Peut-elle même modérer la consommation d'alcool causer des dommages au cerveau?

Peut-elle même modérer la consommation d'alcool causer des dommages au cerveau?

Une consommation excessive d'alcool pendant dix ans ou plus peut causer des problèmes importants de fonctionnement du cerveau. Mais qu'en est-il de la consommation occasionnelle? Robert Mathews / Unsplash

Recherche a rapporté la semaine dernière trouvé "même potable modérée" pourrait "endommager le cerveau". Considérant 78% d'Australiens au cours des années 14 boire de l'alcool, ceci est compréhensible concernant l'information.

Les reportages étaient raisonnablement précis dans leur interprétation de l'étude. Avec les titres mesurés en utilisant des mots tels que «peuvent endommager le cerveau» et «lié avec», ceux-ci ont rapporté que l'étude d'observation a trouvé une association entre une consommation modérée d'alcool et des lésions cérébrales, pas une causalité.

L'examen financier a couru le titre:

Les dommages silencieux de boire modérément au cours des décennies

et CBS News a dit:

Même une consommation modérée pourrait nuire au cerveau.


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


D'autres, tels que le Deccan Chronicle, étaient plus hyperboliques, faisant allusion à la causalité:

La consommation modérée d'alcool entraîne de graves lésions cérébrales.

Nous connaissons 17% de Les Australiens boivent à des niveaux considérés comme risquant de causer des dommages à long terme tels que le diabète, les maladies du foie et les problèmes cognitifs.

Et il est bien établi que la consommation excessive d'alcool sur dix ans ou plus peut causer des difficultés cognitives importantes. Ceux-ci incluent des désordres tels que Le syndrome de Korsakoff et L'encéphalopathie de Wernicke, où la mémoire et d'autres fonctions essentielles de la pensée, ainsi que la coordination motrice, sont gravement et définitivement endommagées.

Mais qu'en est-il de ceux d'entre nous qui ont deux ou trois verres par nuit?

Premièrement, il s’agit d’une étude d’observation qui a suivi les gens au fil du temps et a montré une association entre leur consommation d’alcool et certaines fonctions cognitives. Les études d'observation ne peuvent pas prouver que l'un (alcool) a causé l'autre (altération de la fonction cérébrale).

Et tandis que l'alcool peut potentiellement affecter plusieurs parties du cerveau, les chercheurs ont trouvé un impact significatif dans seulement une partie du cerveau. Et cela ne semblait pas corréler avec un fonctionnement cérébral plus médiocre dans l'ensemble.


Peut-elle même modérer la consommation d'alcool causer des dommages au cerveau? La Conversation, CC BY-ND


Comment l'étude a été menée?

Des chercheurs de l'Université d'Oxford et de l'University College de Londres ont mené l'étude, qui a été publiée dans la revue bien connue Le BMJ. Il a suivi 550 hommes et femmes pour les années 30 qui n'étaient pas dépendants de l'alcool.

Les participants ont été classés en quatre groupes en fonction de leur consommation d'alcool par semaine. Le groupe des «abstinents» a bu moins d'un verre standard par semaine et le «léger» entre un et sept verres. Les buveurs «modérés» buvaient entre sept et 14 par semaine pour les femmes et entre sept et 21 pour les hommes. Les hommes qui consommaient au moins 21 par semaine et les femmes qui en buvaient au moins 14 étaient classés dans la catégorie des buveurs «peu sûrs».

Les participants ont eu des scintigraphies cérébrales une fois (au point 30-année) et des tests neuropsychologiques cinq fois au cours des années 30.

Qu'a-t-il trouvé?

La principale différence entre les groupes d'alcool était un plus petit hippocampe - la zone du cerveau importante pour l'apprentissage, la mémoire et la conscience spatiale - chez les personnes qui en boivent plus.

Comparativement aux «abstinents», les personnes qui buvaient en moyenne un 30 ou plus pendant une semaine au cours des années 30 étaient plus susceptibles d'avoir un hippocampe plus petit. Mais même ceux qui boivent entre 14 et 21 boit une semaine avaient, en moyenne, un plus petit hippocampe.

Peut-elle même modérer la consommation d'alcool causer des dommages au cerveau? La Conversation, CC BY-ND

Comment devrions-nous interpréter les résultats?

Il y a quelques raisons de se méfier de ces résultats. L'étude a examiné la fonction cérébrale (comment fonctionne le cerveau, mesurée par tests neuropsychologiques) heures supplémentaires. Mais les chercheurs ont mesuré la structure du cerveau (la constitution physique du cerveau) avec un balayage du cerveau seulement à la fin de l'étude.

Bien que l'hippocampe soit plus petit dans les groupes les plus alcoolisés, la consommation d'alcool ne semble pas affecter la fonction du cerveau. Il n'y avait pas de baisse liée à l'alcool dans les mesures de la mémoire et fonctions executives (comme la planification, la résolution de problèmes et le contrôle des impulsions). Ce sont généralement les domaines cognitifs les plus sensibles aux effets de l'alcool et les plus susceptibles de montrer l'impact négatif du rétrécissement de l'hippocampe.

N'ayant pas scanné les cerveaux des participants au début de l'étude, les chercheurs ne connaissaient pas la taille originale de leur hippocampe. Ils ont évalué visuellement la taille des cerveaux des scans et les ont comparés à la taille du cerveau prévue, en utilisant une échelle établie à cette fin. Autour de 65% des personnes qui ont bu 14 à 21 boit une semaine ont montré un plus petit hippocampe, mais même 35% des abstinents ont eu "l'atrophie de l'hippocampe".

L'étude a utilisé de nombreuses mesures du fonctionnement du cerveau (mémoire visuelle et verbale, fonction exécutive et mémoire de travail), mais elle a trouvé un déclin lié à l'alcool dans une seule fonction - Aisance verbale (La facilité avec laquelle nous pouvons récupérer des mots). Et aucun des groupes n'a été particulièrement affecté globalement comparé aux personnes dans la population générale du même âge et niveau d'éducation.

Quoi d'autre devrions-nous prendre en compte?

Dans une étude portant sur un nombre modéré de personnes comme celle-ci, il peut être plus difficile d'évaluer les différences cérébrales car il est difficile de prendre en compte d'autres facteurs importants tels que l'âge, le sexe, les problèmes de santé mentale et autres drogues.

Il semble logique que quelque chose comme l'alcool, qui a un fort impact à court terme sur le cerveau, pourrait avoir des effets à plus long terme, et cette étude ajoute à la preuve croissante que l'alcool peut avoir un impact sur la structure cérébrale. Mais nous sommes encore loin de savoir combien la consommation d'alcool modérée affecte le cerveau et si cela se traduit par une déficience fonctionnelle.

L'alcool est impliqué dans un certain nombre de problèmes de santé physique et mentale et devrait être utilisé occasionnellement et dans les limites recommandées. Des études qui ont rapporté avantages pour la santé d'une consommation modérée dans le passé ont maintenant été montré pour être méthodologiquement imparfait.

Le Conseil national australien de la recherche médicale et de la santé directives sur la consommation d'alcool recommande que les adultes (hommes et femmes) boivent un maximum de deux verres standard par jour pour maintenir leur santé à long terme et pas plus de quatre verres en une seule fois pour prévenir les effets à court terme. - Nicole Lee et Rob Hester


examen par les pairs

Je suis d'accord avec les observations faites dans ce chèque de recherche. Il y a plusieurs autres facteurs à considérer lors de l'interprétation de cette étude.

Tout d'abord, les chercheurs ont constaté une baisse de la fluidité verbale, ainsi qu'une atrophie de l'hippocampe chez les participants. Mais (comme le montre la figure 7 dans l'étude) il n'y a pas de voie entre le volume de l'hippocampe et le déclin de la fluidité verbale. La fluidité verbale est généralement associé avec une zone du cerveau appelée le lobe frontal, tandis que le l'hippocampe est associé à la mémoire.

Et en dehors des différences dans la fluidité verbale, les chercheurs n'ont trouvé aucune autre différence entre les groupes sur les tests associés à l'hippocampe, tels que ceux pour l'apprentissage et la mémoire. En l'absence de changements à d'autres tests exécutifs et de mémoire, il est difficile de savoir quelle est la signification clinique et fonctionnelle d'une réduction de la fluidité verbale.

En outre, on ne sait pas comment les participants ont espacé leur consommation d'alcool. Il y a nouvelle preuve montrer une consommation modérée de beuverie peut être dangereux pour les capacités cognitives. Les chercheurs n'ont pas fait de distinction entre ceux qui buvaient deux verres standard par jour pendant la semaine et ceux qui ont gardé leurs boissons 14 pour une seule séance le week-end. Cela pourrait également être médiation de leurs résultats.

Il y a aussi la preuve que l'abstinence de l'alcool peut améliorer la structure du cerveau et la performance cognitive, même après quelques mois. Alors ne soyez pas trop inquiet en lisant ces résultats. - Travis Wearne

Cet article a été modifié pour indiquer que les directives du NHMRC recommandent aux adultes de ne pas boire plus de quatre verres à la fois.

A propos de l'auteur

Nicole Lee, professeur à l'Institut national de recherche sur les médicaments, Université Curtin et Rob Hester, professeur, Melbourne School of Psychological Sciences, Université de Melbourne

Cet article a été publié initialement le La Conversation. Lis le article original.

Livres connexes:

{amazonWS: searchindex = Livres; mots-clés = alcool modéré; maxresults = 3}