées améliore la santé et le bien-être des citadins. Une étude menée à Sheffield, au Royaume-Uni, a étudié les effets de différents types d'habitat tels que la plantation d'agrément, les prairies tondues, les prairies non défrichées, les broussailles et les terres boisées, et a surveillé les espèces de papillons et d'oiseaux dans ces zones. Les participants ont montré une amélioration du bien-être psychologique dans des habitats présentant une plus grande diversité d'espèces. Comme le font remarquer le chercheur Richard Fuller et ses collègues, «le degré d'avantage psychologique était positivement corrélé à la richesse en espèces des plantes et, dans une moindre mesure, aux oiseaux, deux taxons pour lesquels la richesse perçue correspondait à la richesse échantillonnée». Le simple fait de fournir des espaces verts ne tient pas compte du fait que leur contribution à la santé humaine et à la biodiversité peut varier considérablement. La prise en compte de la qualité de cet espace peut garantir qu'il remplit plusieurs objectifs: renforcer la biodiversité, fournir des services écosystémiques (Arnold & Gibbons 1996), créer des opportunités de contact avec la nature (Miller 2005) et améliorer le bien-être psychologique ». L'étude de Fuller suggère que la biodiversité dans un habitat affecte notre bien-être - plus la diversité des espèces est importante, plus l'impact positif sur notre santé est grand.

Alors que les preuves scientifiques démontrent que nous plonger dans la nature améliore notre santé et notre bien-être, la question qui se pose est de savoir pourquoi. Les deux théories les plus courantes qui expliquent ce phénomène sont la théorie psycho-évolutive et la théorie de la restauration de l'attention. La théorie psycho-évolutionnaire se concentre sur la capacité humaine à avoir des «réactions intrinsèques positives aux environnements naturels». En substance, notre lien positif avec la nature, y compris un stress faible et une bonne humeur, a naturellement évolué dans le cadre du développement de notre espèce au cours des millénaires. Cette théorie explique la capacité de la nature à améliorer notre bien-être, mais n'aborde pas l'impact cognitif de la nature sur notre cerveau. Pour cet aspect, nous nous tournons vers la théorie de la restauration de l'attention.

La théorie de la restauration de l'attention examine les deux principaux types d'attention que l'homme utilise: l'attention dirigée et l'attention non dirigée. Une attention ciblée nous oblige à nous concentrer sur une tâche spécifique et à bloquer toute distraction susceptible de l’interférer. Par exemple, lorsque nous travaillons sur un problème mathématique, ou que nous prenons la peine de lire un passage littéraire ou d'assembler ou de réparer un objet mécanique complexe, notre cerveau est totalement dédié à la tâche à accomplir, nécessitant toute notre attention. Une fois la tâche terminée, nous nous sentons souvent fatigués mentalement ou épuisés. À l’inverse, lorsque nous sommes à l’extérieur, nous pouvons apprécier d’observer des motifs ou un coucher de soleil, des nuages, des fleurs, des feuilles ou une belle prairie, qui attirent notre attention. Utiliser nos sens pour toucher, voir ou sentir dans des environnements naturels ne nécessite pas une approche de résolution de problème spécifique à une tâche. Au lieu de cela, nous pouvons profiter de notre expérience dans la nature et être rajeuni en admirant les images et les sons à un rythme détendu. L'attention non dirigée est facile à invoquer et à maintenir et conduit à une réduction du stress et de l'anxiété.

Qu'en est-il de l'expérience des pouvoirs de guérison de la nature grâce à la technologie? Est-ce aussi efficace que d'être dans la vraie affaire? Des études montrent que lorsque les travailleurs ont le choix entre un poste de travail sans fenêtre et un écran de télévision naturel à écran plasma, ils préfèrent l’option plasma. Cette option a amélioré leur bien-être et leurs capacités cognitives. Cependant, une autre étude a révélé que les participants qui avaient une vue de la nature à travers une fenêtre avaient un sentiment de bien-être plus grand que ceux qui avaient simplement un mur blanc. le fait de disposer d’une «fenêtre» de télévision à écran plasma n’était pas plus réparateur qu’un mur. Ainsi, comme on pouvait s'y attendre, les vues sur la nature sont les plus bénéfiques pour notre santé mentale, suivies des photos ou vidéos de scènes naturelles. Les professionnels de la santé profitent des avantages de la nature et intègrent dans les installations médicales des conceptions architecturales qui incluent des vues de la nature, des images de paysages naturels, de la lumière naturelle et des jardins propices à la guérison.

La nature comme complément indispensable

Richard Louv, auteur de Dernier enfant dans les bois et Le principe de la nature, a lancé une discussion nationale sur l’importance de la nature dans la vie des enfants et des adultes. Il a inventé le terme «trouble du déficit de la nature» pour souligner les effets négatifs sur les enfants de passer moins de temps à l'extérieur et plus de temps à l'intérieur, généralement absorbés par leur téléviseur, leur ordinateur, leur tablette ou leur téléphone. Louv parle également de l'importance de la connexion esprit / corps / nature, qu'il appelle vitamine N (pour la nature). Comme il le fait remarquer:

«Aujourd’hui, la conviction selon laquelle la nature a un impact positif direct sur la santé humaine est en train de passer de la théorie à la preuve et de la preuve à l’action. Certaines conclusions sont devenues si convaincantes que certains prestataires de soins de santé et organisations ont commencé à promouvoir la thérapie de la nature pour un grand nombre de maladies et pour la prévention des maladies. Et beaucoup d’entre nous, sans le nommer, utilisons le tonique de la nature. Nous sommes, en substance, auto-médicaments avec un substitut de médicament peu coûteux et inhabituellement pratique. Appelons cela la vitamine N - pour la nature. "

En utilisant le tonique de la nature, ou vitamine N, comme antidote à de nombreux maux associés à la vie industrielle moderne, il est important d’intégrer la nature dans notre quotidien. Comme la majeure partie de la population mondiale vit désormais dans des centres urbains, les parcs et les espaces verts deviennent de plus en plus essentiels à notre santé et à notre bien-être. Même une promenade d'une minute 30 dans une zone bordée d'arbres a démontré des avantages physiques et psychologiques.

Louv a contribué à susciter un mouvement national visant à amener les enfants dehors dans la nature. Pour inverser la tendance des enfants qui passent jusqu’à sept heures par jour devant les écrans, de nombreux organismes, dont la National Wildlife Federation et la Fondation David Suzuki, mettent en œuvre des programmes et des ressources novateurs destinés aux parents et aux écoles. La Fédération nationale de la faune a pour objectif de faire sortir un million d'enfants 10 à l'extérieur en donnant aux parents les ressources nécessaires pour passer du temps avec eux et en travaillant avec les écoles et les organisations de jeunes pour développer des programmes promouvant des temps non structurés dans la nature. Le David Suzuki 30x30 Nature Challenge encourage les enfants et les adultes à passer des minutes 30 par jour à l’extérieur pendant les journées 30 pour lancer une nouvelle tendance: «Il est essentiel de recadrer notre vision traditionnelle de la nature en tant que lieu de loisir et de sport pour les enfants. un qui met l'accent sur une gamme complète d'avantages pour la santé physique, mentale et sociale. "

Dans les pays scandinaves, la valeur du temps passé à l’extérieur est résumée dans le mot friluftsliv, ce qui se traduit par «la vie en plein air». En Norvège, en Suède et en Finlande friluftsliv soutient un lien avec la nature qui fait partie de leur patrimoine culturel. Cela signifie, par exemple, que les enfants jouent à l'extérieur et explorent les insectes sous des roches et des bûches ou un nid d'oiseau. En Finlande, les enseignants ont des salaires concurrentiels, une conception de leur programme d’études indépendante, des horaires de cours plus courts et beaucoup de temps pour que leurs élèves puissent jouer à l’extérieur. Le succès de leur système, qui allie travail et jeu à l’extérieur, fait que les étudiants se classent souvent au sommet des meilleurs résultats scolaires à l’échelle mondiale. Jouer à l'extérieur n'est pas simplement une occasion de se reposer et de décompresser mais plutôt une partie importante du processus d'apprentissage. Comme le souligne l’auteur Erik Shonstrom, «Le principe central de friluftsliv est l’importance d’entrer dans la nature de manière simple. Aucune ascension du Cervin requise - nous parlons simplement des enfants qui jouent dans les bois, les parcs et les champs. "

Cet article a paru sur OUI! Magazine

A propos de l'auteur

Andrés R. Edwards est fondateur et président d’EduTracks, une firme spécialisée dans le développement de programmes d’éducation et de services de conseil en pratiques durables pour la construction durable et les initiatives commerciales. Il est l'auteur de «Au cœur de la durabilité: rétablir l'équilibre écologique de l'intérieur, prospérer au-delà de la durabilité: perspectives d'une société résiliente, et La révolution de la durabilité: portrait d'un changement de paradigme.

Extrait de Renouvellement: Comment la nature éveille notre créativité, notre compassion et notre joie par Andrés Edwards (nouvelle société, April 2019) réimprimé avec la permission de l'éditeur, newsociety.com

Livres connexes

{amazonWS: searchindex = Livres; keywords = Andrés Edwards; maxresults = 3}

enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}