Pourquoi le besoin de travailler moins est une question de vie ou de mort

Pourquoi le besoin de travailler moins est une question de vie ou de mort
shutterstock.com

Aux Etats-Unis, Le premier mai a ses origines dans la lutte pour une journée de travail de huit heures à la fin du 19ème siècle. Ce combat était - et demeure - une quête d'un idéal plus large, à savoir la réalisation d'une vie au-delà du travail. Pourtant, nous sommes frappés par le manque de progrès vers cet idéal.

Le travail n'a pas diminué dans la société. Au contraire, il a continué à dominer nos vies, souvent de manière préjudiciable à notre santé et à notre bien-être. Beaucoup de travailleurs américains Ils se sont retrouvés à travailler plus de huit heures par jour - le rêve de travailler moins promu par leurs ancêtres est devenu un cauchemar de longues heures de travail, sans salaire supplémentaire. Les travailleurs britanniques ne s'en sont guère mieux sortis, du moins ces dernières années, salaire réel inférieur pour le même ou plus d'heures de travail.

L'ironie, bien sûr, est que le capitalisme était censé offrir quelque chose de différent. Il était destiné à offrir une vie de plus de loisirs et de temps libre. La technologie était supposée avancer de manière à apporter des vacances tous les mois, peut-être même chaque semaine. Des luminaires comme l'économiste John Maynard Keynes rêvé d'une semaine de travail 15 par 2030. Pourtant, le capitalisme a produit exactement le contraire. Son effet a été de préserver et d'étendre le travail. Cela a également créé des problèmes dans le contenu et la signification du travail.

Les circonstances sont telles que plutôt que de perdre son temps et de profiter de notre congé en vacances, nous risquons de le dépenser épuisé, stressé et ennuyé par un monde qui est moins que ce qu'il peut être.

Le travail ne fonctionne pas

A titre d'exemple du problème du travail moderne, considérons rapport récent du groupe industriel, l'Institut Chartered du Personnel et du Développement (CIPD). Il a montré comment de plus en plus de travailleurs se présentent au travail lorsqu'ils sont malades. Ils affichent ce qu'on appelle le «présentéisme». Parmi les organisations 1,000 interrogées, 86% a signalé que des travailleurs assistaient au travail alors qu'ils étaient malades. Ce nombre était en hausse par rapport à 26% dans 2010, lors de la dernière enquête.

La CIPD a également constaté que de nombreux travailleurs étaient prêts à travailler pendant leurs vacances. Le travail, semble-t-il, s'étend au temps où les travailleurs ne sont ni payés ni physiquement au travail.

Une des raisons de ce comportement est l'éthique de travail omniprésente. L'idée de travail reste forte et empêche toute allusion au relâchement. L'éthique du travail peut refléter - dans le cas de certains emplois de la classe moyenne - des récompenses intrinsèques élevées, mais elle reflète aussi les normes sociales et les impératifs qui privilégient et sanctifient le travail. Inutile de dire que ces normes et impératifs répondent aux intérêts matériels des employeurs.

Une autre raison de l'engagement des travailleurs à travailler est la pression de la nécessité financière. Des salaires réels stagnants et en baisse signifient que les travailleurs doivent continuer à travailler pour vivre. Le rêve de Keynes d'une semaine de travail 15 par 2030 supposait que les employeurs bienveillants transmettaient les gains de productivité réalisés grâce à la technologie sous la forme d'heures de travail plus courtes. Il n'envisageait pas un monde où les employeurs empocheraient les gains pour eux-mêmes, au détriment de plus de travail pour les travailleurs.

La demande des employeurs que nous travaillons plus a été intensifiée par les changements technologiques qui nous ont obligés à travailler. Les smartphones signifient un accès instantané au courrier électronique et offrent une connexion constante au travail. Etre de garde quand il n'est pas au travail fait partie de la culture de travail moderne.

Il y a aussi un aspect de pouvoir direct dans le sens où le travail est maintenant souvent précaire et précaire. Les gens n'osent pas montrer un manque d'engagement de peur de perdre leur emploi. Comment mieux faire preuve d'engagement que d'assister au travail en étant malade et de travailler pendant les vacances?

Le phénomène moderne du présentéisme est une pathologie liée à un milieu de travail où les travailleurs manquent de contrôle. Il reflète une situation qui est imposée plutôt que choisie et qui est dirigée contre les intérêts des employés.

Tuer le temps au travail

Pourtant, toutes les preuves sont que les longues heures sont mauvaises pour la santé et finalement la productivité. Les travailleurs qui travaillent de longues heures sont plus susceptibles d'avoir un crise cardiaque, souffrez d'un accident vasculaire cérébral et éprouvez de la dépression. Venir au travail est également susceptible de vous faire sentir plus malade. Et pourrait rendre les autres malades autour de vous.

Des recherches récentes aux États-Unis suggèrent que lieux de travail toxiques (heures excessives, régimes de travail stressants) sont un désastre de santé publique. Ces lieux de travail ont été montré pour raccourcir des vies - ils tuent littéralement les travailleurs.

L'alternative est pour les employeurs de réorganiser le travail. Preuve suggère que des heures de travail plus courtes peuvent stimuler la santé et la productivité, offrant des résultats potentiellement gagnants pour les employeurs et les travailleurs.

Étant donné ces preuves, pourquoi les employeurs continuent-ils à pousser les travailleurs à travailler davantage? La réponse simple se rapporte au système capitaliste lui-même. L'impératif du profit se traduit par une volonté de travailler davantage. La technologie, pour des raisons similaires, devient un outil de contrôle et de pompage de plus de travail.

Alors que les employeurs peuvent bénéficier de moins de travail, ils travaillent dans un système qui empêche cet objectif. Travailler moins est hostile à un système où le profit compte plus que la recherche du bien-être dans et au-delà du travail. Les décès par surmenage sont un sous-produit nécessaire.

Le jour férié du 1er mai devrait être un moment de célébration, une reconnaissance de la façon dont nous sommes venus en tant que société dans la réduction du travail. Au lieu de cela, il met en évidence un monde non gagné - un monde perdu pour un système qui privilégie le profit sur les gens.

La ConversationSi nous voulons un avenir meilleur, nous devons continuer la lutte collective pour moins de travail. Nos vies peuvent en dépendre.

A propos de l'auteur

David Spencer, professeur d'économie et d'économie politique, Université de Leeds

Cet article a été publié initialement le La Conversation. Lis le article original.

Livres connexes

{amazonWS: searchindex = Livres; mots-clés = moins de travail; maxresults = 3}