Leaveism: Le côté obscur des conditions de travail flexibles du 21e siècle

Le côté obscur des conditions de travail flexibles du 21e siècle Joyeuses vacances! Diego Cervo / Shutterstock

La plupart des gens connaissent le présentéisme, où les employés passent beaucoup plus d'heures sur le lieu de travail que nécessaire - par sens du devoir ou pour impressionner le patron ou autre chose. Présentéisme nuit à la productivité, affaiblissant finalement l'économie, et de nombreuses entreprises prioriser maintenant l'étouffer.

Il y a quelques années, notre recherche dans ce type de comportement nous a conduits à identifier un phénomène apparenté mais différent: les salariés utilisant des congés annuels ou d'autres droits au travail, comme les flexi-heures en banque, pour partir malades ou s'occuper d'un proche ou d'une personne à charge. Il n'y avait pas de nom pour de telles situations, alors nous l'avons appelé le laisserisme.

Dans la même catégorie, nous avons également inclus les employés rentrant chez eux qui ne peuvent pas être achevés pendant les heures normales de travail, ou rattrapant le travail pendant les congés ou les vacances. Une demi-décennie plus tard, la mauvaise nouvelle est que le laisserisme semble devenir de plus en plus courant.

Un récent rapport Deloitte, Santé mentale et employeurs: actualiser les arguments en faveur de l'investissement, comprenait une plongée profonde dans le phénomène. Il a révélé que 51% des employés travaillaient en dehors des heures contractuelles et 36% prenaient des congés alloués alors qu'ils étaient en fait malades. Il a également noté que 70% des répondants qui avaient été témoins de présentéisme dans leur organisation avaient également observé un congéisme.

Leaveism: Le côté obscur des conditions de travail flexibles du 21e siècle Travail en commun. Riccardo Piccinini

Inquiétant pour l'avenir, le rapport indique que les jeunes professionnels sont plus susceptibles de prendre un congé de cette manière. Ils sont également sujets à l'épuisement professionnel et aux soucis financiers, et deux fois plus susceptibles de souffrir de dépression que l'employé moyen.

Pas étonnant que la BBC l'année dernière ait inclus le laisserisme dans une revue des 101 personnes, idées et choses qui changent notre façon de travailler aujourd'hui. Il a décrit le phénomène comme un «fléau majeur sur le lieu de travail moderne».


Obtenez les dernières nouvelles d'InnerSelf


Jamais non disponible

Nous sommes à une époque où les gens sont beaucoup plus peur de perdre leur emploi que par le passé: les entreprises opèrent dans un environnement à faible croissance au cours de la dernière décennie, ce qui s'est traduit par une plus grande concentration sur la rentabilité - y compris les coûts de main-d'œuvre. Parallèlement à cela, la perspective de plus en plus d'emplois automatisés dans les années à venir.

Cela signifie que davantage d'employés doivent vivre avec des charges de travail excessives, et les patrons ont peur pour leurs propres moyens de subsistance qui sont microgestion des personnes et ne pas leur donner suffisamment d'autonomie et de contrôle au travail. Une étude de Travailleurs autrichiens en 2015 a conclu que les employés étaient plus susceptibles d'utiliser les congés annuels pour partir en maladie s'ils craignaient de perdre leur emploi ou de se voir déclasser, ou s'ils avaient une faible satisfaction au travail.

Pour aggraver ce sentiment de tristesse au travail, susceptible d'être la façon dont la technologie change la façon dont nous faisons notre travail. Dans un enquête auprès de 1,000 XNUMX professionnels des RH représentant 4.6 millions d'employés au Royaume-Uni, 87% ont déclaré que la technologie affectait la capacité des gens à se déconnecter des heures de travail. Des exemples courants étaient les employés prenant des appels téléphoniques liés au travail ou répondant à des e-mails professionnels.

À première vue, ces comportements peuvent sembler assez anodins et ne faire partie que de la vie professionnelle moderne. Mais nous risquons d'approuver une culture de travail 24 heures sur 7 et XNUMX jours sur XNUMX, dont il est de plus en plus difficile de se déconnecter. L'équilibre entre vie professionnelle et vie privée appartient désormais au passé. Pour beaucoup d'entre nous, elle est remplacée par l'intégration travail-vie.

Quels que soient les avantages de ne pas être attachés à un bureau, cela ne nous aide pas à nous détendre. Stress et mauvaise santé mentale représentent maintenant 57% de toutes les absences de longue durée du travail, ayant remplacé les plaintes physiques, telles que les maux de dos, comme principale raison pour laquelle les employés sont malades.

Leaveism: Le côté obscur des conditions de travail flexibles du 21e siècle Moment de qualité à la maison en famille. Chaay_Tay

Selon la plus récente organisation caritative britannique pour la santé mentale, Mind Indice de bien-être au travail, les employés ayant une mauvaise santé mentale peuvent avoir recours à des congés plutôt qu'à la divulgation de problèmes de santé mentale dans pas moins d'un cas sur 12. En écho aux conclusions de Deloitte, Mind a constaté que les jeunes employés étaient beaucoup moins susceptibles de révéler qu'ils avaient des problèmes de santé mentale.

Comment les entreprises devraient réagir

Alors, que devraient faire les gestionnaires et les employeurs modernes faire pour assurer le personnel n'est pas jeté à terre par le laisserisme? Comme rapporté par Deloitte, les employeurs responsables en étudient désormais l'impact dans leurs référentiels d'entreprise. C'est quelque chose qui doit devenir une pratique standard, d'une manière similaire à ce qui s'est produit avec le présentéisme.

Contrairement aux générations précédentes, de nombreux patrons superviseront des équipes de personnel déplacé, dont beaucoup travailleront sur un éventail de rotations, d'heures et de modes de travail. Ils doivent comprendre comment les employés pensent et se sentent sur le lieu de travail d'aujourd'hui, en gardant à l'esprit qu'il peut s'agir d'une chambre d'amis ou d'un café avec accès à Internet. Être seul, qu'il soit réel ou perçu, peut aggraver le stress et les problèmes de santé mentale.

We recommander que les gestionnaires et les employeurs prennent le temps de prendre régulièrement des contacts significatifs avec tous les employés, en discutant non seulement de leur travail, mais aussi de ce qu'ils pensent de la vie en général. Ils doivent certainement encourager le personnel à prendre des congés annuels pour les vacances et le temps de récupération. Ils doivent également répartir le travail de manière égale et équitable, en veillant à ce que l'employé en question soit couvert afin que le travail ne soit pas simplement empilé en attendant son retour.

En ce qui concerne les employeurs, ils doivent encourager les managers à développer les compétences humaines nécessaires pour gérer ce type d'interactions, en s'assurant qu'ils reçoivent une formation régulière et appropriée. Surtout lorsque vous parlez d'une main-d'œuvre dispersée et éloignée, il est important de s'assurer qu'il existe un soutien par les pairs sur le lieu de travail pour les employés et des enregistrements réguliers.

Il s'agit de créer un environnement de travail propice à une culture de soutien. Attendre moins d'employés en faire plus est une fausse économie, car vous avez tendance à perdre les meilleures personnes et nuire davantage à votre organisation à long terme.

Enfin, nous devons saluer tous ces e-mails en dehors des heures de travail. Les gestionnaires doivent cesser de les envoyer. Tu sais qui tu es.La Conversation

A propos de l'auteur

Ian Hesketh, Project Support, National Health & Wellbeing Forum, Université de Manchester et Cary Cooper, professeur de psychologie organisationnelle et de la santé, Université de Manchester

Cet article est republié de La Conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

enafarzh-CNzh-TWnltlfifrdehiiditjakomsnofaptruessvtrvi

suivez InnerSelf sur

facebook-icontwitter-iconrss-icon

Recevez le dernier par courriel

{Emailcloak = off}

DES ÉDITEURS

InnerSelf Newsletter: Septembre 20, 2020
by Personnel InnerSelf
Le thème de la newsletter de cette semaine peut se résumer comme suit: «vous pouvez le faire» ou plus précisément «nous pouvons le faire!». C'est une autre façon de dire "vous / nous avons le pouvoir de faire un changement". L'image de…
Ce qui fonctionne pour moi: "Je peux le faire!"
by Marie T. Russell, InnerSelf
La raison pour laquelle je partage «ce qui fonctionne pour moi» est que cela peut également fonctionner pour vous. Si ce n'est pas exactement la façon dont je le fais, puisque nous sommes tous uniques, une certaine variation de l'attitude ou de la méthode pourrait très bien être quelque chose ...
InnerSelf Newsletter: Septembre 6, 2020
by Personnel InnerSelf
Nous voyons la vie à travers les lentilles de notre perception. Stephen R. Covey a écrit: «Nous voyons le monde, non pas tel qu’il est, mais tel que nous sommes - ou tel que nous sommes conditionnés à le voir.» Alors cette semaine, nous jetons un coup d'œil à certains…
Bulletin d’InnerSelf: Août 30, 2020
by Personnel InnerSelf
Les routes que nous parcourons ces jours-ci sont aussi vieilles que le temps, mais sont nouvelles pour nous. Les expériences que nous vivons sont aussi anciennes que le temps, mais elles sont aussi nouvelles pour nous. Il en va de même pour le…
Quand la vérité est si terrible que ça fait mal, agissez
by Marie T. Russell, InnerSelf.com
Au milieu de toutes les horreurs qui se déroulent ces jours-ci, je suis inspiré par les rayons d'espoir qui brillent à travers. Des gens ordinaires qui défendent ce qui est juste (et contre ce qui ne va pas). Joueurs de baseball,…